Cinq conseils pour jardiner écologique : potager fleuri, rotation des cultures, engrais naturels, …

arrosoir

De plus en plus de jardiniers abandonnent l’utilisation des pesticides et des engrais chimiques pour se mettre au jardinage écologique. Les motivations sont nombreuses : respecter la nature, faire des économies, offrir à ses enfants des légumes sains et savoureux. Découvrez nos astuces pour entretenir votre jardin écologique et réussir vos plantations.

Créer un potager fleuri

Une pratique très intéressante consiste à introduire des fleurs et des plantes aromatiques au potager pour attirer les insectes ravageurs et détourner leur attention. La capucine et les œillets d’Inde sont remarquables à cet égard. Dans tous les cas, la biodiversité au jardin est à encourager car elle crée un équilibre qui favorise la venue de nombreuses espèces animales utiles au jardinier.

Pratiquer la rotation des cultures

La rotation des cultures permet de garder un sol riche et fertile sans avoir recours aux engrais chimiques. Le principe est simple : le jardin est divisé en plusieurs parcelles sur lesquelles sont cultivées des plantes ayant des besoins différents en eau et en ressources. Chaque année, le plan du jardin change de façon à ne jamais planter deux fois de suite la même famille de légumes au même endroit.



Utiliser des engrais naturels

engrais naturelLe compost est un élément indispensable au jardin biologique. Il enrichit le sol en nutriments et le rend plus fertile. Avec le compost, les plantes sont plus vigoureuses et ont un meilleur rendement sans l’utilisation du moindre engrais chimique. En plus, sa fabrication est très facile et très économique. Tous les déchets végétaux peuvent être utilisés pour le compostage : les épluchures de fruits et de légumes, les coquilles d’œufs et les restes de repas, hormis la viande et le poisson.Facile à faire chez soi, le purin d’ortie est également une préparation très utile qui agit à la fois comme engrais et comme répulsif contre les pucerons et les acariens. Pour le réaliser, Il faut dix litres d’eau pour un kilo d’orties fraiches. On laissera macérer le mélange pendant deux semaines en remuant tous les deux jours. Une fois filtré, le purin d’ortie ne se conserve pas et doit être utilisé rapidement.

Fabriquer son propre insecticide

Il existe plusieurs recettes d’insecticides naturels à pulvériser sur les plantes à base de savon noir, d’ail ou de rhubarbe. 30 ml de savon noir dilué dans un litre d’eau permettent de tuer les pucerons et les aoutats en les asphyxiant. Une infusion de feuilles de rhubarbe peut être ajoutée au mélange ou bien utilisée en complément.

Une autre recette consiste à piler deux ou trois gousses d’ail et les mélanger à un litre d’eau. La préparation est à pulvériser sur les plantes deux à trois fois par semaine pour combattre les pucerons.

4 conseils pour jardiner sans polluer

arrosoir jaune, jardiner sans polluer

Conseil numéro 1 : économiser l’eau

récupérateur d'eau de pluieL’eau est devenu un problème mondial et l’économiser est très important. Aujourd’hui, de nombreux systèmes sont commercialisés: citerne enterrée, citerne  sous pression, citerne à filtre, citerne auto-nettoyante.
L’arrosage au jardin ne doit pas se faire qu’à l’eau pure. Un seau d’eau qui a tourné pendant l’été peut servir à arroser des végétaux robustes par exemple.

Conseil numéro 2 : faire son propre compost

bac à compost

Un an suffit pour créer vous-même votre propre compost. Rien de plus simple : créez-vous un bac dans lequel vous entreposerez vos déchets végétaux (herbes, branches d’arbres) ainsi que vos déchets verts (épluchures, coquille d’œuf).

Pour que ces déchets se transforment plus rapidement en « or noir du jardin » découpez vos déchets avant de les placer dans le bac.
Autre astuce : n’hésitez pas à remuer le tout de temps en temps pour l’aérer. Vous pouvez également l’arroser.



Conseil numéro 3 : faire son propre paillis

faire son propre paillisLe paillis remplacera les pesticides et autres produits chimiques. Il est constitué de matières organiques destinées à être étalées à-même le sol.
2 méthodes simples pour remplacer le paillis que vous achetez d’habitude en magasin:- La première consiste simplement à étaler d’une fine couche les restes de vos tontes.
– La seconde consiste à découper de petits morceaux de carton ondulé : ces derniers permettront de garder le sol humide et de retarder la pousse de mauvaises herbes.

Conseil numéro 4 : utiliser des engrais organiques

utilisez des engrais organiques

Que sont les engrais organiques ?

Le fumier déshydraté ou encore les purins d’Ortie, de Consoude, de Prêle, d’Absinthe, ou encore de Tanaisie ont de nombreuses vertus pour votre jardin et seront avant tout un fertilisant de premier choix.

 

7 secrets pour créer son jardin hypoallergénique

Jardin Japonais

Le printemps arrive, les allergies aussi. Si vous êtes sensible aux allergies, nous avons pensé à vous et nous livrons nos 7 secrets pour se créer un jardin hypoallergénique ! Qui a dit que jardin et personnes allergiques n’étaient pas compatibles ?

Jardin Japonais
credit photo : Philippe Ibars

Les 7 secrets

  1. Les plantes dites plantes de terre de bruyère comme les rhododendrons, azalées ou camélias mais aussi  les fougères et bambous génèrent peu de pollen. Nous vous conseillons donc de vous diriger vers ce genre de fleurs et arbustes. En favorisant des éléments minéraux comme dans les jardins japonais, vous limitez également ce risque !
  2. Les grands jardins sont susceptibles d’avoir beaucoup de fleurs qui génèrent du pollen. Nous vous conseillons donc de faire un jardin à la française. De plus, en taillant régulièrement vos fleurs et arbustes, vous limitez l’émission de pollen
  3. Avoir un jardin aromatique n’est pas incompatible avec vos allergies ! Cultiver de la sauge, du basilic, du fenouil ou encore de la menthe n’aura aucun effet sur vous.
  4. Certaines fleurs comme les chrysanthèmes, les clématites ou les géraniums sont conseillées car elles contiennent peu d’étamine.
  5. N’oubliez pas que les insectes du jardin sont aussi vos amis ! Certaines plantes sont peu allergisantes car les insectes transportent le pollen qu’elles contiennent. C’est le cas des gueules de loup, des acacias, des genêts
  6. Les plantes flottantes comme le nénuphar ou de berge comme les joncs sont connus pour leur faible teneur en pollen. De plus, le fait d’installer un bassin limite l’émission.
  7. Si vous avez du gazon alors vous n’avez pas le choix. En le tondant 2 fois par semaine, vous limitez les risques. Le moment idéal pour le tondre est le matin au moment de la rosée. Les pollens restent collés à l’herbe humide, il est donc plus de les enlever. (si vous devez faire un choix entre pelouses et mousses ou fougères optez pour ces dernières )



Biner, mode d’emploi !

Binette au jardin

En quoi consiste le binage ?

Lorsqu’on bine son terrain, on cherche à casser la croute du sol. Cela permet d’éliminer les mauvaises herbes présentes sur le terrain. Biner son jardin a plusieurs avantages :

  • En émiettant votre terre, vous permettez à l’eau d’aller plus facilement vers les racines et de mieux pénétrer la terre
  • Votre sol étant plus aéré, cela ne peut que l’améliorer
  • Vous éliminez une partie des mauvaises herbes qui pourrait réduire la croissance de vos cultures

Quand biner son jardin ?

Les deux meilleures saisons pour biner sont le printemps et l’été. L’idéal est de le faire après une bonne pluie ou après que vous ayez bien arrosé votre surface. Lorsque vous pouvez distinguer une croute qui se forme en surface de la terre, cela signifie qu’il est temps de biner. En hiver, nous vous conseillons de le faire lorsqu’il ne gèle pas. Cela vous permettra de détruire des larves de certains parasites qui se mettent sous terre à cause du froid.



Les outils du jardinier pour biner

Binette

L’outil incontestable n’est autre que la binette ou la panne de la serfouette. La lame de votre outil doit être un peu affutée de manière à vous aider à couper efficacement les herbes qui sont le mieux enraciné. Pour votre potager, nous vous conseillons une petite griffe à 3 dents. Cela vous permettra de vous passer plus facilement entre vos différents rangs de légumes ! Quel que soit l’outil choisi, votre binage doit être superficiel : si vous dépassez les 2 cm de profondeur, vous prenez le risque d’endommager les racines de vos cultures !

Que planter sur un sol sableux ?

sol sableux

sol sableux

Un sol sableux est peu fertile et n’a pas bonne réputation auprès des jardiniers. Cependant, si l’on consent à planter des espèces végétales adaptées, il peut devenir un atout au jardin comme au potager. Suivez nos conseils pour choisir les plantes qui s’épanouiront sur un sol de type sablonneux.

Reconnaître un sol sableux

Le sol sableux est très facile à travailler, il est léger et il se réchauffe vite. En revanche, il ne retient pas l’eau et il peut vite devenir sec en été si on ne l’arrose pas. C’est un sol acide où l’on peut voir pousser à l’état naturel des ajoncs et de la bruyère.

Côté jardin

Au jardin, le sol sableux est bien adapté à la culture des rhododendrons, des géraniums et des hortensias. D’une manière générale, toutes les plantes de terre de bruyère apprécient les sols acides et riches en sable. On pourra planter des camélias et des magnolias mais aussi des hélianthèmes et des santolines qui sont de petits arbustes au feuillage très aromatique et persistant. Les pins maritimes, les cistes et les cyprès poussent également très bien sur sol sableux.


Au potager

Les sols sableux ont la réputation d’être assez difficiles. Ils ont besoin d’être fréquemment arrosés car ils retiennent peu l’humidité en raison de leur grand pouvoir drainant. Au potager, on pourra planter des carottes, des asperges, des fraisiers, des oignons, des radis, des panais et des betteraves. Les légumes racines s’accommodent bien d’un sol sablonneux car ils s’enracinent plus facilement que dans les sols très durs ou argileux.

Une autre solution consiste à aménager son jardin en carrés et à l’enrichir sur une surface restreinte. On pourra aussi planter en rotation des légumineuses comme des fèves ou des pois chiches.

 

 

 

Le jardin en mai : ce qu’il faut faire ce mois ci

Potager de mai

Mois de Mai rime avec printemps ! La nature s’est réveillée depuis plusieurs semaines et la chaleur commence petit à petit à faire son apparition. L’été arrive et vous avez beaucoup de choses à faire pour votre potager !

Potager de mai

Les légumes et le potager

  • Éclaircissez les rangs de jeunes laitues
  • Buttez vos pommes de terre
  • Binez autour de vos légumes régulièrement
  • Éliminiez les mauvaises herbes avec la racine pour être sûr qu’elles ne reviendront pas
  • Recommencer à fabriquer du compost en pensant à l’arroser en cas de chaleur prolongée
  • Pour les potages et jardins bio : boostez vos plantes en pulvérisant du purin d’orties

Les légumes à récolter

En mai vous pourrez encore récolter des légumes d’hiver comme :

  • Des salades
  • Des laitues d’hiver
  • Des poireaux
  • Des brocolis
  • Les premières asperges sorties du sol
  • Des tiges très jeunes et fraîches d’angélique
  • Des endives

Les légumes à semer et planter

En mai vous pouvez semer et planter :

  • Des choux
  • Des poireaux
  • Des scaroles et autres chicorées frisées
  • Des laitues
  • Des carottes
  • Des haricots vers
  • Des radis d’été
  • Des brocolis
  • Des pois
  • Des betteraves
  • Pieds de tomates
  • Gousses d’ail

Pour les herbes aromatiques, mai est propice pour semer du cumin mais encore de l’angélique.

Conseils :

  • Avant de planter vos pieds de tomates, déposez au fond du trou que vous avez fait quelques branches d’orties sans les racines : cela vous permettra de fortifier vos plants et de lutter contre les maladies !
  • En éclaircissant vos rangs de radis (laissez environ 2 cm entre les radis) et en semant de nouvelles planches de radis tous les 15 jours : vous obtiendrez une récolte continue !
  • Pour faire grossir vos bulbes d’ail, n’hésitez pas à nouer les feuilles
  • Il faut prélever l’angélique avant la floraison

Le verger

  • Traitez tous les arbres fruitiers au moment de la formation des fruits (bouillie bordelaise, solution vendue en supermarché…)
  • Protéger vos arbres fruitiers, grimpantes fruitières et petits fruits des nuisibles grâce à des pièges à phéromone ou insecticides et des oiseaux avec des filets.
  • Récoltez vos premières fraises
  • Taillez les framboisiers et noisetiers

La terre

  • binez et sarclez, et griffer la terre encore et encore, afin de l’ameublir, l’aérer et la rendre légère.
  • Binez autour de vos légumes régulièrement et éliminez les mauvaises herbes avec leurs racines.

La faune

Faites attention aux oiseaux qui tenteront de venir manger vos récoltes !

Les autres points

Balcon : garnissez vos pots et jardinières de fleurs estivales et sortez le laurier-rose et le datura.

Le jardin en avril : ce qu’il faut faire ce mois ci

Semis-avril

Avril est souvent synonyme du retour des beaux jours. La nature s’est réveillée en mars, nous pouvons donc poursuivre les travaux commencés le mois précédent. Avant de s’attaquer aux travaux, nous vous recommandons de vérifier la température et le temps. Si des gelées tardives sont prévues, il est conseillé de réaliser les tâches en fin de mois ou même début mai.

Semis-avril

Les légumes et le potager

En avril, il est l’heure de biner et sarcler votre potager. Si vous possédez un potager bio, il est temps de récupérer du fumier au centre équestre proche de chez vous pour chauffer le châssis. Nous vous conseillons d’ajouter du compost à votre terre ou du fumier.

Les légumes à récolter

Comme en mars, vous pouvez récolter diverses sortes de légumes d’hiver comme :

  • Les salades
  • Les poireaux
  • Les brocolis
  • Les betteraves
  • Les épinards
  • L’oseille
  • Les endives

Les légumes à semer et planter

En avril, vous pouvez planter un vaste choix de légumes comme :

  • les choux (choux de milan, choux de Bruxelles)
  • les poireaux
  • les salades
  • certaines variétés de carottes (reportez-vous aux sachets contenant la variété)
  • certaines variétés de radis (reportez-vous aux sachets contenant la variété)
  • les brocolis
  • les pois
  • les betteraves
  • Chicorées frisées
  • Pommes de terre de saison
  • Gousses d’ail

Au niveau herbes aromatiques, avril est également le mois pour planter le cerfeuil, l’aneth, l’estragon mais aussi la ciboulette… Le mois d’avril est également le bon mois pour mettre en terre les plants en pots obtenus en mars.

Le verger

Au verger, il est temps de tailler la treille, le poirier, le pêcher en fleur et de désherber au pied de ceux-ci.  Il vous faut également attacher les branches sur leur support et effectuez un traitement préventif contre la tavelure sur les poiriers avec de la bouillie bordelaise.

La terre

  • paillez les surfaces libres pour empêcher la pousse des mauvaises herbes
  •  binez et cassez les mottes que le gel n’a pas émiettées
  • les gros travaux de labours doivent être terminés.

La faune

Nourrissez les oiseaux et aidez-les à construire leur nid. Si vous n’avez pas de mangeoire à oiseaux, n’hésitez pas lire notre article consacré à la réalisation artisanale d’une mangeoire qui vous aidera à construire la vôtre !

Les autres points

Terrasses, balcons, jardinières et appartements : arrosez de plus en plus abondamment. Il est également temps de préparer les pots et jardinières à garnir après les dernières gelées.

Que planter sur un sol sableux ?

Sol sableux

 

Sol sableuxUn sol sableux est peu fertile et n’a pas bonne réputation auprès des jardiniers. Cependant, si l’on consent à planter des espèces végétales adaptées, il peut devenir un atout au jardin comme au potager.        Suivez nos conseils pour choisir les plantes qui s’épanouiront sur un sol de type sablonneux.

Reconnaître un sol sableux

Le sol sableux est très facile à travailler, il est léger et il se réchauffe vite. En revanche, il ne retient pas l’eau et il peut vite devenir sec en été si on ne l’arrose pas. C’est un sol acide où l’on peut voir pousser à l’état naturel des ajoncs et de la bruyère.



Côté jardin

Au jardin, le sol sableux est bien adapté à la culture des rhododendrons, des géraniums et des hortensias. D’une manière générale, toutes les plantes de terre de bruyère apprécient les sols acides et riches en sable. On pourra planter des camélias et des magnolias mais aussi des hélianthèmes et des santolines qui sont de petits arbustes au feuillage très aromatique et persistant. Les pins maritimes, les cistes et les cyprès poussent également très bien sur sol sableux.

Au potager

Les sols sableux ont la réputation d’être assez difficiles. Ils ont besoin d’être fréquemment arrosés car ils retiennent peu l’humidité en raison de leur grand pouvoir drainant. Au potager, on pourra planter des carottes, des asperges, des fraisiers, des oignons, des radis, des panais et des betteraves. Les légumes racines s’accommodent bien d’un sol sablonneux car ils s’enracinent plus facilement que dans les sols très durs ou argileux.

Une autre solution consiste à aménager son jardin en carrés et à l’enrichir sur une surface restreinte. On pourra aussi planter en rotation des légumineuses comme des fèves ou des pois chiches.

Quelles plantes pour quel type de sol ?

Même si vous parvenez à réunir toutes les conditions idéales pour une parfaite croissance de vos plantes, pour pousser et s’épanouir, elles ont impérativement besoin d’un sol adapté.

1. Quelles plantes pour des sols argileux ?

Lourde et compacte, la terre argileuse empêche la circulation de l’eau et de l’air. L’avantage est qu’elle est riche en éléments fertilisants : elle retient bien l’eau et les engrais.

– Améliorez ses qualités en y ajoutant du sable, de la tourbe ou du fumier.

  • Les plantes les mieux adaptées au sol argileux : bouton d’or, pissenlit, liseron, pâquerette, prêle et plantain.

2. Les plantes pour un sol calcaire

Sol calcaire

Blanc et caillouteux, le sol calcaire ne retient ni l’eau, ni l’engrais. Comme il est alcalin, il bloque l’assimilation du fer et provoque la chlorose des plantes : elles jaunissent par manque de chlorophylle.

– Améliorez ses qualités en y ajoutant du sable, du fumier, du compost ou de la tourbe blonde.

  • Les plantes les mieux adaptées au sol calcaire : chardon, coquelicot, moutarde, sauge et trèfle blanc.



3. Et pour un sol humifère, quelles plantes ?

Sombre et grumeleuse, la terre humifère se tasse lorsqu’elle est humide. Elle ne retient pas l’eau mais contient de nombreux éléments fertilisants.

– Améliorez ses qualités en ajoutant de l’argile, de la chaux pour neutraliser son acidité ou du calcaire.

  • Les plantes les mieux adaptées au sol humifère : bruyère, fougère, genêt, ortie et oseille.

 4. Quelles plantes pour un sol sableux ?

Sol sableux

Très léger, le sol sableux est facile à travailler. Cependant, il se dessèche vite et est pauvre en éléments fertilisants.

– Améliorez ses qualités en ajoutant du fumier de ferme, du compost, de la chaux si le sol est acide ou de la tourbe brune.

  • Les plantes les mieux adaptées : bruyère, chiendent, genêt et mouron. Pour les sols sableurs, plus de conseils ici !

 

Jardiniers débutants : comment planter ?

Jardinier avec brouette

Cette année, vous avez décidé de vous mettre au jardinage : en voilà une excellente idée ! Les activités au jardin détendent, sont un moyen ludique de faire de l’exercice et de se connecter avec la nature ; et c’est sans compter les instants de grand plaisir que vous procurera votre jardin dès l’arrivée des beaux jours lorsque vous en profiterez confortablement installé. Connaissez-vous les règles de base pour bien planter ? Voici quelques conseils pour vous guider dans vos premiers pas…

Jardinier avec brouette

Etape n°1 : lisez bien l’étiquette !

Même si c’est évident pour certains, lire l’étiquette d’une plante que l’on vient d’acheter est vraiment la première chose à faire. C’est un peu comme la notice d’un nouvel appareil Hi-Tech. Sur l’étiquette, vous trouverez des éléments d’information importants comme l’ensoleillement nécessaire, la hauteur et l’étalement de la plante qui vous indiqueront l’emplacement à prévoir. Avec ces données en tête, vous pourrez alors déterminer l’emplacement et la composition de votre plate-bande.

Etape n°2 : mettez la plante en terre

Une fois l’emplacement décidé, vous pouvez creuser le trou qui accueillera votre plante. Munissez-vous d’une pelle ronde pour creuser un trou un peu plus grand et profond que le contenant de votre plante. Il doit être suffisamment large pour que les racines soient à l’aise.

Labourez le sous-sol puis ajoutez de la terre et pourquoi pas un peu de compost (surtout pas d’engrais !). Il doit y avoir suffisamment de terre au fond pour que la plante arrive au niveau du sol. Si vous mettez en terre un arbuste ou une plante relativement grande, pensez au tuteur !

Une fois ces vérifications réalisées, vous pouvez sortir la plante du pot : pour cela, presser le pot tout autour afin que la motte se ramollisse. Le retrait sera plus facile. Ne forcez pas : si la plante ne vient pas toute seule, c’est que les racines ont pris trop de place. Dans ce cas, découper délicatement le pot, mais ne tirez pas sur la plante, vous risqueriez de l’abîmer.
Une fois la plante en terre, il vous faut la ré-enchausser c’est-à-dire replacer de la terre à son pied. Poussez la terre sans la compresser afin de combler tout l’espace.

Trouvez le juste milieu : placez suffisamment de terre pour que la plante puisse tenir en place. Cependant, le sol doit rester relativement mou pour que les racines puissent se développer sans entrave.

Etape n°3 : la touche finale pour bien planter

Une fois la plante en place, vous pouvez l’arroser généreusement afin de détremper le sol. Ce dernier doit rester suffisamment humide pour que les racines puissent prendre. Au bout de quelques jours, les racines seront tout à fait installées. Il vous suffira alors d’arroser la plante normalement, en vous conformant à l’étiquette ou aux conseils de jardiniers plus expérimentés !

Eh oui, c’est aussi cela le jardinage : l’occasion d’échanger des trucs et astuces avec d’autres passionnés.