Belles de jour, belles de nuits : astuces et conseils !

Les belles de nuit et les belles de jour sont des fleurs qui, comme leur nom l’indique, fleurissent le jour ou la nuit ! Ce sont des plantes annuelles rustiques d’une hauteur qui varie entre 30 et 40cm. Ces fleurs forment de jolies petite haies très fleuries qui durent tout l’été. Les belles de nuit s’ouvrent à la nuit tombée et se referment au petit matin et inversement pour la belle de jour ! Des fleurs de couleurs différentes peuvent apparaître sur un seul et même pied, c’est une des particularité des belles de jour (et de nuit). Cette fleur fraîche et colorée permet de tapisser magnifiquement vos parterres, massifs, plates-bandescorbeillestalus fleuris, terrasses ou encore balcons.

A savoir : Les belles de jour et les belles de nuit on un parfum suave très agréable. Plantez-les près de vos terrasses pour parfumer vos soirées d’été !

Graines de belles de nuit Mirabilis Jalapa

 

 Semis :

  • Cette plante herbacée s’adapte à tous types de sol même les terres pauvres. Cependant elle a une petite préférence pour les terrains drainants.
  • La belle de jour ou de nuit se plait très bien en plein soleil et à mi-ombre.
  • Le semis ne se fera qu’à partir d’avril en pleine terre, quand la température commence à être douce, car le gel et le froid sont les ennemis de la belle du jour.
    • Semez clair sur une terre finement ratissée à 1 cm,
    • Recouvrezplombez votre semis et arrosez.
    • Mettez une distance de 20 à 30 cm entre les graines.
  • Concernant la culture en pot de la belle de nuit, nous vous conseillons de positionner un terreau enrichi de compost mur dans des pots de 40 cm de diamètre minimum.



A noter La belle de jour ne supporte pas le repiquage.

Graines de belles de jour variées

Conseils  pour cultiver ses belles de jour et belles de nuit :

  • La belle de jour/de nuit ne nécessite pas de soins particuliers, elle se cultive très facilement.
  • Nous vous suggérons de couper les fleurs fanées au fur et à mesure. 
  • La belle de jour ou de nuit demande un arrosage lors de sa germination et au début pour la croissance. Mais attention aux excès d’eau !
  • Elle est souvent attaquée par des chenilles qui se délectent des boutons floraux.

Graines de belles de nuit variées

Le myosotis : 5 étapes pour optimiser votre plantation

Myosotis, comment cultiver les Myosotis

Le myosotis des alpes, de la famille des Boraginacées, est une plante bisannuelle d’une jolie floraison printanière.

Sa taille adulte est d’environ 25 cm.

Utilisez le myosotis pour égayer vos massifs, rocailles et autres jardinières ! Le myosotis peut également se cultiver en pot ou sur balcon.

 

Comment planter les myosotis ?

Deux situations possibles :

  • si vous souhaitez planter en pleine terre les myosotis :

Il est préférable de planter le myosotis entre Juillet et Septembre pour obtenir une floraison à partir d’avril.

Voici les étapes à suivre pour une bonne plantation de myosotis :

1.  Choisir un emplacement ensoleillé mais pas trop brûlant. En région très chaude préférer la mi-ombre.

2. Supprimer les mauvaises herbes.

3. Bêcher le sol sur une profondeur de 20 cm.

4. Ajouter du sable ou des gravillons en terre riche ou argileuse. Le petit « plus » pour obtenir de meilleurs résultats : faire un apport de compost, riche en matière organique.

5. Distancer entre 2 plants de myosotis : 15 à 30 cm selon les variétés.




Attention : sur un terrain mal drainé, les myosotis ont tendance à mourir pendant l’hiver.

 

  • Si vous souhaitez planter les myosotis en pot :

Tout d’abord, choisissez un pot percé, au sein duquel vous pouvez disposer des petits graviers au fond afin d’assurer un bon drainage. Ensuite ajoutez-y du terreau jusqu’à la moitié du pot.  L’étape suivante consiste à disposer les plantes en les espaçant de 15 cm. Et pour finir tassez et ajoutez, si vous le souhaitez, des apports d’engrais liquides pour plantes à fleurs, dilués dans l’eau d’arrosage.

L’entretien des myosotis

Nettoyer

Nous vous conseillons de supprimer les fleurs fanées au fur et à mesure.

Arrosage

Il faut maintenir le myosotis à peine humide au printemps, quant à l’été, il faut arroser plus régulièrement pendant la période la plus chaude. En pot ou jardinière, prévoir un arrosage plus régulier.

Petite astuce : vous pouvez associer le myosotis avec des pensées, pâquerettes et tulipes !

 

Des idées d’inspiration :  Le jardin en avril

Faire son marché chez soi : un carré potager plein d’aromates

carré potager rempli de plantes aromatiques

Que vous possédiez un espace extérieur ou non, le carré potager est la solution pour avoir à disposition : fruits, légumes et aromates tout au long de l’année !

Réveillez votre créativité avec un carré potager !

Eh oui, de nouvelles idées ont germé dans la tête de nos designers ; petits, grands, transportables, surélevés, en matières bois , inox ou plastique, bio & écolo, …, les carrés potagers s’adaptent à vos modes de vie et surtout à vos envies.

carré potagercarrés potagers et plantations

 

Une culture pour tous, voici le principe du potager maison. Ils peuvent se moduler et s’agrandir au gré de vos désirs. Tous les carrés potagers sont rehaussés d’au moins 30 cms, ce qui permet à petits et grands de semer, planter et récolter !

Modèles esthétiques en sac ou en matière plastique, ils s’invitent désormais dans votre intérieur. Ne prenant que peu de place, ils offrent les mêmes atouts que les potagers extérieurs !

La santé est le principal atout du carré potager : pas de pesticides ni de produits chimiques en tout genre. Chaque culture dispose de sa propre terre. Ne nécessitant que peu d’eau, c’est une solution économique.

Un carré potager surélevé est Super pratique, car en hauteur, il empêchera d’avoir mal au dos !



Vous l’aurez donc compris, cette solution vous offrira la possibilité de pouvoir déguster de délicieux mets de toute fraicheur tout au long de l’année !

 

exemple d’un produit carré potager burger :

carré potager burger

La culture des fruits et des légumes en pots

culture en pots tomate verte

Il est relativement facile de cultiver des fruits et des légumes en pots à condition que les plantes soient bien exposées au soleil. Grace â ce type de culture, les plantes grimpantes ou de grande taille comme les haricots, les tomates, les pois et les concombres sont mises à l’honneur et ce même si vous disposez d’un espace très réduit.

culture en pots

Achetez des pots de 30cm de profondeur ou un peu plus pour certains légumes-racines comme la pomme de terre. Pour un bon rendement comptez entre 3 litres et 3.5 litres de terreau composté par plante. N’hésitez pas à mélanger plusieurs plantes de petite taille (herbes aromatiques, radis et oignons de printemps).
Au pied des tomates, plantez des salades à feuilles frisées type « lollo », particulièrement décoratives.

Salades, haricots à rames, tomates, concombres, courgettes, blettes, pommes de terre et carottes se prêtent parfaitement à la culture en pots à la différence du choux fleur, du maïs doux, du céleri.
Aubergines, poivrons et piments s’adaptent bien à ce type de culture à condition de bénéficier d’un maximum de chaleur et de soleil.
Fraisiers, framboisiers et myrtilles se cultivent sans problème dans des pots tout comme certains arbres fruitiers, et plus particulièrement les pommiers greffés sur un porte greffe réducteur de croissance.

Certains légumes à racines peu profondes comme les tomates et les salades sont vendus dans des sacs prêts à planter remplis de terreau enrichi d’engrais.

Si vous manquez de place, palissez concombres et tomates contre un mur ensoleillé.

 


Le mode de culture

Au début du printemps, semez sous abri les plantes les moins résistantes jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment robustes pour être mises en pleine terre une fois les gelées passées. Les légumes cultivés dans des pots ont besoin d’un apport régulier en eau et en substances nutritives. Prenez gardes aux pucerons et autres insectes nuisibles. Il est préférable de s’en débarrasser sans recourir à des insecticides.

En pot, la terre se dessèche vite. Et la plupart des légumes sont constitués à 90% d’eau. Un arrosage régulier est donc primordial. S’ils ne sont pas assez arrosés, ils dépérissent à vue d’œil. Mais un excès d’eau est aussi néfaste qu’un manque d’eau.

Faites pousser quelques herbes aromatiques dans des jardinières sur le rebord d’une fenêtre : du persil, du thym, du basilic, du cerfeuil,  de la ciboulette, et de la coriandre. Plantez du romarin et du laurier, très décoratifs, dans les grands pots.

Etalez les semis sur plusieurs semaines. Vous prolongez la saison de récolte tout en minimisant les risques de voir les plantes attaquées par les insectes nuisibles ou des maladies.

Au fil des saisons : plantes comestibles pouvant être cultivées en pots

 

Voici sous forme de tableau récapitulatif les plantes que l’on peut cultiver en pot

Au printempsEn étéEn automneEn hiver
Radis et oignons de printempsSalades, betteraves, courgettes, carottes, pommes de terre, aubergine, poivrons, piments, haricots verts ou à rames, fraisiers, groseilliers, concombres et tomatesPommes, carottes, muriers, framboisiers et haricots à rames.mâche

 

Bonnes cultures ! Avec du pot, ca va pousser 🙂

Quels bacs, pots ou jardinières pour mon jardin

bac a fleur jardin

Qu’ils soient en bois, en terre cuite, en plastique, en céramique ou encore lumineux, les bacs, pots, balconières, jardinières sont toujours aussi tendance pour donner à notre jardin ou terrasse un effet esthétique renversant.

Les bacs en terre cuite

bac a fleur en terre cuite

Les bacs en terre, c’est la chose la plus classique.
La force des bacs en terre réside dans le fait de sa constitution poreuse. Cette ventilation permet d’avoir des fleurs et des plantes, racines comprises, bien aérées en permanence et l’eau y pénètre donc facilement. Mais cette eau s’évapore rapidement sous l’effet du soleil.

Si la terre cuite convient majoritairement à toutes les plantes, il faudra l’éviter pour celles d’entre elles qui exigent un arrosage fréquent.
Plus lourds et également beaucoup plus chers que les autres conteneurs, ils ne conviendront pas aux plantes qui n’aiment pas le calcaire.

Les bacs en céramiques

bac en ceramiqueD’un design époustouflant, ils sont aussi harmonieux que les bacs en terre cuite et ils offrent l’avantage de garder l’eau beaucoup plus longtemps.
Quelle que soit leur forme, les bacs en céramique donnent un naturel tout aussi remarquable, et ils sont solidité à toute épreuve.



Les bacs synthétiques

bacs synthetiques

Le premier avantage des bacs synthétiques est qu’ils sont les plus faciles à entretenir et les « meilleurs » sur le  marché.
Ils sont légers, résistants et proposés dans différentes couleurs pour une harmonie avec l’environnement ou les plantes. Ils sont souvent colorés et résistants aux UV.  Ils ont en plus un côté hermétique qui tient bien au chaud et à l’humidité les plantes et les fleurs.
Ces contenants conviennent donc bien aux plantes qui apprécient chaleur et humidité comme le basilic par exemple.

Dans un endroit clos comme la serre, attention la chaleur sera plus intense  surtout si le bac est de couleur foncée.

Les bacs en bois

bac a fleurs en bois

L’harmonie des bacs en bois avec le milieu floral n’est plus à discuter, ils offrent une symbiose et un discret très tendance. Leur coût est « correct.

Les bacs en bois nécessitent un entretien régulier ; ils sont un peu lourds mais ont l’avantage de bien isoler les racines des plantes en hiver.

Les bacs d’orangerie ou en bois sont parfaits pour accueillir vos arbustes, conifères mais aussi taupières.

Les bois utilisés pour leur fabrication sont très variés : pin traité, noisetier, chêne, mais aussi bankirai, un bois d’Indonésie.

Notre coup de coeur, le bac rectangulaire Amazone ! Teinté, il devient un véritable objet déco !

Une remarque reste importe : une fois votre arbre planté dans la terre, le bac ou la jardinière en bois sera quasi impossible à déplacer, à moins d’avoir prévu un plateau à roulettes pour l’accueillir. Donc bien penser à l’emplacement de votre bac ou de votre jardinière avant de le remplir.

Les bacs en métal

jardiniere bac a fleurs en metal

Les bacs en métal donnent la possibilité d’orner les surfaces verticales. En effet, on peut les suspendre. Par exemple, les paniers en métal plastifié sont très  légers.

Une fois bien répartis et bien intégrés, ils sont agréables à admirer sous tous les angles. Ils sont aussi très faciles à entretenir.

Réaliser une mini serre pour les semis

Terrine mini serre

On peut semer presque tout en serre : concombres, poivrons, basilic, tomates… avec un peu de temps et de patience, réaliser une mini serre pour les boutures et les semis de plantes s’avère facile et très économique.

Réussir ses semis avec la mini serre

Sur la terrasse ou au jardin, la mini serre permet de protéger les semis les plus délicats des écarts de température : les graines de tomates, de piments et d’aubergines ont besoin d’un climat doux et humide pour germer. C’est aussi l’occasion de tester des semis de plantes exotiques ou fragiles comme les bégonias, les graines de baobab ou de palmier.



Fabriquer une mini-serre chez soi

 

mini serre fabriquée soi-mêmeLes mini serres d’intérieur ou terrines sont composées d’un bac et d’un couvercle isolant et transparent. Assez chères à l’achat, elles sont faciles à bricoler chez soi et ne coûtent presque rien si l’on utilise des matériaux de récupération : une caisse en polystyrène demandée à votre poissonnier ou une caisse en plastique sont de très bons contenants. On peut également construire le bac soi-même avec des planches de bois (par exemple, de la palette) ou recyclerun ancien aquarium.Pour maintenir une température propice à la germination (entre vingt et vingt cinq degrés), on pourra utiliser un câble chauffant pour aquarium que l’on placera au fond du bac, avant de le recouvrir de sable ou de terreau. Un thermomètre permettra de contrôler et d’ajusterla température.

Après avoir placé les semis en petits pots (carton recyclable ou plastique), il ne reste plus qu’à recouvrirla mini-serre d’une plaque de plexiglas ou de verre en veillant à laisser des espaces sur les côtés pour faire circuler l’air.

La culture sous serre au jardin

chassis de jardin

La culture sous serre n’exige pas un très grand investissement et sa mise en œuvre est beaucoup plus facile qu’il n’y parait. Découvrez les équipements et les méthodes pour cultiver les plantes sous abri dans son jardin.

 

Conseils et astuces pour la culture sous serre

On peut faire pousser presque tout sous serre : les tomates, les concombres et les poivrons, les espèces fragiles et même les plantes exotiques.

Le chauffage n’est pas obligatoire pour réussir la plupart des semis. Protégés dans leur abri, les jeunes plants subissent beaucoup moins les écarts de température qui ont lieu à l’extérieur. Par contre, les câbles chauffants sont nécessaires pour faire pousser des plantes exotiques ou pour les cultures hors saison. Il suffira de contrôler régulièrement la température et de l’ajuster à l’aide d’un thermostat.

Les châssis de jardin

chassis de jardin
chassis de jardin en bois
Les châssis de jardin sont très simples d’installation et faciles d’entretien. Ils protègent les plantes les plus sensibles durant les mois d’hiver et offrent une protection efficace contre le soleil en été. On peut construire soi-même un châssis en bois avec des planches de récupération et une plaque de verre ou de plexiglas ou bien acheter un ou plusieurs châssis maraîchers, à placer de préférence aux endroits ensoleillés.



Les cloches

Abris pour plante
Culture sous cloche
Les cloches sont une solution très pratique et peu coûteuse pour débuter la culture sous abri. On place la cloche de verre ou de plastique directement sur la plante pour la protéger des premières gelées et des insectes. On peut également fabriquer soi-même des cloches pour trois fois rien avec des bouteilles en plastique.

Astuce : une jardinière en osier

Jardinières en osier

Voilà une astuce pratique, écologique et bon marché pour réaliser une jardinière ou une bordure 100% naturelles ! Comment réaliser une jardinière en osier en 4 étapes ? Suivez le guide !

Jardinières en osier

1. Récupérer la matière première

L’osier qui n’est autre que la branche d’un saule est un matériau naturel, solide et que l’on peut facilement trouver. Il vous suffit alors de récupérer les pousses d’un saule ou pourquoi pas d’un érable ou encore d’un tilleul. L’important est que les tiges soient solides et souples.

2. L’ossature

Les rameaux les plus forts feront office de piquets : déterminez la hauteur de votre jardinière ou bordure et prévoyez des piquets la dépassant de quelques centimètres. Plantez-les à intervalles réguliers dans la terre, tous les 10 centimètres environ.

3. Le tressage

Prenez les tiges les plus longues et les plus fines pour réaliser le tressage : entrecroisez en passant la tige tantôt devant, tantôt derrière le piquet. Vous pouvez même essayer avec plusieurs tiges à la fois ! Serrez bien le tout afin que ni la terre ni l’eau ne passent au travers en tassant les brins à l’aide d’un marteau ou d’un morceau de bois.

4. Les finitions

Soulevez délicatement l’ensemble pour couper les brins qui dépassent à l’aide d’un sécateur.

Vous pouvez maintenant planter votre bordure le long d’un massif de fleurs ou la placer sur le rebord de la fenêtre pour en faire une jardinière au look naturel. Vous pouvez aussi l’installer près des marches de votre cuisine pour qu’elle y accueille vos plantes aromatiques.

Découvrez tous les genres de jardinières en lisant cet article.

Une jolie jardinière pour égayer votre balcon

jardiniere ou balconniere

Nul besoin d’être un jardinier hors pair pour profiter de jolies balconnières et jardinières.

Suivez le guide pour une jardinière en 3 étapes.

1. La jardinière adéquate

Assurez-vous que les dimensions de la jardinière sont adaptées. Sa hauteur doit être d’au moins 20 cm, pour une longueur qui ne doit pas dépasser 3 fois sa largeur.

Côté matériau, vous avez l’embarras du choix : émaillée, en terre cuite, en plastique, en bois en zinc…

2. Bien planter

Ajoutez un engrais à libération lente dans le terreau, pour que les plantes soient correctement nourries tout au long de la saison.
Ne plantez pas trop serré : les annuelles de 30 cm de haut ont besoin de 10 cm entre chaque ; les vivaces de moins de 20 cm ont besoin de 15 cm.
Et pour la composition, c’est un peu comme pour une photo de classe : on place les petits devant, les grands derrière !



3. Bien choisir les plantes

Vivaces, annuelles, à feuillages, les jardinières peuvent accueillir variétés de plantes.
Parmi elles, les classiques géraniums blancs, roses ou rouges.
Pour une balconnière généreuse, verveine, bégonias et impatiens donnent un joli effet de masse. Pensées et primevères ajouteront une note de gaieté très colorée. Lavande et jasmin embaumeront votre balcon de doux parfums. Pensez aussi aux aromates : thym, romarin, sarriette et basilic.

Amusez-vous à créer d’originales compositions en accordant couleurs, textures et formes variées. Vous pouvez associer des plantes qui ont une floraison différente pour obtenir des jardinières qui évolueront dans le temps
jardiniere ou balconniere