Le mildiou de la tomate et de la pomme de terre : comment le traiter

Mildiou sur feuille de tomate

Le mildiou est un ennemi redoutable pour la tomate et pour la pomme de terre. Les dégâts peuvent être considérables si ce champignon se propage et peuvent vous priver de toute récolte en un rien de temps.

mildiou

Qu’est ce que le mildiou ?

Le midiou est due au même champignon appelé Phytophthora infestans.

Sa prolifération est favorisée par un temps pluvieux, très humide (>90%), une température comprise entre 12 et 25°C et cela pendant une période suffisamment longue (par exemple 11h à 15°C). La durée d’incubation dépend de la température (de l’ordre de 7 jours à 13°C, de 4,5 jours à 19°C).

Les spores du champignon sont entraînées par la pluie dans le sol et contaminent les tubercules de la pomme de terre ou alors de la tomate ce qui entraîne leur pourrissement.  

Les premiers signes sont des taches brunes et irrégulières sur les bords et les extrémités des feuilles. Puis tout le feuillage est atteint tandis que les tiges noircissent. En période estivale, un cycle complet de mildiou (depuis la contamination d’une feuille ou d’une tige jusqu’à la possibilité pour le champignon de produire des spores) dure de 4 ½ jours à 7 jours, suivant les conditions de température.

Le mildiou peut facilement détruire une récolte entière.

midiou



Conseil pratique pour traiter le mildiou

Pour le traitement on utilise des fongicides. En ce qui me concerne l’usage de la bouillie bordelaise s’avère efficace mais il convient d’effectuer une application préventive avant l’apparition de la maladie et de renouveler le traitement dès le moindre signe de la maladie.

3 conseils pour se débarrasser de la mouche de la cerise

mouche sur cerise

Comment se débarrasser de la mouche de la cerise, et pouvoir manger tranquillement ses cerises ?

La mouche de la cerise est une petite mouche  qui pond ses œufs sur les cerises qui mûrissent. Les oeufs vont donner des petits asticots de 5 à 6 mm dans vos cerises.
Ce phénomène se produit généralement de fin mai à fin juin mais peut perdurer jusqu’au mois de juillet. Chaque mouche dépose un œuf par fruit est sait parfaitement quels fruits ont déjà été visités.

 

mouche sur cerise

Les symptômes  de la mouche de la cerise :

  • La cerise infestée commence à brunir puis à flétrir.
  • Le fruit pourri de l’intérieur.

 

Ce sont les variétés à fruits tardifs qui sont les plus souvent touchées. Et il est, comme souvent avec les indésirables de nos jardin, assez difficile à déloger une fois installé.
 



 

Comment traiter les arbres atteints ?

  • En fin d’hiver : épandez du sulfate de fer
  • La solution la plus efficace reste de planter des variétés moins précoces (Bigarreau) dont les fruits arrivent à maturité avant que la mouche ne soit assez mature pour pondre et donc infester les cerises… mais ceci signifierait de ne plus manger les variétés précoces telles que les cerises Burlat, ou encore les cerises Noire de Meched, ce serait dommage.
  • Installez des pièges à base de sulfate d’ammonium pour faire diversion et attirer les mouches, on les appelle également pièges à phéromones.
BOITE-MOUCHE-FRUITS-piege-a-pheromones
  • Mettez en place des cartons jaunes enduits de glu.On les trouve dans le commerce : 100% naturel, ces cartons enduits de colle vont piéger les mouches avant qu’elles pondent. La couleur jaune des cartons, et également le produit attractif qu’ils contiennent, attirent les mouches, qui se retrouvent engluées sur les 2 faces du piège.

pieges a mouche pour les cerisiers - carton jaune avec glu

à retrouver dans vos jardineries

 

Autrefois, on pulvérisait un insecticide 100% naturel mais dangereux : la roténone. Ce produit est maintenant interdit aux jardiniers amateurs, pour avoir plus d’informations sur ses dangers : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rot%C3%A9none

La roténone, qu’est ce que c’est ? :

 La roténone est une molécule organique, naturellement produite par certaines plantes tropicales, qui est toxique pour de nombreuses espèces d’animaux à sang froid. Elle entre dans la composition de nombreux pesticides et insecticides.  

 

Comment se débarrasser des mouches chez soi ?

Si la mouche de la cerise pullule dans votre jardin, il est fort probable qu’en plus de décimer vos cerisiers, elle vienne gâcher vos moments en famille à l’extérieur voire qu’elle s’invite dans votre maison.

Il existe plusieurs moyens de se débarrasser des nuisibles volants :

    • Très basique, la tapette à mouches est économique mais son efficacité est modérée et dépend principalement de votre dextérité.
    • Plus moderne, la tapette à mouches électrique ne nécessite pas que l’insecte soit posé sur quelque chose et permet un résultat plus propre puisqu’il n’est pas écrasé mais électrocuté.
    • Encore plus radical, la lampe à UV anti-insectes, semblable à une sorte de gros grille-pain lumineux, vous permettra de vous débarrasser des nuisibles sur une surface plus grande et sans le moins effort.
    • Le papier tue-mouches, s’il est particulièrement inesthétique, reste efficace et peu cher. Il peut être positionné en complément des pièges à mouches du cerisier.
    • La solution la plus naturelle : la citronnelle. Celle-ci ne fonctionnant que dans les petits espaces, préférez son utilisation sur vos appuis de fenêtres dans le but d’éviter que les insectes rentrent dans votre logement.

 

Enfin, évitez d’utiliser des sprays qui sont pour la plupart aussi inutiles que coûteux et qui risquent tout autant de vous intoxiquer vous que les insectes dont vous essayez de vous débarrasser.

5 nouveaux conseils de grand-mère pour le jardin

astuces de grand-mere

 

Voici 5 conseils proposés par mère-grand Ombeline, afin de nettoyer, traiter, cultiver votre jardin naturellement, et sainement.

Bons travaux au jardin !

1. Vous avez un désherbant naturel à portée de main, servez-vous en !

 

L’eau de cuisson des pâtes ou des pommes de terre encore chaude

Déversez-la depuis votre casserole sur la zone à désherber.

2. Vitamines pour plantes en pot :

 

Ne pas négliger les apports en nutriments de vos plantes en pot :  1 cuillère à soupe d’huile d’olive de temps à autre leur apportera les vitamines dont elles ont besoin.



3. Fabriquer un engrais naturel :

 

Les feuilles de thé déjà infusées, riche en hydrate de carbone c’est un excellent engrais pour les plantes fleuries.

4. Contre les pissenlits :

 

Disposez un peu de sel au centre de la fleur et arrosez immédiatement d’eau bouillante, c’est certes un peu long mais tellement efficace.

Vous pouvez lire également l’article les 100 et une (ou presque) méthodes pour supprimer les pissenlits

 

5. Stopper la décoloration des plantes :

 

Pulvérisez du purin d’orties au pied des plantes atteintes.

Et voici la recette et toutes les infos sur le purin d’orties sur cet article

 

N’oubliez pas de suivre les conseils de mère-grand Ombeline

5 astuces de grand-mère contre les maux du jardin !

picto de mamie avec un bouquin

Voici 5 trucs et astuces proposés par mère-grand Ombeline, afin de nettoyer, traiter, cultiver votre jardin naturellement, et sainement.

Bons travaux au jardin !


1. Comment se débarrasser des fourmis, escargots et limaces :

 

Avec le marc de café!Mélangé à un peu d’eau et pulvérisé sur vos plantes, il les protégera des insectes.

 

 

2. Comment éviter les inondations au jardin:

 

Plantez des iris.Les iris absorbent beaucoup d’eau durant la saison des pluies et vous seront d’une grande utilité pour ne pas détremper vos sols.



3. Comment faire fuir les pucerons :

 

Voici la recette : Mélangez une cuillère à soupe de bicarbonate de soude, 3 cuillères d’huile et une tasse d’eau.
Pulvérisez la mixture sur les plantes colonisées par les pucerons et ils disparaîtront en quelques jours.

 

4. Comment éloigner les mulots :

 

mulotsUtilisez du purin de sureau.Pour le fabriquer, faites macérer 1kg de feuilles de sureau dans 10L d’eau pendant 8 jours.Filtrez et répandez sur vos cultures.

 

5. Comment faire un pesticide bio :

Voici la recette d’un pesticide bio : Il vous faudra faire bouillir dans 4L d’eau : 3 piments, 1 oignon et 1 gousse d’ail que vous aurez préalablement écrasé grossièrement.Pulvérisez ensuite, et c’est gagné !

 

 

 

Hé !

N’oubliez pas de suivre les conseils de mère-grand Ombeline

Quelques recettes de fabrication d’insecticides naturels !

papillon noir et rouge

Aujourd’hui, nous vous proposons de fabriquer vous-même vos insecticides, et avec des produits qui n’altérerons pas la planète. Autrement dit, nous vous proposons de fabriquer des insecticides maison-bio!

 

 

Insecticides : suivez le guide et découvrez nos différentes recettes :

  • Dans 1 Litre d’eau, mettez 2 cuillères à café de piment (piment de Cayenne par exemple). Vous pouvez aussi utiliser des piments frais si vous le souhaitez. Mélangez,  c’est prêt !
  • Dans 1 litre d’eau, mettez environs 2 gousses d’ail frais que vous écraserez dans un presse ail par exemple. Laissez de préférence reposer pendant environ 1 heure pour que l’eau soit bien imprégnée de l’ail.
  • Dans 3 litres d’eau, mettez une tasse d’huile de Canola (le canola est une variété de colza) puis mélangez.



  • Dans 1 litre d’eau, ajoutez 10 à 20 ml de savon, 10 à 30 ml d’huile à bébé et 10 à 20 ml de bicarbonate de soude. Mélangez le tout. Pulvérisez cet insecticide naturel plutôt le matin tôt et laver le feuillage avec de l’eau 15 minutes après application.
  • Les pépins de pamplemousse possèdent des vertus insecticides. Ils ont des qualités anti-microbiennes qui sont très utilisées pour la lutte contre les pucerons, les limaces ou toutes sortes d’insectes parasites, notamment par l’agriculture.

Astuces 

  • Mettez vos préparations dans un flacon pulvérisateur pour les diffuser plus facilement et de manière plus répartie !
  • Testez vos insecticides sur de petites zones avant de pulvériser la plante entièrement. Retournez voir la plante 2 ou 3 jours plus tard, si la plante est toujours en pleine forme, vous pouvez la pulvériser entièrement.

 

Si vous voulez désherber votre jardin le plus naturellement possible, nous vous conseillons aussi cet article !

Qu’est ce que la bouillie bordelaise et comment l’utiliser ?

Bouillie bordelaise

Bouillie bordelaise

Les jardiniers le savent : malgré tout le soin apporté aux végétaux, chancres bactériens, tavelures, cloque ou moniliose peuvent s’installer et causer des ravages. Ces maladies provoquées par des champignons s’attaquent particulièrement aux arbres fruitiers. Pour les protéger une solution : la bouillie bordelaise.

1. La bouillie bordelaise, redoutable fongicide

La bouillie bordelaise est un mélange de sulfate de cuivre neutralisé à la chaux, conçu pour tuer ou limiter le développement des champignons. Le cuivre, oligo-élément essentiel à toute forme de vie, assure ainsi la défense des végétaux contre les maladies.

2. Quand et comment utilise-t-on la bouillie bordelaise ?

On la pulvérise sur les arbres fruitiers principalement, mais aussi sur les pommes de terre, vignes et tomates. De manière préventive, elle s’applique au printemps, période à laquelle les maladies se développent, ou à l’automne, après la chute des feuilles. L’été, il sera trop tard : les maladies seront déjà bien installées.

L’utilisation de la bouillie bordelaise est autorisée en agriculture bio, ce qui ne veut pas dire que le produit est sans risque. En effet, le sulfate de cuivre étant un produit toxique, quelques précautions sont à prendre :

  • Point trop n’en faut ! A trop forte dose, la bouillie bordelaise risque de brûler feuillage et jeunes pousses. Respectez bien le dosage, à savoir 10 à 20 grammes par litre d’eau maximum
  • Pensez à la planète ! Le sulfate de cuivre est un produit toxique. Utiliser de la bouillie bordelaise en trop grande quantité conduit inévitablement à la pollution des sols.



Reconnaître et combattre les maladies au jardin

Plante abimée

Plante abimée

Jaunissement, dessèchement, pourriture : les maladies au jardin laissent les végétaux en bien piteux état. Il est donc important de savoir les reconnaître pour mieux les combattre.

1. Les maladies physiologiques

Il s’agit de maladies liées aux conditions dans lesquelles évoluent les végétaux : gel, brûlures du soleil, blessures, manque ou trop plein d’eau, sol inadapté… (voir l’article Quelles plantes pour quel type de sol ? pour plus d’infirmations).

Pour combattre les maladies physiologiques, voici 3 techniques :

  • arrosez peu mais souvent ; en cas de sol très sec, arrosez bien en profondeur
  • posez du paillis
  • ne surexposez pas les végétaux qui craignent la lumière directe



2. Les maladies cryptogamiques (champignons)

Les champignons prolifèrent volontiers dans des atmosphères humides, confinées et plutôt chaudes. Pour les éviter , quelques conseils :

  • aérez les végétaux en évitant de les planter les uns sur les autres
  • arrosez le matin afin que l’eau ait le temps de sécher toute la journée
  • choisissez un terreau adapté et de l’engrais savamment dosé
  • placez en quarantaine toute plante infectée

Les 4 maladies les plus courantes

Oedium sur feuilleL’odïum, qui forme une poudre blanche sur les feuilles et les tiges. Pour en savoir plus, consultez notre article : Odïum, la maladie du blanc
Mildiou sur feuille de vigneLe mildiou qui touche particulièrement les légumes et la vigne, forme des taches irrégulières, de couleur variable.
Maladie rouille sur feuilleLa rouille qui forme des pustules d’aspect poudreux, jaunâtres, blanches ou brunes.
Pourriture grise sur feuille de vigneLa pourriture grise, maladie grave attaquant les tissus de la plante via les feuilles ou les tiges.

Oïdium, la maladie du « blanc »

Oïdium

L’oïdium commence ses méfaits souvent en mai. Les feuilles et fleurs se recouvrent d’une poudre blanche, l’oïdium. Vous pouvez trouver cette poudre blanche sur  tous les légumes, surtout les cucurbitacées, et également sur les plantes ornementales.

Les oïdiums sont des champignons superficiels formant sur la surface des feuilles un duvet blanchâtre.

Cette maladie est causée par des champignons.  Ces champignons sont responsables de redoutables épiphyties qui parasitent de manière plus ou moins spécifique, diverses espèces de plantes cultivées, aussi bien au jardin d’ornement qu’au verger ou au potager…
quels sont les symptômes ?

Au début, on voit apparaître un feutrage blanc d’aspect farineux sur les feuilles, les tiges et parfois les fleurs. Souvent, l’oïdium provoque également des déformations des feuilles.

Oïdium

 

Quels sont les facteurs qui favorisent l’oïdium ?

En général, l’ombre et la sécheresse sont des circonstances favorables au développement de ces maladies. Celle-ci se développe très souvent en fin de saison lors de l’affaiblissement des plantes qui perdent leur vitalité.

 


Sur quelles cultures trouve t-on l’oïdium ?

La maladie du « blanc » appartient à une grande famille, dont les différents membres s’attaquent

  • au rosier, au pied d’alouette, au bégonia
  • au melon, à la courgette, à la tomate
  •  à la vigne, au pommier, au groseiller à maquereau

Donc l’oïdium s’attaque à tous les types de cultures que vous pouvez retrouver dans vos plantes d’intérieur, dans votre jardin, votre potager et votre verger.

Les concombres et les courgettes en sont systématiquement victimes à la fin de l’été.

Par contre, chaque espèce a sa propre forme d’oïdium : c’est à dire que celle qui touche la vigne ne touchera pas le rosier.

 

Comment prévenir de cette maladie du « blanc » ?

Nous vous recommandons plusieurs actions afin de prévenir de cette maladie du « blanc » :

  • Supprimez immédiatement les parties touchées. Brûlez les feuilles et les parties infestées de la plante.
  • Lorsqu’il fait chaud, veiller à ne pas arroser le feuillage, mais attention à l’humidité qui est la grande amie de cette maladie
  • Nettoyer régulièrement autour des plantations,
  • Aérez bien les plantations afin d’éviter que l’humidité ne stagne. L’oïdium se propage lorsque les plantes sont trop serrées entre elles

Comment traiter cette maladie ?

En effectuant les gestes de préventions cités ci dessus, et ensuite, nous vous proposons 2 solutions :

  • pulvériser du lait sur les plantes, arbustes, … atteints :
    • Mélangez 1/2 litre de lait à 4,5 litres d’eau (total 5L) et pulvérisez toutes les semaines jusqu’à disparition totale !
  • traiter au soufre :
    • Généralement appliqué en pulvérisation, le soufre s’achète sous forme de « poudre à mouiller » que l’on dilue donc dans l’eau. attention : comme tout traitement pulvérisé sur les feuilles, il ne faut pas traiter par forte chaleur.
    • Si vous n’avez effectué aucun traitement et que la maladie se déclare, traitez dès l’apparition des premiers symptômes; mais vous êtes prévenus : au-delà de 10 à 15% de surface atteinte, cela s’avèrera inefficace…

 

Qu’est-ce que la Rouille et comment la traiter

Qu’est-ce que la Rouille et comment la traiter ?

Quand on commence à se pencher sur les livres de botanique et de jardinage, la « Rouille » est un terme qui revient assez souvent .
Mais qu’est ce que c’est, la rouille ?

Les rouilles sont provoquées par des champignons produisant en abondance des spores jaune orangé, roux plus ou moins foncé, couleurs caractéristiques à l’origine de la dénomination de ces maladies.

Comment diagnostiquer la rouille ?

La rouille se caractérise presque toujours par l’apparition de pustules orange brun sur la face inférieure et de tâches jaunes sur la partie supérieure, sur le feuillage ou les tiges selon la plante.

En quelle période se développe cette maladie ?

La rouille se développe toute l’année.
La couleur des spores change selon le stade de développement du champignon. Ils sont généralement oranges ou jaunes en début de saison puis plus sombre vers l’automne ou l’hiver.

Quelles sont les plantes touchées par la rouille?

Un grand nombre d’espèces sont concernées par la rouille.
Le rosier est très touché par la rouille mais également les fleurs, les fruitiers, les arbres, les arbustes et les légumes (fuchsia, rose trémière, groseillier, iris, conifères, menthe, jacinthe, pomme de terre…)

Quelles sont les conditions qui favorisent l’apparition de la rouille ?

La rouille se développe principalement par temps humide ou pluvieux , mais aussi par arrosage trop fréquent sur les feuilles.
Le vent peut la transmettre à l’ensemble des végétaux du jardin.



Quelles sont les conséquences de cette maladie ?

En général, la rouille ne menace pas la vie de la plante. Au pire, elle provoque la perte de tout le feuillage. La propagation de la rouille aux feuillages de plusieurs végétaux du jardin est ce que l’on peut redouter surtout.

Quel est le traitement contre la rouille ?

Ce champignon hiverne dans les débris végétaux c’est pourquoi il faut éliminer efficacement toutes les feuilles tombées à terre ou les coupes de plantes.
Désinfectez également tous vos outils de coupes car le champignon peut se propager d’une plante à l’autre de cette manière.

Traitement préventif : Améliorez la circulation de l’air autour de la plante. Utilisez des cultivars résistants s’il en existe.
Traitement naturel : Dès l’apparition des premiers signes, il est impératif de supprimer toutes les feuilles touchées et de les brûler. Il peut être parfois nécessaire de bruler la plante elle-même afin d’éviter la contamination de la rouille.
Traitement chimique : Des produits de traitement efficaces sont vendus contre les maladies des rosiers. Ces produits fongicides contre la rouille peuvent être utilisés sur l’ensemble des végétaux.
On peut utiliser ces produits aussi bien en préventif qu’en curatif.

Nota bene : et les autres rouilles ?

bon, la Rouille c’est aussi  une substance de couleur brun-rouge formée quand des composés contenant du fer se corrodent en présence de dioxygène et d’eau.

et surtout, la Rouille, c’est également un ingrédient très bon pour accompagner sa soupe de poisson

La recette de la Rouille :

Ingrédients (pour 2 personnes) :
– 2 gousses d’ail frais
– 1 cuillère et demi à café d’épices à rouille (ou de paprika)
– huile d’arachide
– huile d’olive
– 1 cuillère à café de moutarde forte (ou en grains)
– un jaune d’œuf
– pain rassi ou croûtons

Préparation :

Dans un bol, mélanger à la fourchette, la moutarde et le jaune d’œuf.
Verser l’huile d’arachide en filet, sans s’arrêter de battre le mélange à la fourchette.
Alterner entre l’huile d’arachide et l’huile d’olive, jusqu’à ce que le mélange ait une consistance ferme, une couleur opaque, que ça ait l’air d’une mayonnaise.
Ajouter les 2 gousses d’ail écrasées, ainsi que les épices à rouille.
Et c’est terminé !
Tartinez la rouille sur vos croûtons, et plongez les dans la soupe de poisson…miam !