Les framboisiers, délice au jardin

Avez-vous déjà goûté au plaisir que procure un bol rempli de framboises bien juteuses et colorées à souhait ?

Même les petits piquants présents sur les cannes et les feuilles ne suffisent à refréner les ardeurs des plus gourmands !

 

Ce n’est pas le cas ? Pas de panique !

La culture de ces petits fruits voluptueux est simple comme bonjour.

Au potager, en bordure de jardin ou sur votre balcon, ils trouvent leur place partout avec un minimum d’entretien !

On commence par un peu de culture sur le framboisier…

Le framboisier est un arbuste composé d’un tronc et de cannes (tiges).

Il en existe deux types :

  • Les non-remontants qui produisent une récolte au début de l’été.

Les cannes se développeront durant la première année et fructifieront l’année suivante.

  • Les remontants qui donnent une première récolte dès l’automne et une seconde au début de l’été.

Passons maintenant à la pratique sur les framboisiers…

 1. La plantation

Il est préférable de les planter en automne afin de favoriser l’enracinement.

Néanmoins, vous pouvez le faire jusqu’au printemps en veillant simplement à éviter les périodes de gel.


2. Le palissage

Afin d’éviter que votre jardin ne se transforme en un champ de framboises, je vous conseille de faire un palissage. Parmi les innombrables méthodes, voici celle de mon grand-père, testée et approuvée par toute la famille!

Elle consiste à planter les framboisiers en ligne en les espaçant de 60 cm.

Ensuite, tendez des fils de fer à 50 et 80 cm de haut et à 60 cm de part et d’autre du rang de framboisiers.

3. L’entretien

Pour les non-remontants, il suffit de couper, au ras du sol, les cannes ayant fructifié et cela dès la fin de la récolte.

De nouvelles cannes apparaîtront au cours de l’été et fructifieront au printemps suivant.

Pour les remontants, en fin d’hiver, coupez les extrémités des tiges ayant porté des fruits en automne. Vous les reconnaîtrez facilement car elles seront sèches.

Après la deuxième récolte, coupez à ras les cannes ayant fructifié deux fois.

 

Simplissime, non ? Il ne vous restera plus qu’à les déguster nature ou détournées en multiples préparations !

Comment cultiver ses radis en 3 étapes

Comment cultiver des radis

Tout est bon dans le radis de la racine aux fanes et le cultiver est un jeu d’enfant, parfait pour les jardiniers débutants.

 

radis en terre

1) Quel terrain pour semer des radis ?

Le radis est une racine appréciée des jardiniers novices car elle se plait dans tous les types de sols et s’adapte à tous les climats.

Le radis peut se semer toute l’année mais c’est au mois de mai, avec l’arrivée des beaux jours que l’on peut planter les derniers radis de printemps ou les premiers radis d’été. C’est à cette période de l’année seulement, en mai,  que l’on peut semer ses radis en pleine terre.

 

 

botte de radis
 


2) Méthodes de culture du radis

Plantez vos radis, en lignes espacées de 20cm environ et recouvrez les graines d’1 cm de terreau ou de terre bien émiettée.

La semaine suivante, éclaircissez votre plant en conservant les plus vigoureux.

Renouvelez régulièrement les semis pour avoir des radis toujours à disposition.
Cette racine se sème de préférence en lune décroissante, un arrosage régulier vous assurera une bonne récolte et garantira la bonne santé de vos plants en évitant notamment les attaques des altises, parasite friand des jeunes pousses de radis.

Astuce : un sol bien irrigué empêchera le radis de devenir creux et piquant !

 

 

radis

3) Quand et comment récolter les radis ?

Selon les variétés, la récolte peut se faire dès 18 jours après les semis mais la moyenne est de 4 semaines pour arriver à maturité.

Il suffit ensuite de tirer à la base des feuilles pour voir apparaître la racine du radis. Ramassez régulièrement les plus gros afin de laisser la place aux autres de grossir.

Astuce : Si la terre est trop sèche, prévoyez un arrosage léger la veille de la récolte pour faciliter l’arrachage.

Cultiver des poivrons : le poivron s’offre une place au soleil …

poivrons - comment les cultiver

Ce légume-fruit aussi beau que bon est l’ami des jardiniers à une seule condition : lui offrir une place au soleil !

Au potager, il formera un pied d’environ 1m de hauteur et arborera un feuillage vernis. Ses petites fleurs blanches cèderont ensuite leurs places à des fruits lisses et brillants, très colorés qui passeront du vert au rouge ou jaune une fois arrivés à maturité.

 

poivron mûr

 

Semis de poivron :

 

Réussir le semis du poivron est une étape plutôt délicate. En effet il lui faut 28°c pour germer et comme son développement est long il faut le semer mi-mars pour envisager un repiquage au potager fin mai début juin.

 

Culture du poivron :

La culture du poivron est assez semblable à celle de la tomate, elle nécessite un sol bien drainé, profond, riche en humus mais a surtout besoin d’un emplacement ensoleillé.

 

 La plantation commence mi-mai, lorsque le sol est réchauffé par les premiers rayons de soleil du printemps et la récolte peut se faire dès fin juillet.



La cueillette peut commencer lorsque les fruits sont verts mais vous pouvez attendre quelques jours de plus de manière à les laisser prendre leurs couleurs chatoyantes.

Les plants de poivrons doivent être espacés de 50 cm. C’est une plante qui nécessite un apport en eau régulier durant la saison chaude, le sol ne doit jamais sécher. Il est donc conseillé de le pailler pour optimiser les effets de l’arrosage.

 

plant de poivrons

 

Il vous faudra également tailler vos plants de poivrons, coupez l’extrémité des tiges lorsque le pied porte une dizaine de poivrons; ils seront de meilleur calibre et parviendront plus facilement à maturité.

 

Récolte es poivrons :

Les fruits se forment vers la fin juin, la récolte commence un mois plus tard soit fin juillet, et se termine avant les premières gelées.

Conservez vos poivrons en bottes que vous laisserez sécher au soleil.

 

Vous pouvez également garder le poivron dans un endroit frais et sec, plutôt qu’au réfrigérateur. Dans ce dernier, il est recommandé de le consommer sous 8 jours.

 

récolte de poivron

Ces conseils vous assureront de déguster dès cet été de délicieux poivrons gorgés de soleil !

 

 

 

5 exemples de plans de potager et de contenus de potager

dessin de plan potager - exemple de contenu

Voici une deuxième série d’exemples de plans de potagers après celle-ci . Cette fois, nous sommes même allés voir ce que nos amis anglais pouvaient nous proposer comme « Garden Plan ». Tous ces exemples sont bien évidemment des suggestions, des sources d’inspiration pour vous, jardiniers en herbe. N’hésitez pas à nous montrer vos créations, il vous suffit de commenter cet article !

 

Ces plans ont été gentiment mis sur le web. Vous trouverez sous les images les origines des photos. De même en cliquant dessus, vous pouvez aller sur le site d’origine.

 

exemple 1 : plan de potager d’été – mis en place en juin

exemples de plans de potagers : les légumes et leur place dans le potager

Source: google.fr via Tracee on Pinterest

 

 

exemple 2 : garden Plan ou  plan de potager anglais

Qui a dit que la cuisine anglaise n’était pas équilibrée ? Ce plan nous prouve le contraire avec un assortiment de légumes et de fruits extrêmement complet.

 

l’url source est à retrouver ici: garden plan

 

Exemple 3 : Plan potager au mètre près

exemple de jardin anglais



exemple 4 : un plan potager très complet

Voici le plan de potager le plus complet, et en plus il est bio ! Il regroupe des légumes, des fruits, mais également des fleurs et des plantes aromatiques.

exemple de potager

 

Exemple 5 : un dernier plan, plus simple

potager simple

 

 

le cardon, légume d’antan de nouveau au gout du jour

Cardon, légume d'antan à cultiver au potager

Originaire des côtes méditerranéennes, le cardon se récoltait alors davantage à l’état sauvage et ce sont les Romains qui ont rendu ce légume plus fin.

Aujourd’hui, il est considéré aux États-Unis comme une plante envahissante et parmi toutes les régions d’Europe, seule Genève a su préserver sa culture. Il fait partie des « légumes oubliés ».
Cardon, légume oublié

Cardon et artichaut (qui est de la même famille) sont des plantes en rosette, pérennantes, sensibles au froid (destruction complète à une température prolongée de -10 °C) et aux températures élevées (arrêt de croissance si les températures nocturnes dépassent 23-25 °C).

Ces caractères naturels, qui n’ont pas évolué sous la domestication, expliquent la limite quasi méditerranéenne des cultures et le cycle naturel : démarrage de végétation des plantes et germination des semences en automne-hiver, croissance des axes (montaison) portant les inflorescences (capitules) au printemps, floraison estivale, dispersion des semences et repos végétatif à la suite.

Il existe de nombreuses variétés de Cardon, les unes avec épines, les autres (que l’on va manger) sans épine, que l’on nomme également inerme.

Le cardon (Cynara cardunculus) est une plante vigoureuse de la familles des astéracées . Bien que ce soit une plante vivace, elle n’est généralement cultivée que comme annuelle ou bisannuelle.

A partir de la mi-août et jusqu’aux premières gelées, il faudra « blanchir » les pieds, soit sur place, soit en les récoltant « en mottes » pour les placer dans un local obscur. Cette opération rendra le légume tendre et en fera disparaître l’amertume.

 

Dès le mois d’août et ce, chaque mois qui vient, arrosez les semis d’engrais liquide ou d’une préparation par plant composée de 10g de nitrates de soude dilués dans 5 litres d’eau.


Quelques explications sur le « blanchiment » des cardons :

deux semaines avant la récolte, établissez le blanchiment. Il vous faut lier délicatement les feuilles entre elles, et les entourez d’un film sombre puis, vous buttez les pieds sur 25 centimètres.

Cette opération permettra de rendre la plante tendre et savoureuse. Surveillez durant cette période un éventuel pourrissement des plants dû au surplus d’humidité du sol.

Comment cuisiner le cardon :

On coupe les côtes du cardon en tronçons pour en ôter les fils ainsi que la pellicule qui recouvre la face creuse, qui s’enlève facilement (idem que pour les branches de céleri ou de rhubarbe ), puis on plonge les morceaux dans de l’eau citronnée pour éviter qu’ils ne noircissent.
La cuisson des cardons s’effectue dans un « blanc-bouillon », c’est à dire dans de l’eau citronnée bouillante à laquelle vous aurez ajouté un peu de farine préalablement délayée.

Laissez ébouillanter pendant 20 à 25 minutes. Cuit de cette manière, le cardon révélera mieux tout la délicatesse de sa saveur.
Les tronçons pourront alors d’être servis nature avec une noisette de beurre ou arrosés avec du jus de viande, ou encore accommodés aux fines herbes de votre choix ou encore avecc une sauce blanche. Ils accompagnent bien les viandes blanches.

Laissés en place, les cardons fleurissent l’année suivante : un joli spectacle qui peut devenir envahissant si l’on n’y prend pas garde!

 la fiche technique du cardon

Famille

astéracées

Couleur des « fleurs »

vert, nécessite un buttage

Période de plantation et semis

au printemps, vers la mi-mai, dès que les gelées ne sont plus à craindre
Période de récolte et floraisonde octobre à novembre
Exposition

plein soleil

Type de sol
sol humifère et profond
type de plantesrustique
Température minimale supportée-10°C
Espace entre les semis80cm, sinon  ils ne pourront pas prospérer.
graines pour 1 g25 graines par gramme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cardon, légume d'antan

 

La roquette : 5 raisons de la planter

roquette salade, au potager

La roquette cultivée est une plante potagère, connue pour sa saveur forte, acre et brûlante mais agréable.

La roquette cultivée  agrémente salades ou crudités ou en accompagne la viande. Elle est cultivée depuis l’Antiquité mais était longtemps interdite dans les potagers de monastères en raison de ses vertus aphrodisiaques.

roquette salade

 

Propriétés de la roquette

La roquette est haute de 20 à 30cm. Sa tige est dressée et rameuse et peut mesurer jusqu’à 80cm. Ses feuilles épaisses et allongées sont diversement découpées en forme de rosette ; elles ressemblent un peu à celles des radis.

Ses fleurs sont hermaphrodites, de couleur blanche ou jaune, veinées de violet et en grappes.

Ses vertus sont qu’elle est antiscorbutique, aphrodisiaque, dépurative, diurétique, stimulante et tonique. Elle contient de la vitamine C et des sels minéraux.



Culture de la roquette

Un environnement idéal pour cultiver la roquette doit avoir ces caractéristiques :

  • Climat : indifférent, très rustique
  • Exposition : ensoleillée et ombrage de l’été
  • Sol : fertile, frais et bien aéré
  • Floraison : avril à septembre
  • Récolte : 2 mois après le semis

La culture suit les étapes suivantes :

  • Semer en place, en pleine terre su mois de mars au septembre.
  • Respectez des espaces de 20 à 30 cm en tous sens
  • Recouvrir légèrement les graines
  • Plomber avec le dos du râteau.

Les bons mariages :

La roquette se cultive entre les rangs d’asperge, de chou-fleur et de chou pommé. Elle leur apporte de l’ombre pendant l’été.

Fertilisation

La roquette demande une fertilisation  normale à la fin de l’automne ou en début de printemps avec un engrais naturel et du compost.

Les fertilisations foliaires ne sont pas nécessaires.

Entretien

La roquette  ne nécessite pas un entretien excessif, veuillez juste à faire des binages, sarclages et arroser pour tenir le sol suffisamment humide.

L’arrosage doit être fréquent en cas de sécheresse pour retarder la montée à graines qui est rapide par manque d’eau, ainsi les feuilles ne seront plus tendres.

Maladies et parasites

La roquette semble être très résistante aux maladies, mais un parasite peut l’envahir :

L’altise

Pour tout savoir sur ce coléoptère qui perfore les feuilles,  lisez cet article..

Les semis sur couche chaude : guide pratique !

Serre châssis GAYA 1,1m²

Dans plusieurs de nos articles on vous parle de semis sur couche chaude. Oui mais la couche chaude… c’est quoi ? Dans cet article on tachera de vous expliquer ce qu’est la couche chaude, ses avantages et surtout comment la faire. Alors pour tout savoir sur le sujet, suivez le guide !

Serre châssis GAYA

 

Les semis sur couche chaude… kesako ?

Faire des semis sur couche chaude st une technique de culture ancestrale qui revient au gout du jour. La couche chaude est une technique qui permet de faire gagner des degrés à votre serre et ainsi permettre de démarrer les semis avant la fin des gelées ! Elle est faite à partir de fumier frais (de cheval de préférence car il dégage beaucoup de chaleur), de terreau et de terre récupérée du jardin et atteint une température d’environ 20° pendant un mois et demis environ.  Au niveau des périodes, vous pouvez utiliser la couche chaude de novembre à mars.

En bref, la couche chaude c’est une superposition de couches qui vont naturellement réchauffer le sol et vous permettre d’avancer les semis par rapport aux saisons !

 



 

Faire sa couche chaude : guide pratique

Les outils nécessaires

Pour réaliser votre couche chaude, vous aurez besoin :

  • D’une bêche
  • D’une fourche
  • D’un broyeur puissant
  • De fumier ou d’un gros tas de déchets de feuilles et tailles de vos arbres (le fumier est tout de même préférable)
  • D’un châssis
  • Terreau

Les étapes de préparation

  • Commencez par définir l’endroit pour vos châssis et couche chaude. Privilégiez un endroit bien exposé au soleil et de préférence contre un mur, cela lui permettra d’être abrité du vent.
  • Posez votre châssis. Vous pouvez soi en acheter un tout fait ou en fabriquer un vous même à l’aide de 4 planches et de vitres pour le fermer.
  • Une fois le châssis monté, creusez un trou d’environ 40 cm de profondeur dans le châssis. Attention ! pensez à bien conserver la terre retirée pour faire le trou, elle sera nécessaire pour la suite.
  • Une fois le trou fait, mettez une couche d’environ 30 cm de fumier ou de compost si vous n’avez pas réussi à vous procurer de fumier. Tassez bien le fumier ou compost et arrosez le.
  • Mélangez la terre retirée pour faire le trou avec du terreau. L’idéal est de mélanger autant de terre retirée que de terreau. Tassez bien le mélange et recouvrez la couche de fumier.
  • Vous pouvez à présent refermer votre châssis. Dans les 3 semaines suivantes, vous devrez vérifier régulièrement la température. Dés que la température atteindra 20° à 25°C, vous pourrez commencer vos semis !

 

Nos conseils

  • Pensez à ne pas apporter trop d’eau à votre couche chaude. L’eau stagnante lui est néfaste car il a tendance à pourrir. L’eau stagnante est également une source de maladies pour vos semis. Si vous en avez l’occasion, préférez l’eau de pluie pour arroser la couche chaude. Grâce à votre récupérateur d’eau, vous pourrez la récolter très facilement. Nous vous conseillons le récupérateur d’eau 2 en 1 en forme d’amphore qui possède un bac à fleur et un robinet pour récolter les eaux de pluie.
  • Quand vous posez votre châssis, pensez à le poser en pente. Cela permettra aux eaux de pluie de s’écouler et votre châssis profitera pleinement des rayons du soleil !

Spécial légumes oubliés : le topinambour

Topinambours, redécouvrez les légumes d'antan

Quelles sont les origines du topinambour ?

Le topinambour appelé également « l’artichaut du Canada » mais aussi « poire de terre » nous vient à la base d’Amérique du Nord.

La culture de cette plante potagère remonte au XVIIème siècle en France. Les topinambours ont pendant longtemps gardé une image très négative : en effet, lors de la Seconde Guerre Mondiale, cette plante potagère revenait trop souvent sur la table.

Aujourd’hui, le topinambour revient petit à petit à la mode grâce à ses valeurs nutritives. Le topinambour est désinfectant et énergétique. De part sa richesse en inuline, il est vivement recommandé aux personnes diabétiques.

Topinambours

Comment cultiver les topinambours ?

 On cultive des topinambours pour les tubercules. Petite chose importante à signaler avant de détailler la culture : le topinambour est une plante envahissante ! Le moindre fragment de rhizome qui reste en terre repousse l’année suivante



 Instructions

  • De début mars à la mi avril, plantez vos tubercules de topinambours
  • Prenez soin de les espacer d’environ 60 cm sur des lignes distantes de 70 cm
  • Pour les planter, enfoncez les tubercules de 8 à 10 cm dans le sol.
  • Nous vous conseillons de semer du trèfle blanc nain entre les rangs : cela évitera d’avoir plein d’herbes sauvages et renforcera vos cultures.
  • Une fois vos tubercules plantés, pensez à effectuer régulièrement à biner et à sarcler. Si jamais vous connaissez une période de sécheresse, pensez à leur apporter du paillis.

 Topinambours 2

Une idée recette ?

  • Une poêlée de topinambours
  • Une purée de topinambours truffée
  • Un risotto de topinambours et de saumon fumé
  • Un velouté de topinambours

 

Pour découvrir d’autres légumes oubliés, poursuivez votre visite sur :

 

Guide pratique pour espacer ses cultures au jardin

Espacer ses cultures, le buttage

Que vous soyez à la culture des fleurs, des légumes ou d’autres plantes, l’espace est une considération importante parce que chaque plante a ses propres besoins en espace afin de se développer et d’avoir un système racinaire qui prospère. Il vous faut donc prendre en considération les exigences croissantes de chaque plante au moment de planifier votre jardin. On vous donne nos 6 conseils pour bien prendre en compte l’espacement des plantes.

Espacer ses cultures

Les 6 étapes pour bien espacer ses plantations

Etape 1

Mesurez votre zone de plantation et identifier les dimensions. Utilisez des brochettes en bois ou abaisse-langue pour marquer les quatre coins de votre zone de plantation. Des mesures précises vous aideront à créer un plan pour votre espace.

Etape 2

Au dos de chaque paquet de graines, il est indiqué l’espace dont chaque plante a besoin pour bien se développer. Certaines plantes ont besoin de plus d’espace que d’autres pour la croissance et l’enracinement. Par exemple, les carottes ont un écart moyen d’environ 8 centimètres, mais l’écart moyen de la laitue est de 30 centimètres.

Etape 3

Dessinez une grille sur une feuille de papier en fonction de votre espace de plantation. Au crayon, estimez où vous allez placer chaque plante en fonction de la quantité d’espace qu’elle nécessite.



Etape 4

Plantez vos brochettes ou abaisse-langue dans la limite de votre zone de plantation à des distances égales, en fonction de la conception de la grille dans vos plans. Attachez une ficelle entre les brochettes parallèles pour créer une grille de coordination dans votre espace de plantation. Cette grille vous permettra de mieux recréer votre plan !

Etape 5

Plantez vos graines ou plantes selon les directives de votre papier. Plantez une rangée à la fois, en vous référant à votre croquis.

Etape 6

Marquez vos zones de plantation en identifiant les plantes qui sont dans cette zone. A présent, vous pouvez retirer les brochettes où abaisse langues et ficelle.

Calendrier des semis à votre service !

bouquet de légume du potager

Vous souhaitez aménager un « carré potager » ou potager en carré dans votre jardin ?

Le premier conseil que nous pouvons vous donner est d’installer votre carré potager sur une surface plane et ensoleillée !

 

Le tableau ci-dessous récapitule les réponses à ces questions et ce pour les légumes et fruits que nous aimons le plus.

Aprés l’avoir lu, vous pourrez vous amuser en créant le plan de votre carré potager ! Quel plaisir !

 

 

période de semisdurée de développement maximale (en nb de mois)à récolter au plus tard en
AILfévrier, mars5août
octobre, novembre8juillet
ANETHavril, mai2juillet
ASPERGEmars à juinavril à juin tous les ans
AUBERGINEfévrier à avril5Juillet à septembre
BASILICmars, avril3Juillet
CAROTTEMai, juin5novembre
CELERI-RAVEfévrier à avril7novembre
CHOUXmars à juin6Décembre
CIBOULETTEMars ou octobrePrintemps, automne
COURGEavril4août
ECHALOTTEprintemps5août
automne9août
EPINARDmars à septembre1avril à octobre
FEVEfévrier, mars4Juillet
octobre à février4Février à juin
FRAISIERjuillet ou octobre8Mars à juillet
HARICOTjuillet3octobre
mars, avril3juillet
LAITUEmars à juin8novembre à février
août, septembre8mai
MACHEjuillet à septembre3Décembre
MAÏSavril à juin4octobre
MELONmars à mai5août à octobre
OIGNONfévrier, mars8novembre
août, septembre8mai
POIREAUfévrier à mai5octobre
PERSILmars à août2juillet à octobre
POMME DE TERREmars, avril5septembre
TOMATEfévrier, mars5août

Bonne lecture !

 

Voici les 5 autres questions dont il faut avoir les réponses pour avoir à coup sur des légumes et fruits toute l’année :

1. Quels légumes, fruits souhaitez-vous planter ?

2. Quand faudra-t-il semer les légumes et fruits  ? Une fois ces périodes connues, vous pourrez « rédiger » un calendrier de semis ! Très utile pour pouvoir obtenir un max de légumes et fruits tout au long de l’année.

3. Quelle est la période de développement de ces derniers ? Cette dernière peut-être utile à connaître dans le sens où vous pourrez de la même manière prévoir vos semis à venir !

4. Quand pouvons-nous les récolter ? 



et en prime :

5. Quels sont leurs amis et leurs ennemis ? On dit que certains légumes et fruits n’évoluent pas correctement en compagnie d’autres légumes et fruits. La tomate par exemple se développe parfaitement si elle entourait de basilic, mais déteste la pomme de terre.

Voici les 5 éléments indispensables à appréhender lorsque vous vous lancerez dans la construction de votre carré potager !

 

 

Si des fruits et légumes que vous affectionnez tout particulièrement manquent à l’appel, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons une joie de vous communiquer les infos !

De même si vous souhaitez partager vos trucs et astuces à ce sujet, n’hésitez pas une seule seconde.