Visite de la Roseraie de Provins (77)

Au cœur de la Cité Médiévale de  Provins, à mi chemin entre la ville haute et la ville basse, situé à 1 heure de Paris, la Roseraie s’étend sur 3 hectares et dénombre pas moins de 400 variétés.

 

 

 

« Bâti pour mettre à l’honneur la Rosa Gallica officinalis ramené des croisades par Thibaud IV de Champagne, en 1240, la roseraie de Provins a, depuis sept ans, gagné chaque année ses galons pour intégrer en 2014 le tant désiré statut de Jardins remarquables.
Un label qui met en avant «les jardins dont le dessin, les plantes et l’entretien sont d’un niveau remarquable, qu’ils soient privés ou publics, protégés ou non au titre des monuments ou des sites.» Un label attribué pour cinq ans. Bruno Clergeot voit ainsi son jardin rejoindre le cercle restreint des sites seine-et-marnais estampillés Jardins remarquables : Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte, Champs-sur-Marne et le jardin du point du jour à Verdelot.
 
Un label qui donne raison à Bruno Clergeot et Fanny Plaquet, qui l’a rejoint et l’épaule efficacement dans cette aventure, de poursuivre le développement de leur site sans se donner de limite :
« Je n’ai aucune contrainte. Je peux faire des essais, poursuivre, arrêter sans avoir de cahier des charges à suivre. C’est une chance ».
Une chance qu’il met au profit des visiteurs qui peuvent profiter de son jardin, de ses deux cours d’eau qui traversent le site, des transats qu’ils peuvent disposer comme bon leur semble, du labyrinthe, de la terrasse, de son feu de cheminée et de ses conseils faciles à obtenir. Son Stenson sur la tête, Bruno Clergeot n’est jamais plus à l’aise qu’avec son sécateur à la main pour entretenir sa roseraie. Il se fera alors un plaisir de répondre à vos conseils. »La République

La Roseraie de Provins – 11, rue des Près, à Provins.Contact : 01.60.58.05.78 – http://www.roseraie-provins.com/

Ouvert tous les jours de 10 heures à 19 h 30.

Tarifs : 6,50 € en visite libre de mai à octobre. Gratuit pour les – 12 ans.

Les herbes aromatiques tout un programme au potager!

Les herbes aromatiques sont probablement les plantes les plus populaires et les plus faciles à faire pousser. L’explication vient sans doute du fait que ces herbes ont traversé les siècles.

 

Elles ajoutent des saveurs à nos aliments, parfument nos maisons, décorent nos jardins, guérissent nos maux, s’utilisent en décoction…

Nous allons vous donner des exemples pour faire pousser un petit jardin d’herbes aromatiques et vous indiquer les associations idéales au jardin!

 

herbe-aromatique

 

Préparation du sol

  • Essayez d’installer vos herbes dans un endroit où le sol est plutôt fertile (il sera plus facile à travailler).
  • Quand vous préparez le lit pour les semis de printemps, appliquez un engrais complet uniformément sur l’ensemble du jardin. Veillez à ne pas en mettre trop.
  • Un épandeur à main permet de faire un travail soigné.
  • Mettez de l’engrais dans le sol avec une bêche à la main ou avec un motoculteur et lissez la surface pour préparer la plantation.
  • Les plantes ont besoin de beaucoup de nutriments au début de leur croissance.
  • Au milieu de leur croissance, vous aurez peut-être besoin de remettre un peu d’engrais ou de compost pour les aider.

 

Cultiver les herbes et les associer au potager

 

Nous avons tous déjà plus ou moins essayé de faire pousser des herbes aromatiques. Cela commence généralement avec un pot de persil sur le rebord d’une fenêtre ou une rangée de menthe dans le jardin… Mais les herbes aromatiques ont plus d’un tour dans leurs sacs !
 



Découvrez les bonnes associations:

Le basilic éloigne les mouches et moustiques, placez le au soleil à coté de vos tomates, poivrons aubergine et piment.

La menthe est à placer à coté des choux, tomates, fraises mais ne pas le mettre à coté des carottes.

Le persil se plait avec des rangées de radis, des asperges, du céleri ou poireau.

Le romarin est efficace contre la mouche des carottes, n’hésitez pas à créer des rangées de carottes de toutes les couleurs.

La sauge chasse les limaces de façon naturel mais aime tous les types de chou.

La ciboulette aime la mi-ombre, elle pousse facilement. On utilise souvent ses jolis brins verts en cuisine mais sachez que ses fleurs roses se mangent aussi.

L’origan est une plante qui demande peu d’entretien. Il embaumera votre potager et vos petits plats. Ses voisins sont les légumes racines.

La roquette est à semer avec parcimonie car elle a tendance à se développer rapidement. Placez la à coté des courgettes et aubergines mais évitez les légumes racines. Régalez vous avec sa saveur poivrée!

Avec toutes ces conseils, vos aromatiques vont booster vos potagers…et vos p’tits plats!

 

On attend vos idées de recette…nous on aime beaucoup le pesto dans les pâtes.

 

 

diapo aromatique

 

 

 

 

 

Belles de jour, belles de nuits : astuces et conseils !

Les belles de nuit et les belles de jour sont des fleurs qui, comme leur nom l’indique, fleurissent le jour ou la nuit ! Ce sont des plantes annuelles rustiques d’une hauteur qui varie entre 30 et 40cm. Ces fleurs forment de jolies petite haies très fleuries qui durent tout l’été. Les belles de nuit s’ouvrent à la nuit tombée et se referment au petit matin et inversement pour la belle de jour ! Des fleurs de couleurs différentes peuvent apparaître sur un seul et même pied, c’est une des particularité des belles de jour (et de nuit). Cette fleur fraîche et colorée permet de tapisser magnifiquement vos parterres, massifs, plates-bandescorbeillestalus fleuris, terrasses ou encore balcons.

A savoir : Les belles de jour et les belles de nuit on un parfum suave très agréable. Plantez-les près de vos terrasses pour parfumer vos soirées d’été !

Graines de belles de nuit Mirabilis Jalapa

 

 Semis :

  • Cette plante herbacée s’adapte à tous types de sol même les terres pauvres. Cependant elle a une petite préférence pour les terrains drainants.
  • La belle de jour ou de nuit se plait très bien en plein soleil et à mi-ombre.
  • Le semis ne se fera qu’à partir d’avril en pleine terre, quand la température commence à être douce, car le gel et le froid sont les ennemis de la belle du jour.
    • Semez clair sur une terre finement ratissée à 1 cm,
    • Recouvrezplombez votre semis et arrosez.
    • Mettez une distance de 20 à 30 cm entre les graines.
  • Concernant la culture en pot de la belle de nuit, nous vous conseillons de positionner un terreau enrichi de compost mur dans des pots de 40 cm de diamètre minimum.



A noter La belle de jour ne supporte pas le repiquage.

Graines de belles de jour variées

Conseils  pour cultiver ses belles de jour et belles de nuit :

  • La belle de jour/de nuit ne nécessite pas de soins particuliers, elle se cultive très facilement.
  • Nous vous suggérons de couper les fleurs fanées au fur et à mesure. 
  • La belle de jour ou de nuit demande un arrosage lors de sa germination et au début pour la croissance. Mais attention aux excès d’eau !
  • Elle est souvent attaquée par des chenilles qui se délectent des boutons floraux.

Graines de belles de nuit variées

Conseils pour le compostage

En 2014, le compostage est toujours d’actualité. C’est pourquoi nous allons vous donner des conseils pour vous lancer (ou pour continuer sur la bonne voie !)

Le processus de décomposition des déchets organiques implique la présence d’oxygène. L’oxygène est apporté par différentes variétés de la faune allant des bactéries et de champignons à un large éventail d’invertébrés (acariens, cloportes, vers de terre, etc.). le résultat est bien sur le compost : une substance composée de matière organique dans les différentes étapes de la décomposition et de la faune qui a été impliquée dans le processus. Son utilisation dans le jardinage et l’horticulture est très intéressante et diversifiée.

Que peut-on composter ?

En principe , tous les restes organiques sont biodégradables, mais l’expérience nous dit qu’il y a certains types de déchets ménagers qui doivent être évités, car leur décomposition est complexe. Parce qu’ils sont recyclables, ils nuisent à la qualité du compost obtenu.

Le tableau suivant indique les bons et mauvais éléments à composter :

Déchets organiques : comment les composter ? 

Le compostage peut être réalisé de différentes façons : par simple empilage des déchets organiques, avec un composteur en bois ou un composteur en polypropyène (plastique).

                    

 

 

 

Toutes les options sont tout aussi efficaces, la différence est plutôt esthétique.

 



 

Processus de compostage

  • Déchets mixtes : toujours veiller à ce qu’il y ait un bon mélange des déchets, plus le type de déchets est différent, meilleur sera le compost. Il faut aussi penser à avoir des déchets organiques humides (récolte, fruits, légumes) avec des déchets secs (noix, feuilles, résidus de jardin ou papier déchiqueté / carton). Cette structure favorise la ventilation des déchets et contribue à une bonne relation carbone – azote (essentiel pour les bactéries et les champignons pour une prolifération plus rapide).
  • Essayez d’aérer la masse de déchets au moins une fois par semaine. Vous pouvez utiliser une dent à pelle, une barre ou même un bâton. Le plus efficace reste le brass’compost. L’aération permet de mettre les déchets en contact avec l’oxygène. Ceci permettra une meilleure décomposition et une absence d’odeur.
  • Contrôle de l’humidité : Pour que le compostage ait lieu, les déchets doivent être humides. Toutefois, s’il y a trop d’eau, l’air ne peut pas entrer en contact avec les restes en décomposition ce qui entrainera pourriture et odeurs. Par conséquent, l’humidité doit être intermédiaire. La meilleure façon de vérifier est le « test de poing ». Quand l’humidité est optimale, vous devez pouvoir former une petite boule compacte qui ne s’effrite pas. Si la boule s’effrite, arrosez ! Si lorsque vous serrez la boule, de l’eau suinte, mettez du « buvard » (papier, carton, sciure de bois, paille…) et remuez bien.
  • Utilisation de déclencheurs / accélérateurs : Certaines substances peuvent servir à faciliter l’initiation et / ou accélérer le processus de compostage. Dans les jardineries se vendent des produits à cet effet, mais il y a beaucoup de déchets qui peuvent remplir la même fonction sans dépenser d’argent ! Les fumiers (vache, cheval, mouton, chèvre, volaille…) sont d’excellents activateurs car ils contiennent de la faune microbiens impliqués dans le processus de compostage et sont riches en azote. Vous pouvez également préparer des préparations de plantes comme le purin d’ortie ou l’achillée millefeuille (1 kg de plante pour une macération dans l’obscurité pendant 10-15 jours dans 10 litres d’eau).

 

Quand le compost est-il prêt?

Selon la méthode de compostages utilisée, les déchets utilisés, le temps et l’utilisation du compost, le processus de compostage peut varier de 6 semaines à un peu plus de 6 mois ou plus un an dans certains cas (feuilles de compostage à froid par exemple).

Si nous voulons utiliser comme base pour le compost de semences ou de terreau (ne pas utiliser plus de 30-40 % de compost dans ce cas), nous devrons attendre jusqu’à ce qu’il soit complètement mûr. Un compost est mûr quand il a une texture fine, une odeur fraîche, et une couleur foncée, en bref, semblable à l’aspect « terres forestières » (humus). Il est conseillé de tamiser le compost pour séparer les déchets décomposés ceux qui sont encore en décomposition.

Si le compost est utilisé pour modifier le sol (amélioration des conditions du sol physiques, telles que la rétention d’eau ou de drainage), comme engrais (dosage environ 3-5 kg/m2) ou rembourrage, le compost peut être utilisé même s’il n’est pas totalement mûr.

6 idées déco végétale pour vos couronnes de noël !

Noël, c’est avant tout le partage, mais c’est aussi un moment où on aime décorer notre maison et ses extérieurs.

Aujourd’hui, on vous propose des idées pour vos couronnes de noël végétale  faites maison ! Ce sera donc une déco à moindres frais !

 

Idée 1 : La couronne en paille !

Vous faites un noël à la campagne? Et si vous faisiez une couronne en conséquence? Il vous suffit de prendre un peu de paille, de former un cercle, de mettre quelques rubans et petites déco en papier et le tour et joué !

sources

Idée 2 : La couronne en mousse !

Aller faire une petite promenade dans la forêt et ramasser un peu de mousse pour sa déco de noël, rien de plus simple pour réaliser cette couronne. Un socle en polystyrène acheté dans le commerce, de la mousse fixée dessus et quelques petits éléments de déco!

sources



Idée 3 : La couronne en branchages !

J’ai chipé cette idée sur le blog de madeinmarie. Ici, une idée encore très simple à reproduire à la maison. Prenez quelques branchages (du noisetier par exemple, qui est un bois assez souple) rassemblez-les puis attachez les avec de petits rubans. ajoutez-y quelques touches de couleur avec des fleurs ou autres végétaux. Vous pourrez y mettre toutes les couleurs de votre choix !

sources

Idée 4 : La couronne en gui !

Cette réalisation est on ne peut plus simple ! Prenez du gui et formez un cercle. C’est terminé! Vous obtenez une couronne du plus bel effet et de saison !

sources

Idée 5 : La couronne en olivier qui sent le sud !

Cette couronne est très simple à faire aussi. Il vous suffit de prendre quelques branches d’olivier, de les lier ensemble et d’y ajouter quelques éléments de déco de couleur argentée pour rappeler l’envers des feuilles d’olivier !

sources

Idée 6 : La couronne en sapin et pommes de pin !

Pour cette couronne, utilisez des branches de sapin ou même de thuyas et agrémentez les de plumes blanches ou de fausse neige. Pour un effet « hiver », peignez le bout des pommes de pins en blanc pour rappeler la neige !

sources

Zoom sur les grille herbes (ou incinérateurs)

Un jardin, ça occasionne beaucoup de déchets comme des branches, de l’herbe, des feuilles etc qu’il faut éliminer ! Plusieurs option s’offrent à vous : les recycler en les compostant, les emmener à la déchetterie ou encore les brûler dans un incinérateur aussi appelé grille-herbes.

Mais comment fonctionne un grille-herbes ?

Un grille-herbes est tout simplement un récipient plus ou moins grand surmonté d’un couvercle. La cuve est percée de part et d’autre afin de pouvoir attiser le feu ou de faire sécher de petites branches par exemple. Le but d’un grille-herbe est bien entendu de faire un feu de façon contrôlée mais surtout en toute légalité ! En effet, selon les communes, les feux à l’air libre sont interdits. Nous vous conseillons de vérifier auprès de votre mairie les autorisation concernant les feux. Le couvercle est très important puisqu’il permettra de protéger les cendres de la pluie en attendant leur refroidissement et leur évacuation.

Attention : il faudra éviter de porter le grille-herbe au rouge sous peine de déformation de l’outil !

 



 

Comment installer son grille-herbes ?

Beaucoup de modèles de grilles-herbes existent, certains sont en acier galvanisé et d’autres en inox (sachant que la résistance du matériaux est proportionnelle au prix).

Pour l’emplacement, veillez à choisir un endroit situé à bonne distance des habitations et prenez en compte l’orientation du vent pour éviter d’être gêné avec les fumées. Pensez aussi aux risques d’incendie (proximité de végétaux, de bois…). Pour plus de sécurité, nous vous conseillons de choisir un modèle avec des pieds pour isoler le récipient du sol et limiter les risques d’incendie. Si votre modèle ne possède pas de pieds, vous pouvez simplement le disposer sur des cales (en pierre ou autre matériaux non inflammable).

 

Comment l’utiliser ?

 

Ce qu’il faut faire

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Choisir un emplacement propre et plat, s’assurer de la stabilité de l’appareil.
  • Se placer sur un espace bien dégagé.
  • Choisir un jour de temps clair.
  • Alterner les couches de produits à combustion lente et les couches à combustion plus rapide. 
  • Mettre en place le couvercle afin de ralentir la combustion.
  • Tenir à l’écart les enfants et les animaux domestiques, jusqu’à refroidissement complet
  • Après usage, mettre le grille-herbes à l’abri, vous en profiterez plus longtemps
  • Placer l’appareil sur la pelouse et/ou sur un terrain en pente. 
  • Se placer sous les arbres, ou trop près d’une haie (pensez à vos voisins). 
  • Se servir de votre grille-herbes les jours de grand vent. 
  • Utiliser des liquides inflammables (essence, pétrole, alcool à bruler…). 
  • Manipuler le grille-herbes, ou le couvercle sans gants adaptés, s’il est encore chaud.
  • Laisser le grille-herbes sans surveillance.
  • Laisser le grille-herbes exposé en permanence aux intempéries.
  • EVITER ABSOLUMENT DE PORTER LE GRILLE-HERBES AU ROUGE.

Comment choisir son bac à sel ?

 

Découvrez notre tableau comparatif afin de choisir au mieux le bac à sel qui vous correspond !

NomBac à sel anti-vandalisme (cadenas non compris)Bac à sel compactCoffre à sel mobile sur roulettesBac à sable et sel avec pelle intégrée
VolumétrieDe 100 à 2200 LitresDe 110 à 400 Litres75 LitresDe 50 à 100 litres
Résistance au vadalismeOuiOuiNonNon
MobilitéPassage de fourchesPassage de fourchesSur roulettesNon
CadenassableOuiOuiNonEn option
Fourni avec pelleNonNonNonOui
Fermeture automatique, sécurité enfantOuiNonNonNon
Prixà partir de 279€ HTà partir de 293€ HT311€ HTà partir de 169€ HT

 

 

Témoignage :

« J’ai fait acheter un bac à sel pour mon entreprise. Hortik m’a conseillé un produit sûr, solide et garanti 10 ans, qui correspond parfaitement à mon entreprise ».
 
Jean-Michel Allaert, Directeur Général de ITB France (02100 Saint-Quentin)

Pour plus d’informations sur la sécurité au travail et l’accessibilité de votre ERP, trouvez encore plus d’informations sur le site handinorme.com

L’arrosage, c’est tout un art !

L’arrosage et les plantes

 

Les plantes sont essentiellement constituées d’eau, leur teneur en eau variant de 80 à 95 % de leur poids total. Elles puisent cette eau et les nutriments qui leur sont nécessaires dans les sols par l’intermédiaire de leurs racines dans lesquelles l’eau pénètre par un mécanisme hydrostatique. L’eau et les nutriments minéraux constituent ce que l’on appelle la sève. Ainsi, fournir suffisamment d’eau à une plante est un des fondements du jardinage !

La plupart des plantes se développent du printemps à l’été. Elles ont besoin d’environ 25mm d’eau chaque semaine, sauf en cas de fortes pluies. Pour toutes les plantes et surtout pour les légumes, un bon arrosage vous donnera de meilleurs résultats : plus de fleurs, un plus beau feuillage, de meilleurs rendements et des goûts plus savoureux ! Des espèces comme le maïs, les pois, les haricots, les tomates et les pommes de terre ont besoin de plus d’eau à partir du moment où les feuilles apparaissent (si vous leur donnez suffisamment d’eau à partir de ce moment, les rendements seront bien meilleurs!). D’autres comme les salades ont besoin d’un sol constamment humide sans quoi elles deviendront dures et amer.



Attention cependant à ne pas noyer les plantes ! En effet, il faut être prudent avec la culture en pot. Il est très facile de faire mourir des plantes en plaçant leurs racines dans le compost humide ou dans le sol, si elles ne sont pas en fortes croissance, elles mourront. Les racines prennent de l’oxygène et dégagent du dioxyde de carbone, si elles sont dans l’eau, elles mourront.

Ce trop plein d’eau se manifeste par un flétrissement des plantes. En général, lorsque nous voyons que nos plantes flétrissent, nous pensons de suite à un manque d’eau et nous en remettons une couche…. C’est un mauvais réflexe ! A ce stade, les racines risquent fortement de pourrir.

Un arrosage différent pour des plantes différentes

 

Les racines enfouies dans le sol ne peuvent pas être arrosées à moins d’avoir un système d’arrosage très perfectionné (et assez onéreux). Habituellement, la plupart des jardins sont équipés d’un tuyau flexible ou rigide.

Attention, veillez à ne pas utiliser d’arrosoir pour le potager. En effet, vous ne pourrez pas appliquer l’eau directement au sol, vous devrez arroser la plante elle-même. Or, il est préférable de ne pas mouiller la plupart des plantes car cela peut causer des problèmes tels que les maladies fongiques. De plus, sur la plante, beaucoup d’eau s’évaporera sans avoir aucun effet sur la plante.

La meilleure solution est de mouiller le sol très occasionnellement plutôt que de simplement éclabousser plus souvent (ceci rendra l’aspect du sol humide sur le dessus tout en restant sec en dessous).

Pour l’arrosage des pots, il faut être prudent car les racines sont totalement dépendantes de notre arrosage, elles ne peuvent pas chercher dans le sol par leur propre moyen. Il faut donc arroser de manière méthodique et régulière. Ici, nous avons le choix : arroser à l’aide d’un arrosoir et d’un pomme (nous rencontrerons les même problèmes qu’au potager) ou arroser par le dessous. En règle générale, les pots ont de trous au dessous afin d’évacuer le trop plein d’eau; ici, nous allons utiliser ces trous de façon inversée.

Notre astuce : poser le pot dans l’eau une demi-heure tout au plus. Ce système permet un bon dosage de l’eau, cependant, il engendre d’autres soucis : il empêche à la surface d’être humide et peu donc compliquer la levée des semis.

Et l’eau dans tout ça ?

Quant à l’eau elle-même, nous vous conseillons d’utiliser l’eau du robinet pour les semis, les jeunes plants et les plantes délicates. Pour les salades et autres cultures consommées crues, pour des raisons évidentes, il faut utiliser de l’eau potable comme celle du robinet. L’eau du robinet est pratique et peut être votre seule source, elle conviendra à de la plupart des plantes. Ce pendant, dans les régions où l’eau du robinet n’est pas bonne, elle ne conviendra pas aux amateurs d’acides tels que les azalées, les bleuets et les bruyères.

Désherber, planter, entretenir… Quel outil pour quel travail ?

Du sarcleur à pissenlits au coupe bordures en passant par la houe japonaise, Hortik passe au crible des outils aussi méconnus qu’efficaces ! Découvrez des outils qui vous faciliteront la vie au jardin et au potager.

 

Pour Désherber :

  • Le Sarcleur à Pissenlits : Un sarcleur à pissenlits est un outil permettant d’arracher les pissenlits avec toute la racine pour éviter qu’ils ne repoussent. Pour se servir de cet outil, il suffit de le visser dans le sol sur le pied de pissenlit puis de tirer vers le haut. Le pissenlit va venir tout seul avec toute la racine qui ne risquera pas de repousser !
  • La Binette de forme ronde : Cette binette ronde, bien qu’elle soit particulière, a les mêmes fonctions qu’une binette classique : le binage et le sarclage. Les différences sont sa facilité d’utilisation et son efficacité
  • La Houe japonaise : très utile pour l’entretien courant des massifs et le désherbage. Sa lame recourbée permet d’atteindre les endroits les plus difficiles d’accès.
  • Le Couteau-émousseur : Un couteau émousseur sert à nettoyer entre les dalles, les pavés. Le crochet se glisse entre les interstices pour déloger les racines. Convient aussi pour désherber les angles avec sa lame coupante.

 



 

Pour Planter :

  • Le Plantoir à vivaces : Solide, léger, ce petit plantoir à vivaces permet de travailler à genoux. Il permet de planter, déplanter et aussi diviser les touffes de vivaces avec l’extrémité du fer qui est affuté.
  • Le Plantoir à bulbes avec 2 manches : Pour s’en servir, rien de plus simple : plantez l’outil dans le sol et rapprochez les 2 manches. Faites un trou dans le sol en retirant la motte de terre. Il s’utilise également pour les plantations de plantes en godet (vivaces & annuelles).
  • Le Plantoir à bulbes avec poignée : L’extrémité est légèrement aiguisé pour faciliter la plantation des bulbes. S’utilise aussi pour extraire les racines pivotantes.
  • La Plantoir-désherbeur : Plantez vos bulbes et autres graines grâce à ce plantoir et désherber avec le même outil ! Il vous permettra d’allier 2 fonctionnalités !

 

 

Pour Entretenir :

  • Le Racloir : Cet outil permet de désherber sans efforts entre les pavés ou le long des trottoirs par exemple. Ce racloir a des lames très fines qui permettent de passer dans de petits endroits pour y enlever l’herbe. Cet outil est idéal pour les endroits exigus.
  • Le Cultivateur : Cet outil vous sera très utile pour travailler le sol avant les travaux de désherbage ou de plantation, ainsi que pour limiter l’évaporation par temps sec. Ce cultivateur à 3 dents aère le sol, facilite le désherbage autour des plantations, il améliore la pénétration de l’eau dans le sol.
  • Le Grattoir : Le grattoir, aussi appelée ratissoire, est une binette à long manche dont la lame frontale demande moins d’efforts à l’utilisateur : Il suffit de pousser pour obtenir un bon résultat. Le grattoir sert à sarcler et couper les racines en profondeur.
  • Le Coupe-Bordures : Utilisez cet outil pour entretenir et égaliser les bordures de votre pelouse : grâce à son tranchant, le travail n’en sera que plus facile.

Balade sensorielle – 02/08/13 – CAMIFOLIA, le jardin des plantes médicinales et aromatiques

La plante dans tous ses états…

Créé en 1976 par un groupe de producteurs, Camifolia est un parc dédié aux plantes médicinales et aromatiques qui témoigne d’une activité séculaire dans la région de Chemillé.
Dans le cadre privilégié d’un coteau vallonné et bordé par l’Hyrôme, le jardin a été entièrement repensé pour mieux vous accueillir.
Vous y trouverez plus de 450 espèces de plantes aux propriétés étonnantes: plantes médicinales, plantes aromatiques, plantes à parfum, plantes tinctoriales, plantes de beauté…
Parfaitement intégré au paysage, la maison de Camifolia accueille une scénographie ludique et interactive, une serre, des salles d’animations, un espace détente …
Le parc accueille tous les publics pour des visites libres ou guidées, des animations autour du végétal et des temps forts scientifiques et culturels.
Camifolia est labellisé « Pôle d’Excellence Rurale » et est parrainé par « Jardins botaniques de France et des pays francophones ».
Date de création : 2008, Superficie : 5 ha

Infos pratiques

  • Ouvertures 2013 :
    Ouverture du 1er mai au 31 octobre.
    Mai – juin: du mardi au dimanche 14h00-19h00 – Fermé le lundi
    Juillet – Août: Le lundi: 14h00-19h00 – Du mardi au dimanche: 10h00-19h00
    Septembre: du mardi au dimanche: 14h00-18h00 – Fermé le lundi
    Octobre: Mercredi, samedi, dimanche: 14h00-18h00
    Fermeture de la billetterie 1h avant la fermeture du jardin
  • Visites :
    Visites libres.
    Visites guidées sur rendez-vous, durée : 1h30.
    Accès partiel aux personnes à mobilité réduite.
    Un plan en français ou en anglais est fourni à l’entrée pour orienter les visiteurs dans le parc. A l’intérieur, des informations en français et en anglais apportent des explications au public.
  • Tarifs :
    Visite libre : Plein 6 €, Réduit 5 €, gratuit pour les -12 ans
    Visite guidée : Plein 7 €, Réduit 6 €, gratuit pour les -6 ans
    Tarif réduit pour les personnes handicapées, -18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, carte Cézam, groupes de plus de 15 personnes
    Chiens autorisés tenus en laisse.
  • Services sur place et activités :
    Boutique, salon de thé, location de salles, séminaires, réceptions, congrès, conférences, cocktails, concerts, représentations théâtrales, chaises longues, ateliers enfants, ateliers jardin, animations pédagogiques, pelouses accessibles au public, chiens tenus en laisse acceptés, parking aménagé gratuit, visite d’expositions.
  • Accès :
    Au sud ouest de l’Anjou, entre Mauges et Layon, le Jardin Camifolia est implanté à Chemillé, à mi-chemin entre Angers et Cholet. Chemillé est directement desservie par les réseaux autoroutier et ferroviaire.