5 astuces de grand-mère contre les maux du jardin !

picto de mamie avec un bouquin

Voici 5 trucs et astuces proposés par mère-grand Ombeline, afin de nettoyer, traiter, cultiver votre jardin naturellement, et sainement.

Bons travaux au jardin !


1. Comment se débarrasser des fourmis, escargots et limaces :

 

Avec le marc de café!Mélangé à un peu d’eau et pulvérisé sur vos plantes, il les protégera des insectes.

 

 

2. Comment éviter les inondations au jardin:

 

Plantez des iris.Les iris absorbent beaucoup d’eau durant la saison des pluies et vous seront d’une grande utilité pour ne pas détremper vos sols.



3. Comment faire fuir les pucerons :

 

Voici la recette : Mélangez une cuillère à soupe de bicarbonate de soude, 3 cuillères d’huile et une tasse d’eau.
Pulvérisez la mixture sur les plantes colonisées par les pucerons et ils disparaîtront en quelques jours.

 

4. Comment éloigner les mulots :

 

mulotsUtilisez du purin de sureau.Pour le fabriquer, faites macérer 1kg de feuilles de sureau dans 10L d’eau pendant 8 jours.Filtrez et répandez sur vos cultures.

 

5. Comment faire un pesticide bio :

Voici la recette d’un pesticide bio : Il vous faudra faire bouillir dans 4L d’eau : 3 piments, 1 oignon et 1 gousse d’ail que vous aurez préalablement écrasé grossièrement.Pulvérisez ensuite, et c’est gagné !

 

 

 

Hé !

N’oubliez pas de suivre les conseils de mère-grand Ombeline

6 bonnes raisons d’avoir un poulailler !

joli poulailler avec poules

 

Posséder un poulailler apporte de nombreux avantages et pourtant nous sommes encore nombreux à l’ignorer.

Voici 6 bonnes raisons d’avoir un poulailler dans votre jardin :

  • La raison la plus commune de posséder son propre poulailler est bien sur d’avoir des œufs frais tous les jours à disposition et d’en connaître l’origine exacte.

 

  • Les poules remplacent aisément les insecticides fréquemment utilisés dans un jardin car elles mangent les vers, petits escargots et autres insectes à tous leurs stades de développement. (œufs, larves, chenilles ou adultes)

 



 

  • Les poules produisent également un engrais maison très efficace avec les fientes qu’elles rejettent chaque jour. Elles fertilisent ainsi votre terrain gratuitement et naturellement.

 

  • Posséder un poulailler permet aussi de réduire considérablement vos déchets verts ! En effet les poules sont omnivores et très gourmandes, elles mangeront donc vos restes de repas et vous débarrasseront de vos fruits et légumes pourris.

 

  • Avoir des poules est également intéressant lorsque l’on a des enfants, vous pouvez les responsabiliser en leur attribuant le soin des animaux. Vous pourrez aussi les sensibiliser à la provenance des aliments.

 

  • Dernière bonne raison de vous offrir un poulailler : amener de la vie dans votre jardin.
    Il existe de nombreuses races de poules à découvrir et à adopter pour égayer votre jardin !

 

 

 

Envie de vous lancer ? Le blog Hortik vous conseille !

« J’élèverais bien des poules ! » – Michel Audureau – Janvier 2012

livre "j'eleverai bien des poules" de Michel Audureau

Michel Audureau élève depuis près de 20 ans sa basse cour dans la région Centre. À partir de son expérience et de ses échanges avec d’autres éleveurs et des vétérinaires, il présente les techniques bio les plus simples. Il anime le forum «poules au poulailler» sur www.terrevivante.org.

 

 

 

4éme de couverture :

Profiter chaque jour dans son jardin, même petit, de la présence familière et amusante de quelques poules, récolter leurs œufs -100% bio!- et les déguster avec les enfants… Autant de plaisirs quotidiens qui nous reconnectent avec la nature.

L’auteur s’adresse à ceux qui souhaitent débuter et récolter des œufs, mais aussi à ceux qui désirent  élever des poulets de chair. À travers des pas à pas en images, il détaille les pratiques d’un élevage  familial et bio : comment installer le poulailler et le parcours dans lequel les poules batifoleront à l’abri  des renards, fouines et autres prédateurs; comment leur offrir une alimentation équilibrée et leur préparer  des pâtées «maison»; comment éviter maladies et parasites avec des soins naturels.



Enfin, pour préserver le riche patrimoine des gallinacées de nos régions, l’auteur présente les races traditionnelles à privilégier, telles la Gâtinaise et la Géline de Touraine, bonnes pondeuses à la chair fine… idéales pour un élevage familial.

Déguster des produits sains, issus de son jardin, tout en préservant des races traditionnelles et locales, une bonne façon de protéger la biodiversité et la planète.

Au sommaire :

Les 4 clés du poulailler bio

  • Clé n° 1 : Un espace adapté : Situation – Le parcours – L’abri – Un exemple de construction – L’équipementcôté alimentation 
  • Clé n° 2 : Une alimentation équilibrée : Généralités – L’eau – Les aliments énergétiques – Les aliments protéinés – Les compléments alimentaires …
  • Clé n° 3 : Une prévention efficace : Les prédateurs – Revue des troupes – Particularité de prévention pour les poussinspoulets et poulettes – Une bonne hygiène 
  • Clé n° 4 : Le choix d’une race : Deux types d’élevage – C’est quoi, une race de poule ? – Quelles races de poules choisir ? – Protégez les volailles « traditionnelles », adoptez une poule de race !

 

 

Précisions :

  • AuteurMichel Audureau
  • Collection : Facile et Bio
  • Description : 96 pages ; (21 x 21 cm) .
  • ISBN : 978-2-36098-054-3
  • Date de parution : 12 janvier 2012

"Je fais fuir les escargots et les limaces" livre de Sofie Meys – mars 2013

livre "je fais fuir limaces escargots" de Sofie Meys

Nous avons croisé un petit livre (110 pages tout de meme) que les nuisibles et surtout les mollusques (limaces et escargots notamment) pourraient fort bien ne pas apprécier du tout : « Je fais fuir les escargots et les limaces » livre de Sofie Meys – parution mars 2013

Verdict de notre lecture : un livre bien écrit, agréable à lire, et très intéressant : on y trouve des trucs et astuces pour se débarrasser des limaces et escargots, mais aussi pour les comprendre et mieux apprécier ce qui fera que l’on en aura moins dans son jardin.

livre de Sofie Meys

Ce livre s’appelle « Je fais fuir les escargots et les limaces »

l’auteure : Sofie Meys, qui est rédactrice en chef ‘un magazine de jardinage

les éditions : La Place

le nombre de pages : 112 pages

la date de parution : 1er mars 2013

le prix de vente conseillé : 8,95€TTC , en vente ici par exemple


La 4e de couverture :

Votre jardin est envahi par les limaces ? Il faut dire qu’elles y vivent comme des coqs en pâte : la table est mise et les prédateurs sont loin.

Avant de leur déclarer la guerre, réfléchissez par deux fois : vous aurez plus de chances de vous débarrasser de vos hôtes voraces à  l’aide de méthodes durales et en rétablissant l’équilibre biologique de votre  jardin qu’en tentant à tout prix de leur tordre le cou.

Mieux vaut faire la paix avec les mollusques :

– en créant des habitats pour leurs prédateurs naturels;

– en choisissant des plantes qui leur résistent et qui les font fuir;

– en traitant correctement le sol;

– en installant des protections antilimaces.

Vous serez surpris de ce que vous allez apprendre sur ces petites bêtes gourmandes mais inoffensives, leur mode de vie et leur utilité au jardin !

et en attendant de lire ce livre, voici nos conseils pour éradiquer ces limaces et escargots

nos petits conseils à nous :

article : 12 trucs et astuces pour repousser les limaces

article : dans la famille des nuisibles, je demande escargots et limaces

bonnes lectures

11 idées de nichoirs ou maisons à oiseaux, des plus classiques aux plus originales

nichoir à oiseaux bleu avec oiseau dedans

Quoi de plus récréatif de créer son propre nichoir ou maison à oiseaux avec les enfants, .. ou sans d’ailleurs.
Pour cela, il faut réfléchir à la forme de nid à oiseaux que vous souhaitez obtenir… et savoir faire les plans de cette maison à oiseaux, ce qui n’est pas forcément tout cuit tout cuit.

Pour vous aider dans votre démarche nous vous proposons des idées de formes de nichoirs, ainsi qu’un site qui regroupe quelques plans de maisons à oiseaux.

Des maisons à oiseaux avec des choses que vous recyclez

nichoir à oiseau artisanal


nichoir à oiseaux artisanal

 

nichoir à oiseaux artisanal


Nichoir artisanal Des nichoirs classiques


 

Nichoir artisanal


Nichoir artisanal

Nichoir artisanal


 



 Nichoir artisanal


Nichoir artisanal

Nichoir artisanal

voici notre sélection sur Pinterest http://pinterest.com/hortik/nid-a-oiseaux/

 

Pour trouver des plans à nichoirs, nous vous recommandons ce site : http://nichoirs.net/

vous souhaitez fabriquer une mangeoire à oiseaux ? retrouvez nous sur l’article « comment fabriquer une mangeoire à oiseaux »  qui en parle.
vous souhaitez savoir comment nourrir nos amis les oiseaux pendant l’hiver ? Retrouvez l’article « Nourrir les oiseaux en hiver »

si vous avez pris le temps de créer votre propre nichoir, n’hésitez pas à nous envoyer une photo, et nous l’integrerons sur notre blog.

bonne bricole à vous !

Au secours… des pucerons!

Comment se débarrasser des pucerons sur les rosiers ?

Les pucerons sont des insectes très prolifiques. Ils sont très nuisibles pour de nombreuses espèces de végétaux qu’ils colonisent. Il en existe de très nombreuses espèces. Les pucerons piquent les tissus tendres des feuilles des fruits ou des racines pour se nourrir de la sève de la plante.

On décèle facilement leur présence en constatant l’enroulement des jeunes feuilels et la déformation des jeunes pousses. Ils sécrètent une substance sucrée et visqueuse appelée miellat qui attire les fourmis, également nuisibles à vos plantes. Enfin, certaines espèces de pucerons sont des vecteurs de maladies pour la plante hôte.

Parmi les espèces les plus attaquées, on retrouve les rosiers mais aussi le tilleul, l’épicéa et certains fruitiers comme le poirier, le pêcher ou le cerisier.

Les dégâts ont lieu le plus souvent au printemps et au début de l’été. Dès qu’on découvre les premiers pucerons il faut agir vite car ils se multiplient rapidement!

Traitements: comment venir à bout des pucerons?

Sur les arbres fruitiers on peut détruire les oeufs par un traitement préventif d’hiver avec une huile jaune. Sur les légumes,il faut traiter dès l’apparition des pucerons. On trouve en jardinerie de nombreux insecticides destinés spécifiquement à leur destruction.

Si on veut favoriser une agriculture bio on peut utiliser du purin d’orties qui non seulement agit sur les insectes mais joue aussi un rôle d’engrais pour les plantes traitées

En agriculture bio, l’ennemi des pucerons sont les coccinelles qui se nourrissent essentiellement de grandes quantité de pucerons, on en trouve maintenant en jardinerie. Evidemment dans ce cas, l’introduction de coccinelles dans son jardin exclut totalement tous traitements chimiques qui détruiraient aussi les coccinelles!!!

Un truc de mon copain Yannic que je n’ai pas testé, est d’utiliser des pulvérisations de savon noir dilué dans l’eau à 5%. Le savon asphyxierai les parasites sans pour endommager la plante. Si vous avez deja experimenté, ca m’interesse.

L’efficacité de tous ces traitements est d’intervenir très tôt, dès le début de l’infection, et de surveiller quotidiennement une possible réinfection.

Bonne chasse aux pucerons…

Michel

Pour traiter votre jardin naturellement avec des insecticides maison et bio, c’est par ici !

Larve de hanneton, Melolontha

Hanneton, comment s'en débarrasser

Description

Les larves de hanneton sont typiquement en forme de « C« . Ce sont des vers blancs crémeux allant de 2 à 25 mm de long. Il existe plusieurs espèces de ravageurs importants et les adultes varient de 5 à 20 mm. Les adultes sont habituellement coléoptères bruns ou noirâtres. Les coléoptères volent facilement et sont attirés par les lumières.

 

 

Cycle de vie

Le cycle de vie complet peut prendre un ou deux ans. Certaines espèces ont une longue étape larvaire qui s’étend sur 12 à 18 mois. Dans la plupart des espèces, la larve est active pendant l’automne et l’hiver.

Dommages

Les larves de hanneton et certaines espèces sont des parasites qui peuvent causer de graves dommages et une faible croissance des pâturages et peut ralentir la croissance ou tuer de grandes surfaces de céréales ou les lupins. Les jeunes plants sans système racinaire étendu sont les plus touchées. Les coléoptères adultes sont également très destructeurs car ils se nourrissent des feuillages des arbres. Les plantes les plus sensibles sont les légumes racines, pommes de terre, plantes potagères et bien d’autres.



Traitement contre les larves de hanneton

Le contrôle des larves de hanneton est rarement facile. Les espèces nuisibles peuvent être contrôlés avec des produits chimiques après la plantation quand les larves restent sous terre. La culture, la plantation peu profonde et une densité de semis élevée peut aider à surmonter le problème. Le problème est plus grave lorsque la croissance est lente au début. Les grandes populations peuvent être présentes dans les jeunes cultures et dans les pâturages sans causer de dégâts importants.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Traitement préventif : binez souvent votre potager, vos massifs, cette technique permettra d’exposer les larves à leur prédateur. A faire au printemps surtout, lorsque les vers blancs remontent vers la surface du sol.
  • Traitement chimique : ils sont peu efficaces contre les vers blancs.
  • Traitement Bio : Les taupes se nourrissent de ces vers alors laissez les dans votre jardin! Enfin, vous pouvez aussi introduire un champignon dans votre sol au printemps : le Beauveria brongniartii.

Le match : Orties contre Asters

aster, bouquet de jolies fleurs blanches

 

aster fleur Il y a 10 ans, lorsque nous avons emménagé, tout au bout du jardin, il y avait une zone d’irréductibles .. mais non, pas de gaulois (et pourtant c’est de saison), mais d’orties.

Courageusement, nous avons désherbé, re-désherbé, à la main( pas super super les orties à la main), puis, avec une aide chimique, un désherbant total (c’est pas bien, on sait on sait!) …

– > Résultat = orties : 1 / nous : 0

Alors, comme j’avais pu admirer une zone couverte de pervenches , du plus joli effet sur 6 m2, dans un jardin privé, je me suis dit qu’elles semblaient assez couvrantes pour empêcher les orties de repousser. La zone était peut-être un peu trop ensoleillée pour des pervenches … Elles poussaient bien, mais …



– > Résultat = orties : 2 / nous : 0

Dans un autre coin du jardin, nous avions fait pousser des asters, et tous les ans, il fallait les empêcher de prendre trop de place. Alors, nous nous sommes dit : « et si …. (et si les asters pouvaient prendre la place des orties) » . Nous avons donc repiqué les mottes enlevées là où il y en avait trop, et les avons plantées à l’endroit de la zone concernée par les orties. Maintenant, quelques années plus tard, les asters ont pris toute la place …

-> Résultat = les orties : KO

Mais … et oui, il y a toujours un mais… maintenant … nous devons régulièrement repousser un nouvel envahisseur … l’achillée millefeuille, dont quelques éléments se glissent dans la touffe d’asters

Y aura-t-il un nouveau match achillée millefeuille contre aster ?

Admirez donc mes jolies asters, ne sont-elles pas jolies ?

aster jolie fleur

Vive le jardin : rien n’est défini totalement, il y a toujours des choses à faire et à voir…

A retenir : si vous ne souhaitez plus d’orties, que vous voulez vous débarrasser des orties, les asters sont vos amies et un bon moyen de supprimer ces orties… qui a d’autres inconvénients, certes, mais bon 🙂

La taupe travaillerait 4h par jour… cool non ?

taupe qui sort de son trou

Ce mammifère, long de 12 à 17 cm, possède un pelage noir, doux et velouté.sa vie est presque totalement souterraine. La taupe préfère les terres meubles et fraîches. Active pratiquement toute l’année, elle commet des dégâts en creusant des galeries souterraines et en formant des taupinières (petits monceaux de terre qu’elle rejette en creusant sa galerie).  Les périodes de grandes activités de la taupe se situent entre 7 et 8heures, entre 10 et 12heures et de 18 à 19heures (heure d’hivers). Par son action elle bouleverse les semis ou les plantations.

La taupe est cependant très utile, car elle participe à l’équilibre naturel en se nourrissant des verres de terre, de vers blancs ou gris, de larve du taupin, de mollusques, de courtilières, et divers insectes : en 24h elle en consomme environ l’équivalent de son propre poids.

taupe

Les soins préventifs

Il existe des appareils émettant des vibrations sonores qui éloignent les taupes et les rongeurs. Hélas ces équipements sont un peu chers.

A défaut, les méthodes suivantes sont possibles :

  • Déposer dans les galeries principales des chiffons imbibés d’essence de térébenthine, reboucher l’endroit accessible, l’odeur fera fuir l’animal ;
  • Placer dans les galeries principales des tiges de coudrier (noisetier) ou de métal d’un diamètre d’environ 10mm ; les laisser dépasser du sol de 40 à 50cm ; à l’extrémité de ces tiges, emmancher à l’envers une bouteille en matière plastique : le bruit produit par le vent éloignera les taupes.
  • Des bouteilles vides, ouvertes, enfoncées dans les planches (entre les rangs), le goulot dépassant de quelques centimètres au-dessus du sol, éloigneront les taupes par le bruit que fera le vent en s’y engouffrant.
  • Les scilles, la fritillaire impériale et l’épurge, cette dernière semée directement en place, repousseraient les taupes et la plupart des rongeurs par l’odeur des racines et des bulbes (résultats moyens).
  • Le carbure de calcium est un excellent répulsif ; en introduire une ou deux pierres dans une des galeries principale ; boucher celle-ci et humidifier si nécessaire ; le gaz dégagé fera fuir les taupes. Ce procédé permet aussi de lutter contre une invasion de rats autour des poulaillers ou clapiers.
  • Le tourteau de ricin peut également être utilisé comme répulsif (20 à 25kg par are)



Comment éliminer les taupes

Lorsque ce mammifère fait beaucoup de dégâts, son élimination devient nécessaire.

Le piège est certainement le moyen le plus sûr, le moins polluant et l’un des moins couteux. Il se pose dans les galeries principales. Au moment de l’achat, n’hésitez pas à demander  un plan et la méthode du piégeage.

Généralement, on utilise des pièges à pince, mais il existe aussi des pièges en tube plastique munis d’un clapet à chaque extrémité. Pour ces derniers, un seul piège suffi par endroit. Facile à poser (au milieu du trou), ils ne sont pas dangereux pour l’utilisateur.

Comment poser les pièges

Essuyer d’abord les tiges. Enfiler des gants car, si la taupe ne voit pas bien, elle a en revanche un odorat très développé et sentira l’odeur humaine.

  • Poser correctement les pièges, bien droit. Reboucher délicatement le trou avec une tuile ou une ardoise, sans faire tomber de terre dans la galerie.
  • Poser deux pièges (à pinces), un de chaque cotée de la galerie, la taupe pouvant arriver d’un côté ou de l’autre.
  • Les pièges a pinces sont dangereux ; attention aux doigts lors de leur pose.
  • Visiter les pièges régulièrement, mais avec précaution.

Dans la famille des nuisibles, je demande les taupins !

taupin, s'en débarrasser

Ce coléoptère surnommé le ver fil de fer dépasse parfois 1 cm de longueur ; son cycle de vie est de 5 années!

Les larves, qui atteignent parfois 2.5 cm de longueur sont très minces, d’un jaune brillant avec une tête brune à noirâtre et d’une peau en forme d’écaille. Elles s’attaquent aux racines souvent au niveau  du collet, provoquant la mort des plantes touchées.

Beaucoup de plantes craignent la larve du taupin, principalement les jeunes plants de betteraves, la carotte, le maïs, la pomme de terre, la tomate et le fraisier.

taupin

Les soins préventifs contre ce nuisible

–          Le respect des rotations s’avèrent particulièrement important. Les amendements corrects jouent également un rôle ainsi que la nature d’engrais verts.

–          Les larves du taupin se développent souvent dans des sols acides. Dans ce cas, le meilleur remède consiste en un apport de lithothamne à l’automne et à la fin  de l’hiver (2kg pour un are)

Comment éliminer le taupin

–          Les binages réguliers et répétés permettent de lutter efficacement contre les œufs et la multiplication des larves.

–          Le sel marin agit aussi mais il s’applique avec précaution et modération (de 1 à 2 kg par are au maximum)

larve taupin



Les autres moyens

                Les pièges

–          Enterrer dans la terre des pommes de terre à 4 ou 5 cm de profondeur après les avoir coupées en deux et creusées légèrement: placer ces quartiers la face coupée et creusée vers le sol. Bien repérer les emplacements et les visiter régulièrement. Ramasser les larves pour les détruire ; très dures, elles ne s’écrasent pas facilement, d’où sans doute leur surnom, « le ver fil de fer ».

–          Enterrer au ras du sol des boites de conserves percées de nombreux trous de plusieurs millimètres, les remplir d’épluchures de pommes de terre. Vider les boites toutes les deux semaines et éliminer les larves. Renouveler à chaque fois les épluchures et continuer à opérer régulièrement en cas d’invasion importante.

                  Les ennemis

Les ennemis de la larve du taupin sont :

Les carabes, les hérissons, les musaraignes, les taupes, et les oiseaux…