Exemples de plans et contenus de jardins potagers

Bonjour,

Suite à des questions posés par certains d’entre vous, voici suite à une petite recherche des idées de plans potager, parce que rien de tel que de montrer les plan ptagers des autres pour se faire une idée de ce que l’on va mettre dans son potager cette année !

Les exemples ont été trouvés sur Internet, au fil de recherches sur google image, n’hésitez pas à faire cette même recherche, qui aboutit à de nombreux résultats !

exemple 1 : potager simple, idéal pour débuter

à retrouver ici : http://www.coupdepouce.com/guide-maison/jardinage/un-potager-bien-pense/a/30793/3

potager simple idéal pour débuter

 

exemple 2 : On rajoute des fruits et des fleurs

à retrouver ici : http://blogs.lasile.fr/repiemink/2008/02/14/3017-zrat-potager-radis-to-go.html

exemple de plan potager

 

exemple 3 : plan d’un potager de printemps

à retrouver ici : http://www.coindejardin.fr/2012/03/la-planification-des-semis-au-potager.html

plan d'un potager pour le printemps

 

 

Voila, vous avez des idées de plan de potager… grâce aux potagers des autres.

Nous remercions les 3 sites web pour ces formidables et très pertinents exemples, et n’oubliez pas d’aller rechercher d’autres exemples sur internet avant de faire votre propre plan potager. N’hésitez pas à commenter cet article avec vos propres suggestions de plans.

Bon amusement, bonnes prévisions !

 

5 méthodes pour désherber son jardin naturellement

mauvaises herbes orties

Désherber n’est pas l’activité la plus « fun » du jardinage, loin s’en faut ! Et comme la tâche est difficile, il est vrai qu’il est tentant d’avoir recours à des produits chimiques, qui ne demandent pas trop d’efforts. Mais ces herbicides sont nocifs pour la santé et pour l’environnement. Ne cédons pas à la tentation : un peu d’huile de coude suffira pour adopter des méthodes naturelles, bonnes pour soi et pour la planète !

1. Le désherbage mécanique

Il s’agit là de la méthode « à l’ancienne », qui consiste à arracher ou à couper les intrus.
Commencez par  couper les mauvaises herbes  à l’aide d’un sécateur, d’une faucille ou d’une faux.
Ensuite, sarclez : le sarclage consiste à arracher toute la plante, y compris ses racines, lorsqu’elle est bien installée. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une houe, un transplantoir ou une gouge.
La houe a pour avantage son long manche, qui sera moins fatigant pour le dos. Le transplantoir oblige  à se baisser mais permet un travail précis. Quant à la gouge, initialement conçue pour récolter les asperges, elle s’avérera très pratique pour arracher les pissenlits ou toute herbe indésirable dotée de longues racines. Mieux vaut s’adonner au sarclage par temps sec, les mauvaises herbes risquant de s’enraciner à nouveau avec l’humidité

mauvaises herbes orties

 

Les précautions à prendre
– Veillez à travailler sur un sol ressuyé  car l’humidité aide les racines des mauvaises herbes à reprendre.

– Préférez désherber avant la montée en graine ou le matin, pour que la plante s’assèche sous le soleil de midi et ainsi limiter les risques de prolifération.

– Sachez qu’il existe un calendrier  des mauvaises herbes. Ainsi, pour les rumex comme l’oseille ou la patience, il est préférable d’attendre le printemps ou le début de l’été. Au printemps également, vous pouvez vous occuper des chardons des champs et du liseron dont les racines sont faibles. Plus coriace, le chiendent est plus facile à éliminer à l’été, lorsqu’il fait chaud et sec. Enfin, les ronces se coupent en général à la fin du mois de juin.

2. Le binage pour enlever les jeunes pousses

Le binage sert à la base à bien aérer le sol. Il est efficace pour se débarrasser au passage des plantes à faible enracinement et des jeunes pousses.
 


3. Le désherbage thermique

Il consiste à se débarrasser des mauvaises herbes grâce à la chaleur : on crée un choc thermique afin de faire éclater les cellules des plantes mais sans les brûler.  Les parties aériennes se dessèchent peu à peu jusqu’à ce que la mauvaise herbe meure.
Le désherbage thermique peut se réaliser par flamme, par infrarouge  ou par projection de vapeur.

4. Le buttage

Le buttage est une autre technique naturelle qui consiste à ramener de la terre au pied des plants de légumes. La terre forme ainsi une butte qui protègera les légumes en étouffant les mauvaises herbes toute proches des pieds. Vous pouvez utiliser cette méthode pour les asperges, les haricots, les poireaux, les pommes de terre…

5. L’occultation

Cette méthode est idéale lorsque vous souhaitez désherber un lieu laissé à l’abandon. Recouvrez le terrain d’une bâche (ou à défaut de cartons à condition qu’ils ne laissent pas du tout passer la lumière) et attendez quelques mois. Vous constaterez que les plantes sauvages disparaîtront petit à petit.

 

Le jardin de Lou
Le jardin de Lou

Voilà donc 5 méthodes naturelles, vraiment respectueuses de l’environnement pour vous débarrasser des mauvaises herbes qui vous gâchent la vie ! Mais n’oubliez pas : mieux vaut prévenir que guérir. Pratiquez par exemple le paillage pour éviter la prolifération de mauvaises herbes. D’origine végétale (écorces de pin, lin, chanvre…) ou minérale (ardoise, billes d’argile, pouzzolane…), le paillis crée une couche opaque entre la terre et l’air et limite ainsi la pousse des indésirables. Utilisez cette technique pour les massifs d’arbustes, pour le potager, pour vos jardinières…
L’avantage est qu’il est esthétique : un bon moyen d’allier l’utile à l’agréable !

 

 

Vous pouvez aussi fabriquer vous-même vos insecticides bio! si ça vous intéresse, c’est par ici !

le jardin en mars : ce qu’il faut faire ce mois-ci

en mars au jardin

En mars, le jardin et le potager se réveillent doucement

En Mars,ne vous précipitez pas pour planter vos semis, attendez la deuxième semaine de mars, ou encore un bon mois pour les climats rudes. Vous ne prendrez aucun retard : les meilleures conditions aideront à la germination. Avril et mai sont également de bons mois pour les semis. Tout est fonction du temps.
Échelonnez vos différents semis en fonction des expositions, des régions, en commençant par les parcelles ensoleillées et abritées : la récolte sera étalée, et les risques divisés.

Les légumes et le potager

– Choisissez les semences de vos futurs légumes en finissant vos plans de potager

– Vérifiez aussi que les protections sur les poireaux et les artichauts sont toujours en place

Bêchez quand c’est possible, avec apport de compost bien décomposé, et enfouissez les engrais verts

paillez les plantations et préparez la terre et le semis lors des belles journées de février

les légumes à récolter

Récoltez endives, épinards,oseille, poireaux, les derniers légumes d’hiver

Les légumes à planter

Pour vos semis, pensez à vérifier sur les sachets que la variété convoitée se sème bien en cette période.

Le verger

– procédez à la plantation des arbustes à petits fruits : cassissiers, groseilliers, framboisiers, caseilliers etc…

binez légèrement entre les fraisiers pour ameublir le sol et profitez-en pour apporter un peu d’engrais ou de compost

– S’il reste des fruits momifiés sur les fruitiers, enlevez-les avant qu’ils ne deviennent des vecteurs importants de maladie.  apportez aux arbres fruitiers un engrais riche en azote.

– Si vous avez oublié de traiter vos pêchers à la bouillie bordelaise auparavant, traitez les avec du thirame.

Calendrier des plantations à venir bientôt

La terre

paillez les surfaces libres, pour empêcher la pousse des mauvaises herbes,

binez et casser les mottes que le gel n’a pas émiettées.

– Les gros travaux de labours doivent être terminés.

La faune

–  Nourrir les oiseaux : graines, pain, eau, graisse

Les autres points

Terrasses, balcons, jardinières et appartements : arrosez de plus en plus abondamment.

Le matériel indispensable du jardinier

outils du jardin

Voici le matériel de base du bon jardinier, pour que vous démarriez de bon pied votre premier potager.. et aussi pour s’initier à des outils que l’on a déjà vus, mais dont on ne connait pas les noms (heuu je parle pour moi j’avoue)

Nous intègrerons les photos de tous les outils ultérieurement.. bientôt !

Quels sont les outils nécessaires pour le travail du sol

  • La bêche : elle sert à retourner le sol, mais aussi à creuser ou à découper les bordures. Notre coup de coeur ? Une bêche avec un long manche qui permet de faire ses travaux, sans se faire mal au dos !
  • La fourche bêche : adaptée pour les sols caillouteux, durs et compacts dans lesquels elle pénètre grâce à ses larges dents. Retrouvez ce type de fourche sur Hortik : Fourche à becher aero fourche
  • La pelle de jardin : de préférence ronde, elle sert principalement à extraire la terre des trous de plantation, à déplacer de la terre et à niveler. C’est un outil de base : “pas de brouette sans la pelle“ !
  • La serfouette : encore appelée “piochon”, le modèle panne et langue permet à la fois d’aérer le sol, de buter, de sarcler et de creuser des sillons. Obligatoire au potager !
  • Le râteau : il ramasse les débris et les cailloux et aplanit le sol. Après les semis, il égalise et tasse la terre. Un modèle à 16 dents droites effectue un bon travail.




 

Outils pour les semis et les plantations

  • Le cordeau : outil de base de tout jardinier, il permet de délimiter de manière parfaitement rectiligne les planches du potager et de réaliser les semis en ligne.
  • Le tamis : indispensable pour recouvrir les semis de terre fine.
  • Le semoir : très utile pour répartir équitablement les graines.
  • Le plantoir : en bois ou en acier pour le repiquage des plants à racines nues.
  • Le transplantoir : petite pelle incurvée pour la plantation de tous les légumes en motte.
  • Les étiquettes : elles sont la mémoire du potager en duo avec le calendrier du jardinier (non photographiées).

Outils pour l’entretien du jardin

  • L’arrosoir : outil ancestral et indispensable ! Il est idéal pour arroser les pieds des plantes, sans mouiller les feuilles (sans la pomme) ou offrir aux jeunes semis de la fraîcheur sans bousculer leurs racines (avec la pomme).
  • La brouette : essentielle, elle permet de tout transporter et sans effort !
  • La lance magique : elle se fixe à l’extrémité du tuyau et vous permet de distribuer l’eau facilement.
  • Le tuyau et son enrouleur : le choix d’un tuyau de qualité est essentiel pour prendre soin du potager durablement.
  • Les gants : indispensable protection pour vos mains, ils protègent de tout ce qui pique et coupe.
  • Le couteau : un bon jardinier a toujours ce précieux outil dans sa poche !

Les dates de lancement d’un potager

Ca y est, vous avez tous les outils pour vous lancer dans la création de votre potager ? Il n’y a plus qu’à le faire maintenant , mais quand ?

Pour se lancer dans la création d’un potager

  • soit vous êtes pressé, et dans ce cas, vous faites contre vents et marées
  • soit vous attendez le moment propice, quand la terre est moins dure, quand il commence à faire beau dehors : fin de l’hiver début du printemps… et sinon, tout au long de l’année, il y a des moments plus ou moins propices pour démarrer son potager.

 

Ce qu’il faut faire au jardin en février

Le potager se repose en février, mais voici tout de même une liste des actions à mener au jardin en février.

Les légumes et le potager

– Choisissez les semences de vos futurs légumes en finissant vos plans de potager
– Vérifiez que les protections sur les poireaux et les artichauts sont toujours en place
– Bêchez quand c’est possible, avec apport de compost bien décomposé, et enfouissez les engrais verts
– paillez les plantations
– Préparez la terre et le semis lors des belles journées de février

Les légumes à récolter

Récoltez les légumes d’hiver, les poireaux, les choux, les choux brocolis et de Bruxelles,
Vous pouvez également récolter les mâches selon vos besoins : elles ne craignent que les fortes gelées.

Les légumes à planter

En fin de mois, vous pouvez commencer à planter les topinambours, les échalotes, l’ail et les oignons .

Au verger

– Taillez les poiriers, pêchers, pommiers et framboisiers
– Taillez groseilliers et cassissiers en supprimant le bois mort et les trop vieilles branches
– Si le temps est au beau, vous pouvez chauler les troncs des arbres avec de la chaux ou un produit insecticide adapté, afin de détruire les larves et insectes qui se trouvent dans les anfractuosités de l’écorce.
– Éliminez le bois mort si cela n’a pas été fait en janvier.

– Vous pouvez greffer les arbres à pépin ainsi que le cerisier et le prunier s’il fait beau en février

à venir : nous vous proposerons très bientôt le calendrier des plantations pour savoir si et quels arbres fruitiers il convient de s’occuper ce mois ci

La terre et le matériel

– retournez le compost si cela n’a pas été fait en janvier

– dans cette période assez calme au jardin, profitez en pour ranger, et nettoyer vos outils de jardin. Un bon outil bien propre permettra d’éviter la propagation de certaines maladies comme la rouille.

La faune

– Nourrir les oiseaux : graines, pain, eau, graisse

Comment créer son premier potager en 7 points

jardin potager, carrés potager

jardin potager

Vous avez l’intention de cultiver un potager pour la première fois ?

Le Blog d’Hortik vous donne ses 7 conseils pour réaliser votre projet et avoir un potager digne de ce nom.

 

1- Choisir la taille du potager :

Avant de préparer le terrain, définissez sa taille idéale. Commencez petit, il sera temps, l’année prochaine, d’agrandir la surface cultivable.
Pour une famille de trois ou quatre personnes, il faut environ 100m² de potager.
Pour les débutants, il est conseillé de commencer par un petit potager, soit 30 à 50m² puis d’agrandir votre potager une fois que vous aurez un peu d’expérience.

 

2- La terre du potager, de quelle nature est-elle ?

Pour bien connaître votre terre, faites-la analyser dans votre jardinerie. Des laboratoires spécialisés vous indiqueront alors, après examen, les améliorations à apporter.

Il y a 4 types de terres :

terre argileuse : elle est lourde, grasse et difficile à travailler si celle-ci est trop humide.

Ce qu’il faut faire : Il faut bêcher cette terre argileuse avant l’hiver et la compléter avec des matières organiques. Pensez à la drainer si c’est nécessaire.

terre sableuse : elle se dessèche vite et demande beaucoup d’arrosage l’été. 24writer is the best paper writer service you can find online.

Ce qu’il faut faire : N’ hésitez à apporter à cette terre sableuse des matières organiques et  de l’engrais azoté en cas de besoin.

terre calcaire :  elle est pauvre en éléments fertilisants et boueuse par temps de pluie

Ce qu’il faut faire :  il faut bêcher cette terre calcaire avant l’hiver. On vous recommande également de ne cultiver que des plantes tolérant une réaction alcaline

terre humifère : elle est très humide si elle est mal drainée. C’est une terre trop acide pour de nombreuses espèces.

Ce qu’il faut faire : corriger l’acidité de la terre humifère par chaulage et drainer si cela est nécessaire

En résumé, demandez conseil auprès de votre jardinerie en fonction du type de terre que vous avez. Ils vous aideront à enrichir cette terre afin d’avoir une bonne terre pour le potager

 

3- Choisir le lieu du potager :

Trouvez un endroit du terrain bien ensoleillé, où le sol se draine facilement et où la chaleur s’accumule suffisamment. Pour ce faire, vérifier s’il y a des bâtiments ou autres structures qui créent trop d’ombrage (ex : maison du voisin, cabanon, garage, gros arbres, etc…)
Évitez les endroits où des arbres sont situés à proximité car leurs racines risqueraient de gêner la pousse des légumes.

Enfin, votre sol doit comporter au moins 30 centimètres de terre au-dessus de la roche et doit être plat.
Éviter de faire votre potager sur une dépression du terrain, car le sol s’y draine moins bien, se réchauffe tardivement au printemps et la ventilation y est généralement moins bonne.
Défrichez bien l’endroit que vous aurez choisi et aérez-le : enlevez les cailloux, enlevez aussi toutes les plantes sauvages ou autres herbes folles. Vous laisserez ainsi votre jardin bien défriché toute une nuit, et attendez l’après-midi du lendemain avant de planter et semer vos légumes. Arrosez-les abondamment cette première fois.



4- Comment faire le plan de votre potager ?

Une fois la taille et l’emplacement choisis, il faut faire un plan de votre futur potager. Ce plan vous permettra d’être organisé, et de maximiser au mieux votre espace. Le potager conventionnel a l’avantage d’être simple à dessiner et fonctionnel.

Lorsque l’on commence, il vaut mieux voir petit, et viser la qualité plutôt que la quantité. Aménagez de petites parcelles où vous disposerez vos plants. Plus les parcelles sont petites, plus elles vous sont facilement accessibles : vous ne vous cassez pas le dos pour ramasser les légumes ou désherber.

Si vous disposez d’un tout petit terrain, utilisez plutôt ce qu’on appelle « les carrés ». Soit vous les fabriquez vous-mêmes à l’aide de planches ( 30 centimètres de large sur 1,20 mètre de long), de ficelle et de clous, soit vous achetez des carrés prêt à l’emploi. Vous cultivez vos légumes à l’intérieur de ces carrés.

Si vous êtes en manque d’inspiration, consultez nos exemples de plans, ici ou ici

exemple :

plan potager avec légumes et fleurs
Source: google.fr via Tracee on Pinterest

5- Que planter ? Que semer ?

Avant tout, choisissez des variétés adaptées au climat qui règne dans votre région et qui se marient ou se complètent parfaitement.
Commencez par des légumes faciles à cultiver, comme des radis, des navets, des tomates, des salades à repiquer. (cliquez sur les légumes pour accéder à la fiche)
Cultivez des plantes aromatiques et des fleurs dans votre potager est primordial, car plus il y a de diversité au jardin moins il y a de maladies et d’invasion de vilaines bestioles.

Ensuite, pour faciliter le travail du sol (labour, bêchage), évitez de placer ensemble les plantes annuelles (la plupart des plantes potagères) et les vivaces (ex : asperge, rhubarbe, sauge, thym, ciboulette, fraisier, etc.). Il vaut mieux disposer les vivaces en bordure ou sur une autre parcelle du terrain.

Pour empêcher que les plantes potagères fassent ombrage entre elles, établissez celles de grande taille et les grimpantes (haricot, pois) au point du potager le plus orienté au nord et les plus petites, vers le sud.
La méthode du jardinage écologique prévoit de préparer un plan de son potager avec les 4 suivants :

    • Rotation des cultures
    • Famille des légumes
    • Pas la même forme végétative
    • Densité de la plante (hauteur / espace)

Vous avez choisi vos variétés ? Il reste maintenant à planifier les travaux sur toute une année… certes une première année test.
Vous remanierez votre calendrier l’an prochain en fonction des récoltes que vous aurez faites, mais aussi en prenant en compte les rotations des cultures

 

6- Les dates

Prenez note des dates précises du dernier gel printanier et du premier gel automnal survenant dans votre région afin de planifier vos semis et vos plantations en conséquence.

 

7- Lancez-vous !

Ca y est ? Tout est choisi : lieu, contenu, plan ? maintenant il n’y a plus qu’à…
Pour bien démarrer, retirez toutes les herbes, les racines, les cailloux, ensuite, crochetez puis ratissez. Pour les cultures suivantes, vous utiliserez une bêche écologique qui permet de bêcher la terre sans la retourner pour ne pas perturber la vie du sol.

Matérialisez les voies de votre potager avec des matériaux de récupération comme de briques pilés ou de l’ardoise concassé, de plaquette de chêne des bandes de pelouse ou tout simplement des planches ou dalles de bois. Les potagers en hauteur, très décoratifs et faciles à travailler par tous, peuvent être bordés de bois tressés, de planches ou de pierres. Les mauvaises herbes s’y ressèment moins et la terre est plus chaude.
Maintenant, en fonction de la date du moment, c’est l’heure de planter !



Votre guide pratique du compostage

Vous pouvez également découvrir l’article L’essentiel du compost en 5 questions sur ce blog

Engrais naturel : votre guide pratique du compostage

Aujourd’hui, c’est vraiment de plus en plus évident qu’il nous faut recycler un maximum de choses et tous ceux qui ont leur jardin ont une longueur d’avance et peuvent y apporter une grande contribution. Pour les nombreux jardiniers débutants, ce sujet peut paraître quelque peu difficile à saisir, mais en réalité il est très facile, voici quelques règles toutes simples pour fabriquer un engrais bio.

Il vous faut un bac à compost pour fabriquer votre fertilisant bio, le type de bac dépendra essentiellement de la taille de votre jardin, mais voici quelques options :

Vous trouverez en magasin de jardinage des bacs de compostage en plastique à un prix très abordable. Il vous suffit de le remplir par le haut et quelques mois plus tard vous récupérerez votre engrais naturel par une trappe située à la base.

Sinon, si vous savez manier une scie et quelques clous vous pouvez vous fabriquer un enclos en latte de bois d’environ un mètre carré et le recouvrir d’un vieux morceau de tapis pour le protéger des grosses intempéries.
 



 

Que pouvez-vous « composter » ou mettre au compost ?

Tous les légumes crus et pelures de fruits

– Les sachets de thé, feuilles de thé et marc de café

– Les coquilles d’oeufs

– Les fleurs fanées

– Et, issues du jardin, les feuilles mortes, les vieilles branches, les herbes de tonte

– Certaines matières sèches comme du papier déchiré et la litière animale sans les déjections

La seule chose qu’il vous faudra surveiller c’est le mélange des différentes matières. Si vous y avez mis beaucoup de gazon alors le compost sera trempé et visqueux, si au contraire vous avez mis beaucoup de matière sèche comme des brindilles et du papier alors il sera trop sec. Donc, surveillez-le surtout si vous utilisez un cadre en bois et remuez-le de temps en temps avec une fourche.

 

À ne pas composter :

– Tous les produits qui sont à base de viande et d’os, les pains, les aliments cuits, tous attirent la vermine

– Les déjections de chien ou chat

– Les matières ligneuses qui sont trop longues à se composter

– Les mauvaises herbes dont les graines peuvent infecter votre jardin

– Tout ce qui n’est pas biodégradable comme le plastique par exemple

Vous n’aurez pas toujours envie d’aller au compost chaque fois que vous pelez un légume, surtout lorsqu’il fait froid et humide, alors vous pouvez garder un récipient couvert à porter de mains et n’aller le vider dans le bac à compost que tous les deux jours par exemple.

Sur une période de temps qui va de 1 mois à un an selon les conditions, tous vos déchets se seront transformés en un beau compost friable brun foncé que vous pouvez étalé sur votre jardin ou vos plates-bandes. C’est un excellent engrais et peut être utilisé comme paillis de surface pour conserver l’humidité et faire barrière aux mauvaises herbes.

Vous pouvez également faire un merveilleux compost à base de feuilles mortes. Ramassez les feuilles en automne, mettez-les dans un grand sac-poubelle noir, arrosez-les, nouez le sac, faites-y des trous avec une fourchette et laissez-le de côté pendant un an. Ce que vous retrouverez alors est plus connu sous le nom d’humus.

—————–

par Dominique Bulteel (15/08/2011)

Découvrez le site Jardiner Bio de l’auteur

Source: Fruitymag

 

Et si vous souhaitez continuer votre lecture sur le compost, voici quelques autres articles qui pourraient vous intéresser :

Bonne lecture