Cool ma poule : avoir une poule dans votre jardin, ça vous tente ?

poule dans son jardin

Aller chercher de bons œufs frais le matin semble presque d’une autre époque. Pourtant, le poulailler dans le jardin devient à la mode et est à la portée de tous !

Voici 5 bonnes raisons d’adopter des poules.

Raison 1:  Lutter contre le gaspillage de nourriture

Nos poubelles débordent et cela ne doit pas être une fatalité.
Saviez-vous que nous, Français, jetons 1,2 million de tonnes de nourriture chaque année ? Ceci représente pas moins de 38 kilos de nourriture à chaque seconde, une aberration !
Si adopter une poule ne résout pas l’origine du problème, cela permet tout de même de moins jeter. Les gallinacés étant omnivores, ils se régaleront des restes de repas.
Chaque année, une poule est capable d’ingurgiter 200 à 300 kg de déchets !
Également, elles adorent les épluchures de légumes. C’est toujours ça de moins à la poubelle. Et réduire ses déchets est non seulement un geste salutaire pour l’environnement, c’est aussi une aubaine pour le porte-monnaie. De plus en plus de villes mettant en place une taxation supplémentaire tenant compte du poids des déchets, moins on en produit, mieux on se porte.

Raison 2 : Des œufs frais tous les jours !

En voilà une excellente raison d’installer un poulailler au fond de son jardin ! Quel plaisir de profiter d’œufs frais à chaque instant : une poule pondeuse produira en moyenne 250 œufs par an tandis qu’une poule d’ornement en produira 80 à 120. Des œufs frais au bilan carbone quasi neutre, c’est plutôt agréable. Et lorsque l’on a en tête les images des horribles élevages en batterie où chaque poule « profite » d’un espace de quelques centimètres carrés seulement, on apprécie encore plus le poulailler à domicile. (Au passage, évitez les œufs marqués code 3 en supermarché ; ce sont ceux venant de poules élevées en cage).

 



 

Raison 3 : La poule est un insecticide naturel !

Vers, limaces, parasites… tous ces nuisibles qui en font voir de toutes les couleurs à votre potager constitueront un mets de choix pour vos poules qui les adorent ! Ainsi, plus besoin d’utiliser des produits chimiques mauvais pour vous et pour l’environnement. Les poules se chargeront de vous débarrasser de ces squatters nocifs.

Raison 4 : La poule, mieux que la tondeuse !

Là encore, la poule devient compagnon du jardinier : à force de grignotage de brins d’herbe, la poule peut « tondre » à elle seule 10m² de pelouse.

Raison 5 : Du compost fait maison

Les fientes de poule permettent d’obtenir un fumier de qualité, riche en calcium, un élément indispensable à la bonne croissance de tout organisme vivant. Mélangez-le à votre compost pour épandre sur votre potager (voir l’article L’essentiel du compost en 5 questions ainsi que l’article votre guide pratique du compost)

poule dans son jardin

Le matériel à prévoir

Pour que votre poule vive comme un coq en pâte, prévoyez :

  • 1 espace de 6m² environ
  • 1 poulailler
  • 1 mangeoire
  • 1 abreuvoir
  • De la paille

Le budget grimpe vite à 300 euros (beaucoup moins si vous fabriquez vous-même le poulailler) mais le retour sur investissement est rapide ! Vous recherchez un poulailler spacieux et pratique pour vos poules ? Jetez donc un coup d’oeil au poulailler Louvil ! Idéal pour protéger vos poules de l’humidité et du froid du sol en hiver !

La poule est donc un animal qui sait se rendre très utile au jardin. Et puis, les poules d’ornement avec leur look sympa attirent forcément la sympathie ! Elles produisent moins que les pondeuses mais comme elles peuvent se dresser, elles raviront les enfants.

Alors, prêt à adopter la poule attitude ?

 

 

Pourquoi et comment nourrir les oiseaux en hiver

Grive Mauvis
nourrir les oiseaux

L’hiver, c’est LA saison pour nourrir les oiseaux dans son jardin ou sur son balcon.

Il peut être utile d’aider les oiseaux durant l’hiver, car leurs ressources alimentaires naturelles ont tendance à diminuer du fait des techniques agricoles modernes.

Nourrir les oiseaux, c’est aussi l’occasion d’observer des espèces d’oiseaux comme les grives, les troglodytes, les mésanges, etc…

Les Règles de base pour nourrir les Oiseaux

– Le nourrissage doit débuter aux premiers vrais froids (fin novembre) et se terminer à la fin de l’hiver (mi-mars).
– N’oubliez pas l’hygiène ! Il faut régulièrement nettoyer les mangeoires et leurs alentours des fientes et vieux aliments afin d’éviter la transmission de maladies.
– Il ne faut pas donner trop d’aliments salés et évitez le pain sec. Vous pouvez déposer vos restes de repas (comme le riz bouilli, les gâteaux rassis, les pommes de terre cuites, les croûtes de fromage , etc.). Vous pouvez bien entendu acheter des graines dans le commerce. Pensez aux graisses animales ou végétales (beurre, margarine, etc.).
– Certains oiseaux se nourrissent à terre (merles, étourneaux, accenteurs, etc.) alors que d’autres sont plutôt arboricoles (mésanges) et préfèrent donc les mangeoires : vous pouvez ainsi favoriser telle ou telle espèce.
– Il est important que les mangeoires soient approvisionnées au bon moment et entretenue régulièrement.
– Pensez à l’eau ! En cas de gel, cassez régulièrement la glace, versez de l’eau chaude. L’hiver, il est très difficile aux oiseaux de trouver où s’abreuver. Si le sol est recouvert de neige non durcie, les besoins en eau sont moins urgents.
– Dans tous les cas, les mangeoires doivent être installées hors de portée des chats. Si vous disposez la nourriture à terre, éloignez-la des buissons où peuvent se cacher ces derniers. Elles doivent être fixées solidement à un support ou suspendues.
– Si vous décidez de construire vous-même une mangeoire, utilisez de préférence des bois résistant à l’humidité comme le sapin, avec une épaisseur minimum de 1 cm. Il vaut mieux la peindre avec une couleur discrète.

Ce qu’il faut faire :

– Nourrir uniquement durant le gel.
– Les restes de tables seront « nature « . Le menu naturel est préférable.
– Placer la mangeoire en hauteur pour les mésanges, au sol pour les moineaux avec les merles et les grives (sur un support tout de même).
– Mettre à disposition de « l’eau liquide » régulièrement quand il gèle. Verser de l’eau tiède durant une heure par jour est suffisant. A la belle saison, le bassin ne doit pas être plus profond que 10 cm.

Ce qu’il ne faut pas faire :

– Donner du pain dur aux oiseaux en raison de la présence d’eau dans ce dernier (lors des très grands froids).
– Continuer à nourrir en dehors de la période gel.
– Donner des restes de table salés ou trop épicés.
– Ne pas tenir compte des mœurs des oiseaux, certains se nourrissent au sol, d’autres dans les arbres.
– Placer la nourriture à la portée immédiate des prédateurs.
– Utiliser de l’alcool ou de l’antigel pour l’eau de boisson.
– Disposer d’un bassin d’eau trop large et (ou) trop profond.

La liste des « courses » ou nourriture pour les oiseaux

Voici une petite liste que les oiseaux vont manger l’hiver :

  • beurre et margarine non salés
  • farine
  • pomme et poires
  • mélange de graines comme du blé, de l’avoine ou de l’orge.
  • gras de viande
  • les graines des animaleries
  • et quelques autres restes de tables

et profitez bien de cette période hivernale pour observer ces jolis oiseaux !