Pollinisation manuelle des courges et courgettes

pollinisation manuelle des courges et courgettes

Les problèmes de pollinisation sont le principal coupable des fruits ratatinés qui ne mûrit pas assez. Si vous avez eu ce problème, il y a des chances que votre courgette ai besoin de votre aide pour la pollinisation, surtout si votre jardin est dépourvu d’abeilles et autres insectes. Polliniser à la main votre courgette est étonnamment facile avec ces étapes :

La pollinisation

  1. Surveillez votre courgettes pour la maturation de ses fleurs mâles et femelles. Les fleurs mâles apparaissent habituellement en premier et ont une tige mince. Les fleurs femelles apparaissent plus tard et ont un petit « bébé courgette » développé entre la base de la fleur et la tige. Il est important que les deux fleurs, mâles et femelles, soient matures et que leur propre ouverture soit faite avant d’essayer de les polliniser.
  2. Isoler les fleurs mâles et retirez soigneusement tous les pétales pour exposer l’étamine. C’est là tout le pollen est situé. Vous pouvez prendre un coton-tige ou petit pinceau pour balayer l’étamine afin de recueillir le pollen ou vous pouvez réserver l’étamine lui-même pour la pollinisation.
  3. Balayer le pollen de la fleur mâle autour de l’intérieur de la fleur femelle. Cette partie est la stigmatisation ou la partie la plus sombre de couleur de l’intérieur de la fleur. Le meilleur moment pour le faire est lorsque la fleur femelle s’ouvre naturellement très tôt le matin. Vous pouvez utiliser un pinceau ou tout simplement utiliser les étamines mâles.

 

 



 

Conseils et avertissements dans la pollinisation des courges

Une fleur mâle peut féconder plusieurs fleurs femelles. Bien que vous n’ayez pas à le faire, ce n’est pas une mauvaise idée d’utiliser le pollen d’une plante à pollinisation de la femelle d’une autre plante pour la diversité génétique.

Assurez-vous que la pollinisation est la cause de votre production de fruits terne. Assurez-vous que vos plantes ont des fleurs mâles et femelles. Parfois, la sécheresse et la maladie peut provoquer une production de fleurs mâle uniquement. 

Optez pour la rotation des cultures pour améliorer votre sol

rotation des cultures dans le potager

L’assolement ou la rotation des cultures est crucial pour la qualité du sol de votre jardin.

La rotation des cultures consiste à faire se succéder, selon un ordre précis, différentes cultures sur un même terrain.

La rotation des cultures vous permettra d’éviter un appauvrissement du sol et stopper la propagation de certaines maladies.

 

rotation des cultures dans le potager
© David Espin – Fotolia.com

Répéter après moi : « Fruits -Feuille –Graines – Racines »

En théorie ce n’est pas compliqué…
Tout d’abord,  vous répartissez votre jardin en  parcelles. Le plus simple est de faire autant de parcelles que d’années de rotation. Ensuite vous faites « tourner » sur chacune des parcelles, les plantes en variant les familles :

 

1ère année :  légumes « fruit »

La 1ère année  sera consacrée aux légumes « fruit » qui ont la particularité d’ameublir le sol tout en le « nettoyant » (tomates, les poivrons, les aubergines, courges et citrouilles)

Les légumes « Fruit » sont des cultures très gourmandes qui auront besoin d’un sol riche.

 


2ème année : légumes « feuille »

La 2ème année, on accueillera les légumes « feuille » très gourmands en azote et puisant l’essentiel de leurs besoins en surface (salades, choux, brocoli).

 

3ème année : plantes « graines »

La 3ème année, on cultive les plantes dites graines qui ont la propriété d’enrichir le sol en azote (pois, haricots, lentille).. Ils ont tendance à fixer l’azote dans le sol et donc à restructurer ce dernier après le passage des légumes feuilles.

 

4ème année : plantes « Racines »

La 4ème année, sera consacrée aux plantes « racine » et à bulbe (poireaux, oignons, carottes, radis, navets, rutabagas ,  betteraves) qui se nourrissent de l’azote de profondeur et n’aiment pas les fumures fraîches.

 

A noter : n’intégrez pas les plantes vivaces  à la rotation

Il ne faut pas chercher pas à intégrer les plantes vivaces (artichauts, asperges…) à la rotation.

Réservez-leur un endroit isolé de votre potager.

 

 

Une rotation de culture, pour de vrai : notre exemple

Voici un exemple concret de plan de potager avec une rotation de 4 zones de culture :

 

Parcelle 1Enrichir la zone avec du compost et plantez des pommes de terre et des tomates.Lorsque la culture est terminée, vous pouvez semer des oignons ou des poireauxpour une récolte hivernale.
Parcelle  2Planter des panais, des carottes, du persil.Combler les trous avec de la laitue et finissez avec un engrais vertpour enrichir le sol pendant l’hiver (comme le trèfle ou la moutarde par exemple)
Parcelle  3Cultiver le chou, le chou frisé, les feuilles de roquette (Brassica) au cours de l’été et continuer avec des variétés d’hiver de choux et choux de Bruxelles.
Parcelle  4C’est la parcelle de repos… donc au bout de 2ans, vous pouvez utiliser cette parcelle pour la récolte des oignons ou des poireaux  pendant l’hiver.Ensuite semer les pois et les haricots (légumineuses). Lorsque la récolte est terminée, votre culture de  choux peut se déplacer de la parcelle 3 à la parcelle  4

 

La rotation des cultures, c’est du sérieux !

Maintenant après la théorie,  la pratique… héhé…les cycles de récoltes rendront la planification d’un jardin potager… un joyeux casse-tete.

Il vous faudra de la méthode ! La rotation des cultures ne s’improvise pas.  Le plus simple est d’établir à l’avance un plan pluriannuel de votre jardin, afin de ne pas vous y perdre sachant qu’une rotation classique – et simple à réaliser – se conçoit sur quatre ans.

les légumes du potager

Bonnes rotations !!

Comment faire pousser des petits pois ?

Panier de petits pois frais, faire pousser des petits pois

Les petits pois sont un excellent exemple de la différence entre les légumes achetés en magasins et ceux venant tout frais du jardin. Les petits pois maison gagnent à chaque fois, sur la richesse du goût et même la texture!

 récolte de petits pois - © Jean-Luc GIROLET - Fotolia.com

TYPE DE PLANTE : annuelle

LUMINOSITÉ : Plein soleil

TYPE DE SOL : Moyen-riche, bien drainé et léger

HUMIDITÉ / ARROSAGE : Moyenne

SEMER DES PETITS POIS

La culture des petits pois peut être démarrée dès que le dernier gel est passé. Il existe plusieurs variétés mais tous les petits pois préfèreront un sol bien drainé avec de la cendre de bois ou de la pierre à chaux.

Comme les petits pois peuvent s’acclimater de conditions climatiques fraîches et tolérer de légers gels, ils peuvent être plantés dès que le sol peut être travaillé et vont germer dans une large gamme de températures du sol (de 4 à 24°C)

Vous effectuerez un semis en place :

en ligne en déposant une graine tous les 2 à 3 cm à 5 cm de profondeur

en poquet en déposant 5 ou 6 graines à intervalles réguliers d’environ 40 ou 60 cm selon les variétés

semis de petits pois

Tous les petits pois, y compris ceux de types nains, sont des grimpeurs naturels. Ils seront d’autant plus productifs  si on leur donne un tuteur ou si on les plante le long d’une clôture ou d’un treillis.

 

A COTE DE QUI LES PLANTER ?

on peut planter les petits pois à coté des carottes, céleri, maïs, concombre, aubergine, pomme de terre primeur, radis, épinards, le poivron, le navet.

 



 

FAIRE POUSSER LES PETITS POIS

Les petits pois préfèrent le plein soleil à l’ombre partielle avec un pH du sol de 6,0-7,0. et nécessitent un sol bien drainé, riche et sablonneux.

Un ajout de fumier décomposé ou de compost dans le sol peut être bénéfique

L’humidité du sol est essentielle, surtout pendant la floraison et la formation des gousses.

Essayez de ne pas trop arroser et de ne pas humidifier tout le plant en utilisant un tuyau goutte a goutte.
Au début l’arrosage est limité afin de favoriser l’apparition de fleurs et non du feuillage.
Tout de suite après la floraison, on arrose abondamment car c’est à ce moment que les graines s’ouvrent et font du feuillage. Finalement, on ne les oublie pas car les petits pois n’aiment pas du tout être au sec. Vous pouvez utilisez du paillis pour conserver l’humidité et éliminer les mauvaises herbes autour de vos petits pois.

 

LA RÉCOLTE DES PETITS POIS :

Pour avoir des petits pois  très savoureux : il faut les récolter lorsque les gousses deviennent dodus, mais lorsqu’ils sont encore encore jeunes et tendres. La récolte des pois a lieu environ 3 à 4 mois après le semis selon les variétés. Les petits pois récoltés jeunes auront une saveur plus douce et dans tous les cas ils se conservent bien !

 des jolis petits pois près à être mangés

en attendant la fin de l’hiver (oui oui on n’est encore en automne), pour faire le semis, profitez des bocaux en conserve, ou des petits pois que vous avez mis au congélateur, cela conserve bien!

 

 

Un mois d’août en Poitou-Charentes

jolies mirabelles dans le verger à niort

Bonjour !

Il n’y a plus beaucoup de semis à effectuer en août.  Cependant il faut penser à semer le radis noir long d’hiver et la mâche.

Semis de radis noir et de mâche

Le radis noir long d’hiver et la mâche doivent être copieusement arrosés pour obtenir une bonne et rapide germination.

Pour la mâche, je couvre le semis d’un grillage recouvert de fougères pour protéger les semis des rayons trop brûlants du soleil (surtout en période de canicule).

protection semis de radisprotection maison pour les semis de radis et de mache

J’enlève ce couvert quand les graines ont bien levé et je maintiens une bonne humidité.

Le mois d’août est essentiellement consacré aux récoltes et aux conserves : haricots verts, haricots demi-secs (appelés ici en poitou-charente « les mojettes ») pommes de terre, tomates, concombres, melons, etc…

La récolte des mirabelles

A la fin du mois d’août, je récolte aussi les mirabelles. Pour faciliter cette récolte, je dispose sous l’arbre des bâches en plastique.

 

récolte des mirabelles sous la bachejolies mirabelles

Cette variété de prune est excellente pour confectionner de délicieuses tartes. Pour ce faire, je les dénoyaute et je les congèle. Elles se conservent très bien, ce qui permet leur utilisation sur toute une année.

Mais la récolte est souvent très très abondante. C’est pourquoi je les récolte aussi en les mettant en fut où elles fermentent pendant plusieurs mois. Pendant la fermentation, je brasse le contenu pour obtenir un mélange liquide en écrasant les fruits. Puis, je ferme hermétiquement le fut qui sera remis au bouilleur de cru qui procédera à la distillation.

Ce qui permet d’obtenir une eau de vie de grande qualité particulièrement appréciée qui titre généralement 45°.

A consommer avec modération !!

Michel

 

Voici en complément le dessin de Lou, l’arbre à mirabelles :

dessin de lou : arbre à mirabelles

 

L’ail ordinaire, comment le planter et le cultiver

comment cultiver et planter l'ail

comment planter l’ail ordinaire ou l’ail tout court ?

comment cultiver et planter l'ailL’ail ordinaire, cette plante de la famille des Alliacées (liliacées), a plusieurs appellations chez nous : ail commun, ail de cuisine, ail à potager, chapon perdrix, thériaque des pauvres ou thériaque des paysans.
Son origine remonte du temps de l’Egypte ancienne.

L’ail ordinaire est quasi présent dans tous nos repas salés. Il est aussi connu pour régler les problèmes artériels. L’ail est antiseptique, antispasmodiaque, apéritif, aphrodisiaque, carminatif, dépuratif, désinfectant, digestif, excitant, expectorant, fébrifuge, nutritif, stimulant, tonique et vermifuge… et oui, tout ça !

L’ai ordinaire contient aussi des huiles essentielles, des vitamines A, B1 et C ainsi que du cobalt, de l’iode, du manganèse, du silicium et du soufre.

On dissocie l’ail ordinaire de l’ail d’ornement qui donne de très jolies fleurs.

 

Propriétés de l’ail :

Climat : tempéré qui résiste aux gelées.
Exposition : ensoleillée.
Sol : léger, ameubli, perméable et profond.
Plantation : caïeux ou bulbes en Février-mars ou Octobre-novembre.
Floraison : juin à août.
Récolte : 4 à 5  mois après la plantation de printemps ou 8 à 9 mois après la plantation d’automne.

L’ail ordinaire  est une plante condimentaire,  médicinale, herbacé et bulbeuse. Elle est haute de 40 à 60 cm. Son bulbe est composé de nombreuses gousses ou caïeux.

Sa tige est cylindrique, creuse, partant du milieu du bulbe et elle se termine par une ombrelle qui porte en même temps des fleurs et des bulbilles.

Ses feuilles, de couleur vert pâle, sont planes, longues, étroites, en lanières.

Les fleurs sont hermaphrodites, de couleur blanche ou rougeâtre. Cependant, l’ail ne fleurit pas souvent sous notre climat français.

 



Comment planter et cultiver l’ail

Il existe deux façons de cultiver l’ail ordinaire.

Les caïeux ou gousses

Ce genre de plantation se fait en octobre-novembre dans les terrains légers et perméables, ou en février-mars dans les terres lourdes.

Les gousses se plantent à 3 ou 4cm de profondeur, la pointe en haut et en les espaçant de 10cm sur la ligne. Prenez soin aussi d’espacer aussi les rangs de 25cm.

Les bulbilles

La plantation des bulbilles se fait en rayons peu profonds. C’est-à-dire, on plante une bulbille tous les centimètres. Chacune donnera un petit bulbe qu’il faudra l’année prochaine : c’est ainsi qu’on régénère l’ail.

Astuce : Certaines variétés donnent des bulbilles plus grosses que la tige. Dans ce cas, elles sont à traiter comme des caïeux.

Récolte de l’ail

La récolte de l’ail s’effectue en juin pour les plantations d’automne ou en juillet-août
Opérez par temps sec. Utilisez une fourche bêche en soulevant le bulbe sans l’abîmer, laissez les têtes sécher au soleil un jour ou deux puis rentrez-les dans un local aéré et frais. Suspendez-les en bottes.

 

Cohabitation :

L’ail ordinaire s’entend bien avec les fraisiers, les betteraves, les pommes de terre, le fenouil, les laitues et les tomates.

Mais, pour les légumineuses (haricot, fève, pois), il faut les éloigner impérativement.

 

Fertilisation  et rotation des cultures de l’ail

La rotation est celle appliquée aux légumes-bulbes, c’est-à-dire une alternance de 4 à 6 ans.

Pour la fertilisation :

– Evitez l’emploi des fumures fraîches.

– Utilisez un compost ou un engrais, mais à condition qu’il soit peu azoté.

– Pratiquez les fertilisations foliaires au cours de la végétation, à partir du mois de mars jusqu’à la fin du mois de juin.

Entretien

Les binages et les sarclages sont à faire régulièrement. Au mois de juin, vous pouvez nouer les tiges.

 

Maladies et parasites

La rouille

Les symptômes sont des tâches jaunâtres à rougeâtres sur les feuilles et parfois sur les caïeux ou gousses.

La prévention consiste à :

  • Effectuer 4 ou 5 fertilisations foliaires au cours de la végétation.
  • Respecter les rotations tous les 4 à 6 ans.

Pour les soins : Pulvériser avec de la bouillie bordelaise dès l’apparition des premiers signes.

La graisse

Les symptômes sont que le feuillage jaunit et les caïeux pourrissent.

La prévention consiste à :

  • Apporter 3kg/are de sel marin.
  • Eviter les terres trop humides, les matières organiques non décomposées et l’apport excessif d’engrais azoté.

Pour les soins : brûler les pieds atteints et respecter les rotations.

L’anthomyie de l’oignon :

L’anthomyie est un vers blanc qui attaque les bulbes. Il n’existe pour l’instant aucun remède, donc arracher et brûler les sujets atteints. Une rotation comme indiquée ci-dessus reste le seul moyen de prévention.

La teigne de l’ail :

Ce parasite  est une chenille verte, elle attaque les feuilles en mai-juin. Il n’existe pour l’instant aucun remède, donc arrachez et brûlez les sujets atteints. Une rotation comme indiquée ci-dessus reste le seul moyen de prévention.


 

Vive le purin d’orties !

orties purin d'orties, recette du purin d'ortie

purin d'ortie
© Kokhanchikov – Fotolia.com

Le Purin d’ortie, c’est quoi ?

1- Le purin d’orties est le parfait engrais naturel pour votre jardin et votre potager.
2- Le purin d’orties est également un très bon insecticide pour la plupart des parasites tels que les pucerons.
3- L’ortie assainie les sols en supprimant nitrates et phosphates

Le purin d’orties peut donc à la fois servir d’engrais, d’insecticide et de fongicide !

C’est un produit peu coûteux et efficace.

Découvrez comment le fabriquer très facilement, et découvrez aussi toute son histoire mouvementée…

 

Histoire & Vertus du purin d’orties

Utilisé depuis le Moyen Age, le purin d’ortie s’est récemment trouvé au cœur d’une polémique suite à son interdiction en 2006. En effet le purin d’orties ou plus exactement, la diffusion des recettes de purin d’orties et  la vente de purin d’ortie a été interdite par la loi !

Sa libération ? le 28 Avril 2011 par un arreté du ministère de l’agriculture.

Le purin d’ortie a à la fois des vertus curatives et des vertus préventives.

  1. En version concentrée : C’est un engrais excellent pour le potager, les plantes du jardin, tres riche en azote dont toutes les plantes ont besoin, il stimulera la croissance des plantes.
  2. En version diluée : C’est un bon répulsif face aux pucerons et aux acariens ( disons aux insectes en général). A pulvériser directement sur les feuilles
  3. C’est bio ! Pas de produit chimique la dedans… que du 100% naturel

 


Recette du purin d’orties

‐    Cueillez des Orties (si possible des belles et grandes orties) de préférence non montées en graine. Si elles sont déjà montées en graines, c’est aussi possible mais il faudra prendre la précaution d’enlever les graines du purin. Si  vous ne les enlevez pas, vous allez semer des orties dans votre jardin (ce n’est pas le but, n’est ce pas !) . Bon courage !

purin d'orties

‐    Hâchez votre récolte, et mettez-le dans un seau, un bac ou tout récipient non métallique. Plus vous la hâcherez, plus vous accélérerez la macération.

‐    Mélanger votre mixture avec de l’eau et couvrez le récipient

  • Si vous souhaitez faire de l’engrais : ajoutez 10l d’eau pour chaque kilo d’ortie fraîche.
  • Si vous souhaitez faire un répulsif : comptez 20l d’eau par kilo d’ortie.

Les choses sérieuses commencent ici… la réussite de votre purin dépendra fortement de la fermentation…

‐    Il faudra remuer le mélange régulièrement tous les 2 jours pendant quelques minutes. Tant que vous voyez une mousse à la surface, c’est que ca fermente. Dès quela mousse disparaît, stoppez tout et filtrez. La fermentation du purin durera entre 1 à 2 semaines selon la température .  L’ideal est entre 15 et 25°. Au-dessous de 15°, c’est plus lent. Au-delà de 25°, c’est trop rapide et ca risque de pourrir plutot que de fermenter.

‐    Filtrez la solution de purin d’orties. Il ne faut récupérer que le mélange et se débarrasser des morceaux d’orties.

 

Utilisation du purin d’orties

En tant que répulsif : Pulvérisez directement le purin d’orties sur les feuilles des plantes avec un pulvérisateur. La filtration devra alors être bien réalisée.

En tant qu’engrais, vous pouvez verser le purin d’orties directement dans la terre comme un engrais liquide, avec un arrosoir par exemple. Inutile de le diluer plus que ça et inutile de forcer sur la filtration.

 

Dans quel cas il ne faut pas faire de purin d’ortie ?

Ames sensible s’abstenir ! L’odeur est vraiment très désagréable, ce n’est pas pour rien que cela s’appelle du purin.

Dans le cas de températures trop élevées, nous déconseillons l’utilisation du purin : votre purin pourrira et perdra ses vertus.

 

Une pastèque grosse et sucrée: infos sur sa culture et son entretien

pasteque, comment les faire pousser
La pastèque est cultivée pour ces fruits, qui se consomment crus, salés ou sucrés de la même manière que le melon. Autant que ce dernier, la pastèque fait partie de la famille des Cucurbitacées. Son origine remonte à l’avant ère chrétienne, la pastèque était cultivée dans la Vallée du Nil, comme le prouvent les fresques des tombeaux de pharaons. Les fruits de pastèque diffèrent selon leur couleur, leur forme, leur taille mais aussi la couleur de la chaire et des graines.pasteque

Propriétés de la pastèque

La pastèque est une plante potagère. Ses tiges  sont rampantes, minces et  recouvertes de poils denses. Elles portent des vrilles et ont pour hauteur  maximale de 3m.

Ses feuilles sont larges, triangulaires et découpées en 3 à 5 lobes profonds, eux-mêmes incisés.

Ses gros fruits sont charnus, lisses, en forme cylindrique, ovale ou oblongue.

Sa chair est aqueuse, fondante, plus ou moins sucrée, de couleur blanche à verte, rose ou rouge selon les variétés.

Ses fleurs sont monoïques, de couleur  jaune verdâtre et en calices.

Ses vertus sont qu’elle est antiscorbutique, dépurative et rafraîchissante. Elle contient des vitamines A, B, C et K mais aussi des sels minéraux (calcium, chlore, fer, magnésium, phosphore, potassium, sodium et soufre).



Culture de la pastèque

Un environnement idéal pour cultiver des pastèques doit avoir ces caractéristiques :

  • Climat : la pastèque craint le gel, elle est donc à cultiver au midi  ou sud de la France
  • Exposition : ensoleillée et chaude
  • Sol : profond, meuble et plutôt sablonneux ; humifère et frais
  • Floraison : mai à septembre selon la culture et la région
  • Récolte : 4 à 5 mois après le semis

Attention : la culture en région parisienne ne réussit que pendant les années chaudes.

Les graines se sèment courant avril, en serre ou sous châssis, à plus de 20°c, en lune croissante :

  • Déposer 2 à 3 graines par godets.
  • Conserver un seul plant par godet après la végétation.
  • Mettre en place avec la motte vers la mi-mai, dans des poquets enrichis en compost et distants de 1m en tous sens.

 

Fertilisation

La pastèque demande une fertilisation  normale à la fin de l’automne ou en début de printemps avec un engrais naturel et du compost.

La pastèque a besoin de beaucoup de compost bien décomposé ; attention, elle déteste les fumures fraîches.

Pendant la saison, procédez à des fertilisations foliaires à base d’algues marines toutes les 3 semaines.

Entretien

La pastèque ne nécessite pas un entretien excessif, veuillez juste à faire des binages, sarclages et arroser avec de l’eau réchauffée  avant et fréquemment. Le paillage est fortement recommandé.

 

Maladies et parasites

La pastèque ne rencontre que rarement des maladies. Son pire ennemi est le manque d’eau. Donc, veuillez à arroser très souvent les plantes.

 

Zoom sur La tomate, 2ème « légume » le plus consommé au monde !

plant de tomate
 plant de tomateLa tomate est le légume préféré dans le monde entier, elle est même le deuxième légume le plus consommé juste après la pomme de terre.
Elle est  importée en Europe par les Conquistadors vers le 16ème siècle. En France, elle fut d’abord cultivée comme plante ornementale car elle était considérée comme vénéneuse. C’est seulement deux siècles après qu’elle est reconnu comme plante potagère et c’est ainsi que débute notre longue et tendre idylle avec la tomate.

Il existe des centaines de variétés de tomates. Nous pouvons tâcher de les catégoriser par la couleur des fruits:

  • fruits blancs
  • fruits roses
  • fruits noirs
  • fruits jaunes
  • fruits oranges
  • fruits verts
  • fruits rouges
  • fruits striés ou bigarrés

 

Propriétés de la tomate :

La tomate est une plante dont la hauteur peut aller de 40 cm à 2 m selon les espèces.

– Ses feuilles odorantes sont composées de folioles irréguliéres.
– Ses fruits ont des formes diverses (rond, en poire, oblong, aplati, allongé). La grosseur de fruits différe aussi selon les variétés.
– Ses fleurs sont hermaphrodites et autogames, de couleur jaune, en grappes.

Les vertus de la tomate :

La tomate est anti-infectieuse, anti-scorbutique, apéritive, digestive, dépuratives, diurétique, énergétique, rafraîchissante et revitalisante.  Elle contient des vitamines A, B1, B3, B5, B6, B8, C, E, K , U ainsi que du brome, du calcium, du cobalt, du cuivre, du fer, de l’iode, du magnésium, du manganèse et bien d’autres encore.

 

Culture de la tomate

 tomatesL’environnement idéal pour la culture de la tomate est le suivant :

  • climat : tempéré mais chaud entre 15 et 27°C
  • exposition : ensoleillée et chaude, le soleil du matin est nécessaire pour sécher la rosée.
  • sol : léger, meuble, humifére , frais et peu profond

La période de floraison est de Mai à Septembre suivant les dates de semis.

La récolte, elle, se fait 5 mois après le semis.

Comment se fait la culture par semis ?

En Février-mars, semez sur couche chaude, sous châssis ou bien en serre chauffés (30°C) ou encore en godets (3 à 4 graines par pot).

  • recouvrez les graines avec un peu de terreau ou du compost mélangés à la terre fine. Après la végétation, ne gardez que le plus fort des 3.

Pour un semis en caissettes :

  • repiquez les jeunes plants dès qu’ils ont 2 feuilles. Procédez sur couche, en pépinière ou en godets.
  • s’il gèle, couvrez le châssis avec des paillassons. Quand les soleil arrive, pensez à aérer.

Si les risques de gels sont passés et que les plants atteignent une hauteur de 15 cm:

  • procédez à une culture en place.
  • repiquez les plants en godets avec la motte
  • espacez les pieds de 50 cm. Pour les espèces à petits fruits, il est recommandé d’espacer encore 30 cm de plus et de ne pas faire un seul rang au risque d’avoir des tiges buissonnantes.
  • installez un tuteur de 1.50 cm avant la plantation pour chaque pied.
  • incorporez dans le sol environnant des feuilles d’orties hachées pour protéger des maladies cryptogamiques.

Astuces : si le semis s’est fait en pépinières et qu’il est repiqué en racines nues, alors pralinez avec de la bouillie de lithothamnium.
 


Comment se fait la culture par bouturage ?

  • installez quelques plants en avril-mai, sous châssis ou tunnel plastique.
  • conservez les plus robustes.
  • plantez les à la même distance comme s’il s’agit d’une culture par semis.
  • tenez le sol frais jusqu’à la levée.

Il est remarqué que les plants de bouture se développent plus vite et donnent des fruits dès septembre-octobre.

Les bons mariages:

La tomate se marie bien avec l’ail, l’asperge, la carotte, la mâche, l’oignon, le persil, le basilic et le cèleri.

Mais, le concombre, le fenouil, le haricot la pomme de terre et le chourave lui sont néfastes.

 

Fertilisation de la tomate :

A la fin de l’automne ou au début du printemps, ajoutez de l’engrais ou du compost. Veillez toutes les 2 à 3 semaines à faire une  fertilisation foliaire à base de lithothamnium à base d’algues marines.

Entretien des plants de tomate :

Il est le même que pour toutes les autres plantes:

  • Effectuez des binages et des sarclages
  • arrosez en période de sécheresse, mais faites en sorte que les feuilles ne touchent pas à  l’eau
  • paillez en cas de  sécheresse (ou si vous partez en vacances).
  • supprimez les plants gourmands.
  • semez des trèfles blancs nains entre les plants pour protéger
  • supprimez les feuilles encombrantes à la fin de la saison.

La taille des plants de tomates est facile, parce que chaque plant a une seule tige. Cette taille nécessite de pincer la tige :

  1. une feuille au dessus du 3éme bouquet pour une variété hâtive.
  2. une feuille au dessus du 4  ou du 5ème bouquet pour une variété ordinaire.
  3. tailler le dernier bouquet à la mi-août.

 

Maladies et Parasites

1. le chancre

Les symptômes sont la naissance sur le bas de la tige de nombreuses taches grises puis noires à forme allongée  comme l’image du chancre d’ailleurs.

Pour soigner, éliminez les pieds atteints en les brûlants et traitez avec de la bouillie bordelaise.

2. l’enroulement des feuilles

Les symptômes sont que les folioles s’enroulent vers le haut et deviennent cassantes.

La cause est la présence de pucerons.

Pour soigner, pulvérisez des macérations d’orties et brûlez les feuilles malades.

3. la gangrène des fruits

Les symptômes sont que des taches brunes foncées se développent sur les fruits verts.

La cause est une humidité prolongée. Même en période de sécheresse, évitez d’arroser trop souvent, il vaut mieux pailler le sol. Encore une fois, ne mouillez pas les feuilles.

Pour soigner, brûlez les fruits atteints.

 4. la maladie fauve

Les symptômes sont que les feuilles jaunissent et leurs dessous se couvrent d’un duvet jaune ou brun. Elles finissent par se dessécher et mourir.

Pour soigner, brûlez les sujets atteints et évitez l’arrosage des feuilles.

5. le mildiou

Les symptômes sont que le dessous des feuilles est atteint de taches brunes et  irrégulières. Elles finissent par se dessécher et mourir. Les fruits aussi sont malades, ils deviennent jaunâtres et marbrés, puis noirs. Ils sont bosselés et pourrissent à la fin.

Le mildiou apparait lors des premières pluies d’automne. Pour prévenir, pratiquez des fertilisations foliaires avec un mélange de 20 grammes par litre d’eau de sel marin. Aussi incorporez des feuilles d’orties hachées lors de la  plantation. Installez un fil de cuivre en travers de la tige principale. Il est aussi recommandé de pratiquer des rotations de 4 ans et des fumures correctes.

Pour prévenir, au début de la parution des fruits, pulvérisez avec de la bouillie bordelaise à 1.5%. faites de 1 à 3 pulvérisations toutes les 3 à 4 semaines. Et enfin brûlez les sujets malades.

6 .Le doryphore

Cet insecte ronge les feuilles. Pour s’en débarrasser, ramassez les adultes, les larves et détruisez les. Ensuite pulvérisez un insecticide à base de roténone.

7. la noctuelle de la tomate

Cette chenille perfore les feuilles et les fruits. Ces derniers finissent par tomber.

Pour y remédier, pulvérisez un insecticide végétal pour capturer les papillons. Détruisez aussi les larves lors des travaux d’entretien.

 

 

Une petite fraise ? Zoom sur la culture du Fraisier, vivace et rustique…

jolie fraise


fraisier fraiseLe fraisier est une plante vivace de la famille des Rosacées comme le rosier. Le fraisier est une plante rustique(qui résiste au froid) jusqu’à -20°C.De son nom botanique Fragaria, la première espèce de fraisier s’appelle le fraisier des bois. Il compte plusieurs espèces comme le fraisier de Chili, le fraisier de Virginie, le fraisier capron, le fraisier ananas ou encore le fraisier étoilé.

Tous ces fraisiers sont regroupés en quatre sous-familles:

  • fraisiers non remontants à gros fruits
  • fraisiers remontants à gros fruits
  • fraisiers non remontants à petits fruits
  • fraisiers à petits fruits ou fraisiers quatre saisons.

 

Propriétés du fraisier

Le fraisier est une plante herbacée rustique haute de 20 à 30 cm.

– Ses tiges sont dressées
– ses feuilles, 3 folioles, sont pétiolées, plissées, dentées et parfois velues.
– ses fleurs sont hermaphrodites, dioïques ou polygames selon les espèces. Les fleurs du fraisier sont de couleurs blanches.

jolie fraise Le fraisier est cultivé pour ses fruits charnus, sucrés, parfumés mais aussi exotiques. Ses fruits, les fraises, sont de forme arrondie ou conique. Leur couleur va du rouge foncé au rouge clair. Certaines variétés donnent des fruits roses, jaunes ou blancs. Leur saveur diffère largement d’une espèce à une autre. La fraise est apéritive, diurétique, laxative, rafraîchissante et dépurative. Elle contient aussi des vitamines A, B, C, E et K ainsi que du brome, du calcium, du fer, du iode, du magnésium et bien d’autres. Les fraises contiennent du sucres mais les diabétique peuvent en consommer.



comment cultiver ses fraisier

L’environnement parfait pour la culture du fraisier et des fraises est le suivant:

  • climat : tempéré
  • exposition : ensoleillée
  • sol : fertile, profond, meuble, humifére , frais et peu calcaire
la période de plantation est juillet ou décembre
La période de floraison est de avril à juin pour les variétés non remontantes et avril aux gelées pour les quatre saisons.
La récolte, elle, se fait 7 à 12 mois après le semis.

La multiplication par semis est utilisée pour des variétés quatres saisons. Pour les variétés à gros fruits, cette méthode s’emploie unique pour produire de nouvelles variétés, car les plants issus de semis ne sont pas fidèles au pied père.

Comment se fait la culture par semis?

Les graines se sèment en juillet ou en décembre.
Une dizaine de jour à l’avance, il faut:

  • préparer les caissettes, jardinières ou terrines destinées à recevoir les graines
  • les remplir de mélange de terreau à 2/3 et de terre fertile et légère à 1/3
  • arroser les semis avant de les mettre, en les faisant tremper 48 dans un peu d’eau, égoutter et enrober de lithothamnium
  • les semer et les recouvrir juste un de terreau
  • placer les récipients dans un châssis et recouvrir avec un paillasson jusqu’à la levée.
  • bassiner pour garder la fraîcheur et éclaircir si besoin
  • laisser hiverner les plants sans les repiquer et fermer le châssis pour les protéger du froid.

Comment se fait la mise en place sous terre ?

Vers la mi-mars:

  • prévoyez un espacement régulier de 40 cm en tous sens.
  • praliner les racines avec une bouillie de lithothamne pour faciliter la reprise.
  • repiquez au plantoir si les plants de fraisiers sont robustes, tout en prenant soin de ne pas recourber les racines
  • tassez chaque pied et arrosez.

Comment se fait la culture par division de touffes ?

Cette méthode de multiplication végétale est surtout utilisée pour les variétés qui ne demandent pas de stolons.

Voilà les étapes:

  • en septembre, repérez les plus belles et vigoureuses touffes.
  • enlevez régulièrement les feuilles et les hampes florales sèches.
  • rechaussez légèrement chaque touffe pour favoriser la venue des radicelles.
  • arrosez en cas de sécheresse

De la fin du mois septembre jusqu’à la fin du mois d’octobre, arrachez ces touffes et pratiquez la division:

  • ne conservez que les sujets ayant des racines nouvelles (radicelles) ou munis d’un bourgeon
  • éliminez les plantes âgées
  • coupez les racines anciennes
  • pralinez les radicelles et mettez-les en place à l’aide d’une houe
  • tassez bien chaque pied et arrosez les au goulot.

Comment se fait la culture par multiplication de filets (stolons)?

  • choisissez des pieds sains et productifs.
  • supprimez les fleurs des plantes sélectionnées.
  • conservez 1 plant sur 3 par coulant
  • plantez dès que les radicelles apparaissent

La plantation se fait d’août à octobre en espaçant de 40 cm toujours.

Les bons mariages :

Le fraisier s’entend bien avec la bourrache officinale, l’épinard, le haricot nain, la laitue et le thym… mais le choux est néfaste pour lui.

 

Fertilisation

Tous les ans à la fin de l’automne ou de l’hiver, il vous faut :

  • apporter du compost en l’enterrant superficiellement.
  • apporter de l’engrais azoté lors des binages pour 1 à 3 kg par are.
  • faire des fertilisations foliaires à base de lithothamne quand la végétation est abondante et 3 à 4 fois fois toutes les 3 semaines.

Entretien

Il faut faire des binages et sarclages et arroser si nécessaire.

Le paillage est conseillé avant la floraison. En effet il conserve la fraîcheur du sol et rend les fruits plus propres. Préférez le paillage à base de compost.

Si vous utilisez du paillage avec autre chose que du compost, retirez fin octobre ou début octobre la paille qui n’est pas décomposée.

 

Maladies et parasites du fraisier

1. Le blanc des racines

Les symptômes sont que des filaments blanchâtres apparaissent sur les racines.
Pour soigner : arrachez et brûlez les pieds attaqués et attendez 3 à 5 ans avant de replanter à cet endroit.

2. la chlorose

Les symptômes sont que les feuilles jaunissent , se recoquillent, brunissent et se dessèchent. La cause est l’excès d’humidité et de calcaire ou une terre trop compacte.

Pour y remédier, aérez le sol. En fin de saison, coupez les feuilles au ras de sol et couvrez la planche de 4 cm d’aiguille de pin.

3. la maladie des taches

Les symptômes sont que de nombreuses taches circulaires, rougeâtres ou brunâtres apparaissent sur les feuilles, qui finissent par se dessécher.

Pour prévenir, pulvérisez de la bouillie bordelaise au printemps avant la formation des fruits et une autre après la récolte. Coupez et brûlez les feuilles atteintes.

4. L’oïdium des fraisiers

Les symptômes sont que les feuilles se couvrent d’une poussière blanche, elles se déforment et sèchent. Les fleurs et les fruits ne viennent pas maturité.

Cette maladie n’apparaît que pendant les étés chauds et humides. Pour prévenir, faites des fertilisations foliaires à base de lithothamne quand la végétation est abondante et 3 à 4 fois toutes les 3 semaines.

Pour y remédier, sélectionnez et brûlez les pieds atteints puis saupoudrez sur la végétation humide (à la rosée) une solution moitié lithothamne et moitié fleur de soufre.

5. La pourriture grise

Les symptômes sont que les fruits pourrissent et sont recouverts de moisissures grises. Pour prévenir, effectuer des fertilisations foliaires. Aussi au début et à la fin de la saison, pulvérisez une décoction de prêle.

Cueillez et brûlez les sujets atteints.

6. La grise

C’est un petit acarien jaune, ayant deux taches rouges su les cotés. Il suce le dessous des feuilles et dépose des secrétions sur la surface supérieure. La feuille prend une couleur grise rapidement.

Pour soigner, pulvérisez un insecticide végétal et procédez à des saupoudrages à base de roténone.

 

 

Paillis et paillage, tout ce que vous avez toujours voulu savoir !

paillage ecorces

Avant tout, voici les termes que vous trouverez au cours de vos recherches :

Paillis = mulch, paillage = mulching

paillage ecorcesLe paillis, également appelé mulch(en anglais), est une couche protectrice posée sur le sol, autour des plantes, fleurs, légumes, arbustes, principalement dans le but de modifier les effets du climat local.Si, à l’origine, le terme paillis dérive de paille, de nombreux autres matériaux naturels ou synthétiques sont utilisés à présent. Le paillage, ou mulching, est l’opération qui consiste à mettre en place ce matériau.Le paillage protège votre jardin et, entre autres, réduit significativement l’installation des mauvaises herbes ou d’herbes indésirables.

 

Au Sommaire de cet article : 

  • A quoi sert le paillage ?
  • Précautions d’utilisation
  • Période de paillage
  • Les 13 avantages du paillage
  • Comment mettre en place un paillage
  • Les différentes sortes de paillage
    • Le paillage végétal fait maison
    • Les différents paillis végétaux prêts à l’emploi
    • Les différents paillis minéraux prêts à l’emploi
    • Les différents paillis « naturels » non végétaux
    • Les paillis en plastique
  • Avantages et inconvénients des paillages « classiques »
  • Le paillage fonction de la durée d’utilisation
    • Paillis longue durée
    • Paillis courte durée
  • Autre

 

A quoi sert le paillage ?

 

Le paillage sert à beaucoup de choses, et entre autres, il sert à :

  • limiter la pousse des mauvaises herbes dans votre jardin,
  • diminuer les écarts de températures du sol, ce qui permet aux micro-organismes d’être actifs plus longtemps.
  • créer de l’humus qui absorbe bien l’eau,
  • empêcher l’évaporation de l’eau du sol pour alimenter les plantes
  • délimiter des parties du jardin
  • protéger la terre des intempéries en évitant le tassement et la formation d’une croûte en surface sous l’action des fortes pluies.
  • rendre joli votre jardin
  • éviter le dessèchement en été : le paillage vaut plusieurs arrosages.
  • garder les légumes propres au potager.
  • protéger les insectes auxiliaires pendant l’hiver

Comme vous le constatez, le paillage est bénéfique à votre jardin pour de nombreuses raisons.

paillage terre de lave

Précautions d’utilisation :

 

Voici quelques précautions à prendre si vous souhaitez faire un paillage :

–          Appliquez toujours le paillis sur un sol nivelé (plat),

–          Avant d’installer un paillis, prenez soin de biner, désherber et arroser.

–          Pensez à supprimer toutes les mauvaises herbes avant de faire votre paillage,

–          Ne paillez pas au pied des plantes : laissez un petit espace autour des tiges ou du tronc afin d’éviter leur pourriture,

–          Pour les paillis « faits maison », évitez d’utiliser des plantes malades.

 

paillage

Période de paillage :

 

En principe, la période idéale pour réaliser un paillage d’été est début mai, quand le sol est réchauffé.

Le paillage se fait en toute période de l’année.

Pour les jeunes plantes vivaces et les légumes, le paillis doit être installé au bon moment, ni trop tôt, pour ne pas risquer de les étouffer, ni trop tard, pour ne pas être gêné par des plantes trop développées. Ne pas recouvrir le collet (point de séparation entre la tige et les racines d’une plante végétale ) des plantes.

paillage pouzzolane

 

Les 13 avantages du paillage :

 

  1. Cela peut être d’origine 100% naturelle
  2. Il limite l’évaporation de l’eau / maintient l’humidité du sol l’été et donc limite l’arrosage
  3. Il fertilise le sol et évite l’utilisation d’engrais.
  4. Il protège les plantes des gelées hivernales
  5. Il décore de façon saisonnière et ultra tendance
  6. Il évite la prolifération des mauvaises herbes
  7. Il limite l’invasion des limaces et escargots
  8. Il apporte des éléments nutritifs au sol lors de sa décomposition
  9. Il accumule et retient la chaleur
  10. Il protège les racines des écarts de température
  11. Il isole les plantes des éventuels champignons pathogènes contenus dans le sol
  12. Il nourrit les vers de terre et les micro-organismes
  13. Il améliore la structure du sol

 



 

Comment mettre en place un paillage :

 

Le paillage s’installe à toute période de l’année sur une terre humide soigneusement désherbée et sarclée.

1-      Etendez  tout d’abord une fine couche (moins de 1 cm) de compost ou de terreau,

2-      Etendez  ensuite le paillage sur une épaisseur de 10 cm sans le tasser car cela se produira naturellement.

Dégagez légèrement le pied des plantes vivaces pour éviter une trop grande humidité.

Le paillage peut être maintenu l’hiver si l’on souhaite protéger des bulbes ou des souches de plantes vivaces fragiles.

Il est préférable de retirer en partie le paillage si l’on veut que la terre du jardin profite du gel et si l’on veut pratiquer un sarclage de surface.

Les différentes sortes de paillage :

Le paillage végétal fait maison :

Privilégiez ce que vous avez sous la main ! Le paillage avec des matériaux de récupération du jardin est  gratuit et écolo.  Les déchets du jardin se transforment en humus et cela évite de les porter à la déchetterie.

Feuilles mortes : elles sont toutes utilisables, comme dans la nature. Les plus coriaces sont les plus durables.

–          Utilisez les feuilles des arbres fruitiers et des rosiers pour pailler les fleurs ou les légumes (attention, ne prenez pas des feuilles maladies).

–          Broyez les feuilles larges avec une tondeuse, pour les étaler plus facilement entre les fleurs et les petites plantes.

Tontes de gazon: les laisser sécher avant de les étaler, pour éviter leur pourriture.

Autres déchets : Déchets secs du jardin et de petites tailles de haies, grosses tailles de haies et branches, fougères, pailles de céréales.

Les différents paillis végétaux prêts à l’emploi:

–          le paillis à base d’écorces décomposées, copeaux, déchets de la taille

–          le paillis à base d’écorces de fèves de cacao : couche de 4-5cm d’épaisseur environ. Convient aux sols pauvres en azote.  Peuvent rester en place un an (parfait pour les annuelles). La couleur est esthétique, et donne un jardin design.

–          le paillis à base de chanvre, de lin

–          le paillis à base de paille et de foin

paillage

Les différents paillis minéraux prêts à l’emploi :

Voici quelques paillis minéraux :

–          le schiste

–          la pouzzolane (pierre de lave)

–          les billes d’argile

–          le gravier

–          les galets

–          la brique pillée

–          l’ardoise en morceaux

Ces paillis minéraux conviennent pour toutes les sortes de massifs : arbres, arbustes, plantes vertes ou fleuries, plantes en pot, d’intérieur ou d’extérieur.

Ils sont particulièrement recommandés pour la rocaille, les conifères et les terrasses.

Les différents paillis « naturels » non végétaux :

–          le paillis à base de carton ou papier journal

–          le paillis à base de toile de lin

–          le paillis en fibre de coco ou en jute

–          la toile tissée

 

Les paillis en plastique :

Pratiques pour recouvrir de grandes longueurs (haie).

Mais ils ne sont pas biodégradables, sont peu esthétiques et stérilisent la terre.

Nous ne les recommandons pas en premier lieu.

paillage Plastique


Avantages et inconvénients des paillages « classiques »

 

 

Les avantages

les inconvénients

La tonte de gazon C’est un très bon paillis si on la sèche au préalable un ou deux jours, et si c’est appliqué en fines couchesElle peut brûler les plantes en se décomposant lorsqu’elle est trop humide. Appliquéeen couche épaisse, elle peut contenir des grainessusceptibles de germer a posteriori.
Les feuilles mortes excellent paillis, bonne action sur l’humidités’envolent facilement dans les premiers temps.
Les écorces de pin stables, tiennent le sol humide, empêchent efficacement la pousse des mauvaises herbesacidifient le sol
Les paillettes de linretiennent bien l’eau, fertilisent rapidement le solse décomposent vite, peuvent contenir des graines, peuvent former une croûte peu perméable
Le broyat de branches similaire à l’écorce de pin sans l’aciditése décompose plus vite que l’écorce de pin ( 1 an environ), meilleur en sous-couche.
Les fèves de cacao bons fertilisantsodeur parfois forte, se décomposent très vite.

 

Le paillage fonction de la durée d’utilisation :

 

Paillis longue durée :

Les paillages longue durée sont adaptés aux arbustes et aux rosiers.

Pour faire un paillage de longue durée, prenez des écorces et des aiguilles de pin, des feuilles sèches, des plaquettes de chêne, de la pouzzolane en rocaille (formées de pierres de grande taille), et du broyat de branches.

Broyez le tout avec votre tondeuse ou un broyeur

L’épaisseur recommandée se situe entre 5 et 10 cm.

Paillis courte durée :

Les paillages courte durée sont adaptés aux fleurs annuelles et aux légumes.

Pour faire un paillage de courte durée, prenez des tontes de pelouse sèches, des feuilles mortes si possible, des paillettes de chanvre et des fèves de cacao.

Broyez le tout avec votre tondeuse ou un broyeur

L’épaisseur recommandée est de 2 cm en moyenne.

Autres infos sur le paillage :

–          Attention, le paillis peut parfois servir de refuge aux limaces et autre insectes

–          Pour les paillis végétaux, il est préférable de changer de type de paillis chaque année, ceci afin de ne pas déséquilibrer votre sol.

–          Vous pouvez installer votre paillage au-dessus des rampes d’arrosage, celui-ci n’en sera que plus efficace. (atention à ne pas trop arroser tout de même !

–          Plus l’épaisseur est importante, plus longue sera la durée du paillis.