Zoom sur : la bruyère !

Bruyère en pot, violet

La bruyère appartient à la famille des éricacées. La bruyère a le grand avantage d’être une plante très résistante ! Cette plante à floraison longue et ininterrompue résiste à l’hiver et à la neige. Elle se plait dans toutes les régions.

Outre sa grande capacité de résistance, elle est également une plante décorative. En pot, en jardinière ou en pleine terre, la bruyère sera un parfait élément décoratif dans votre jardin grâce à ses fleurs blanches, roses ou rouges.

Bruyère

Culture de la bruyère

Type de sol

Au niveau du type de sol, nous vous recommandons un sol normal voire sableux, riche en humus. Elle se plante également très bien dans la terre de bruyère.  La terre doit être légère et bien drainée. Les espèces les plus courantes au  jardin ( comme la bruyère Erica) supportent également les sols calcaires.



Exposition

La bruyère supporte tous les endroits du jardin. L’idéal serait de lui réserver un espace à la mi- ombre ou ombre.

Plantation

Au niveau de la période de plantation, vous pouvez planter la bruyère toute l’année en dehors des périodes de gel.

Au niveau de la plantation, nous vous recommandons de planter les jeunes plants directement en pleine terre ou en pot. Pensez surtout à bien les arroser durant la première année. Pour aider votre plante à bien se développer, nous conseillons dans un premier temps de faire tremper quelques minutes avant la plantation, les racines de la plante. Ensuite, creusez un trou dans votre jardin et mélangez un peu de terre de bruyère à la terre de votre jardin. Vous donnez ainsi toutes les chances à votre bruyère de bien se développer !

Si vous souhaitez multiplier votre plante, nous conseillons de la diviser en touffe à l’automne. La diviser en touffe a également un autre avantage : cela permettra de rajeunir vos plantes âgées !

Vous pourrez faire des boutures de vos bruyères en été. Pour cela, prélevez l’extrémité des jeunes pousses.  La période de floraison des bruyères va de l’hiver au printemps.

Bruyère en pot

Entretenir et tailler sa bruyère : un jeu d’enfant !

Entretien

La bruyère a la grande particularité de demander très peu d’entretien. Il vous suffira juste de lui apporter un peu d’engrais au printemps afin de lui assurer les meilleures conditions possibles pour la floraison ! Au niveau de l’engrais, nous vous suggérons de lui apporter un engrais pour rhododendrons ou hortensias.

Taille

Une fois la floraison passée, nous vous conseillons de la taille. Pensez à égaliser la touffe et à supprimer les fleurs qui seraient éventuellement fanées.  Pour que la croissance de votre plante ne soit pas désordonnée, nous vous conseillons de rabattre les jeunes pousses à la moitié de leur longueur environ.

Pour les vieilles touffes, nous conseillons de les diviser pour leur donner une seconde jeunesse !

Information pratique

Vous trouvez que votre bruyère est longue à prendre ? C’est normal !  La croissance de la bruyère est assez longue, elle ne gagne qu’environ 10 cm par an.

Les asters : un feu d’artifice de couleurs à l’automne !

Aster - fleur roses, blanches et violettes

L’aster : la lumière de l’automne …

On appelle cette fleur, la lumière de l’automne parce que sa floraison est abondante, colorée et durable et de plus, elle attire les papillons.

En grec, le mot aster signifie étoile ! Un mot alors plein de promesses.

600 espèces différentes pour la reine des marguerites !

Hortik vous en dit un peu plus sur cette variété de plantes complémentaires ! Elle égaye nos jardins quand l’automne vient à faire tomber les feuilles de nos arbres !

L’aster, la fleur

 

La fleur est composée de ce qu’on appelle le capitule.

Quand vous regarderez un aster vous verrez en son centre des petites têtes en forme de petites boules, eh bien ce sont les fleurs !

La pétale n’est autre que la continuité de la boule, qui permet de protéger la fleur de l’eau.

 

Aster - fleur
source img seattleflowers.com

Entre plantation et floraison

L’automne est la meilleure période pour la plantation. Il vous suffira de faire un petit apport d’engrais au printemps pour donner un coup de fouet et relancer la croissance.

Les fleurs, généralement assez petites sont présentes le long de chaque tige. Sa période de floraison est très longue allant de la fin août au mois de novembre.

 

Les différentes variétés d’aster

Les différentes variétés d’aster offrent une diversité de hauteurs et de parterres (allant du plus compact au plus aéré) :

  • L’aster dumosus (30 à 40cms de hauteur)
  • L’aster Novae Angliae (1m20 de hauteur maximum)
  • L’aster Novi belgii (1m80 de hauteur maximum)

 

Des espèces : en veux-tu ? En voilà !

Les plus répandues :

  • L’aster dumosus : si vous désirez un colorie magnifique préférez la « Royal Rubi ». La Pringley « Blue Butterfly » est une espèce tout aussi jolie de par son cœur doré.
  • L’aster Novae angliae : une merveille de par ses couleurs notamment la Novae Angliae bleu marine !
  • L’aster Novi belgii : il y a de nombreuses espèces en cette variété. La « Fellow Ship », la « Marie-Ballard », la « Frikkarti Monch » ou encore la « Violet Queen » sont toutes des références !

 

J’aime, j’aime pas !

Ce que les asters aiment :

  • Le soleil
  • Un sol drainé et profond
  • La compagnie des graminées

Ce que les asters n’aiment pas :

  • L’ombre et le vent
  • Un sol sec
  • Trop d’humidité ou trop d’eau stagnante

 

Les trucs et astuces d’Hortik !

ASTUCE N°1 : COUPEZ !

Après le passage du gel à l’hiver, les fleurs seront fanées. Dans ce cas et si la plantation est ancienne nous vous conseillons de couper les tiges ! Puis pensez à nettoyer les touffes.

ASTUCE N°2 : PINCEZ !

Eh oui … pincez les fleurs ça se fait ! Pincez les fleurs à partir d’avril et jusqu’en juin pour embellir votre massif.

ASTUCE N°3 : TAILLEZ !

Au printemps, taillez les tiges 2 à 3 fois entre avril et juin.

ASTUCE N°4 : FAVORISEZ L’HUMIDITÉ !

Pour ceux qui dispose d’un sol sableux, utilisez un paillage. Cela favorisera l’humidité.

ASTUCE N°5 : TUTEUREZ !

Pensez à tuteurer les espèces hautes !

 

La technique de la division 

La multiplication par division est un technique à réaliser tous les 4 à 5 ans au printemps.

Pourquoi divise t-on les asters ? On la réalise car elle nous permet de les transplanter ailleurs dans notre jardin ou dans de pots si vous, ou de les donner à de la famille ou à des amis.

Cette technique se fait comme suit :

  • Prenez un transplantoir ou une bêche et creuser sur le côté
  • Dégagez la touffe avec ses racines
  • La motte prise est alors à transplanter ailleurs

Une solution simple qui permet de multiplier vos plantes préférées !

 

La maladie de l’aster : l’Oïdium

La côte d’amour de l’aster a un moment donné diminué en raison de l’Oïdium. Cette maladie a pour conséquences la dépose d’une fine couche blanche sur les pétales des asters. Cette dernière touche le plus souvent on le dit : plus les Novi Belgii que les autres variétés.

Désormais, la variétés des espèces et les petites astuces existent pour éviter la maladie.

Pour éviter cette dernière, déposez au mois d’août prochain du souffre sur les pétales ! C’est une solution bio à renouveler tous les 10 jours durant ce mois d’été !

 

 

du houx majestueux … au houx parasol …

les différentes etapes pour couper le houx, don sainguin 59

Le houx est un arbuste qui peut se transformer en arbre imposant. Du coup, le jour où il faut le couper, ouïe ouille, ca fait mal  aux mains !!

comment couper le houxCe houx, dans notre jardin, nous l’aimons bien. Mais année après année, il prend de plus en plus de place, et le tailler devient plus difficile et plus long car, il est très haut.Lui redonner sa forme devient un exploit sportif !
le houx, sa coupeAussi, nous envisageons de le « raccourcir ». Les travaux d’approche permettent d’entrevoir la forme future. Avec cependant pas mal d’inquiétudes … Les branches du houx ne poussent pas comme ceux d’un arbre ordinaire, mais plutôt comme ceux du cognassier du japon : de longues branches emmêlées, ramifiées.



Ca y est, il a trouvé sa forme maintenant. Mais ces deux branches qui dépassent dont très laides. Nous n’osons pas utiliser la tronçonneuse, car pour couper ces branches, il faut s’allonger sur l’arbre. Alors, un peu d’huile de coude, et une grosse couverture pour se protéger… Allons y … Ouille, ça pique !
le houx et l'arbusteC’est surprenant ce que cette coupe a apporté de lumière dans la maison proche. Houx, mon houx, tu as rajeuni, tes contours sont encore incertains,Et maintenant , tu peux grandir ….

les jolies fleurs du jardin pour mettre un peu de gaité sous la pluie

Fleurs d'Hortensias Roses, gros plan

Bonjour !

En cette journée du 14 juillet qui ressemble à un 11 novembre pour nous les nordistes, je vous propose un petit tour des fleurs et plantes aromatiques du jardin, histoire de se mettre un peu de baume au coeur .

Les Fuchsias  :

Les fleurs des fuchsias sont très décoratives, pendantes, tubulaires, et se terminent en forme de cloche ou de coupe. Les fleurs des fuchsias  apparaissent réunies en de nombreuses grappes en été, en automne et jusqu’aux gelées.Les couleurs des fuchsias peuvent être rouges brillants et les pétales pourpres,et en fait les coloris peuvent varier du blanc au rouge sombre et à l’orange. Les fuchsias et leurs belles couleurs sont parfaites pour votre jardin d’ornement.
fuchsias rouges

 

 

Les Géraniums :

geraniums rougesLe pelargonium, faussement appelé par habitude géranium, fait partie de la famille des géraniacées, dont fait également partie le géranium.
De nombreuses variétés de pelargonium enchantent nos regards. Pelargonium lierre, Pelargonium zonal, Pelargonium à fragrance parfumée, prenez le temps de découvrir toutes ces espèces.
On peut très facilement faire des boutures de geranium, oups non pelargonium. Le travail de bouturage commence dès la fin de l’été par le prélèvement des boutures sur les pieds-mères ou au printemps à la reprise de la végétation. C’est très simple à faire, il suffit d’un peu de temps, et de nombreux pots.



les Hortensias :

Hortensias

Ils sont encore beaux non, les hortensias, encore appelés hortensias-boule ! Nous en avons des bleus et des roses au jardin. Souvent, on dit des hortensias qu’ils aiment les régions d’Ouest, comme vous pouvez le voir, ils aiment aussi les régions du nord !

 

Les plantes aromatiques : Persil, Ciboulette, Sauge, et Romarin

 persil sauge ciboulette romarin Certes, vous ne voyez pas grand chose sur cette photo, mais les 4 plantes aromatiques sont présentes :
la ciboulette en tout premier plan, pour nos salades, pour tous les assaisonnements, pour donner une petite touche de couleur aux plats une fois qu’ils sont terminés- le persil, en second plan, également pour les salades, tous les assaisonnements, pour donner une petite touche de couleur aux plats une fois qu’ils sont terminés- au fond à droite, vous avez le romarin, à consommer en condiment, toujours finement ciselé pour ne pas que ses aiguilles gênent le palais. Le romarin relève les mets salés en leur apportant une touche provençale. Les pommes de terre et l’agneau sont ses meilleures alliances.  Il assaisonne également très bien les grillades, les viandes blanches, les tomates et le riz.-et au fond à gauche, la sauge, à conserver  dans un verre d’eau lorsqu’elle est fraîchement coupée. On peut la faire sécher, suspendue la tête en bas dans une pièce sombre et aérée. La sauge est à consommer de préférence séchée, car ce sont des feuilles sèches que se dégagent les arômes les plus marqués. Celles-ci parfument à merveille les farces de volailles, les plats riches tels que l’agneau, le porc, les marinades, mais aussi les omelettes, les pâtés…

 

est ce que toutes ces jolies photos vous ont plues, avez vous apprécié toutes ces couleurs vives et gaies que l’on peut trouver au jardin en ce moment?

bon week end à vous !!

La poire melon, une plante mystérieuse

Poire Melon

La poire-melon est une plante vivace mais pas rustique. Elle était déjà cultivée en Amérique du Sud avant l’arrivée de Christophe Colomb. Elle est arrivée en Europe en 1875 exactement. Ses fruits se mangent crues comme les avocats. Mais cuits, ils accompagnent aussi bien la viande que le poisson.

Il en existe plusieurs variétés. Et vu la rareté de ce légume, elle est aujourd’hui plutôt cultivée par des jardiniers collectionneurs.

La poire Melon, à quoi ça ressemble?

La poire-melon est une plante potagère, ramifiée et très vigoureuse. Sa  hauteur  maximale est de 1m. Si elle est buissonnante à la base, sans taille elle devient un sous-arbrisseau non productif, sans fruit.

Ses longues feuilles sont entières, lancéolées, parfois munies de folioles à leur base. Elles sont vertes foncées.

Ses fruits  sont ovoïdes, ronds, plous ou moins aplatis ou allongés, voire pointus. Ils sont de couleur vert-jaune doré pâle, avec des stries teintées de pourpre ou de violet (voire noirâtre à maturité selon la variété). Certains fruits peuvent peser jusqu’à 2kg.

Ses fleurs sont hermaphrodites, à corolle étalée, en bouquets, de couleur bleu violacé et ressemblent à celles de pomme de terre.

Ses principales vertus sont qu’elle contient beaucoup de vitamines C et mais aussi des sels minéraux. Sa floraison s’étend de juin jusqu’aux premières gelées.

Récolte : 6 à 8 mois après le semis et 6 mois après le bouturage



Où cultiver les poires-melon ?

L’environnement idéal pour cultiver des Poires-melons doit avoir les caractéristiques suivantes:

  • Climat : tempéré et chaud, il  craint le gel
  • Exposition : ensoleillée et chaude
  • Sol : fertile,  humifère et frais, il supporte bien la sécheresse

Comment les cultiver par semis ?

En janvier-février, semez en lune décroissante sur couche chaude ou en serre chauffée à plus de 20°C. Il faut utiliser des godets en avril, sous cloche ou sous tunnel plastique. La mise en place avec un espacement minimum de 60cm peut se faire au mois d’avril ou attendre mai pour repiquer en plein  air.

Comment les cultiver par bouturage ?

Procédez à l’opération en août ou septembre en pleine terre. Rentrez les boutures à l’abri avant les gelées, et gardez les dans un mélange de terre, de tourbe et de terreau. A partir de ces pieds, faites de nouvelles boutures en janvier ou février, au chaud et à la lumière. Enfin mettez-les en place comme indiqué ci-dessus pour le semis.

Les bons mariages : les légumineuses (fève, haricot nain, lentille, pois), le panais et le persil s’accordent bien le poire-melon.

Fertilisation & entretien

La poire-melon demande une fertilisation  normale à la fin de l’automne ou en début de printemps avec un engrais naturel et du compost.

La poire-melon a besoin de beaucoup de compost bien décomposé à chaque poquet.

La poire-melon ne nécessite pas un entretien excessif, veuillez juste à faire des binages, sarclages et arrosez si nécessaire. Veuillez à tuteurer la poire-melon qui peut se conduire sur 2 tiges.

Maladies et parasites

La poire-melon semble être très résistante aux maladies, mais quelques parasites peuvent l’envahir

1.L’araignée rouge

Cet acarien suce la sève des feuilles. Pour soigner, pulvérisez un insecticide végétal sous les feuilles ou une solution à base de savon noir, de nicotine, d’absinthe ou d’ortie.

2.Le doryphore

 Ce coléoptère de couleur jaune à jaune orangé, marqué de lignée noires, s’attaque aux plantes les plus faibles et dévorent les feuilles.

Pour soigner, pulvérisez un insecticide végétal dès le début de l’invasion. Ensuite ramassez les insectes adultes et les larves et écrasez-les. Puis vérifiez le dos des feuilles, enfin cueillez et brulez  celles qui ont des œufs collées dessus.

Vous voilà maintenant avec les mêmes connaissances qu’un jardinier collectionneur ! Vous pouvez cultiver ce légume rare en suivant nos instructions. Pensez juste à respecter une rotation des cultures de 4 ans…

Quelques conseils avant de planter arbres et buissons

jardin_arbres

Que vous cultiviez vous-même des arbres et arbustes ou que vous les achetiez dans une jardinerie ou chez un pépiniériste, à un moment ou à un autre, il vous faudra les planter en place. Pour leur faire prendre un bon départ, il faut, avant toute chose, que vous compreniez leurs besoins  particuliers.

jardin_arbres

Les racines

Les arbres et les arbustes représentent un réel investissement en raison de leur coût et de leur contribution au jardin. Ils doivent être plantés avec soin. Vérifiez tout d’abord que l’arbre ou l’arbuste convient aux conditions de votre jardin : certains ont des préférences en ce qui concerne le type et l’état du sol.

Les azalées et les rhododendrons, par exemple, ne se plaisent que dans les sols acides.

Veillez ensuite à ce que la plante choisie ne pose pas de problèmes, par exemple en étant plantée trop près des fondations de la maison.

Le trou de plantation

Quand vous plantez un arbre, creusez un trou assez profond pour la motte et qui permette en même temps aux racines de partir en exploration dans tous les sens au fur et à mesure qu’elles recherchent de la nourriture.

Il est tentant, par une journée d’automne glaciale, de creuser un trou à la va-vite et d’y planter le jeune arbre, mais le résultat sera un sujet qui végète, ses racines étant empêchées de s’étendre pour aller chercher les substances nutritives et l’humidité nécessaires, de sorte que la plante se retrouvera dans un état de semi-dormance. Il en résultera une croissance réduite à court terme, bien que l’arbre puisse progresser d’avantage en grandissant.

trou de plantation

Le tuteur

La technique de plantation d’un arbre est assez voisine de celle d’une vivace. Le tuteur permet à l’arbre de résister aux vents forts, qui déstabilisent les racines, et ne peuvent donc plus assurer leur rôle normalement.

Dimension

Les associations d’arbres à feuillage caduc et de sujets à feuillage persistant constituent le meilleur des choix pour un jardin. Même un petit jardin a besoin ne serait-ce que d’un arbrisseau qui lui confère une dimension verticale. Si vous connaissez les dimensions définitives de l’arbre (hauteur et étendu des branches) avant de le choisir, vous vous épargnerez bien du temps et de l’argent par la suite, et bien des problèmes également.

Si vous plantez un jeune arbre trop prêt d’autres arbres et arbustes, vous devrez l’enlever et le replanter ailleurs au cours des cinq à dix premières années de sa vie. Pour éviter ce genre de désagrément, imaginez la hauteur  et le port de votre arbre dans une vingtaine d’années afin d’établir votre projet de plantation en conséquence.

Bonnes plantations !

 

Une petite fraise ? Zoom sur la culture du Fraisier, vivace et rustique…

jolie fraise


fraisier fraiseLe fraisier est une plante vivace de la famille des Rosacées comme le rosier. Le fraisier est une plante rustique(qui résiste au froid) jusqu’à -20°C.De son nom botanique Fragaria, la première espèce de fraisier s’appelle le fraisier des bois. Il compte plusieurs espèces comme le fraisier de Chili, le fraisier de Virginie, le fraisier capron, le fraisier ananas ou encore le fraisier étoilé.

Tous ces fraisiers sont regroupés en quatre sous-familles:

  • fraisiers non remontants à gros fruits
  • fraisiers remontants à gros fruits
  • fraisiers non remontants à petits fruits
  • fraisiers à petits fruits ou fraisiers quatre saisons.

 

Propriétés du fraisier

Le fraisier est une plante herbacée rustique haute de 20 à 30 cm.

– Ses tiges sont dressées
– ses feuilles, 3 folioles, sont pétiolées, plissées, dentées et parfois velues.
– ses fleurs sont hermaphrodites, dioïques ou polygames selon les espèces. Les fleurs du fraisier sont de couleurs blanches.

jolie fraise Le fraisier est cultivé pour ses fruits charnus, sucrés, parfumés mais aussi exotiques. Ses fruits, les fraises, sont de forme arrondie ou conique. Leur couleur va du rouge foncé au rouge clair. Certaines variétés donnent des fruits roses, jaunes ou blancs. Leur saveur diffère largement d’une espèce à une autre. La fraise est apéritive, diurétique, laxative, rafraîchissante et dépurative. Elle contient aussi des vitamines A, B, C, E et K ainsi que du brome, du calcium, du fer, du iode, du magnésium et bien d’autres. Les fraises contiennent du sucres mais les diabétique peuvent en consommer.



comment cultiver ses fraisier

L’environnement parfait pour la culture du fraisier et des fraises est le suivant:

  • climat : tempéré
  • exposition : ensoleillée
  • sol : fertile, profond, meuble, humifére , frais et peu calcaire
la période de plantation est juillet ou décembre
La période de floraison est de avril à juin pour les variétés non remontantes et avril aux gelées pour les quatre saisons.
La récolte, elle, se fait 7 à 12 mois après le semis.

La multiplication par semis est utilisée pour des variétés quatres saisons. Pour les variétés à gros fruits, cette méthode s’emploie unique pour produire de nouvelles variétés, car les plants issus de semis ne sont pas fidèles au pied père.

Comment se fait la culture par semis?

Les graines se sèment en juillet ou en décembre.
Une dizaine de jour à l’avance, il faut:

  • préparer les caissettes, jardinières ou terrines destinées à recevoir les graines
  • les remplir de mélange de terreau à 2/3 et de terre fertile et légère à 1/3
  • arroser les semis avant de les mettre, en les faisant tremper 48 dans un peu d’eau, égoutter et enrober de lithothamnium
  • les semer et les recouvrir juste un de terreau
  • placer les récipients dans un châssis et recouvrir avec un paillasson jusqu’à la levée.
  • bassiner pour garder la fraîcheur et éclaircir si besoin
  • laisser hiverner les plants sans les repiquer et fermer le châssis pour les protéger du froid.

Comment se fait la mise en place sous terre ?

Vers la mi-mars:

  • prévoyez un espacement régulier de 40 cm en tous sens.
  • praliner les racines avec une bouillie de lithothamne pour faciliter la reprise.
  • repiquez au plantoir si les plants de fraisiers sont robustes, tout en prenant soin de ne pas recourber les racines
  • tassez chaque pied et arrosez.

Comment se fait la culture par division de touffes ?

Cette méthode de multiplication végétale est surtout utilisée pour les variétés qui ne demandent pas de stolons.

Voilà les étapes:

  • en septembre, repérez les plus belles et vigoureuses touffes.
  • enlevez régulièrement les feuilles et les hampes florales sèches.
  • rechaussez légèrement chaque touffe pour favoriser la venue des radicelles.
  • arrosez en cas de sécheresse

De la fin du mois septembre jusqu’à la fin du mois d’octobre, arrachez ces touffes et pratiquez la division:

  • ne conservez que les sujets ayant des racines nouvelles (radicelles) ou munis d’un bourgeon
  • éliminez les plantes âgées
  • coupez les racines anciennes
  • pralinez les radicelles et mettez-les en place à l’aide d’une houe
  • tassez bien chaque pied et arrosez les au goulot.

Comment se fait la culture par multiplication de filets (stolons)?

  • choisissez des pieds sains et productifs.
  • supprimez les fleurs des plantes sélectionnées.
  • conservez 1 plant sur 3 par coulant
  • plantez dès que les radicelles apparaissent

La plantation se fait d’août à octobre en espaçant de 40 cm toujours.

Les bons mariages :

Le fraisier s’entend bien avec la bourrache officinale, l’épinard, le haricot nain, la laitue et le thym… mais le choux est néfaste pour lui.

 

Fertilisation

Tous les ans à la fin de l’automne ou de l’hiver, il vous faut :

  • apporter du compost en l’enterrant superficiellement.
  • apporter de l’engrais azoté lors des binages pour 1 à 3 kg par are.
  • faire des fertilisations foliaires à base de lithothamne quand la végétation est abondante et 3 à 4 fois fois toutes les 3 semaines.

Entretien

Il faut faire des binages et sarclages et arroser si nécessaire.

Le paillage est conseillé avant la floraison. En effet il conserve la fraîcheur du sol et rend les fruits plus propres. Préférez le paillage à base de compost.

Si vous utilisez du paillage avec autre chose que du compost, retirez fin octobre ou début octobre la paille qui n’est pas décomposée.

 

Maladies et parasites du fraisier

1. Le blanc des racines

Les symptômes sont que des filaments blanchâtres apparaissent sur les racines.
Pour soigner : arrachez et brûlez les pieds attaqués et attendez 3 à 5 ans avant de replanter à cet endroit.

2. la chlorose

Les symptômes sont que les feuilles jaunissent , se recoquillent, brunissent et se dessèchent. La cause est l’excès d’humidité et de calcaire ou une terre trop compacte.

Pour y remédier, aérez le sol. En fin de saison, coupez les feuilles au ras de sol et couvrez la planche de 4 cm d’aiguille de pin.

3. la maladie des taches

Les symptômes sont que de nombreuses taches circulaires, rougeâtres ou brunâtres apparaissent sur les feuilles, qui finissent par se dessécher.

Pour prévenir, pulvérisez de la bouillie bordelaise au printemps avant la formation des fruits et une autre après la récolte. Coupez et brûlez les feuilles atteintes.

4. L’oïdium des fraisiers

Les symptômes sont que les feuilles se couvrent d’une poussière blanche, elles se déforment et sèchent. Les fleurs et les fruits ne viennent pas maturité.

Cette maladie n’apparaît que pendant les étés chauds et humides. Pour prévenir, faites des fertilisations foliaires à base de lithothamne quand la végétation est abondante et 3 à 4 fois toutes les 3 semaines.

Pour y remédier, sélectionnez et brûlez les pieds atteints puis saupoudrez sur la végétation humide (à la rosée) une solution moitié lithothamne et moitié fleur de soufre.

5. La pourriture grise

Les symptômes sont que les fruits pourrissent et sont recouverts de moisissures grises. Pour prévenir, effectuer des fertilisations foliaires. Aussi au début et à la fin de la saison, pulvérisez une décoction de prêle.

Cueillez et brûlez les sujets atteints.

6. La grise

C’est un petit acarien jaune, ayant deux taches rouges su les cotés. Il suce le dessous des feuilles et dépose des secrétions sur la surface supérieure. La feuille prend une couleur grise rapidement.

Pour soigner, pulvérisez un insecticide végétal et procédez à des saupoudrages à base de roténone.

 

 

Et si on faisait une cure « d’anciens légumes » : courges, courgettes, citrouilles et pâtissons

familles des courges

Faisant partis des légumes les plus anciens, les courges sont cultivés bien avant notre ère. Déjà les plus lointaines civilisations les cultivaient. Ce n’est qu’ai début du 16 éme siècle, que les familles des courges furent arrivés en Europe. Il en existe plusieurs variétés

familles des courges

Propriétés

Ce sont des plantes potagères herbacées, rampantes, souvent coureuses et ont des fruits avec des formes, couleurs et tailles différentes. On les reconnait par leurs tiges rudes et anguleuses munies de vrilles fendues. Leurs feuilles sont divisées en lobes très accentuées, les bord découpés. les fleurs sont monoïques, jaunes, grandes et solitaires. Leur calice est long, campanulé et les pièces sont soudées. Le pédoncule des fruits est long, dur anguleux à 5 cotés. Les graines, elles, sont ovale et de couleur beige pâle bordé d’un liseré à peine plus clair.

Parmi les bienfaits des courges, nous pouvons citer qu’elles sont dépuratives, diurétiques, émollientes, laxatives, nutritives, sédatives et vermifuges. Elles contiennent aussi des vitamines A, B, C, E), des oligo-éléments et des sels minéraux ( bore, calcium, fer, iode, chlore, cobalt, phosphore, potassium, sodium, zinc…) C’est pour cette raisons que les nutritionniste les recommandes beaucoup pour les enfants de bas âge pour une bonne croissance.

Culture

Il y a deux façons des les cultiver:

          1. Sous abri

Vous souhaitez planter dans une serre, sous châssis

  • Semer les graine en Avril, assurez-vous que la température soit de 12°C au moins.
  • Déposer 2 graines par godet.
  • Éclaircir les plants pour ne garder que le plus beau et robuste plant.
  • Mettre en place avec la motte quand les gelées ne sont plus craindre vers le 15 Mai environ.

          2. En Place

Pour semer en pleine terre dans votre potager, suivez les instructions ci-dessous
  • Semer en Avril dans le Midi, en mai pour les autres régions.
  • Préparer les poquets avec du compost 
  • Déposer 2 ou 3 graines, à 2cm de profondeur seulement
  • Recouvrir de terreau
  • Tenir le sol frais jusqu’à la levée
  • Éclaircir pour ne garder qu’un seul plant par poquet
  • Respecter les distances de plantation de 1m pour les espèces non couvreuses, mais plus, 1,50 à 2m pour les espèces couvreuses.
Astuce : Les courges adorent être cultivées avec des choux d’été, des haricots à rames ou encore le mais sucré, surtout pas des pommes de terre à coté.

Fertilisation

Cette étape est importante pour avoir des plants fort et beaux:
  • Apporter un peu d’engrais azoté lors des plantation
  • Mettre beaucoup de compost 15 jours avant la plantation.
  • Tasser et recouvrir de terre légère
  • Effectuer des fertilisations foliaires à base de lithothamnium à raison d’un poudrage tous les 3 semaines.

Entretien

Il faut un entretien régulier, voici comment il faut faire:

  • Procéder aux binages et au sarclages.
  • Arroser dès que nécessaire comme pour toute autre plante
  • Pailler avec le compost à partir de juin
  • Butter les tige rampantes pour les espèces couvreuses sur une dizaines de centimètres.
  • Tailler, attention la taille ne concerne pas les espèces couvreuses.

Maladies et parasites

Les courges, courgettes, citrouilles et pâtissons sont la proie de quelques maladies et parasites.

          1. L’anthracnose

les feuilles des jeunes plantes pourte des tâche grises, puis brunes, entouré de jaune. elles périssent à la fin. Cette maladie est due à un manque d’aération sous châssis.

pour prévenir, il y les saupoudrages foliaires à base de lithothamnium. Arracher et détruire les plantes atteintes.

           2. L’oïdium

Pour touts savoir cliquez sur ce lien : Oïdium: la maladie du « Blanc ».

           3. La grise des cucurbitacées

c’est un parasites qui suce le dessus des feuilles. Pour prévenir, dès son apparition, pulvériser un insecticide végétal sous les feuilles, du purin d’orti ou une solution nicotinée.

          4. Le puceron des racines

cet insecte suce la séve au niveau du collet. Pour prévenir dès l’apparition, pulvériser un insecticide végétal additionné de purin d’ortie autour du collet et dégager bien la terre..

Carotte : 5 méthodes pour réussir votre jardin gourmand

botte de carottes

La carotte est une plante potagère herbacée haute de 30 à 70 cm.

Ses feuilles décomposées sont molles, à segments étroits ; elles ont une odeur aromatique.

Sa racine, que l’on consomme, est charnue et pivotante, la plupart du de couleur rougeâtre à jaunâtre (il existe plusieurs variétés avec des racines jaunes, blanches ou même violettes).

Les fleurs sont hermaphrodites, stériles au centre, de couleur blanche, en ombelles. il existe plusieurs variétés de carottes parmi lesquelles les plus cultivées : la carottes « de Guérande », la carotte  » Longue lisse de Meaux », la carotte  » de Colmar » et enfin la carotte « de Chantefable ».

Voilà de quoi avoir l’embarras du choix, nous allons encore vous faire découvrir les carottes sur les points suivants.

des carottes

Propriétés de la carotte

Cette plante est cultivée en Europe depuis 16ème siècle, elle appartient à la famille des Opiacées (Ombellifères). En France elle a plusieurs synonymes : faux chervis, gironille, pastonade, caroute.

La carottes est adoucissante, antianémique, anti-diarrhéique, apéritive, calmante (sur les intestins), dépurative, diurétique, émolliente, nutritive, pectorale et rafraichissante, mais aussi elle est  l’amie du foie. Très  riche en vitamine A, elle contient aussi des vitamines (B1, B2, B5, B6, C, E, K et PP) et des sels minéraux (arsenic, brome, calcium, fer, iode, magnésium, manganèse, nickel, phosphore, potassium, sodium, soufre, zinc et bien d’autres…).

Voilà des qualités qui vont faire cultiver la carotte dans votre potager ou serre. Mais comment se cultive-t-elle?

 

Culture de la carotte

Il existe deux façon de cultiver, disons selon votre patience

  • Pour une culture hâtive ou à forcer sous châssis, semer les graines de la fin Février jusqu’au début Avril.
  • Pour une culture d’été, destinée à la conservation, semer en pleine terre de la mi-mai jusqu’à la mi-juin en rayons distants de 25 à 30 cm.

Les graines sont à recouvrir légèrement de terre fine ou de compost fin. Plomber à peine sur le dos du râteau. Éclaircir lors que les plantes ont 4 ou 5 feuilles. Procéder en deux fois : d’abord tous les 2 à 3cm puis tous les 7 à 8cm.
 



Mais comment fertiliser alors?

Fertilisation

Elle doit être normale. Les fumures fraîches sont à éviter; ne pas apporter plus de 2,5kg d’azote pour 1 are.

Il est nécessaires toutes les 2 à 3 semaines de faire des fertilisations foliaires à base de lithothamnium.

Après tout çà comment prendre soin de vos carottes?

 

Entretien de la culture de la carotte

Il y a deux choses importantes à faire:

  • les binages et les sarclages sont importants, car la carotte redoute les mauvaises herbes.
  • les arrosages sont nécessaires en cas de sécheresse; ils favorisent la levée des plantes.
Quelles maladies devrez-vous combattre pour avoir des carottes fraîches et saines?

Maladies et parasites

Il va s’en dire qu’un légume aussi riche et succulent va être la proie de certaines maladies mais aussi des insectes qui eux aussi veulent en profiter.

1. Les carottes fourchues ou éclatées

Elles éclatent parce que parce qu’il y a eu une longue période de pluie puis de la sécheresse. En effet l(humidité doit être maintenu, pensez à arroser. Elles sont fourchues soit parce que la terre est mal ameublie ou il y a un apport de matière organique fraîche.

Un bon paillage peut limiter ces inconvénients, une semis précoce, suivi par un arrachage tardif peut être aussi la cause.

2. L’alternariose

les feuilles les plus âgées de la plante sont atteintes de taches brun foncé, puis noir bordées de jaune; elles finissent par se dessécher ou pourrir;  et les jeunes plantes disparaissent à cause de cette toxicité. Parfois les racines des plantes développées sont attaquées par des taches noires et pourrissent.

Cette maladie si violente est due à une accès de humidité. Pour prévenir, éviter les fumures fraîches, éclaircir les jeunes plantes plantes et ne pas semer trop dru en pratiquant une bonne rotation.

Aussi dès le début de la maladie,pulvériser de la Bouille bordelaise.

3. La fonte des semis

Par temps humide, les jeunes plants disparaissent par endroits. Pour prévenir, alors pulvérisez sur le sol une décoction de prêle avant la levée. Aussi respectez encore une fois de plus les rotations; évitez les fumures fraîches. Il faut toujours semer dans dans un sol suffisamment aéré les carottes, et surtout ne semez pas dru (trop de graines au même endroits ou endroits non espacés).

4. Le mildiou

Lors des étés humides et frais, des taches jaunâtres et brunâtres apparaissent sur les feuilles, dont le dessus se couvrent peu  à peu d’un duvet blanchâtre et les feuilles atteinte se dessèchent.

En prévention, pulvérisez avec de la bouillie bordelaise, une décoction de prêle ou purin d’ortie.

Procédez à des fertilisations foliaires régulières à base de lithothamnium, respecter les rotations, éclaircir suffisamment les plants.

Dès l’apparition de la maladie, éliminez les plantes touchées.

5. L’oïdium

Pour tout savoir sur l’oïdium lisez cet article :  L’oïdium, la maladie du « Blanc.

6. La mouche carotte:

Petite mouche boire à la tête orange qui pond des oeufs  au voisinage des carottes. Sa larve jaunâtre creuse des galeries dans les racines en descendant vers la pointe. Les feuilles de carottes atteintes jaunissent et flétrissent.

Pour prévenir, respectez une bonne rotation et plantez les carottes entre des oignons, échalotes, ails. En effet ces légumes éloignent les mouches.

7. La limaces agreste

Elle ronge les feuilles et le collet de la carotte. Pour voir comment les lutter, lisez cet article : Les limaces, la plaie des jardins et potagers.

8. L’araignée rouge

Elle dévore les jeunes plants pendant la levée. Pour les lutter, procédez à des arrosage réguliers et légers. Et dès le début de l’invasion, pulvérisez un insecticide végétal.

9. Le charançon de la carotte

Petit coléoptère long de 1,5mm, noir brillant avec de petites tâches jaunâtres. Les larves creuses des galeries dans les racine de bas en haut. Pour les éliminer, ramassez et détruisez les insectes adultes dés leur sortie de terre en Printemps.

10. L’iule terrestre ou mille-pattes

Elle s’attaque aux racines au niveau des collets. Pour s’en débrasser, posez minutieusement des pièges ( astuce: pommes de terre évidées) semi-enterrés et visitez-les chaque matin puis détruisez-les tous.

 

Maintenant chers amis, vous savez tout sur les carottes, vous pouvez maintenant vous lancez de un projet de culture de vos carottes de consommation

 

 

 

3 raisons de semer le thym

Thym, comment le cultiver

Cette plante condimentaire et médicale appartient à la famille des lamiacées. Il existe près d’une dizaine d’espèces. Très utile au jardin, cette plante très odorante repousse certains insectes parasites au potager.

Thym

Comment semer du thym ?

Sol et exposition

Au niveau du sol, le thym s’accommode avec toutes les terres qui ne sont pas humides. Pour l’emplacement, réservez lui un endroit chaud et ensoleillé et à l’abri du vent.

Période

Vous pouvez semer du thym d’avril à mai. La période de floraison quant à elle, va de mai à octobre. Si vous souhaitez faire des boutures, nous conseillons de les faire en juillet.

Plantation

D’avril à mai lorsque vous semez vos graines, recouvrez les d’un peu de terre et plombez le sol avec un  râteau. Le thym a tendance à s’éparpiller, pensez à espacer vos plants d’une vingtaine de centimètres les uns entre les autres.

Comment entretenir le thym ?

Arrosage

Vous n’avez pas besoin d’arroser votre thym. Pensez juste à lui apporter un peu d’eau en cas de sécheresse.

Entretien

Le thym ne demande pas beaucoup d’entretien. Pensez néanmoins à biner et sarcler de temps à autre. Si vous coupez légèrement les tiges au printemps, votre thym n’en sera que plus beau !

Fertilisation

Pensez à fertiliser votre plante à la fin de l’automne ou au début du printemps. Vous pouvez fertiliser le thym de façon naturelle avec du compost.

Maladies et parasites

Le thym n’est pas sujet aux maladies et nuisibles !