6 idées déco végétale pour vos couronnes de noël !

Noël, c’est avant tout le partage, mais c’est aussi un moment où on aime décorer notre maison et ses extérieurs.

Aujourd’hui, on vous propose des idées pour vos couronnes de noël végétale  faites maison ! Ce sera donc une déco à moindres frais !

 

Idée 1 : La couronne en paille !

Vous faites un noël à la campagne? Et si vous faisiez une couronne en conséquence? Il vous suffit de prendre un peu de paille, de former un cercle, de mettre quelques rubans et petites déco en papier et le tour et joué !

sources

Idée 2 : La couronne en mousse !

Aller faire une petite promenade dans la forêt et ramasser un peu de mousse pour sa déco de noël, rien de plus simple pour réaliser cette couronne. Un socle en polystyrène acheté dans le commerce, de la mousse fixée dessus et quelques petits éléments de déco!

sources



Idée 3 : La couronne en branchages !

J’ai chipé cette idée sur le blog de madeinmarie. Ici, une idée encore très simple à reproduire à la maison. Prenez quelques branchages (du noisetier par exemple, qui est un bois assez souple) rassemblez-les puis attachez les avec de petits rubans. ajoutez-y quelques touches de couleur avec des fleurs ou autres végétaux. Vous pourrez y mettre toutes les couleurs de votre choix !

sources

Idée 4 : La couronne en gui !

Cette réalisation est on ne peut plus simple ! Prenez du gui et formez un cercle. C’est terminé! Vous obtenez une couronne du plus bel effet et de saison !

sources

Idée 5 : La couronne en olivier qui sent le sud !

Cette couronne est très simple à faire aussi. Il vous suffit de prendre quelques branches d’olivier, de les lier ensemble et d’y ajouter quelques éléments de déco de couleur argentée pour rappeler l’envers des feuilles d’olivier !

sources

Idée 6 : La couronne en sapin et pommes de pin !

Pour cette couronne, utilisez des branches de sapin ou même de thuyas et agrémentez les de plumes blanches ou de fausse neige. Pour un effet « hiver », peignez le bout des pommes de pins en blanc pour rappeler la neige !

sources

Comment et pourquoi aider les oiseaux à affronter l’hiver

Aidez les oiseaux en hiver !

oiseau picorant une boule de graisse

L’hiver arrive pas à pas, et déjà dans nos pensées, les bons petits plats qui réchauffent que nous allons mitonner. Pensons aussi aux oiseaux de nos jardins, Ils vont avoir besoin de nous pour se nourrir et se réchauffer. Pour cela, la boule de graisse est la solution idéale. Elle leur apporte l’énergie et la nutrition nécessaire pour affronter les rigueurs de la saison froide.

Pourquoi ont-ils besoin de notre aide ?

En hiver, la nourriture se raréfie et pourtant ils ont besoin de plus de nourriture pour maintenir leur température.Ce qui deviendra de plus en plus difficile à mesure que le froid s’installera.                   (gelée, neige, raccourcissement des jours).

La nuit ils gonflent leurs plumes, se créant ainsi une couverture naturelle. Cette méthode efficace leur fait perdre 10 à 12 % de leur poids en une seule nuit. C’est là que la boule de graisse jouera un rôle décisif !

Merle dans les branches d'un arbre
Merci à Brigitte M pour la Photo

Où trouver des boules de graisses ?

Vous trouverez des boules de graisse facilement dans le commerce pour quelques euros. Vous pouvez si vous le souhaitez fabriquer vos propres boules de graisses. C’est simpleéconomique et encore plus nourrissant pour nos petits amis.


Recette de la boule de graisse

 Vous aurez besoin de :

– margarine végétale

– mélange de graines

– Graines de tournesol

A cette recette de base vous pouvez ajouter:

– Des fruits à coques (noisettes, noix, ou amandes concassées voir décortiquées)

– Des fruits secs (pommes, poires ou raisins secs)

Il vous faudra également:

-Filets de citrons, pommes de terre ou oranges

-Ficelle

la boule de graisse faite maison

 

Une fois tous vos ingrédients rassemblés :

-Mélangez le tout dans un saladier

-Formez des petites boules de la taille d’une clémentine ou d’une orange

-Placez vos boules dans un récipient au réfrigérateur durant une dizaine d’heures

-Découpez vos filets à la bonne taille disposez vos boules dedans et attachez-les avec votre ficelle

Attention aux autres animaux !

Prenez garde à ne pas faire dépasser de morceaux du filet une fois noué car les oiseaux pourraient se blesser en s’y coinçant le bec ou les pattes ! Pensez aussi  à les suspendre hors de la portée de votre chat ou de ceux du voisinage.

Et voilà ! Vous n’avez plus qu’à installer vos boules de graisse faite maison dans votre jardin ou à votre balcon et à guetter l’arrivée des petits gourmands.

Une activité sympa à réaliser pourquoi pas avec vos enfants. Vous avez prévu quoi pour occuper leur mercredi après-midi ?

Comment choisir son bac à sel ?

 

Découvrez notre tableau comparatif afin de choisir au mieux le bac à sel qui vous correspond !

NomBac à sel anti-vandalisme (cadenas non compris)Bac à sel compactCoffre à sel mobile sur roulettesBac à sable et sel avec pelle intégrée
VolumétrieDe 100 à 2200 LitresDe 110 à 400 Litres75 LitresDe 50 à 100 litres
Résistance au vadalismeOuiOuiNonNon
MobilitéPassage de fourchesPassage de fourchesSur roulettesNon
CadenassableOuiOuiNonEn option
Fourni avec pelleNonNonNonOui
Fermeture automatique, sécurité enfantOuiNonNonNon
Prixà partir de 279€ HTà partir de 293€ HT311€ HTà partir de 169€ HT

 

 

Témoignage :

« J’ai fait acheter un bac à sel pour mon entreprise. Hortik m’a conseillé un produit sûr, solide et garanti 10 ans, qui correspond parfaitement à mon entreprise ».
 
Jean-Michel Allaert, Directeur Général de ITB France (02100 Saint-Quentin)

Pour plus d’informations sur la sécurité au travail et l’accessibilité de votre ERP, trouvez encore plus d’informations sur le site handinorme.com

L’Amaryllis, une très jolie plante d’intérieur !

Fleurs d'amaryllis rose - Hippeastrum Vittatum

L’Amaryllis est l’une des plantes à bulbes les plus belles que vous pouvez cultiver à l’intérieur. Les fleurs de couleurs vives se tiennent  sur des tiges robustes qui poussent jusqu’à 60 cm de haut !

Les étapes pour la culture de l’Amaryllis :

  1. Choisissez des bulbes pour la plantation à l’automne ou au début de l’hiver. Prenez des bulbes fermes sans cicatrices, ni entailles ou dommages visibles.
  2. Plantez-les dans des pots en terre cuite où vous disposerez du terreau sablonneux.
  3. Prévoyez environ 5 cm entre le bulbe et le bord du pot. Laissez un espace entre la surface du sol et le bord du pot pour l’arrosage.
  4. Tassez la terre pour bien placer le bulbe et pour raffermir le sol. Ceci évitera que le bulbe ne bascule quand il sera en pleine croissance et qu’il deviendra lourd.
  5. Trempez le pot dans une bassine d’eau jusqu’à ce que le bulle cesse de remonter. Le premier arrosage aidera les racines à se développer.
  6. Gardez le sol à peine humide jusqu’à ce que le feuillage commence à se développer pour éviter la pourriture des racines.
  7. Placez le pot dans un endroit lumineux, qui reçoit la lumière indirecte. Le bulbe va commencer à croître une ou deux semaines plus tard.
  8. Une fois que le feuillage apparaît, gardez le sol humide. Lorsque le bourgeon de la fleur apparaît, retournez le pot tous les jours afin que la tige pousse droit.
  9. Utilisez un tuteur pour soutenir la tige si elle semble faible. Soyez très prudent de ne pas abimer le bulbe en insérant le tuteur dans le pot.
  10. Quand la fleur commence à faner, coupez-la, il se peut que d’autres poussent !
  11. Continuez un arrosage régulier une fois que la plante cesse de fleurir. Mettez un peu d’engrais de temps en temps. Votre bulbe sera prêt pour une prochaine fleuraison.
  12. Réduisez l’arrosage en fin d’été. Quand le feuillage est complètement fané, laissez sécher le bulbe pour le mettre « au repos« . Rempotez à nouveau en fin d’automne ou début d »hiver pour recommencer un nouveau cycle !

 




Conseils et avertissements pour avoir des amaryllis chez vous

  • Sélectionnez les plus gros bulbes vous pouvez vous permettre. Les gros bulbes signifient grosses fleurs.
  • Les bulbes d’Amaryllis sont assez chers, mais ils sont vivaces et reviennent années après années si vous les traitez bien !
  • Trop d’eau juste après la plantation peut faire pourrir les bulbes. Maintenez le sol humide jusqu’à ce que tout juste le feuillage apparaisse.
  • Les Amaryllis sont lourds. Placez-les à l’abri des chats !

 

 

 

Le jardin en décembre : ce qu’il faut faire ce mois ci !

Jardin sous la neige

Décembre, les premières neiges, du verglas, Noël et Nouvel an… Et oui on y est ! On pourrait penser qu’en décembre il n’y a plus rien à faire au jardin, et pourtant ! Alors pour bien finir l’année au potager, suivez le guide !

Jardin sous la neige

Les légumes et le potager

  • Il est temps de commencer les premiers semis sur couche chaude !
  • En hiver, pensez également à apporter du compost et engrais à votre terre pour la nourrir
  • Pour protéger vos légumes du gel et des intempéries, pensez à l’hivernage et paillage. Retrouvez nos conseils en hivernage ici.

 

Les légumes à récolter

Voici tous les légumes de saison à récolter ce mois-ci dans votre potager :

  • Les endives
  • Les carottes
  • Les poireaux
  • Les choux de Bruxelles
  • Les choux pommés
  • Les betteraves
  • Les courges
  • L’oignon
  • Les pommes de terre
  • La mâche
  • Le potiron
  • Les topinambours



Les légumes à semer et planter en décembre

On pourrait penser que parce qu’on est en décembre, il n’y a rien à semer ou à planter, ce n’est pas le cas, fort heureusement !

Vous allez juste vous adapter, et changer le mode de culture : semis, semis sur couches couches, semis sous serres châssis…  voici un petit guide pour les semis sur couche chaude

et ci dessous la liste des légumes à semer et planter ce mois-ci :

 Salade sous serre

  • Les pois (dans l’Ouest, le Sud Ouest et le Midi)
  • La mâche
  • La laitue
  • Les poireaux d’été (sur couche chaude)
  • L’estragon
  • Échalote grise
  • Les choux brocolis (sous serre châssis)
  • Le ciboule

 

Le verger en décembre

  • Plantez des petits fruits, des arbres à racines nues. Vous pouvez également planter des vignes résistantes aux maladies.
  • Ramassez les fruits momifiés et ceux tombés au sol
  • Traitez les arbres fruitiers s’ils sont atteints (pensez à les traiter quand ils ne gèlent pas s’ils sont malades !)

 

Les autres points à savoir pour décembre au jardin

Ramassez les feuilles qu’ils restent dans votre jardin de l’automne. Si vous possédez une serre, pensez à l’aérer quand il fait sec, cela fera le plus grand bien à vos plantes ! Décembre c’est aussi le temps de la jacinthe et de la poinsettia. Ces deux fleurs sont très décoratives, pour tout savoir sur comment les entretenir et les faire prospérer, retrouvez nos fiches conseils sur le blog !

 

 

Guide pratique : choisir le bon sapin de noël

sapin de noel

Quand Noël arrive, avoir un beau sapin est essentiel !

Suivez notre guide pour faire le meilleur choix!

 

 

  1. Mesurez la hauteur de votre plafond. Si l’arbre est trop grand, vous ne serez pas en mesure de mettre  une étoile ou un ange au sommet. N’oubliez pas de tenir compte de la zone dans laquelle vous envisagez de mettre votre arbre.
  2. Choisissez un arbre avec une forme attrayante qui correspond à vos besoins. Certaines personnes préfèrent des arbres courts et plus étoffés, d’autres longs, des arbres plus fins, d’autres encore préfèrent le « parfait » cône en forme d’arbre. Les détaillants savent cela, alors ils vous feront payer plus cher pour ces arbres. Assurez-vous donc d’avoir une idée du prix et des besoins que vous avez avant de l’acheter.
  3. Vérifier la fraîcheur du sapin avec l’une des méthodes suivantes:
    • Lorsque les arbres sont coupés et expédiés, ils subissent beaucoup de stress. La perte des aiguilles est normale. La plupart des détaillants vont secouer les arbres pour retirer ces aiguilles. La perte d’aiguilles peut être un signe d’un vieil arbre, mais ce n’est pas une méthode infaillible.
    • Une des meilleures façons de tester la fraîcheur est de retirer une aiguille fermement connectée et la plier à moitié. L’aiguille d’un nouvel arbre doit plier. Une aiguille qui ne se plie pas indique que l’arbre a été coupé depuis un certain temps.
    • Une des techniques les plus efficaces est de constater si l’arbre a encore de la sève. Si oui, l’arbre est frais. Pour vous aider, vous pouvez demander aux vendeurs, ils sauront sûrement vous indiquer le dernier arrivage !
    • La dernière solution est de plier une branche. Si elle casse, c’est que l’arbre est certainement vieux. Attention avec cette technique, elle peut abimer l’arbre…

 

 

La responsabilité du déneigement ! Hortik a mené l’enquête !

plantes en hiver avec de la neige dessus

La neige et le verglas viennent semer le trouble au sein de nos villes, aux alentours du mois de décembre et ce pour une durée parfois très longue !

Cette période de l’année est très festive et la neige, avouons-le … c’est plutôt joli !

Cependant, la neige et le verglas sont souvent la cause de bons nombres d’accidents parfois assez graves.

Hortik se posait la question de savoir si nous devons en tant que riverains prendre à notre charge le déneigement de notre pavillon ou est-ce à la mairie de s’en charger … .

Problématique bien trop importante pour ne pas y songer. Nous ne voudrions tout de même pas que des accidents arrivent à cause de nous surtout en période de fête.

Ce que la loi nous dit !

En principe, c’est à la commune de se charger de l’entretien des voies de circulation publiques (dont les trottoirs) situés en agglomération.

La loi nous dit que logiquement la police municipale doit assurer la sûreté et la commodité du passage dans les rues, les quais, les places et les voies publiques.

Mais, le maire peut imposer aux riverains, et ce par arrêté : le déneigement du trottoir situé devant chez eux en cas de chute de neige. Il en est de même en ce qui concerne les moyens à mettre en œuvre en cas de verglas. Le maire de votre commune apprécie au cas par cas en fonction des moyens dont dispose la ville s’il est opportun de faire supporter le déneigement des trottoirs pas les riverains.

Il vous est donc indispensable de vous renseigner auprès de votre mairie. Si vous avez la responsabilité du déneigement et du fait de retirer le verglas des trottoirs situés devant chez vous et si vous ne respectez pas vos obligations, votre responsabilité peut-être engagée lorsqu’un piéton est victime d’une chute sur votre trottoir.

Par ailleurs, dans le cas d’une voie privée fermée à la circulation publique, sachez que l’entretien du trottoir vous revient si vous êtes propriétaire de la voie.

 



Quelques méthodes pour déneiger et retirer le verglas !

 

Merci au sel, merci au sable !

La méthode la plus utilisée est d’épandre du sel et/ou du sable de déneigement sur le sol. Si vous ne mettez pas assez de sel ou de sable, vous aurez la tâche de recommencer plusieurs fois par jour. Sachez qu’il existe des épandeurs à sel ou à sable spéciaux pour déneiger ou enlever le verglas de nos trottoirs ! LE fait d’utiliser un épandeur permet d’optimiser votre épandage de sel ou de sable, il sera en effet mieux fait que si vous le faites vous-même à la main. Au sein des communes (oui nous pensons à vous aussi), les épandeurs doivent être utilisés si vous avez la lourde responsabilité de la sécurité de vos habitants ! C’est une solution facile et rapide ! 

Écolo : utilisez la pelle à neige !

Bien sûr, c’est long, mais c’est sûrement ce qu’il y a de plus « écologique ». Prenez bien le temps de retirer toute la neige qui risque de se transformer en verglas si vous n’êtes pas pointilleux ! 

Il existe de nombreux modèles de pelles à neige de ce type : pelle poussoir à neige ou encore, pour les moins courageux, il existe des pelles électriques !

Les cendres de cheminée !

Si le temps est doux, c’est une merveilleuse solution. L’avantage est que la cendre n’abîme pas la nature.

Hortik vous conseille de vous renseigner impérativement et de vous armer d’une pelle à neige et ce pour éviter tout problème ! Il en va de votre sécurité, celle de votre famille, celle de vos connaissances, et enfin celles de personnes inconnues !

Prendre soin de notre sécurité, c’est prendre soin de la sécurité de tous !

Si vous avez d’autres trucs et astuces quant au déneigement, partagez ! C’est avec intérêt que nous lirons vos commentaires !

6 manières de conserver ses carottes + 1 !

carotte, comment les conserver

Vous avez semé des carottes dans votre jardin ? Il ne vous reste plus qu’à les récolter et les conserver !

La conservation est la troisième et ultime étape du cycle. Nous ne pouvons pas nous permettre de la rater.

Vous avez mis du coeur à l’ouvrage pour avoir de belles carottes ? Hortik a récolté pour vous les 6 astuces pour conserver vos carottes encore plus longtemps !

 

Vos carottes sont arrivées à maturité : 2 solutions !

Ne paniquez pas ! Il existe bien des solutions pour conserver vos carottes ! Vous allez en trouver une qui vous conviendra c’est 100% sur !

Sachez tout d’abord que 2 solutions s’offrent à vous :

1. Les laisser en terre et bien les recouvrir de paille ou de fougères,

2. Les sortir de terre.

Une fois sorties de terre, la problématique de la conservation se pose. En effet, qui  n’a pas déjà eu dans son réfrigérateur des carottes noircies et immangeables ?

 

Les 6 astuces pour conserver vos carottes !

Astuce n°1 : hop merci la caisse en bois !

1. Ne lavez surtout pas les carottes pour qu’elle garde une « robe » de conservation. Ensuite découper les fanes est très important ; sachez qu’avec ces dernières on peut réaliser des petites recettes sympas !

2. Choisissez une caisse à la taille de vos récoltes, mettez-y du sable sec et de la terre sèche, et le tour est joué ! Si vous n’avez pas de caisse, le plus important est de les mettre dans un endroit sec et noir.

 

Astuce n°2 : mes carottes dans un tonneau ? Eh oui, c’est possible !

1. La première étape est la même que pour l’astuce n°1 : ne lavez pas vos carottes et découpez les fanes !

2. Prenez un tonneau à la dimension souhaitée, puis tapissez-le de sacs en papier. une fois cette étape réalisée, couvrez les sacs de paille et déposez vos belles carottes. Attention, il faut impérativement entrebâiller le couvercle pour les récoltes puissent respirer et rester belles & zen !

 

Astuce n°3 : creusez, creusez !

1. La première étape est la même que pour l’astuce n°1 : ne lavez pas vos carottes et découpez les fanes !

2. Creusez un trou dans la terre de votre espace vert puis fermez-le avec une planche ! Si vous avez l’âme d’un brocanteur, n’hésitez pas à récupérer un vieux tambour de machine à laver le linge à hublot ! Il fera aussi office de rangement pour nos jolies carottes.  Couvrez surtout le hublot par une tôle pour éviter les quelques visiteurs « non-désirés » !



Astuce n°4 : au réfrigérateur !

1. Lavez vos carottes récoltées puis découpez les fanes !

2. 3 possibilités s’offrent alors à vous. Enveloppez soit vos carottes dans un torchon, dans du papier journal noir et blanc, ou encore placez-les dans un sac plastique. L’avantage principal du torchon et du papier journal est l’absorption de l’humidité !

 

Astuce n°5 : la congélation !

1. Lavez vos carottes récoltées puis découpez les fanes !

2. Grattez vos carottes ou pelez-les en fonction du calibre de ces dernières. Il faut prêter attention à bien laver vos récoltes pour dire bye-bye à la terre ! Coupez-les ensuite selon vos envies : en tranches ou en bâtonnets, vous avez l’embarras du choix. Blanchissez-les dans de l’eau bouillante durant 3 – 4 minutes puis passez-les sous l’eau froide avant de les égoutter.  Enfin, mettez-les dans des sacs de congélation pour enfin les placez au congélateur.

C’est un long rituel mais vous aurez de délicieuses carottes à la maison pendant 1 an.

 

Astuce n°6 : à cuisiner !

1. Choisir de façon minutieuse vos carottes à cuisiner ! Les gratter ou les peler en fonction du calibre.

2. Placez les carottes dans de l’eau bouillante salée pendant 2 minutes.

3. Préparez une saumure : préparation salée pour conserver les aliments. Le dosage dépend du nombre de conserve que vous désirez réaliser. Pour 1 bocal : faites bouillir 1/5 litre d’eau, 5 g de sucre et 1 g de sel.

4. Mettre vos carottes toutes pimpantes dans le bocal et versez-y la saumure.

5. Si ce son des bocaux « Le parfait » ébouillantez les morceaux de caoutchoucs.

6. Placez votre ou vos bocaux fermés dans un stérilisateur.

Le tour est joué et vous aurez de délicieuses conserves toute l’année !

 

Astuce n° 7 : Laissez vos carottes en terre

(mise à jour du 09/05/2017)

Laissez vos carottes en pleine terre pendant tout l’hiver, c’est un très bon lieu de conservation.

Vous les récupérez alors au fur et à mesure de vos besoins. Simple et efficace

Il convient toutefois de les protéger avec de la paille ou des feuilles, selon ce que vous avez à disposition.

 

Voilà les petites astuces que nous vous proposons pour que vous puissiez tirer partie de vos semis de carottes ! Il n’y a plus qu’à se régaler !

En avez-vous d’autres ? Nous attendons avec impatience que vous partagiez vos expériences ! N’hésitez pas !

 

Les 8 astuces pour réchauffer nos serres !

serres, comment réchauffer sa serre

Les serres de jardin : 8 astuces pour les réchauffer !

Avoir une serre c’est super, que la fraîcheur pointe le bout de son nez l’est un peu moins ! Que faire pour protéger les espèces jusque alors soignées par les doux degrés de l’été et du printemps ?

Hortik vous donne les 8 trucs et astuces pour réchauffer les espèces qui vivent au sein de votre serre et ce dès les premières gelées ! C’est parti !

Astuce n°1 : placer des bassines d’eau dans les serres ! C’est une astuce de grand-mère qui fait encore ses preuves.

Astuce n°2 : d’autres placent, au fond d’un bidon noir un matériau. Ce bidon est à placer au soleil dans la serre. Le soleil tapera sur le bidon, ce qui produira de la chaleur ! Vous pouvez y mettre de l’eau ou encore de la pierre qui restitue encore bien la chaleur !

Astuce n°3 : faites attention de bien sélectionner les espèces qui habiteront au sein de votre serre. Pour celles et ceux qui vivent dans le nord, une sélection des espèces qui supportent bien le froid est nécessaire. En effet, si vous ne pouvez pas vous permettre de maintenir une chaleur constante dans votre serre lors des premières gelées, cette étape s’avère parfois nécessaire !

Astuce n°4 : chauffage électrique ou gaz/pétrole/fioul : les chauffages au gaz, au pétrole ou au fioul peuvent apporter de l’humidité (sauf si on met une évacuation pour les gaz à l’extérieur de la serre). Les chauffages électriques assèchent l’atmosphère mais peut s’avérer efficaces de nuit. Pour les petites serres (<5 m²), un chauffage électrique à bain d’huile est bien suffisant. De plus, il est inutile d’acheter un radiateur de 2000 W pour chauffer une serre de 8 m².

Astuce n°5 : les puits provençaux (ou canadiens) : installation longue et lourde ! C’est une solution qui utilise la technique de la géothermie. Elle peut être aussi coûteuse mais au final, vous ferez de véritables économies !




 

Astuce n°6 : le papier à bulles et le polystyrène : ces 2 matières sont très utiles lors de périodes de grands froids ! Ils deviennent nos amis. On scotche ou accroche des morceaux de l’une de ces 2 matières en les posant à l’intérieur de la serre et ce sur la paroi la moins exposée au soleil. Premièrement, l’air frais passera moins au travers de la serre et nos petits protégés seront très bien lotis ! Deuxièmement, nos protégées seront toujours exposées au soleil en journée !

Astuce n°7 : avoir le plus possible d’espèces au sein de votre serre accroît la chaleur ! Attention à ce que ces plantes soient des copines tout de même !

Astuce n°8 : n’oubliez  pas d’aérer votre serre ! L’hiver, la différence entre la température intérieure et extérieure est plus élevée, ce qui peut  favoriser un certain confinement induisant pourriture, maladies et nuisibles. L’aération est encore une fois préconisée, en plus d’une ventilation de la serre ! Attention de ne pas faire souffrir les espèces qui vivent au sein de votre serre en ouvrant l’aération quand les fraîcheurs sont extrêmes.

 

Voilà les 8 trucs et astuces pour protéger sa serre du froid dès que les premières gelées arrivent ! Vous pouvez tout à fait les combiner pour que les espèces les plus frileuses se sentent à leurs aises.

Et vous, avez-vous d’autres astuces ? Partagez-les nous, nous n’attendons que cela ! Pas vrai ?

 

Comment bien planter et entretenir l’échalote ?

Echalotes, planter et cultiver ses échalottes

Cette plante de la famille de alliacées est une plante condimentaire qui se cultive par son bulbe divisé en plusieurs caïeux ou gousses. Bénéfique pour la santé, cette plante est très simple à cultiver alors n’hésitez pas à en mettre dans votre potager !

Echalotes

 

Les variétés de l’échalote

Il existe plusieurs variétés d’échalote qui sont :

  • L’échalote « cuisse de poulet »
  • L’échalote de Jersey
  • L’échalote de Tunisie : elle se distingue par de très grosses gousses. Cette variété se conserve longtemps. Son gout ressemble à celui de l’oignon
  • L’échalote grise ou ordinaire : c’est la variété d’échalote la plus parfumée. Son gout est plus fort que les autres variétés cependant au niveau de la conservation, elle est assez courte (jusqu’à novembre ou décembre)
  • L’échalote Griselle

 

Culture de l’échalote

Type de sol

Pour pousser convenablement, l’échalote a besoin d’un sol léger, fertile qui est riche et bien drainé. Si vous avez un terrain argileux, nous vous conseillons de la cultiver en butte, cela facilitera le drainage et vous évitera d’avoir une terre lourde que l’échalote ne supporte pas.

Comment exposer l’échalote au jardin ?

Réservez un coin de terre ensoleillé pour vos échalotes, elles ne pousseront que mieux !



Période de plantation et de floraison

La plantation de l’échalote est à faire entre le mois d’octobre et le mois de janvier pour l’échalote grise dite ordinaire. Pour les autres variétés, vous pouvez les planter en février mars. Cependant, pour l’échalote de Tunisie, nous vous conseillons de la planter en avril quand le temps sera un plus clément.

En mai et juillet, vous pourrez voir la floraison de vos échalotes. Vous verrez alors apparaître de nombreuses feuilles vertes formant une touffe.

En juillet et aout, vous pourrez commencer à récolter vos échalotes une fois que le feuillage aura jauni et sera tombé. Une fois vos échalotes récoltées, laissez les sécher deux/trois jours au soleil avant de les consommer !

Plantation de l’échalotte

Pour planter ses échalotes rien de plus simple ! Prenez un caïeux (ou gousse) et enfoncez le dans le sol avec vos doigts à environ deux centimètres de profondeur. Plantez vos caïeux la tête en haut. Pensez également à bien espacer vos caïeux d’environ 10 à 15 cm l’un de l’autre.

Echalotes

Entretien

Fertilisation

Fertilisez vos échalotes à la fin de l’automne ou au début du printemps. Pour la fertiliser, apportez lui du compost ou des engrais naturels.

Entretien

Tout au long de la culture, binez et sarclez autour de vos échalotes. Avant que les gousses se forment, arrosez si votre plant en a besoin.

 

Les maladies et parasites dangereux pour l’échalote

La fonte des semis

La fonte des semis c’est lorsque vous remarquez au moment de la levée que certains plants ont disparu par endroit. Cette maladie apparaît lorsque votre terre est trop humide ou acide. Pour parer à ces soucis de terres, pensez à appliquer une rotation de vos cultures.

Le charbon de l’échalote

Cette maladie se reconnaît facilement. Vous voyez apparaître sur votre échalote des taches poussières grises dans un premier temps puis noires dans un second. Cette maladie est assez peu courante, cependant, si vous la rencontrez, nous vous conseillons d’arracher de suite les plants malades et de les bruler. Pour parer à cela, une fois de plus, pensez à la rotation des cultures !

Le mildiou

Le mildiou est lui aussi reconnaissable. Vous voyez apparaître des taches jaunes sur les jeunes feuilles puis vous voyez un duvet violet et poussiéreux se former. Pour parer au mildiou, nous vous conseillons d’utiliser de la bouillie bordelaise. Cela traitera en amont vos plantes contre le mildiou. Si jamais vos échalotes en souffrent, arrachez les pieds atteints et brulez les.

Le thrips de l’oignon

Le thrips est un insecte noir. Sa larve ainsi que l’insecte attaquent votre plant. Vous voyez les feuilles jaunir et se couvrir de petites taches blanches afin de se dessécher. Généralement, cet insecte attaque vos échalotes l’été en cas de sécheresse. Pour vous en débarrassez, pulvérisez de l’insecticide végétal.

La mouche de l’oignon

La larve de cette mouche va pénétrer dans le bulbe en creusant des galeries. Ces galeries vont faire pourrir votre bulbe. Une fois que la mouche a attaqué l’échalote et le bulbe vous ne pouvez rien faire mais vous pouvez en guise de traitement préventif pulvériser une macération à base de feuilles et de gourmands de tomates. S’il est trop tard et que votre pied est déjà attaqué, arrachez le et brulez le.

Le saviez vous ?

L’échalote a plusieurs propriétés. Elle est digestive, aphrodisiaque, diurétique mais elle contient également des vitamines A, B et C ainsi que du calcium, du fluor, de l’iode ou encore du fer… elle est donc bonne pour la santé ! Alors n’hésitez plus, plantez des échalotes et consommez les en salades ou cuites (mais avez modération quand même) !