La mise en jauge de plants, comment faire ?

mise en jauge

Dans des conditions hivernales ou extrêmes, il s’avère parfois impossible de planter un arbre, arbuste, plante verte ou légume immédiatement.

Pour reporter la mise en terre de quelques jours voire de quelques semaines, vous pouvez mettre en jauge vos plants.

L’objectif est de plonger vos plants dans un état de repos afin de stopper leur développement et de leur épargner tout stress inutile. C’est cette méthode qu’emploient les pépiniéristes pour vous présenter de jeunes plants tout au long de l’année.

 

mise en jauge
comment réussir sa mise en jauge

 

Quels plants sont concernés ?

Vous pouvez mettre en jauge n’importe quel plant à condition que celui-ci ne présente aucun signe de floraison et ne possède que très peu de feuille.

Vous pouvez également mettre en jauge des légumes ou des plantes vertes mais sur une période de quelques jours uniquement.

Où placer votre jauge ?

L’emplacement de votre jauge doit être soigneusement choisi et doit répondre aux critères suivants :

–          A l’ombre tout la journée

–          Près d’un mur ou d’une haie

L’objectif est de réduire l’écart de température entre le jour et la nuit et  d’éviter au maximum la présence de vent.


Les étapes pour une mise en jauge réussie.

La mise en jauge n’est pas plus compliquée qu’une mise en terre traditionnelle, il faut seulement veiller à respecter quelques étapes spécifiques :

  1.  Creusez une tranchée à la taille de la motte de votre plant.
  2.  Installez votre plant à dans cette tranchée.
  3.  Couvrez la motte avec de la terre légère ou du sable jusqu’au tronc.
  4.  Arrosez légèrement si la terre est sèche.

Si vous mettez en jauge en période de gel, nous vous conseillons vivement de recouvrir intégralement vos plants de paille afin de les protéger.

En cas de fortes pluies, vérifiez régulièrement votre jauge afin de détecter et de traiter au plus vite l’apparition de moisissures.

Si votre jauge n’est pas complètement à l’abri du vent, vous pouvez également placer vos plants à l’horizontale.

 

Lorsque les conditions seront plus clémentes, vous pourrez alors mettre en terre définitivement votre plant !

Construire un bassin dans son jardin

Avoir un bassin dans son jardin est un vrai plaisir pour tous les amoureux de la nature. La construction d’un bassin d’ornement demande une bonne planification des travaux et un peu de patience, mais c’est un rêve bien souvent accessible. Suivez nos conseils pour concevoir votre bassin, le décorer et l’entretenir.

 Choisir un emplacement

L’emplacement choisi pour votre bassin doit être propre et bien dégagé : on évitera la proximité avec des arbres qui risqueraient de perdre leurs feuilles dans l’eau ou qui risqueraient de percer la bâche avec leurs racines. Les noyers sécrètent du juglon, une substance toxique pour les autres plantes et les animaux. Pour cette raison, il n’est pas conseillé de construire un bassin trop près de ces derniers. Le bassin doit se trouver idéalement à mi-ombre pour profiter de cinq à six heures d’ensoleillement par jour, pas plus.

D’une manière générale, on implantera un bassin dans la partie basse du jardin, surtout si ce dernier est en pente. Cependant, on peut aussi choisir d’implanter le bassin plus en hauteur et le mettre à profit pour réaliser un ruisseau, un cours d’eau, un système d’irrigation…

Les bonnes dimensions

RègleUn petit coin d’eau est facilement réalisable dans n’importe quel jardin. En revanche, un grand bassin aquatique avec cascade ou fontaine demande une surface plus grande et un investissement plus important. Les dimensions d’un bassin doivent donc être étudiées selon vos possibilités.
La plupart des espèces aquatiques comme les nénuphars ont besoin d’un certain espace pour pouvoir bien se développer. D’autre part, les bassins ont tendance à paraitre plus petit après la mise en eau. Pour des raisons esthétiques et pratiques, il vaut mieux prévoir trop grand plutôt que trop petit.

Si pour des questions de budget vous prévoyez de limiter l’espace de votre bassin, sachez qu’il est aussi tout à fait possible de procéder par étapes, en prévoyant les équipements en sous-sol pour les installations à venir.

L’étanchéité

étanchéité du bassinIl existe plusieurs types de matériaux disponibles pour assurer l’étanchéité d’un bassin d’ornement. Les bâches en PVC sont les plus abordables. L’étanchéité du bassin signe sa durée de vie : il ne faut pas hésiter à investir dans une bâche de qualité ou une bâche composite.
Le béton traité hydrofuge et les résines assurent une étanchéité durable mais sont relativement plus chères. En revanche, ce sont des matériaux de premier choix. Les résines en fibre préformée sont pratiques pour les petits bassins, avec ou sans poissons.

La filtration de l’eau

filtre pour l'eauLa filtration de l’eau peut être assurée soit par un filtre mécanique ou un filtre UV, soit de façon naturelle grâce à un système de lagunage ou d’épuration écologique. Le lagunage consiste à profiter de l’action de plantes aquatiques spécifiques et d’algues qui jouent le rôle de filtre biologique. Dans les grands bassins, un système de pompes peut envoyer l’eau chargée de déchets directement vers les espaces ou bassins dédiés au lagunage. Les appareils UV sont destinés aux plus petits bassins et permettent de détruire les bactéries responsables de la couleur de l’eau.

On évitera systématiquement l’emploi de filtres chimiques dans les bassins où se trouvent des poissons (à noter que pour ces derniers, l’eau verte n’est pas un problème).

L’entretien du bassin

entretien du bassinUn bassin de jardin s’entretient à la fois comme un jardin et comme un aquarium si l’on possède des poissons. Le système de filtration doit être régulièrement nettoyé sous peine de se trouver engorgé par les déchets. On aura recours à des produits naturels pour se débarrasser des algues ou pour traiter les maladies des poissons.