L’Achillée millefeuille ou la Millefeuille nom latin : Achillea millefolium L.

L'Achillée millefeuille

Les informations classiques sur l’Achilée

Famille : Astéracées, Composées
Période de floraison : de juillet à septembre
Couleur des fleurs : blanc, jaune, rose, rouge
Type de végétation : vivace
Type de feuillage : caduc
Hauteur : de 0,50 à 1,20 m
Plantation, rempotage : printemps

L'Achillée millefeuille
L’Achillée millefeuille

 

Comment planter les Achilées, qu’ont elles besoin comme sol et exposition ?

Les achilées ont besoin de soleil, plantez les plein sud ! Par contre le sol doit être frais voire sec, mais bien drainé.

Les achilées aiment les sols neutres , avec une humidité normale à sec. Vous pouvez les planter dans des massifs, pour des bordures, ou encore dans la rocaille



 

Pour plus d’éléments :

Méthode de multiplication : semis au printemps, division de la touffe au printemps
Taille : coupez les premières fleurs fanées pour encourager l’apparition de nouvelles tiges
Maladies et ravageurs : l’oïdium, les pucerons

 

Comment choisir son bac à sel ?

 

Découvrez notre tableau comparatif afin de choisir au mieux le bac à sel qui vous correspond !

NomBac à sel anti-vandalisme (cadenas non compris)Bac à sel compactCoffre à sel mobile sur roulettesBac à sable et sel avec pelle intégrée
VolumétrieDe 100 à 2200 LitresDe 110 à 400 Litres75 LitresDe 50 à 100 litres
Résistance au vadalismeOuiOuiNonNon
MobilitéPassage de fourchesPassage de fourchesSur roulettesNon
CadenassableOuiOuiNonEn option
Fourni avec pelleNonNonNonOui
Fermeture automatique, sécurité enfantOuiNonNonNon
Prixà partir de 279€ HTà partir de 293€ HT311€ HTà partir de 169€ HT

 

 

Témoignage :

« J’ai fait acheter un bac à sel pour mon entreprise. Hortik m’a conseillé un produit sûr, solide et garanti 10 ans, qui correspond parfaitement à mon entreprise ».
 
Jean-Michel Allaert, Directeur Général de ITB France (02100 Saint-Quentin)

Pour plus d’informations sur la sécurité au travail et l’accessibilité de votre ERP, trouvez encore plus d’informations sur le site handinorme.com

3 conseils pour se débarrasser de la mouche de la cerise

mouche sur cerise

Comment se débarrasser de la mouche de la cerise, et pouvoir manger tranquillement ses cerises ?

La mouche de la cerise est une petite mouche  qui pond ses œufs sur les cerises qui mûrissent. Les oeufs vont donner des petits asticots de 5 à 6 mm dans vos cerises.
Ce phénomène se produit généralement de fin mai à fin juin mais peut perdurer jusqu’au mois de juillet. Chaque mouche dépose un œuf par fruit est sait parfaitement quels fruits ont déjà été visités.

 

mouche sur cerise

Les symptômes  de la mouche de la cerise :

  • La cerise infestée commence à brunir puis à flétrir.
  • Le fruit pourri de l’intérieur.

 

Ce sont les variétés à fruits tardifs qui sont les plus souvent touchées. Et il est, comme souvent avec les indésirables de nos jardin, assez difficile à déloger une fois installé.
 



 

Comment traiter les arbres atteints ?

  • En fin d’hiver : épandez du sulfate de fer
  • La solution la plus efficace reste de planter des variétés moins précoces (Bigarreau) dont les fruits arrivent à maturité avant que la mouche ne soit assez mature pour pondre et donc infester les cerises… mais ceci signifierait de ne plus manger les variétés précoces telles que les cerises Burlat, ou encore les cerises Noire de Meched, ce serait dommage.
  • Installez des pièges à base de sulfate d’ammonium pour faire diversion et attirer les mouches, on les appelle également pièges à phéromones.
BOITE-MOUCHE-FRUITS-piege-a-pheromones
  • Mettez en place des cartons jaunes enduits de glu.On les trouve dans le commerce : 100% naturel, ces cartons enduits de colle vont piéger les mouches avant qu’elles pondent. La couleur jaune des cartons, et également le produit attractif qu’ils contiennent, attirent les mouches, qui se retrouvent engluées sur les 2 faces du piège.

pieges a mouche pour les cerisiers - carton jaune avec glu

à retrouver dans vos jardineries

 

Autrefois, on pulvérisait un insecticide 100% naturel mais dangereux : la roténone. Ce produit est maintenant interdit aux jardiniers amateurs, pour avoir plus d’informations sur ses dangers : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rot%C3%A9none

La roténone, qu’est ce que c’est ? :

 La roténone est une molécule organique, naturellement produite par certaines plantes tropicales, qui est toxique pour de nombreuses espèces d’animaux à sang froid. Elle entre dans la composition de nombreux pesticides et insecticides.  

 

Comment se débarrasser des mouches chez soi ?

Si la mouche de la cerise pullule dans votre jardin, il est fort probable qu’en plus de décimer vos cerisiers, elle vienne gâcher vos moments en famille à l’extérieur voire qu’elle s’invite dans votre maison.

Il existe plusieurs moyens de se débarrasser des nuisibles volants :

    • Très basique, la tapette à mouches est économique mais son efficacité est modérée et dépend principalement de votre dextérité.
    • Plus moderne, la tapette à mouches électrique ne nécessite pas que l’insecte soit posé sur quelque chose et permet un résultat plus propre puisqu’il n’est pas écrasé mais électrocuté.
    • Encore plus radical, la lampe à UV anti-insectes, semblable à une sorte de gros grille-pain lumineux, vous permettra de vous débarrasser des nuisibles sur une surface plus grande et sans le moins effort.
    • Le papier tue-mouches, s’il est particulièrement inesthétique, reste efficace et peu cher. Il peut être positionné en complément des pièges à mouches du cerisier.
    • La solution la plus naturelle : la citronnelle. Celle-ci ne fonctionnant que dans les petits espaces, préférez son utilisation sur vos appuis de fenêtres dans le but d’éviter que les insectes rentrent dans votre logement.

 

Enfin, évitez d’utiliser des sprays qui sont pour la plupart aussi inutiles que coûteux et qui risquent tout autant de vous intoxiquer vous que les insectes dont vous essayez de vous débarrasser.

Les semis sur couche chaude : guide pratique !

Serre châssis GAYA 1,1m²

Dans plusieurs de nos articles on vous parle de semis sur couche chaude. Oui mais la couche chaude… c’est quoi ? Dans cet article on tachera de vous expliquer ce qu’est la couche chaude, ses avantages et surtout comment la faire. Alors pour tout savoir sur le sujet, suivez le guide !

Serre châssis GAYA

 

Les semis sur couche chaude… kesako ?

Faire des semis sur couche chaude st une technique de culture ancestrale qui revient au gout du jour. La couche chaude est une technique qui permet de faire gagner des degrés à votre serre et ainsi permettre de démarrer les semis avant la fin des gelées ! Elle est faite à partir de fumier frais (de cheval de préférence car il dégage beaucoup de chaleur), de terreau et de terre récupérée du jardin et atteint une température d’environ 20° pendant un mois et demis environ.  Au niveau des périodes, vous pouvez utiliser la couche chaude de novembre à mars.

En bref, la couche chaude c’est une superposition de couches qui vont naturellement réchauffer le sol et vous permettre d’avancer les semis par rapport aux saisons !

 



 

Faire sa couche chaude : guide pratique

Les outils nécessaires

Pour réaliser votre couche chaude, vous aurez besoin :

  • D’une bêche
  • D’une fourche
  • D’un broyeur puissant
  • De fumier ou d’un gros tas de déchets de feuilles et tailles de vos arbres (le fumier est tout de même préférable)
  • D’un châssis
  • Terreau

Les étapes de préparation

  • Commencez par définir l’endroit pour vos châssis et couche chaude. Privilégiez un endroit bien exposé au soleil et de préférence contre un mur, cela lui permettra d’être abrité du vent.
  • Posez votre châssis. Vous pouvez soi en acheter un tout fait ou en fabriquer un vous même à l’aide de 4 planches et de vitres pour le fermer.
  • Une fois le châssis monté, creusez un trou d’environ 40 cm de profondeur dans le châssis. Attention ! pensez à bien conserver la terre retirée pour faire le trou, elle sera nécessaire pour la suite.
  • Une fois le trou fait, mettez une couche d’environ 30 cm de fumier ou de compost si vous n’avez pas réussi à vous procurer de fumier. Tassez bien le fumier ou compost et arrosez le.
  • Mélangez la terre retirée pour faire le trou avec du terreau. L’idéal est de mélanger autant de terre retirée que de terreau. Tassez bien le mélange et recouvrez la couche de fumier.
  • Vous pouvez à présent refermer votre châssis. Dans les 3 semaines suivantes, vous devrez vérifier régulièrement la température. Dés que la température atteindra 20° à 25°C, vous pourrez commencer vos semis !

 

Nos conseils

  • Pensez à ne pas apporter trop d’eau à votre couche chaude. L’eau stagnante lui est néfaste car il a tendance à pourrir. L’eau stagnante est également une source de maladies pour vos semis. Si vous en avez l’occasion, préférez l’eau de pluie pour arroser la couche chaude. Grâce à votre récupérateur d’eau, vous pourrez la récolter très facilement. Nous vous conseillons le récupérateur d’eau 2 en 1 en forme d’amphore qui possède un bac à fleur et un robinet pour récolter les eaux de pluie.
  • Quand vous posez votre châssis, pensez à le poser en pente. Cela permettra aux eaux de pluie de s’écouler et votre châssis profitera pleinement des rayons du soleil !

Le jardin en janvier : ce qu’il faut faire ce mois ci !

Travaux d'hiver au potager

Janvier est considéré comme le mois le plus froid de l’année. Il est l’heure pour vos plantes de se reposer et de combattre le gel et les basses températures. Cependant, il y a quand même des choses à faire au jardin au niveau récoltes, plantations et entretien !

Travaux d'hiver au potager

Les légumes et le potager

  • Pensez à disposer des protections hivernales comme des toiles d’hivernage. Cela leur permettra de passer l’hiver et de ne pas avoir trop froid ! Si vous avez déjà installé des toiles d’hivernage, vérifiez qu’elles n’ont pas bougé avec le vent. Privilégiez la protection sur les poireaux et les artichauts qui sont fragiles !
  • Si vous semez sous serre châssis ou tunnels, pensez à les aérer en cas de beau temps.
  • Pour éviter le tassement du sol qui serait néfaste à vos légumes en cas de gel, pensez à installer des petites planches de bois pour créer des allées dans le potager.
  • Il est temps de préparer son plan potager et de préparer la liste des graines à commander ! On vous donne tous nos conseils plan potager sur cet article.
  • Pour aider la terre de votre potager, nous vous conseillons d’ameublir le sol et de lui apporter un peu d’engrais éventuellement. Attention ! Ces travaux sont à faire s’il ne gèle pas !

Les légumes à récolter

  • Les topinambours
  • La mâche
  • L’oseille
  • Les salsifis
  • Les choux de Bruxelles
  • Les panais
  • Les endives
  • Les choux
  • Les chicorées sauvages
  • Les poireaux
  • Les pissenlits



Les légumes à planter

  • L’ail *
  • Les échalotes *
  • Les oignons jaunes *
  • Les laitues romaines (semis sur couche)
  • Les poireaux d’été (semis sur couche)
  • Les navets
  • Ail rose (dans le sud)
  • Les épinards (dans le sud)
  • Les fèves (dans le sud)
  • Les pois (dans le sud)
  • Le chou pommé
  • Les laitues d‘hiver
  • Les carottes (sur couche chaude)
  • Les radis (sur couche chaude)
  • Les choux fleurs (sur couche chaude)

Travaux à faire s’il ne gèle pas

 Potager en janvier Hortik

Le verger

  • Il est temps de traiter les arbres fruitiers ! Pensez à les traiter à la bouillie bordelaise afin de les aider à lutter contre les maladies comme le mildiou.
  • Aidez vos arbres à bien pousser en enrichissant le sol
  • Pour les arbres à pépins, les groseilliers, les ronces et les vignes, il est temps d’être taillés !
  • Binez au pied de vos arbres
  • Si vous avez des oliviers, il est temps de les transplanter !
  • Si vous souhaitez multiplier vos litchis, avocatiers et manguiers, pensez à rentrer les noyaux de ces fruits et à les mettre sur un radiateur : cela leur permettra de profiter de la chaleur et de bien germer ! Vous pourrez ainsi les ressortir au jardin quand le printemps reviendra.
  • C’est le moment de prélever les greffons des arbres !

 

Les autres points

  • Pour les gens qui ont des plantes de balcon, il est temps de protéger du gel les plantes fragiles et les plantes qui sont dans des pots en terre cuite.
  • Envie de faire une jolie jardinière fleurie ? Vous pourrez la garnir de primevères et pensées !
  • Pour drainer vos plantes, pensez à recouvrir le terreau de vos jardinières d’une couche de billes d’argile ou encore de gravier.

 

 

 

La responsabilité du déneigement ! Hortik a mené l’enquête !

plantes en hiver avec de la neige dessus

La neige et le verglas viennent semer le trouble au sein de nos villes, aux alentours du mois de décembre et ce pour une durée parfois très longue !

Cette période de l’année est très festive et la neige, avouons-le … c’est plutôt joli !

Cependant, la neige et le verglas sont souvent la cause de bons nombres d’accidents parfois assez graves.

Hortik se posait la question de savoir si nous devons en tant que riverains prendre à notre charge le déneigement de notre pavillon ou est-ce à la mairie de s’en charger … .

Problématique bien trop importante pour ne pas y songer. Nous ne voudrions tout de même pas que des accidents arrivent à cause de nous surtout en période de fête.

Ce que la loi nous dit !

En principe, c’est à la commune de se charger de l’entretien des voies de circulation publiques (dont les trottoirs) situés en agglomération.

La loi nous dit que logiquement la police municipale doit assurer la sûreté et la commodité du passage dans les rues, les quais, les places et les voies publiques.

Mais, le maire peut imposer aux riverains, et ce par arrêté : le déneigement du trottoir situé devant chez eux en cas de chute de neige. Il en est de même en ce qui concerne les moyens à mettre en œuvre en cas de verglas. Le maire de votre commune apprécie au cas par cas en fonction des moyens dont dispose la ville s’il est opportun de faire supporter le déneigement des trottoirs pas les riverains.

Il vous est donc indispensable de vous renseigner auprès de votre mairie. Si vous avez la responsabilité du déneigement et du fait de retirer le verglas des trottoirs situés devant chez vous et si vous ne respectez pas vos obligations, votre responsabilité peut-être engagée lorsqu’un piéton est victime d’une chute sur votre trottoir.

Par ailleurs, dans le cas d’une voie privée fermée à la circulation publique, sachez que l’entretien du trottoir vous revient si vous êtes propriétaire de la voie.

 



Quelques méthodes pour déneiger et retirer le verglas !

 

Merci au sel, merci au sable !

La méthode la plus utilisée est d’épandre du sel et/ou du sable de déneigement sur le sol. Si vous ne mettez pas assez de sel ou de sable, vous aurez la tâche de recommencer plusieurs fois par jour. Sachez qu’il existe des épandeurs à sel ou à sable spéciaux pour déneiger ou enlever le verglas de nos trottoirs ! LE fait d’utiliser un épandeur permet d’optimiser votre épandage de sel ou de sable, il sera en effet mieux fait que si vous le faites vous-même à la main. Au sein des communes (oui nous pensons à vous aussi), les épandeurs doivent être utilisés si vous avez la lourde responsabilité de la sécurité de vos habitants ! C’est une solution facile et rapide ! 

Écolo : utilisez la pelle à neige !

Bien sûr, c’est long, mais c’est sûrement ce qu’il y a de plus « écologique ». Prenez bien le temps de retirer toute la neige qui risque de se transformer en verglas si vous n’êtes pas pointilleux ! 

Il existe de nombreux modèles de pelles à neige de ce type : pelle poussoir à neige ou encore, pour les moins courageux, il existe des pelles électriques !

Les cendres de cheminée !

Si le temps est doux, c’est une merveilleuse solution. L’avantage est que la cendre n’abîme pas la nature.

Hortik vous conseille de vous renseigner impérativement et de vous armer d’une pelle à neige et ce pour éviter tout problème ! Il en va de votre sécurité, celle de votre famille, celle de vos connaissances, et enfin celles de personnes inconnues !

Prendre soin de notre sécurité, c’est prendre soin de la sécurité de tous !

Si vous avez d’autres trucs et astuces quant au déneigement, partagez ! C’est avec intérêt que nous lirons vos commentaires !

Les 8 astuces pour réchauffer nos serres !

serres, comment réchauffer sa serre

Les serres de jardin : 8 astuces pour les réchauffer !

Avoir une serre c’est super, que la fraîcheur pointe le bout de son nez l’est un peu moins ! Que faire pour protéger les espèces jusque alors soignées par les doux degrés de l’été et du printemps ?

Hortik vous donne les 8 trucs et astuces pour réchauffer les espèces qui vivent au sein de votre serre et ce dès les premières gelées ! C’est parti !

Astuce n°1 : placer des bassines d’eau dans les serres ! C’est une astuce de grand-mère qui fait encore ses preuves.

Astuce n°2 : d’autres placent, au fond d’un bidon noir un matériau. Ce bidon est à placer au soleil dans la serre. Le soleil tapera sur le bidon, ce qui produira de la chaleur ! Vous pouvez y mettre de l’eau ou encore de la pierre qui restitue encore bien la chaleur !

Astuce n°3 : faites attention de bien sélectionner les espèces qui habiteront au sein de votre serre. Pour celles et ceux qui vivent dans le nord, une sélection des espèces qui supportent bien le froid est nécessaire. En effet, si vous ne pouvez pas vous permettre de maintenir une chaleur constante dans votre serre lors des premières gelées, cette étape s’avère parfois nécessaire !

Astuce n°4 : chauffage électrique ou gaz/pétrole/fioul : les chauffages au gaz, au pétrole ou au fioul peuvent apporter de l’humidité (sauf si on met une évacuation pour les gaz à l’extérieur de la serre). Les chauffages électriques assèchent l’atmosphère mais peut s’avérer efficaces de nuit. Pour les petites serres (<5 m²), un chauffage électrique à bain d’huile est bien suffisant. De plus, il est inutile d’acheter un radiateur de 2000 W pour chauffer une serre de 8 m².

Astuce n°5 : les puits provençaux (ou canadiens) : installation longue et lourde ! C’est une solution qui utilise la technique de la géothermie. Elle peut être aussi coûteuse mais au final, vous ferez de véritables économies !




 

Astuce n°6 : le papier à bulles et le polystyrène : ces 2 matières sont très utiles lors de périodes de grands froids ! Ils deviennent nos amis. On scotche ou accroche des morceaux de l’une de ces 2 matières en les posant à l’intérieur de la serre et ce sur la paroi la moins exposée au soleil. Premièrement, l’air frais passera moins au travers de la serre et nos petits protégés seront très bien lotis ! Deuxièmement, nos protégées seront toujours exposées au soleil en journée !

Astuce n°7 : avoir le plus possible d’espèces au sein de votre serre accroît la chaleur ! Attention à ce que ces plantes soient des copines tout de même !

Astuce n°8 : n’oubliez  pas d’aérer votre serre ! L’hiver, la différence entre la température intérieure et extérieure est plus élevée, ce qui peut  favoriser un certain confinement induisant pourriture, maladies et nuisibles. L’aération est encore une fois préconisée, en plus d’une ventilation de la serre ! Attention de ne pas faire souffrir les espèces qui vivent au sein de votre serre en ouvrant l’aération quand les fraîcheurs sont extrêmes.

 

Voilà les 8 trucs et astuces pour protéger sa serre du froid dès que les premières gelées arrivent ! Vous pouvez tout à fait les combiner pour que les espèces les plus frileuses se sentent à leurs aises.

Et vous, avez-vous d’autres astuces ? Partagez-les nous, nous n’attendons que cela ! Pas vrai ?

 

Comment bien planter et entretenir l’échalote ?

Echalotes, planter et cultiver ses échalottes

Cette plante de la famille de alliacées est une plante condimentaire qui se cultive par son bulbe divisé en plusieurs caïeux ou gousses. Bénéfique pour la santé, cette plante est très simple à cultiver alors n’hésitez pas à en mettre dans votre potager !

Echalotes

 

Les variétés de l’échalote

Il existe plusieurs variétés d’échalote qui sont :

  • L’échalote « cuisse de poulet »
  • L’échalote de Jersey
  • L’échalote de Tunisie : elle se distingue par de très grosses gousses. Cette variété se conserve longtemps. Son gout ressemble à celui de l’oignon
  • L’échalote grise ou ordinaire : c’est la variété d’échalote la plus parfumée. Son gout est plus fort que les autres variétés cependant au niveau de la conservation, elle est assez courte (jusqu’à novembre ou décembre)
  • L’échalote Griselle

 

Culture de l’échalote

Type de sol

Pour pousser convenablement, l’échalote a besoin d’un sol léger, fertile qui est riche et bien drainé. Si vous avez un terrain argileux, nous vous conseillons de la cultiver en butte, cela facilitera le drainage et vous évitera d’avoir une terre lourde que l’échalote ne supporte pas.

Comment exposer l’échalote au jardin ?

Réservez un coin de terre ensoleillé pour vos échalotes, elles ne pousseront que mieux !



Période de plantation et de floraison

La plantation de l’échalote est à faire entre le mois d’octobre et le mois de janvier pour l’échalote grise dite ordinaire. Pour les autres variétés, vous pouvez les planter en février mars. Cependant, pour l’échalote de Tunisie, nous vous conseillons de la planter en avril quand le temps sera un plus clément.

En mai et juillet, vous pourrez voir la floraison de vos échalotes. Vous verrez alors apparaître de nombreuses feuilles vertes formant une touffe.

En juillet et aout, vous pourrez commencer à récolter vos échalotes une fois que le feuillage aura jauni et sera tombé. Une fois vos échalotes récoltées, laissez les sécher deux/trois jours au soleil avant de les consommer !

Plantation de l’échalotte

Pour planter ses échalotes rien de plus simple ! Prenez un caïeux (ou gousse) et enfoncez le dans le sol avec vos doigts à environ deux centimètres de profondeur. Plantez vos caïeux la tête en haut. Pensez également à bien espacer vos caïeux d’environ 10 à 15 cm l’un de l’autre.

Echalotes

Entretien

Fertilisation

Fertilisez vos échalotes à la fin de l’automne ou au début du printemps. Pour la fertiliser, apportez lui du compost ou des engrais naturels.

Entretien

Tout au long de la culture, binez et sarclez autour de vos échalotes. Avant que les gousses se forment, arrosez si votre plant en a besoin.

 

Les maladies et parasites dangereux pour l’échalote

La fonte des semis

La fonte des semis c’est lorsque vous remarquez au moment de la levée que certains plants ont disparu par endroit. Cette maladie apparaît lorsque votre terre est trop humide ou acide. Pour parer à ces soucis de terres, pensez à appliquer une rotation de vos cultures.

Le charbon de l’échalote

Cette maladie se reconnaît facilement. Vous voyez apparaître sur votre échalote des taches poussières grises dans un premier temps puis noires dans un second. Cette maladie est assez peu courante, cependant, si vous la rencontrez, nous vous conseillons d’arracher de suite les plants malades et de les bruler. Pour parer à cela, une fois de plus, pensez à la rotation des cultures !

Le mildiou

Le mildiou est lui aussi reconnaissable. Vous voyez apparaître des taches jaunes sur les jeunes feuilles puis vous voyez un duvet violet et poussiéreux se former. Pour parer au mildiou, nous vous conseillons d’utiliser de la bouillie bordelaise. Cela traitera en amont vos plantes contre le mildiou. Si jamais vos échalotes en souffrent, arrachez les pieds atteints et brulez les.

Le thrips de l’oignon

Le thrips est un insecte noir. Sa larve ainsi que l’insecte attaquent votre plant. Vous voyez les feuilles jaunir et se couvrir de petites taches blanches afin de se dessécher. Généralement, cet insecte attaque vos échalotes l’été en cas de sécheresse. Pour vous en débarrassez, pulvérisez de l’insecticide végétal.

La mouche de l’oignon

La larve de cette mouche va pénétrer dans le bulbe en creusant des galeries. Ces galeries vont faire pourrir votre bulbe. Une fois que la mouche a attaqué l’échalote et le bulbe vous ne pouvez rien faire mais vous pouvez en guise de traitement préventif pulvériser une macération à base de feuilles et de gourmands de tomates. S’il est trop tard et que votre pied est déjà attaqué, arrachez le et brulez le.

Le saviez vous ?

L’échalote a plusieurs propriétés. Elle est digestive, aphrodisiaque, diurétique mais elle contient également des vitamines A, B et C ainsi que du calcium, du fluor, de l’iode ou encore du fer… elle est donc bonne pour la santé ! Alors n’hésitez plus, plantez des échalotes et consommez les en salades ou cuites (mais avez modération quand même) !

Calendrier des semis et récoltes de Janvier à Mars

Légumes du potager

Voici les informations de semis et de récoltes des plantes potagères.
Ce calendrier des semis vous indiquera les périodes de semis, de plantation, de repiquage et de récolte des légumes du jardin.

Suivez notre guide des semis et récoltes pour les 3 premiers mois de l’année :

JANVIER

– si vous êtes pressés : poireaux, asperges, oignons espagnols, ciboulette, romarin et lavande (semis en intérieur – fin de mois)
– carotte courtes à forcer, radis roses à forcer (semis sous abris – début de mois)
– laitue pommée printemps / batavia (semis sous abris – fin de mois)
– ciboulette (Semis pleine terre – fin de mois)
– chicorée Pain de sucre (récolte – début de mois)
– chicorée barbe de capucin, chicorée endive, chou brocoli, chou de Bruxelles, chou cabus d’hiver, chou d’hiver  frisé, chou de milan d’hiver, endive, oseille, mâche, mourre de porc (barkhausie), panais, persil frisé ou non, pissenlit, salsifis, scorsonère (récolte – fin de mois)

FEVRIER :

– asperges, basilic, céleris, ciboulette, estragon, lavande, marjolaine, menthes, oignons, oignons espagnols, persil, poireaux, romarin, sauge, thym (semis en intérieur – fin de mois)
– carottes courtes à forcer,  laitue pommée printemps / batavia, navets, radis roses à forcer (Semis sous abris)
– artichaut, aubergine longue hâtive, carotte 1/2 longue hâtive, céleri à côtes, ciboule, ciboulette, melon, piment, poireau, poivron, tomates précoces(semis sous abris – fin de mois)
– chou-fleur, échalote, estragon , oignon blanc très hâtif, persil frisé, pois à rames grain rond, pois nain grain rond, radis roses pleine terre (Semis pleine terre)
– brocolis, oignons de couleur (Semis pleine terre – fin de mois)
– ail rose, échalote, oignon (plantations – fin de mois)
– chicorée sauvage (trévise, Vérone), chou de Bruxelles, chou cabus d’hiver, chou de milan d’hiver, chou d’hiver frisé, chou brocoli, endives, laitue pommée d’hiver / batavia, mâche, mourre de porc (barkhausie), oseille, persil, persil frisé, pissenlit, radis roses à forcer, salsifis, scorsonère (récolte )
– épinard de printemps (récolte – fin de mois)


MARS :

– asperges, basilic, céleris, ciboulette, estragon, lavande, marjolaine, menthe, oignons, oignons espagnols, persil,  poireaux, romarin, sauge, thym (semis en intérieur )
– aubergine, basilic, betterave, carotte 1/2 longue hâtive, céleri branches, céleri à côtes, chou cabus d’été / automne, chou rouge, courge, courgette, laitue pommée printemps / batavia, melon, navets, piment, poireaux, poivron, radis roses pleine terre, tomate (semis sous abris )
– chou de Bruxelles, chou de milan d’été / automne, concombre,  cornichon, fenouil, potirons (semis sous abris – fin de mois)
– ail blanc, artichaut, carotte longue ou 1/2 pleine terre, chou fleur hâtif, choux, ciboule, ciboulette, échalote, estragon, laitue à couper, laitue romaine, navet de printemps, oignon de couleur, oignon blanc très hâtif, oignon blanc à confire, persil frisé ou non, pois nain grain rond, pois à rames grain rond, salsifis, scorsonère (Semis pleine terre )
– arroche, asperge, épinard d’automne, fève, laitue pommée été / automne / batavia, panais, persil « racines », pissenlit, poireaux, pois à rames grain ridé, pois nain grain ridé, rutabaga (Semis pleine terre – fin de mois)
– ail, asperges, échalotes, oignons de couleur, pommes de terre précoces (plantations)
– chicorée sauvage (trévise, Vérone), chou brocoli, chou de Bruxelles, chou d’hiver frisé, endives, épinard de printemps, estragon, laitue pommée d’hiver / batavia, mâche, mourre de porc (barkhausie), oseille, persil frisé ou non, pissenlit, poireaux, radis roses à forcer, romarin, salsifis, scorsonère, thym (récolte)
– radis roses pleine terre (récolte – fin de mois)

 Légumes du potager

 

4 étapes pour la fin de l’hiver : tondre,débroussailler,scarifier, tailler.. au boulot !

Jasmins d'hiver, région nord, janvier 2014

Comment préparer le potager au retour du printemps en profitant de l’hiver

 

Cette année, nous avons à faire à un hiver plutôt discret, on entend par là que le froid n’est pas excessif, il n’y a pas vraiment de gelée et donc le jardin ne se dégrade pas énormément comparé aux autres années. C’est plutôt une bonne nouvelle car cela annonce moins de travail d’entretien dans le jardin à l’arrivée du printemps et donc plus de temps pour les autres choses de la vie. Clairement, et pour aborder le sujet, il va plutôt falloir se préparer pour le printemps et être prêt à attaquer l’entretien du jardin à nouveau. Voici quelques conseils :

Nous allons essayer de suivre un ordre correct dans les tâches à effectuées afin de ne devoir faire ce que l’on à déjà fait auparavant.

Etape 0, Avant tout : Munissez vous d’un broyeur !

Avant tout, et si vous possédez un jardin de taille moyenne, il est conseillé de vous munir d’un broyeur, ce dernier vous permettra de récupérer tous les déchets que vous allez créer durant l’entretien de votre jardin. Essayez de le placer à un endroit pratique lorsque vous allez commencer à travailler dans votre jardin de façon à ne pas avoir à le déplacer sans arrêt, la terrasse est souvent l’idéal car rien ne vous gênera autour.



 

Étape 1 : tondre la pelouse

La première étape que vous allez pouvoir effectuée est la tonte de la pelouse, grâce à un tracteur tondeuse, vous allez pouvoir prendre le temps de couper toute l’herbe. Attention à ne pas couper trop court afin de ne pas avoir de surprise, une pelouse coupée trop courte n’est pas très belle.

 

Jasmins d'hiver, région nord, janvier 2014
Jasmins d’hiver

Étape 2 : débroussailler

Pour vous aider à bien finir votre terrain et votre tonte, il va falloir vous munir d’une débroussailleuse. Cette dernière est une machine légère et très facile d’utilisation qui vous permettra de couper l’herbe dans les moindres recoins comme autour des parterres ou de vos arbres.

Étape 3 : scarifier

Une fois cela effectué, vous allez pouvoir vous occuper de la santé de votre pelouse, en effet la mousse c’est accumulée durant l’hiver et cela l’empêche de pousser correctement. Le scarificateur va vous permettre de redonner un coup de fraîcheur et d’alimenter en éléments nutritifs plus aisément le sol, la pelouse n’en sera que plus dense et plus verte.

 

Étape 4 : tailler

Et pour finir, il faudra passer à la taille de vos haies, ces dernières ont besoin d’être coupées si vous ne voulez pas vous retrouver avec des haies énormes qui gêneront le passage et qui ne seront plus géniales esthétiquement. Le taille haie vous permettra de faire ce travail efficacement, attention toutefois à couper un peu moins dans le bas de la haie afin d’éviter qu’elle ne penche.

 

Ce sont là les tâches les plus importantes à effectuer dans votre jardin pour le maintenir en bon état facilement, à vous de jouer !