L’ail des ours, fleur ? plante potagère ? Qu’est-ce donc !

ail des ours ou allium ursinum, ail sauvage

L’ail des ours est une plante à fleurs blanches en forme d’étoile, mais pas que cela !

Son nom scientifique est l’allium ursinum

Il est appelé ail des ours, ail sauvage, ail pétiolé, ou encore ail à larges feuilles, ail des bois, ail pétiolé…

L’ail des ours (Allium ursinum ) est une variété d’ail sauvage proche de l’ail alimentaire courant ( Allium sativum).

Il fait partie de la famille des amaryllidacées ( Amaryllidaceae )

ail des ours ou allium ursinum
@B.Morard

 

Ail des ours, Fiche technique

nom scientifiqueallium ursinum
Noms communsAil des ours, ail sauvage, ail pétiolé, ou encore ail à larges feuilles
familleamaryllidacées ( Amaryllidaceae ) ou Liliacées
Période de floraisonEntre avril et juin
Période de récolteAvant le début des premières fleurs
Période de plantationSeptembre, octobre, novembre
HauteurDe 20 cm à 50 cm
Type de plantePlante potagère
Type de feuillageCaduc

 

Description botanique de l’ail des ours

Quand on froisse les feuilles de l’ail des ours, la plante dégage une forte odeur d’ail. Elle peut former de vastes colonies le long des ruisseaux. Ses feuilles apparaissent d’avril à juin et la période de récolte se termine avec les premières fleurs. Avant sa floraison, on peut la confondre physiquement avec le colchique d’automne, l’arum ou le muguet, mais il faut se fier à son odeur caractéristique.



 

ail des ours ou allium ursinum, ail sauvage
@B.Morard

Mode de multiplication et de récolte

La plante se multiplie par ses bulbes. Pour une récolte raisonnable, il suffit de couper les feuilles et fleurs à la base en laissant les bulbes en place. Ne prélevez que ce dont vous avez besoin pour votre consommation personnelle.

On récolte l’ail des ours au printemps (mois de mars-avril de préférence), si possible avant la floraison pour éviter qu’il ait un goût amer.

 

ail des ours ou allium ursinum, ail sauvage
@B.Morard

Que peut-on faire avec l’ail des ours en cuisine ?

Toutes les parties de la plante se consomment : feuilles, boutons floraux et fleurs.

Les feuilles fraîches de l’ail des ours se mangent en salade.

On peut les hacher finement pour saupoudrer un gigot d’agneau ou les mélanger à du fromage frais.

Ajouter quelques feuilles d’ail des ours à la salade quotidienne (entre 3 -10 feuilles pour une laitue).
[Bes
 

ail des ours ou allium ursinum, ail sauvage
@B.Morard

Attention, l’odeur forte de l’ail ne plaît pas à tout le monde.

Les herbes aromatiques tout un programme au potager!

Les herbes aromatiques sont probablement les plantes les plus populaires et les plus faciles à faire pousser. L’explication vient sans doute du fait que ces herbes ont traversé les siècles.

 

Elles ajoutent des saveurs à nos aliments, parfument nos maisons, décorent nos jardins, guérissent nos maux, s’utilisent en décoction…

Nous allons vous donner des exemples pour faire pousser un petit jardin d’herbes aromatiques et vous indiquer les associations idéales au jardin!

 

herbe-aromatique

 

Préparation du sol

  • Essayez d’installer vos herbes dans un endroit où le sol est plutôt fertile (il sera plus facile à travailler).
  • Quand vous préparez le lit pour les semis de printemps, appliquez un engrais complet uniformément sur l’ensemble du jardin. Veillez à ne pas en mettre trop.
  • Un épandeur à main permet de faire un travail soigné.
  • Mettez de l’engrais dans le sol avec une bêche à la main ou avec un motoculteur et lissez la surface pour préparer la plantation.
  • Les plantes ont besoin de beaucoup de nutriments au début de leur croissance.
  • Au milieu de leur croissance, vous aurez peut-être besoin de remettre un peu d’engrais ou de compost pour les aider.

 

Cultiver les herbes et les associer au potager

 

Nous avons tous déjà plus ou moins essayé de faire pousser des herbes aromatiques. Cela commence généralement avec un pot de persil sur le rebord d’une fenêtre ou une rangée de menthe dans le jardin… Mais les herbes aromatiques ont plus d’un tour dans leurs sacs !
 



Découvrez les bonnes associations:

Le basilic éloigne les mouches et moustiques, placez le au soleil à coté de vos tomates, poivrons aubergine et piment.

La menthe est à placer à coté des choux, tomates, fraises mais ne pas le mettre à coté des carottes.

Le persil se plait avec des rangées de radis, des asperges, du céleri ou poireau.

Le romarin est efficace contre la mouche des carottes, n’hésitez pas à créer des rangées de carottes de toutes les couleurs.

La sauge chasse les limaces de façon naturel mais aime tous les types de chou.

La ciboulette aime la mi-ombre, elle pousse facilement. On utilise souvent ses jolis brins verts en cuisine mais sachez que ses fleurs roses se mangent aussi.

L’origan est une plante qui demande peu d’entretien. Il embaumera votre potager et vos petits plats. Ses voisins sont les légumes racines.

La roquette est à semer avec parcimonie car elle a tendance à se développer rapidement. Placez la à coté des courgettes et aubergines mais évitez les légumes racines. Régalez vous avec sa saveur poivrée!

Avec toutes ces conseils, vos aromatiques vont booster vos potagers…et vos p’tits plats!

 

On attend vos idées de recette…nous on aime beaucoup le pesto dans les pâtes.

 

 

diapo aromatique

 

 

 

 

 

Défilé de fruits et légumes moches mais délicieux!

concours photo

En tant que voisins des organisateurs, l’équipe d’Hortik vous parle aujourd’hui d’un concours photo plutôt amusant et qui offre la possibilité d’aider les producteurs à faire la promotion de leurs “ invendus ” jugés “ invendables ” à cause de leur forme originale…

L’idée de la communauté d’agglomération de l’Artois est de mettre en lumière le gaspillage alimentaire.

Nous nous sommes habitués, avec nos codes de consommation, a ne manger que de beaux légumes lisses et calibrés…quel dommage et surtout quel gâchis!

Grâce à ce concours, mettez en valeur tous les fruits et légumes biscornus, insolites, bossus, amusants…Vous pouvez les mettre en scène afin de montrer qu’un fruit ou un légume n’a pas besoin d’être « un top model » pour être une star dans l’assiette!

 

concours-photo

 

Ce concours est une action de sensibilisation qui s’inscrit dans le cadre du projet européen de lutte contre le gaspillage alimentaire GreenCook, dans lequel Artois Comm. s’est engagée.

Armez vous de vos appareils photo et réalisez un shooting photo dans votre cuisine pour montrer que tous les fruits et légumes sont bons et insolites!

N’hésitez plus, vous avez jusqu’au 16 décembre pour envoyer vos photos.



Les lauréats recevront un panier bien garni de produits locaux et toutes les œuvres pourront être utilisées pour de futures campagnes de sensibilisation contre le gaspillage alimentaire.

Plus d’informations sur le site organisateur: http://www.artoiscomm.fr/concours-photo-fruitsetlegumes

 

De notre coté, nous aimons beaucoup cette carotte…

carotte biscornue

 

14 types de courges pour le plaisir de vos papilles gustatives

les courges

les courges

L’automne est la pleine saison des récoltes de courges, potirons, potimarrons, citrouilles et bien d’autres.

Pour cette occasion je vous propose 14 types de courges et quelques conseils de préparation afin d’éveiller vos papilles et celles de vos proches !

 

La courge Butternut

La courge  Butternut est longue avec une base plus ronde que le haut, sa peau, comestible, est entre le vert clair et l’ocre. La chair de la Butternut est jaune orangée, très tendre et avec un agréable goût de beurre noisette. Se marie avec le fromage, les châtaignes et l’orange.

 

La chayotte ou christophine

La christophine est de couleur vert pâle ou blanche, elle fait penser à une grosse poire ou une papaye, très dure et à la peau irrégulière et bosselée. La chaire de la chayotte est blanche, assez ferme, avec une saveur de pomme de terre assez douce. On peut manger la chayotte crue en salade ou cuite, farcie, à la vapeur, rôtie… Le cœur de la christophine devra être de préférence retiré car, bien que comestible, il demeure un peu coriace, même cuit.

 

La courgette

La courgette est verte le plus souvent, on en trouve aussi des jaunes, à la chair un peu plus sucrée. La courgette, contrairement aux autres courges, est un légume d’été, vraiment légère elle contient beaucoup moins de sucre.



La Jack’O Lantern

citrouille

La courge d’Halloween, celle que nous creusons et transformons en lampion. La Jack’O Lantern est ovale, orange vif et sa chair, orange claire, est épaisse et parfaite pour les soupes et confitures.

 

La courge longue de Nice

La courge longue de Nice est verte ou orange, avec une base ronde qui se prolonge en longueur. Une sorte de courgette longue collée à courgette ronde ! La courge longue de Nice à une taille qui peut varier de 60 cm à 1 m et son poids de 3 à 10 kg. Sa chair est orange claire, sucrée et musquée. On la consomme crue ou cuite.

 

La melonnette jaspée de Vendée

La melonnette jaspée de Vendée a la forme d’un melon, toute ronde et orange claire. Allant de 1 kg à 3 kg. Sa chair est orangée et très sucrée, et se déguste aussi bien crue comme des carottes râpées, en soupe ou encore en beignet sucré.

La musquée de Provence

La musquée de Provence est un peu une grosse citrouille avec sa peau orange striée. Elle peut peser jusqu’à 50 kg ! Sa chair est orange vif, assez ferme et d’une texture assez épaisse. Comme son nom l’indique, la musquée de Provence a une saveur musquée et légèrement sucrée, donc aussi bonne en salé que sucré.

 

La courge patidou

La courge patidou a sa peau blanche et verte, de forme plutôt ronde mais irrégulière, elle pèse entre 200 et 600g. Sa chair est orangée, fine et sucrée avec un petit goût de noisette. La courge patidou est aussi décorative que succulente. Elle se mange crue râpée, ou cuite aussi bien sucrée que salée.

 

Le pâtisson

Le pâtisson peut-être blanc, vert jaune, orangé, ou panaché de ces diverses couleurs. De forme aplatie avec une bosse au centre, comme une grosse raviole. Le pâtisson pèse de 1 kg à 2 kg, il renferme une chair blanche, peu sucrée et dont le goût se rapproche de l’artichaut. A déguster cru, cuit ou farci.

 

Le potimarron

On voit des potimarrons de toutes les tailles, jusqu’à 4 kg. Il ressemble à une grosse figue orange. Sa peau est comestible, sa chair est jaune foncée, épaisse et rappelle fortement la saveur de la châtaigne. Sucré ou salé, le potimarron aime les épices type cannelle, gingembre, muscade.

 

Le potiron

Il en existe de nombreuses sortes de potiron… Sa couleur va du jaune à l’orange et sa chair est très appréciée. Les graines du potiron grillées à la poêle peuvent être également consommées. Sa chair est épaisse, orange vif et très sucrée. Il est délicieux rôti au four, en soupe, purée, tartes, flans sucrés

Le potiron bleu de Hongrie

Le potiron bleu de Hongrie a de particulier son origine, Budapest, et la couleur de sa peau, bleue gris. Rond, il pèse 3 à 8 kg. Sa chair est jaune orangée, dense et sucrée. Le potiron bleu de Hongrie se prête aussi à toutes les préparations, sucrées ou salées.

 

La courge spaghetti

La courge spaghetti est jaune, ovale et pèse jusque 4 kg. Sa chair assez fade, mais originale puisqu’elle forme des spaghettis naturellement. La courge spaghetti se consomme cuite. La courge spaghetti ne se consomme pas crue. Une fois la courge spaghetti cuite (peu importe la manière!), coupez-la en deux, retirez les graines puis prélevez la chair filandreuse à la fourchette ou à la cuillère. Vous obtiendrez un « spaghetti végétal ».

La sucrine du Berry

La sucrine du Berry ressemble à une grosse poire, son poids peut atteindre 3 kg. Présentant une chair rouge orangée, riche en glucides, tendre juteuse, fruitée et très peu filandreuse.

Dans mon potager en automne, je fais (encore) des semis

plantez des oignons en septembre

Les températures chutent tout doucement, l’automne arrive et les cultures potagères ont besoin de beaucoup d’attention à cette période.

Alors, nous vous donnons quelques conseils pour réussir vos semis et votre potager.

En automne encore un peu de récolte.

Si la saison s’achève pour les tomates et autres fruits et légumes d’été…Il est temps de préparer la saison suivante, en semant dès à présent pour les mois qui viennent et l’année prochaine!

Vos radis produisent depuis déjà quelques mois, sachez que vous pouvez encore les mettre en terre.  Des variétés d’hiver existent comme ‘Rose d’hiver de Chine’, ‘Violet de Gournay’… La croissance sera plus lente qu’en saison.

Vous pouvez poursuivre vos semis de carottes hâtives, comme ‘De Hollande’, ‘Demi-longue de Carenta’…

L’Oignon blanc de Rebouillon passera l’hiver au potager et vous régalera dès le début du printemps.

Les navets sont aussi de la partie en cette saison. Semez les, en ligne. Les variétés suivantes sont les plus adaptées: ‘Blanc dur d’hiver’, ‘De Nancy’ ou ‘Jaune boule d’or‘.

N’oubliez pas la laitue d’hiver, la mâche et  la roquette si vous êtes amateur de cette salade goûteuse. Pensez également aux fèves, poireaux, cerfeuil et épinards…

 

plantez des oignons en septembre

navet à planter en septembre

 

Pour que les semis effectués en automne fonctionnent quelques règles simples sont à retenir:

La germination en automne est plus délicate, n’hésitez pas à faire tremper vos graines 24 heures avant d’effectuer vos semis.

L’arrosage des semis en automne doit être moindre, le jardinier débutant a tendance à vouloir trop arrosé, malheureusement les graines pourrissent…alors ayez le bon dosage et soyez patients!

N’omettez pas d’éclaircir pour leur laisser de la place à tous vos semis, il suffit pour cela de supprimer la plus faible des plantules lorsque 2 sont en contact.

Pour protéger vos semis, vous pouvez utiliser un voile de croissance ou des mini serres parfaites sous nos latitudes en automne/hiver.

Une fois vos semis effectués, rangez bien vos graines. A l’abri de la lumière et de l’humidité, l’idéal est de les laisser dans leur sachet fermé de façon hermétique, (les pinces à linge sont très pratiques).

Régalez vous, avec vos derniers légumes d’été…

Et n’oubliez de ramassez les feuilles et mettez les au compost.

Feuilles mortes

Bon jardinage à tous!

Les framboisiers, délice au jardin

Avez-vous déjà goûté au plaisir que procure un bol rempli de framboises bien juteuses et colorées à souhait ?

Même les petits piquants présents sur les cannes et les feuilles ne suffisent à refréner les ardeurs des plus gourmands !

 

Ce n’est pas le cas ? Pas de panique !

La culture de ces petits fruits voluptueux est simple comme bonjour.

Au potager, en bordure de jardin ou sur votre balcon, ils trouvent leur place partout avec un minimum d’entretien !

On commence par un peu de culture sur le framboisier…

Le framboisier est un arbuste composé d’un tronc et de cannes (tiges).

Il en existe deux types :

  • Les non-remontants qui produisent une récolte au début de l’été.

Les cannes se développeront durant la première année et fructifieront l’année suivante.

  • Les remontants qui donnent une première récolte dès l’automne et une seconde au début de l’été.

Passons maintenant à la pratique sur les framboisiers…

 1. La plantation

Il est préférable de les planter en automne afin de favoriser l’enracinement.

Néanmoins, vous pouvez le faire jusqu’au printemps en veillant simplement à éviter les périodes de gel.


2. Le palissage

Afin d’éviter que votre jardin ne se transforme en un champ de framboises, je vous conseille de faire un palissage. Parmi les innombrables méthodes, voici celle de mon grand-père, testée et approuvée par toute la famille!

Elle consiste à planter les framboisiers en ligne en les espaçant de 60 cm.

Ensuite, tendez des fils de fer à 50 et 80 cm de haut et à 60 cm de part et d’autre du rang de framboisiers.

3. L’entretien

Pour les non-remontants, il suffit de couper, au ras du sol, les cannes ayant fructifié et cela dès la fin de la récolte.

De nouvelles cannes apparaîtront au cours de l’été et fructifieront au printemps suivant.

Pour les remontants, en fin d’hiver, coupez les extrémités des tiges ayant porté des fruits en automne. Vous les reconnaîtrez facilement car elles seront sèches.

Après la deuxième récolte, coupez à ras les cannes ayant fructifié deux fois.

 

Simplissime, non ? Il ne vous restera plus qu’à les déguster nature ou détournées en multiples préparations !

Comment créer son carré potager en 5 étapes

5 étapes pour installer votre carré potager

Vous rêvez d’un potager mais vous ne disposez pas de l’espace nécessaire ? Le blog Hortik vous apporte la solution tendance et accessible : le carré potager !

Cette méthode permet une économie de place, d’eau et d’entretien.


C’est un jardinier américain Mel Bartholomew qui a popularisé la technique du potager carré avec son ouvrage « Square Foot Gardening » publié en 1981 et réédité à de nombreuses reprises depuis.

 

Les grands principes de cette méthode sont extrêmement simples, il s’agit de jardiner dans des carrés surélevés, de 1 m 20 de côté, divisés en cases de 30 cm de côté.

On obtient ainsi 16 emplacements par carré, sur 1,5 m² de surface environ :

 

 

 

Voici les 5 étapes pour installer votre carré potager :

 

  • Etape 1 : Choisissez le meilleur emplacement.

 

Pour cela observez les particularités de votre terrain

  1. L’ensoleillement
  2. L’humidité
  3. Le vent

 

  •  Etape 2 : Choisissez la taille de votre carré potager,  commencez petit !

L’idéal pour se familiariser avec le potager en carré est de commencer avec 4 carrés.

 

 

  •  Etape 3 : Préparez vos carrés de culture,

Au moment de remplir les coffres, ne cédez pas à la facilité qui serait de n’utiliser que du terreau et du compost ; leur irrigation deviendrait presque impossible.

             Apportez au moins un tiers de terre de jardin.

 

 



  •   Etape 4Choisissez les variétés que vous souhaitez cultiver,

 

Mais attention certaines ne se cultivent pas en carré car elles sont :

 

  1.   Trop encombrantes : pomme de terre, courge, artichaut
  2.   Trop envahissantes : menthe, topinambour
  3.   Trop lente à pousser : choux de Bruxelles, salsifis

 

  • Etape 5 : Semez uniquement des légumes indispensables

Nous vous proposons de semer notamment les 3 légumes suivants, dits faciles à cultiver

  1.   Radis
  2.   Carottes
  3.   Epinards

 


 

 

Il est plus simple d’installer des plants déjà démarrés, cela limite la durée d’occupation tout en augmentant vos chances de récolte.

 

 

Attention : les principaux problèmes du potager en carrés sont l’arrosage, en effet il ne faut jamais le laisser s’assécher car il serait très difficile de le réhumidifier ensuite. Le deuxième inconvénient est de garder un sol riche en oligoéléments et éléments nutritifs, ce qui est difficile car il est sans cesse sollicité.

 

 

 

 

à vous de jouer !

Comment cultiver ses radis en 3 étapes

Comment cultiver des radis

Tout est bon dans le radis de la racine aux fanes et le cultiver est un jeu d’enfant, parfait pour les jardiniers débutants.

 

radis en terre

1) Quel terrain pour semer des radis ?

Le radis est une racine appréciée des jardiniers novices car elle se plait dans tous les types de sols et s’adapte à tous les climats.

Le radis peut se semer toute l’année mais c’est au mois de mai, avec l’arrivée des beaux jours que l’on peut planter les derniers radis de printemps ou les premiers radis d’été. C’est à cette période de l’année seulement, en mai,  que l’on peut semer ses radis en pleine terre.

 

 

botte de radis
 


2) Méthodes de culture du radis

Plantez vos radis, en lignes espacées de 20cm environ et recouvrez les graines d’1 cm de terreau ou de terre bien émiettée.

La semaine suivante, éclaircissez votre plant en conservant les plus vigoureux.

Renouvelez régulièrement les semis pour avoir des radis toujours à disposition.
Cette racine se sème de préférence en lune décroissante, un arrosage régulier vous assurera une bonne récolte et garantira la bonne santé de vos plants en évitant notamment les attaques des altises, parasite friand des jeunes pousses de radis.

Astuce : un sol bien irrigué empêchera le radis de devenir creux et piquant !

 

 

radis

3) Quand et comment récolter les radis ?

Selon les variétés, la récolte peut se faire dès 18 jours après les semis mais la moyenne est de 4 semaines pour arriver à maturité.

Il suffit ensuite de tirer à la base des feuilles pour voir apparaître la racine du radis. Ramassez régulièrement les plus gros afin de laisser la place aux autres de grossir.

Astuce : Si la terre est trop sèche, prévoyez un arrosage léger la veille de la récolte pour faciliter l’arrachage.

Cultiver des poivrons : le poivron s’offre une place au soleil …

poivrons - comment les cultiver

Ce légume-fruit aussi beau que bon est l’ami des jardiniers à une seule condition : lui offrir une place au soleil !

Au potager, il formera un pied d’environ 1m de hauteur et arborera un feuillage vernis. Ses petites fleurs blanches cèderont ensuite leurs places à des fruits lisses et brillants, très colorés qui passeront du vert au rouge ou jaune une fois arrivés à maturité.

 

poivron mûr

 

Semis de poivron :

 

Réussir le semis du poivron est une étape plutôt délicate. En effet il lui faut 28°c pour germer et comme son développement est long il faut le semer mi-mars pour envisager un repiquage au potager fin mai début juin.

 

Culture du poivron :

La culture du poivron est assez semblable à celle de la tomate, elle nécessite un sol bien drainé, profond, riche en humus mais a surtout besoin d’un emplacement ensoleillé.

 

 La plantation commence mi-mai, lorsque le sol est réchauffé par les premiers rayons de soleil du printemps et la récolte peut se faire dès fin juillet.



La cueillette peut commencer lorsque les fruits sont verts mais vous pouvez attendre quelques jours de plus de manière à les laisser prendre leurs couleurs chatoyantes.

Les plants de poivrons doivent être espacés de 50 cm. C’est une plante qui nécessite un apport en eau régulier durant la saison chaude, le sol ne doit jamais sécher. Il est donc conseillé de le pailler pour optimiser les effets de l’arrosage.

 

plant de poivrons

 

Il vous faudra également tailler vos plants de poivrons, coupez l’extrémité des tiges lorsque le pied porte une dizaine de poivrons; ils seront de meilleur calibre et parviendront plus facilement à maturité.

 

Récolte es poivrons :

Les fruits se forment vers la fin juin, la récolte commence un mois plus tard soit fin juillet, et se termine avant les premières gelées.

Conservez vos poivrons en bottes que vous laisserez sécher au soleil.

 

Vous pouvez également garder le poivron dans un endroit frais et sec, plutôt qu’au réfrigérateur. Dans ce dernier, il est recommandé de le consommer sous 8 jours.

 

récolte de poivron

Ces conseils vous assureront de déguster dès cet été de délicieux poivrons gorgés de soleil !

 

 

 

L’été revient, les melons aussi : cultivez des melons, et mangez-les !

melon découpé - cultiver des melons

Fruit d’été par excellence,  le melon est un défi de culture pour tout jardinier et en mai, c’est le moment de le planter ! Il réclamera la meilleure place de votre potager à savoir une terre fraîche et profonde, riche en humus qui maintiendra l’humidité nécessaire à sa croissance, mais surtout il aura besoin de soleil.

culture de melon

En effet même dans ses variétés les plus récentes, le melon est gourmand de chaleur et de lumière. Il est néanmoins possible de le cultiver dans les régions les moins chaudes à l’abris d’un tunnel en plastique qui protégera les jeunes plants dans les premières semaines.

Les graines de melon doivent être espacées d’au moins 80 cm lors de la plantation car le melon a tendance à s’étaler, cela permet aussi d’éviter la prolifération en cas de maladie.

            Arrosez vos plants de melon environ 2 fois par semaine, en évitant soigneusement de mouiller le feuillage. Cela pourrait entrainer l’apparition de l’oïdium, champignon néfaste auquel ce fruit est sensible. De plus un apport d’eau trop important diminue la qualité gustative du fruit. L’arrosage vise simplement à maintenir le sol au frais lors des chaleurs des mois d’été.

Pour optimiser les effets d’un arrosage régulier, n’hésitez pas à pailler le sol avec de la paille ou, plus économique encore avec vos déchets de tonte de gazon.

Maximisez vos chances de déguster ce légume-fruit cet été (il se récolte de juillet à octobre soit 4 à 5 mois après la plantation), en l’éloignant des courges et autres concombres de votre plantation. En revanche il s’entend très bien avec les laitues que vous pouvez continuer de semer au mois de mai.



Coté récolte, on reconnaît la maturité du melon à l’odeur sucrée subtile qui s’en dégage, une odeur trop forte est signe de sur-maturité. L’assèchement visible à la base de son pédoncule est également un bon indicateur.

melon découpé