3 conseils pour se débarrasser de la mouche de la cerise

mouche sur cerise

Comment se débarrasser de la mouche de la cerise, et pouvoir manger tranquillement ses cerises ?

La mouche de la cerise est une petite mouche  qui pond ses œufs sur les cerises qui mûrissent. Les oeufs vont donner des petits asticots de 5 à 6 mm dans vos cerises.
Ce phénomène se produit généralement de fin mai à fin juin mais peut perdurer jusqu’au mois de juillet. Chaque mouche dépose un œuf par fruit est sait parfaitement quels fruits ont déjà été visités.

 

mouche sur cerise

Les symptômes  de la mouche de la cerise :

  • La cerise infestée commence à brunir puis à flétrir.
  • Le fruit pourri de l’intérieur.

 

Ce sont les variétés à fruits tardifs qui sont les plus souvent touchées. Et il est, comme souvent avec les indésirables de nos jardin, assez difficile à déloger une fois installé.
 



 

Comment traiter les arbres atteints ?

  • En fin d’hiver : épandez du sulfate de fer
  • La solution la plus efficace reste de planter des variétés moins précoces (Bigarreau) dont les fruits arrivent à maturité avant que la mouche ne soit assez mature pour pondre et donc infester les cerises… mais ceci signifierait de ne plus manger les variétés précoces telles que les cerises Burlat, ou encore les cerises Noire de Meched, ce serait dommage.
  • Installez des pièges à base de sulfate d’ammonium pour faire diversion et attirer les mouches, on les appelle également pièges à phéromones.
BOITE-MOUCHE-FRUITS-piege-a-pheromones
  • Mettez en place des cartons jaunes enduits de glu.On les trouve dans le commerce : 100% naturel, ces cartons enduits de colle vont piéger les mouches avant qu’elles pondent. La couleur jaune des cartons, et également le produit attractif qu’ils contiennent, attirent les mouches, qui se retrouvent engluées sur les 2 faces du piège.

pieges a mouche pour les cerisiers - carton jaune avec glu

à retrouver dans vos jardineries

 

Autrefois, on pulvérisait un insecticide 100% naturel mais dangereux : la roténone. Ce produit est maintenant interdit aux jardiniers amateurs, pour avoir plus d’informations sur ses dangers : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rot%C3%A9none

La roténone, qu’est ce que c’est ? :

 La roténone est une molécule organique, naturellement produite par certaines plantes tropicales, qui est toxique pour de nombreuses espèces d’animaux à sang froid. Elle entre dans la composition de nombreux pesticides et insecticides.  

 

Comment se débarrasser des mouches chez soi ?

Si la mouche de la cerise pullule dans votre jardin, il est fort probable qu’en plus de décimer vos cerisiers, elle vienne gâcher vos moments en famille à l’extérieur voire qu’elle s’invite dans votre maison.

Il existe plusieurs moyens de se débarrasser des nuisibles volants :

    • Très basique, la tapette à mouches est économique mais son efficacité est modérée et dépend principalement de votre dextérité.
    • Plus moderne, la tapette à mouches électrique ne nécessite pas que l’insecte soit posé sur quelque chose et permet un résultat plus propre puisqu’il n’est pas écrasé mais électrocuté.
    • Encore plus radical, la lampe à UV anti-insectes, semblable à une sorte de gros grille-pain lumineux, vous permettra de vous débarrasser des nuisibles sur une surface plus grande et sans le moins effort.
    • Le papier tue-mouches, s’il est particulièrement inesthétique, reste efficace et peu cher. Il peut être positionné en complément des pièges à mouches du cerisier.
    • La solution la plus naturelle : la citronnelle. Celle-ci ne fonctionnant que dans les petits espaces, préférez son utilisation sur vos appuis de fenêtres dans le but d’éviter que les insectes rentrent dans votre logement.

 

Enfin, évitez d’utiliser des sprays qui sont pour la plupart aussi inutiles que coûteux et qui risquent tout autant de vous intoxiquer vous que les insectes dont vous essayez de vous débarrasser.

Stop aux cochenilles, parasites fréquents dans nos jardins !

Les cochenilles, insectes parasites des plantes (phytophages)

La cochenille est l’un de parasite les plus fréquent sur nos plantes d’intérieures mais également dans nos jardins dès la fin du printemps.

 

Les plantes les plus fréquemment touchées sont aussi nombreuses que variées : le ficus, l’hibiscus, les orchidées, les agrumes, les hortensias, le lilas ou encore l‘olivier.

 

La cochenille est un très petit parasite (0 ,6 cm de long en moyenne) de forme ovale et sécrète un amas blanc ou rosé qui lui donne un aspect cotonneux.
La fréquence de ponte de la femelle est rapide, après éclosion, la nymphe se développe avec 3 stades larvaires successifs.

 

Les cochenilles que l’on trouve sur les plantes peuvent donc être : des œufs, des larves ou des femelles adultes.

 

 

 

Les symptômes de la présence des cochenilles

La cochenille laisse un voile blanc qui s’observe sur les tiges et les feuilles de vos plantes, le long des nervures sur la face inférieure.

Pour se développer et pouvoir se reproduire, la cochenille a besoin de chaleur et d’humidité, elles aiment particulièrement les milieux confinés et surtout les températures élevées.

C’est pourquoi on retrouve souvent la cochenille sur nos plantes d’intérieures surtout lorsqu’elles sont vaporisées régulièrement.

Ce parasite se nourrie de la sève des plantes ce qui fini par les affaiblir.


Comment s’en débarrasser ?

  • Enlevez les carapaces avec un chiffon imbibé de bière
  • Vaporiser sur toutes les parties atteintes une solution de savon noir additionnée à 1% d’alcool à brûler
  • En cas de grosse invasion, faites disparaître les branches infectées.

Une fois le traitement effectué, surveillez régulièrement vos plantes pour éviter d’autres invasions du parasite.

 

Découvrez toutes nos astuces et remèdes de grand-mères sur le blog Hortik !

5 astuces de grand-mère contre les maux du jardin !

picto de mamie avec un bouquin

Voici 5 trucs et astuces proposés par mère-grand Ombeline, afin de nettoyer, traiter, cultiver votre jardin naturellement, et sainement.

Bons travaux au jardin !


1. Comment se débarrasser des fourmis, escargots et limaces :

 

Avec le marc de café!Mélangé à un peu d’eau et pulvérisé sur vos plantes, il les protégera des insectes.

 

 

2. Comment éviter les inondations au jardin:

 

Plantez des iris.Les iris absorbent beaucoup d’eau durant la saison des pluies et vous seront d’une grande utilité pour ne pas détremper vos sols.



3. Comment faire fuir les pucerons :

 

Voici la recette : Mélangez une cuillère à soupe de bicarbonate de soude, 3 cuillères d’huile et une tasse d’eau.
Pulvérisez la mixture sur les plantes colonisées par les pucerons et ils disparaîtront en quelques jours.

 

4. Comment éloigner les mulots :

 

mulotsUtilisez du purin de sureau.Pour le fabriquer, faites macérer 1kg de feuilles de sureau dans 10L d’eau pendant 8 jours.Filtrez et répandez sur vos cultures.

 

5. Comment faire un pesticide bio :

Voici la recette d’un pesticide bio : Il vous faudra faire bouillir dans 4L d’eau : 3 piments, 1 oignon et 1 gousse d’ail que vous aurez préalablement écrasé grossièrement.Pulvérisez ensuite, et c’est gagné !

 

 

 

Hé !

N’oubliez pas de suivre les conseils de mère-grand Ombeline

"Je fais fuir les escargots et les limaces" livre de Sofie Meys – mars 2013

livre "je fais fuir limaces escargots" de Sofie Meys

Nous avons croisé un petit livre (110 pages tout de meme) que les nuisibles et surtout les mollusques (limaces et escargots notamment) pourraient fort bien ne pas apprécier du tout : « Je fais fuir les escargots et les limaces » livre de Sofie Meys – parution mars 2013

Verdict de notre lecture : un livre bien écrit, agréable à lire, et très intéressant : on y trouve des trucs et astuces pour se débarrasser des limaces et escargots, mais aussi pour les comprendre et mieux apprécier ce qui fera que l’on en aura moins dans son jardin.

livre de Sofie Meys

Ce livre s’appelle « Je fais fuir les escargots et les limaces »

l’auteure : Sofie Meys, qui est rédactrice en chef ‘un magazine de jardinage

les éditions : La Place

le nombre de pages : 112 pages

la date de parution : 1er mars 2013

le prix de vente conseillé : 8,95€TTC , en vente ici par exemple


La 4e de couverture :

Votre jardin est envahi par les limaces ? Il faut dire qu’elles y vivent comme des coqs en pâte : la table est mise et les prédateurs sont loin.

Avant de leur déclarer la guerre, réfléchissez par deux fois : vous aurez plus de chances de vous débarrasser de vos hôtes voraces à  l’aide de méthodes durales et en rétablissant l’équilibre biologique de votre  jardin qu’en tentant à tout prix de leur tordre le cou.

Mieux vaut faire la paix avec les mollusques :

– en créant des habitats pour leurs prédateurs naturels;

– en choisissant des plantes qui leur résistent et qui les font fuir;

– en traitant correctement le sol;

– en installant des protections antilimaces.

Vous serez surpris de ce que vous allez apprendre sur ces petites bêtes gourmandes mais inoffensives, leur mode de vie et leur utilité au jardin !

et en attendant de lire ce livre, voici nos conseils pour éradiquer ces limaces et escargots

nos petits conseils à nous :

article : 12 trucs et astuces pour repousser les limaces

article : dans la famille des nuisibles, je demande escargots et limaces

bonnes lectures

Au secours… des pucerons!

Comment se débarrasser des pucerons sur les rosiers ?

Les pucerons sont des insectes très prolifiques. Ils sont très nuisibles pour de nombreuses espèces de végétaux qu’ils colonisent. Il en existe de très nombreuses espèces. Les pucerons piquent les tissus tendres des feuilles des fruits ou des racines pour se nourrir de la sève de la plante.

On décèle facilement leur présence en constatant l’enroulement des jeunes feuilels et la déformation des jeunes pousses. Ils sécrètent une substance sucrée et visqueuse appelée miellat qui attire les fourmis, également nuisibles à vos plantes. Enfin, certaines espèces de pucerons sont des vecteurs de maladies pour la plante hôte.

Parmi les espèces les plus attaquées, on retrouve les rosiers mais aussi le tilleul, l’épicéa et certains fruitiers comme le poirier, le pêcher ou le cerisier.

Les dégâts ont lieu le plus souvent au printemps et au début de l’été. Dès qu’on découvre les premiers pucerons il faut agir vite car ils se multiplient rapidement!

Traitements: comment venir à bout des pucerons?

Sur les arbres fruitiers on peut détruire les oeufs par un traitement préventif d’hiver avec une huile jaune. Sur les légumes,il faut traiter dès l’apparition des pucerons. On trouve en jardinerie de nombreux insecticides destinés spécifiquement à leur destruction.

Si on veut favoriser une agriculture bio on peut utiliser du purin d’orties qui non seulement agit sur les insectes mais joue aussi un rôle d’engrais pour les plantes traitées

En agriculture bio, l’ennemi des pucerons sont les coccinelles qui se nourrissent essentiellement de grandes quantité de pucerons, on en trouve maintenant en jardinerie. Evidemment dans ce cas, l’introduction de coccinelles dans son jardin exclut totalement tous traitements chimiques qui détruiraient aussi les coccinelles!!!

Un truc de mon copain Yannic que je n’ai pas testé, est d’utiliser des pulvérisations de savon noir dilué dans l’eau à 5%. Le savon asphyxierai les parasites sans pour endommager la plante. Si vous avez deja experimenté, ca m’interesse.

L’efficacité de tous ces traitements est d’intervenir très tôt, dès le début de l’infection, et de surveiller quotidiennement une possible réinfection.

Bonne chasse aux pucerons…

Michel

Pour traiter votre jardin naturellement avec des insecticides maison et bio, c’est par ici !

Larve de hanneton, Melolontha

Hanneton, comment s'en débarrasser

Description

Les larves de hanneton sont typiquement en forme de « C« . Ce sont des vers blancs crémeux allant de 2 à 25 mm de long. Il existe plusieurs espèces de ravageurs importants et les adultes varient de 5 à 20 mm. Les adultes sont habituellement coléoptères bruns ou noirâtres. Les coléoptères volent facilement et sont attirés par les lumières.

 

 

Cycle de vie

Le cycle de vie complet peut prendre un ou deux ans. Certaines espèces ont une longue étape larvaire qui s’étend sur 12 à 18 mois. Dans la plupart des espèces, la larve est active pendant l’automne et l’hiver.

Dommages

Les larves de hanneton et certaines espèces sont des parasites qui peuvent causer de graves dommages et une faible croissance des pâturages et peut ralentir la croissance ou tuer de grandes surfaces de céréales ou les lupins. Les jeunes plants sans système racinaire étendu sont les plus touchées. Les coléoptères adultes sont également très destructeurs car ils se nourrissent des feuillages des arbres. Les plantes les plus sensibles sont les légumes racines, pommes de terre, plantes potagères et bien d’autres.



Traitement contre les larves de hanneton

Le contrôle des larves de hanneton est rarement facile. Les espèces nuisibles peuvent être contrôlés avec des produits chimiques après la plantation quand les larves restent sous terre. La culture, la plantation peu profonde et une densité de semis élevée peut aider à surmonter le problème. Le problème est plus grave lorsque la croissance est lente au début. Les grandes populations peuvent être présentes dans les jeunes cultures et dans les pâturages sans causer de dégâts importants.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Traitement préventif : binez souvent votre potager, vos massifs, cette technique permettra d’exposer les larves à leur prédateur. A faire au printemps surtout, lorsque les vers blancs remontent vers la surface du sol.
  • Traitement chimique : ils sont peu efficaces contre les vers blancs.
  • Traitement Bio : Les taupes se nourrissent de ces vers alors laissez les dans votre jardin! Enfin, vous pouvez aussi introduire un champignon dans votre sol au printemps : le Beauveria brongniartii.

Le match : Orties contre Asters

aster, bouquet de jolies fleurs blanches

 

aster fleur Il y a 10 ans, lorsque nous avons emménagé, tout au bout du jardin, il y avait une zone d’irréductibles .. mais non, pas de gaulois (et pourtant c’est de saison), mais d’orties.

Courageusement, nous avons désherbé, re-désherbé, à la main( pas super super les orties à la main), puis, avec une aide chimique, un désherbant total (c’est pas bien, on sait on sait!) …

– > Résultat = orties : 1 / nous : 0

Alors, comme j’avais pu admirer une zone couverte de pervenches , du plus joli effet sur 6 m2, dans un jardin privé, je me suis dit qu’elles semblaient assez couvrantes pour empêcher les orties de repousser. La zone était peut-être un peu trop ensoleillée pour des pervenches … Elles poussaient bien, mais …



– > Résultat = orties : 2 / nous : 0

Dans un autre coin du jardin, nous avions fait pousser des asters, et tous les ans, il fallait les empêcher de prendre trop de place. Alors, nous nous sommes dit : « et si …. (et si les asters pouvaient prendre la place des orties) » . Nous avons donc repiqué les mottes enlevées là où il y en avait trop, et les avons plantées à l’endroit de la zone concernée par les orties. Maintenant, quelques années plus tard, les asters ont pris toute la place …

-> Résultat = les orties : KO

Mais … et oui, il y a toujours un mais… maintenant … nous devons régulièrement repousser un nouvel envahisseur … l’achillée millefeuille, dont quelques éléments se glissent dans la touffe d’asters

Y aura-t-il un nouveau match achillée millefeuille contre aster ?

Admirez donc mes jolies asters, ne sont-elles pas jolies ?

aster jolie fleur

Vive le jardin : rien n’est défini totalement, il y a toujours des choses à faire et à voir…

A retenir : si vous ne souhaitez plus d’orties, que vous voulez vous débarrasser des orties, les asters sont vos amies et un bon moyen de supprimer ces orties… qui a d’autres inconvénients, certes, mais bon 🙂

Dans la famille des nuisibles, je demande les taupins !

taupin, s'en débarrasser

Ce coléoptère surnommé le ver fil de fer dépasse parfois 1 cm de longueur ; son cycle de vie est de 5 années!

Les larves, qui atteignent parfois 2.5 cm de longueur sont très minces, d’un jaune brillant avec une tête brune à noirâtre et d’une peau en forme d’écaille. Elles s’attaquent aux racines souvent au niveau  du collet, provoquant la mort des plantes touchées.

Beaucoup de plantes craignent la larve du taupin, principalement les jeunes plants de betteraves, la carotte, le maïs, la pomme de terre, la tomate et le fraisier.

taupin

Les soins préventifs contre ce nuisible

–          Le respect des rotations s’avèrent particulièrement important. Les amendements corrects jouent également un rôle ainsi que la nature d’engrais verts.

–          Les larves du taupin se développent souvent dans des sols acides. Dans ce cas, le meilleur remède consiste en un apport de lithothamne à l’automne et à la fin  de l’hiver (2kg pour un are)

Comment éliminer le taupin

–          Les binages réguliers et répétés permettent de lutter efficacement contre les œufs et la multiplication des larves.

–          Le sel marin agit aussi mais il s’applique avec précaution et modération (de 1 à 2 kg par are au maximum)

larve taupin



Les autres moyens

                Les pièges

–          Enterrer dans la terre des pommes de terre à 4 ou 5 cm de profondeur après les avoir coupées en deux et creusées légèrement: placer ces quartiers la face coupée et creusée vers le sol. Bien repérer les emplacements et les visiter régulièrement. Ramasser les larves pour les détruire ; très dures, elles ne s’écrasent pas facilement, d’où sans doute leur surnom, « le ver fil de fer ».

–          Enterrer au ras du sol des boites de conserves percées de nombreux trous de plusieurs millimètres, les remplir d’épluchures de pommes de terre. Vider les boites toutes les deux semaines et éliminer les larves. Renouveler à chaque fois les épluchures et continuer à opérer régulièrement en cas d’invasion importante.

                  Les ennemis

Les ennemis de la larve du taupin sont :

Les carabes, les hérissons, les musaraignes, les taupes, et les oiseaux…

Dans la famille des nuisibles du jardin, je demande les courtilières !

courtilière, comment éradiquer

Cet orthoptère long de 4 à 5 cm, est connu sous les noms de « taupe-grillon », « avant-taupe », »laboureuse », ou encore « taupette ».

Ressemblant à un grillon brun velouté, il se trouve principalement dans les terres humides, légères et ameublies. Son cycle évolutif est de deux années.

C’est pendant la nuit que la courtilière cherche sa nourriture (lombrics, vers blancs, fourmis…), commettant certains dégâts en creusant des galeries superficielles. Elles s’attaquent aux organes souterrains de toutes les plantes potagères et bouleverse les semis.

Cet insecte parasite est l’un des plus redoutés du potager.

courtilière

Comment éliminer la taupette ou courtilière

Les galeries superficielles creusées par la courtilière mènent à des « puits verticaux » qui lui servent d’abris.

–          Dégager légèrement le dessus de ces galeries et verser, avec un arrosoir (au goulot), une solution d’insecticide végétal (pyréthrine et roténone) dosée à 2 ou 3 cuillerées à café par litre d’eau ; inonder les galeries.

–          A l’aide d’une bêche, détruire les nids, reconnaissable à leurs petites élévations de terres entourées de  débris de végétaux secs : creuser jusqu’à environ 25cm de profondeur ; repérer l’abri contenant les œufs (le nid, en forme de boule, est entouré d’une enveloppe de terre dure) : ramasser les œufs et les détruire.

–          Le purin d’ortie non dilué, pulvérisé dans les galeries est efficace.



Les autres moyens pour l’éliminer

                Les pièges

–          A la fin du mois de mars et jusqu’en septembre, enterrer au ras du sol, parmi les cultures, des boites de conserve collectives (grand format) ; les courtilières qui tombent dedans ne pourront plus remonter. Pour les attirer, il suffit de verser une cuillerée à soupe d’essence de térébenthine par boite. Pendant la belle saison, visiter ces pièges tous les jours et détruire les prisonnières.

–          Placer dans divers endroits du jardin des petits tas de fumier de cheval frais ; chaque matin visiter ces pièges et détruire les courtilières  qui s’y abritent.

–          Début octobre creuser quelques trous de 10cm de profondeur et les remplir de fumier de cheval frais. Couvrir ces abris de tuiles ou autres matériaux pour les préserver de la pluie. Pendant les froids, et jusqu’au printemps, visiter ces abris et éliminer les courtilières et leurs larves

Les ennemis

Les taupes sont les grandes ennemis des courtilières, ainsi que les hérissons, les musaraignes, les merles et les pies. Les staphylins odorants dévorent les œufs de cet orthoptère.

 

Dans la famille des nuisibles, je demande les hannetons !

hanneton, comment s'en débarrasser

Ce coléoptère de couleur rougeâtre avec une tête brune, est long d’environ 3cm. Son cycle évolutif se déroule sur 3 années. Sa larve est blanche avec  la tête et les pattes jaunes ; grosse, charnue et recourbée en arc, elle mesure de 2 à 5 cm. On la nomme « ver blanc ». La larve du Hanneton se nourrit des racines de toutes les plantes potagères, mais surtout de celles des betteraves, des laitues et des fraisiers. Les plantes se flétrissent, jaunissent et meurent.

hanneton

Les soins préventifs contre les hannetons

–          Pratiquer de bonnes rotations.

–          Sur les planches envahies, semer des colzas. Les larves disparaitront, en partie car elles n’apprécient guère les racines de ces plantes ; enfouir les engrais verts lorsque ceux-ci sont suffisamment développés, après un séchage de quelques jours.

–          Les feuilles de choux, de chou de Chine, de moutarde de chine, de navet, grossièrement hachées et légèrement incorporées dans le sol, éliminent ou repoussent les larves du hanneton.

Comment éliminer les hannetons

Au labour, détruire les larves, puis incorporer dans le sol des déchets de laine brute ; c’est la plus grande ennemis de la larve du hanneton.

larve hanneton



Les autres moyens pour éliminer les hannetons

                Les pièges

Planter des laitues entre les diverses plantes potagères ; elles serviront de plantes-pièges : lorsqu’une laitue se fane au pied de la plante et l’écraser

                Les ennemis

Les ennemis du hanneton et de sa larve sont :

Les carabes dorés, les chauves-souris, les couleuvres,  les engoulements, les étourneaux, les hérissons, les mulots, les musaraignes, les taupes, de nombreux oiseaux dont les bergeronnettes,  les buses, les hiboux, les mésanges, les moineaux ou encore les pies.

Dans les années 50, il y avait énormément de hannetons, si nombreux que parfois les feuilles des chênes étaient dévorées. Aujourd’hui ils se font plus rares ; ceci est certainement dû à l’emploi de produits chimiques de synthèse supportés par la terre, mais également à la disparition des « taupiers » ( les taupes prolifèrent et consomment énormément de vert blacs).