Les techniques d’arrosage du jardin

arrosage

arrosage 

Il existe différentes méthodes pour arroser son jardin. Certaines s’avèrent plus pratiques que d’autres et permettent de ne pas gaspiller d’eau. Découvrez les techniques adaptées à vos besoins.

La technique la plus simple : l’arrosoir

L’arrosage à l’arrosoir est parfait pour les petites surfaces ou en cas de restriction d’eau. C’est l’une des techniques les plus précises et les plus économiques, surtout si l’eau utilisée provient d’une cuve de récupération d’eau de pluie. L’unique inconvénient de l’arrosoir est qu’il peut difficilement être utilisé pour arroser un grand jardin et ne convient pas aux personnes qui ne peuvent pas porter de charges lourdes.

L’irrigation des cultures

L’irrigation est une méthode utilisée depuis des millénaires pour arroser les cultures sans gaspiller d’eau. L’eau provient d’un endroit fixe et est distribuée dans tout le jardin via un système de rigoles. Très pratique, cette méthode peut être appliquée à un petit jardin comme à un grand et il est tout à fait possible de concevoir soi-même un réseau d’irrigation.

 L’arrosage au compte-goutte

On peut également arroser plusieurs plantes en même temps au plus près des racines grâce à un système de tuyau microporeux qui délivre l’eau au goutte à goutte. Cette méthode permet de limiter l’évaporation et l’écoulement des eaux en profondeur et convient particulièrement aux haies ainsi qu’aux plantes ou arbres en rang. C’est une technique largement utilisée dans l’agriculture.

L’arrosage par aspersion

L’arrosage par aspersion est pratique et convient bien aux gazons et surfaces planes. En revanche, cette technique convient moins bien au potager car elle arrose aussi les feuilles et l’eau peut s’évaporer plus rapidement. L’arrosage par aspersion nécessite également une plus grande quantité d’eau, ce n’est donc pas une technique très économique.

Du gazon pour une belle pelouse en 5 Conseils

pelouse

Véritable écrin pour votre jardin, terrain de jeu pour les enfants ou « tapis » d’extérieur pour la farniente estivale, il n’existe pas un mais bien des gazons. Qu’est-ce qui les différencie ? Comment l’entretenir ?

Voici en 5 questions un tour d’horizon du gazon…

Question 1. Gazon ou pelouse, quelle différence ?

On dénombre à peu près 12 millions « d’espaces gazonnés » dans les jardins français. Même si les termes de gazon et pelouse évoquent tous deux de l’herbe verte, en réalité, ils ne désignent pas la même chose.

Le gazon correspond à un mélange de graines de graminées d’espèces variées qui disposent chacune de qualités qui leur sont propres.
La pelouse désigne l’espace vert, ras et régulier que l’on obtient après avoir semé le gazon.

Question 2. Pourquoi existe-t-il différentes sortes de gazon ?

La composition du gazon diffère selon l’utilisation finale qu’on prévoit pour la pelouse :
gazon de détente et d’agrément, on cherchera l’esthétique et la résistance ;
gazon destiné au jeu, on le voudra très résistant, supportant un usage intensif ;
gazon d’ornement, on cherchera la couleur et la texture les plus uniformes pour un rendu parfaitement esthétique.
Il est important de bien choisir selon l’usage donc mais aussi selon la qualité (optez pour le « Label Rouge »  et de préférence ceux qui sont fabriqués en France) car s’il est inadapté, le gazon s’implantera mal et vous risquez la prolifération de mauvaises herbes.

Question 3. Quand et comment semer ?

La période idéale pour semer son gazon est à la rentrée de septembre : l’été a bien réchauffé la terre et les mauvaises herbes sont en fin de croissance et en passe de disparaître. De plus, les racines auront eu le temps de se former pendant l’hiver pour bien s’implanter. Vous pourrez ainsi profiter d’une belle pelouse dès les premiers jours de printemps.

Préparez le terrain

Tracez les limites et bêchez le terrain sur une profondeur de 20 cm environ.
Si le sol est pauvre, utilisez un fertilisant à base de fumier ou de compost.
Éliminez les mottes de terre et les cailloux à l’aide d’un râteau.

Semez le gazon

Pour semer votre gazon, vous devez bien mélanger les graines dans leur boîte. Epandez-les ensuite à la volée, de manière régulière et en croisant les passages. Il vous faudra ensuite enfouir les graines en les recouvrant par ratissage.
Enfin, tassez le sol en passant le rouleau.

pelouse

Question 4. Comment entretenir son gazon ?

La tonte

D’avril à octobre, tondez la pelouse une fois par semaine. Attention, le gazon doit être bien sec.
Au printemps et par temps pluvieux, les tontes seront plus fréquentes (tous les 4 ou 5 jours). En été, à l’inverse, les tontes seront plus espacées (tous les 10 à 15 jours).

Quand arroser ?

Arrosez la pelouse tôt le matin, lorsque les températures sont les plus basses pour éviter les pertes par évaporation
N’arrosez pas trop souvent : en été, tous les 5 à 7 jours et maximum 3 fois par semaine si l’été est particulièrement sec ; aussi souvent que nécessaire en cas de sècheresse.
Au printemps, l’humidité de la rosée est souvent suffisante.

Question 5. Jaunissement, mauvaises herbes, mousse… que faire ?

Si la pelouse est abîmée, il n’est pas toujours obligatoire de tout refaire. Il est tout à fait possible de rénover en semant du gazon de rénovation.

Une pelouse jaunie

Une pelouse jaunie peut être lié à différentes raisons : un manque d’eau ou d’engrais, une coupe trop rase, des piétinements intensifs.  Quelques précautions sont donc de mise : n’hésitez pas à utiliser de l’engrais, vérifiez que les lames de votre tondeuse sont bien affûtées et arrosez suffisamment votre gazon (voir point 4.)

La mousse

Si votre pelouse est envahie par la mousse, c’est certainement que le sol est mal aéré ou que le terrain est trop ombragé. Il peut s’agir également d’un trop plein d’humidité. Pour vous débarrasser de la mousse, scarifiez le gazon. La pelouse n’en sera que plus dense et plus résistante.

Et voila, vous savez tout ce que nous savons ! profitez bien de votre jardin, et n’oubliez pas de l’entretenir !

Les bons gestes au jardin pour éviter de se faire mal

les bons gestes au jardin
Il suffit d’une mauvaise posture au jardin pour mettre en danger son dos. En apprenant quelques gestes simples, on peut prévenir les douleurs de dos et ainsi prendre plus de plaisir à jardiner.

Avant de commencer de travailler au jardin

L’échauffement a pour but d’augmenter la fréquence cardiaque et de préparer les muscles à l’effort.

Bien s’échauffer avant de jardiner est donc primordial !

Il suffira de marcher pendant quelques minutes, monter des escaliers ou pratiquer quelques petites foulées sur place pour se mettre en condition et éviter les blessures.

Porter facilement les objets lourds

Soulever un objet lourd comme un sac de terreau ou une plante en pot est particulièrement risqué pour le dos. Pour éviter le lumbago, fléchissez les jambes en gardant le dos droit puis ramenez le sac de terreau contre vous. Redressez-vous doucement et dépliez les jambes en prenant garde à ne pas courber le dos.

La brouette est également très utile pour éviter d’avoir à porter les charges lourdes. Toujours pour ménager le dos, chargez l’objet dans la brouette et soulevez-la en pliant bien les genoux de façon à garder le dos droit.



Semer et désherber sans se faire mal

Désherber est une tache répétitive et très fatigante pour le dos.

La bonne posture : genou au sol, l’autre jambe en appui, le pied est droit et le coude de la main gauche vient se reposer sur la jambe. Cette position permet de garder une certaine mobilité tout en conservant le dos droit. On n’hésitera pas à porter des genouillères de protection pour rendre la position plus confortable.

Choisir des outils adaptés

Pour bien jardiner, il est important d’avoir un équipement adapté, léger et agréable.

La grelinette

 

La grelinette ou fourche à bêcher permet d’aérer le sol sans avoir à se pencher. Elle réduit considérablement la fatigue et les risques de se faire mal au dos.

Les cisailles télescopiques

Les cisailles télescopiques réduisent l’effort lors de la coupe et permettent de tailler des haies situées en hauteur.

La brouette à deux roues

Facile à conduire, la brouette à deux roues permet une plus grande stabilité et est particulièrement adaptée aux déplacements de charges lourdes.