Les radis : comment planter et quand ?

Radis : comment les planter et quand ?

Le radis rouge, rose, blanc ou noir est un excellent légume au goût mais aussi pour la santé !

Au goût, car il apporte cette délicieuse note croquante … et pour la santé, car ils renforcent notre organisme.

 

Voilà 2 raisons de manger du radis ! Hortik veut vous donner les clés pour cultiver vos radis vous-même. Autant avoir ces délices très avantageux pour nos papilles et notre corps à portée de main.

Découvrez donc les conseils d’Hortik à ce sujet : quelles variétés existe t-il, comment les planter et quand ?

 

Radis : comment les planter et quand ?

 

Quelles variétés ?

Tout d’abord, procurez-vous des graines de radis :

Rouge : radis rond écarlate, radis demi-long flamboyant, radis flambo,

Rose : radis rond gaudry, radis rond de sézanne, radis rond rose à bout blanc, radis demi-long de 18 jours, radis rose d’hiver de chine, radis rose de pâques,

Noir : radis noir gros long d’hiver,

Violet : radis violet de gournay.

 


Comment planter les radis ?

Les radis aiment la bonne terre, l’humidité, le soleil et l’ombre !

Les semis peuvent démarrer dès février sous abris car les radis ne sont pas amis avec les gelées et le temps très rude. En pleine terre, attendez avril ou mai.

Creusez de petits sillons d’un centimètre ou deux de profondeur, puis espacez les de dix centimètres. Placez les graines et recouvrez légèrement de terre. Tassez à la main.

 

Quand planter ?

 

 

Entretenir ses géraniums en 9 leçons !

fleurs de Géranium rose

Aimez-vous les géraniums ? Hortik les adore et veut surtout en prendre soin !

Les géraniums ornent souvent vos jardins, vos terrasses ou vos balcons ! Voilà l’avantage de ces jolies fleurs aux 5 pétales : elles s’adaptent à de nombreux environnements extérieurs.

Les espèces et variétés de géraniums se comptent par centaines ! Cependant, elles se ressemblent donc les conseils que nous allons vous donner en matière d’entretien sont valables pour toutes ces dernières !

 

Instinct de survie, quand tu nous tiens !

Le géranium vient des pays du sud ! Ces jolies fleurs sont habituées à la sécheresse ! Il faut savoir qu’il ne faut pas que les géraniums se noient dans l’eau au contraire ! Il faut alterner période de sécheresse et période d’humidité ! Eh oui, le géranium a l’instinct de survie.

Geraniums

Mettre en pot correctement !

Si vous mettez votre géranium en pot, faites un trou d’évacuation au fond du pot ! Pour les planter, mieux vaut utiliser un terreau pour géraniums, il se sentira tout heureux dans cette bonne terre !

 

Il a ses périodes !

Arrosez-le soit le soir ou le matin très tôt ! Le temps qu’il administre l’eau qui lui est donnée, il pourra ainsi profiter du soleil sans trop souffrir !

 

Une petite coupe ne fait pas de mal …

Lorsque les feuilles jaunissent, pas de panique, un petit coup de ciseaux et hop ! Si les fleurs deviennent malades, n’hésitez pas à les couper !

 


Du soleil, du soleil !

Un géranium a besoin de soleil ! Exposez-le correctement au soleil, des fleurs et des fleurs vont apparaître ! Quel joli spectacle !

 

Ils n’aiment pas être gelées !

Dès les premières gelées, mieux vaut ne pas laisser les géraniums à l’extérieur au contraire ! Si ils étaient en pot, rentrez vos pots dans un environnement sec et aéré ayant une température de 10 à 15 °C. Si ils sont en terre, ne les laissez pas mourir ; arrachez-les et rempotez les en avril !

 

Un peu d’engrais ?

Oui, le géranium donnera de plus belles fleurs si vous utilisez de l’engrais ! Avec modération bien sûr !

 

Lutter contre les maladies !

C’est possible en enlevant les feuilles infestées, si elles jaunissent coupez-les ! N’arrosez pas les feuilles mais arrosez la terre, les maladies se propageront moins vite dans ce cas !

 

Au secours des nuisibles !

Comme toutes fleurs, le géranium a des nuisibles qui l’embêtent ! Les chenilles, les limaces et pucerons sont les plus courants ! Il n’y a pas réellement de remèdes, sauf peut-être un petit coup de pschitt !!!! Pour les limaces, ne chassez pas les coccinelles, elles sont leurs ennemies.

 

Voilà les petites astuces d’Hortik pour prendre soin de vos géraniums !

Et vous quels sont vos trucs et astuces ! Nous sommes pressés de les connaître alors n’hésitez surtout pas !

Géranium

Les 8 astuces pour réchauffer nos serres !

serres, comment réchauffer sa serre

Les serres de jardin : 8 astuces pour les réchauffer !

Avoir une serre c’est super, que la fraîcheur pointe le bout de son nez l’est un peu moins ! Que faire pour protéger les espèces jusque alors soignées par les doux degrés de l’été et du printemps ?

Hortik vous donne les 8 trucs et astuces pour réchauffer les espèces qui vivent au sein de votre serre et ce dès les premières gelées ! C’est parti !

Astuce n°1 : placer des bassines d’eau dans les serres ! C’est une astuce de grand-mère qui fait encore ses preuves.

Astuce n°2 : d’autres placent, au fond d’un bidon noir un matériau. Ce bidon est à placer au soleil dans la serre. Le soleil tapera sur le bidon, ce qui produira de la chaleur ! Vous pouvez y mettre de l’eau ou encore de la pierre qui restitue encore bien la chaleur !

Astuce n°3 : faites attention de bien sélectionner les espèces qui habiteront au sein de votre serre. Pour celles et ceux qui vivent dans le nord, une sélection des espèces qui supportent bien le froid est nécessaire. En effet, si vous ne pouvez pas vous permettre de maintenir une chaleur constante dans votre serre lors des premières gelées, cette étape s’avère parfois nécessaire !

Astuce n°4 : chauffage électrique ou gaz/pétrole/fioul : les chauffages au gaz, au pétrole ou au fioul peuvent apporter de l’humidité (sauf si on met une évacuation pour les gaz à l’extérieur de la serre). Les chauffages électriques assèchent l’atmosphère mais peut s’avérer efficaces de nuit. Pour les petites serres (<5 m²), un chauffage électrique à bain d’huile est bien suffisant. De plus, il est inutile d’acheter un radiateur de 2000 W pour chauffer une serre de 8 m².

Astuce n°5 : les puits provençaux (ou canadiens) : installation longue et lourde ! C’est une solution qui utilise la technique de la géothermie. Elle peut être aussi coûteuse mais au final, vous ferez de véritables économies !




 

Astuce n°6 : le papier à bulles et le polystyrène : ces 2 matières sont très utiles lors de périodes de grands froids ! Ils deviennent nos amis. On scotche ou accroche des morceaux de l’une de ces 2 matières en les posant à l’intérieur de la serre et ce sur la paroi la moins exposée au soleil. Premièrement, l’air frais passera moins au travers de la serre et nos petits protégés seront très bien lotis ! Deuxièmement, nos protégées seront toujours exposées au soleil en journée !

Astuce n°7 : avoir le plus possible d’espèces au sein de votre serre accroît la chaleur ! Attention à ce que ces plantes soient des copines tout de même !

Astuce n°8 : n’oubliez  pas d’aérer votre serre ! L’hiver, la différence entre la température intérieure et extérieure est plus élevée, ce qui peut  favoriser un certain confinement induisant pourriture, maladies et nuisibles. L’aération est encore une fois préconisée, en plus d’une ventilation de la serre ! Attention de ne pas faire souffrir les espèces qui vivent au sein de votre serre en ouvrant l’aération quand les fraîcheurs sont extrêmes.

 

Voilà les 8 trucs et astuces pour protéger sa serre du froid dès que les premières gelées arrivent ! Vous pouvez tout à fait les combiner pour que les espèces les plus frileuses se sentent à leurs aises.

Et vous, avez-vous d’autres astuces ? Partagez-les nous, nous n’attendons que cela ! Pas vrai ?

 

Les asters : un feu d’artifice de couleurs à l’automne !

Aster - fleur roses, blanches et violettes

L’aster : la lumière de l’automne …

On appelle cette fleur, la lumière de l’automne parce que sa floraison est abondante, colorée et durable et de plus, elle attire les papillons.

En grec, le mot aster signifie étoile ! Un mot alors plein de promesses.

600 espèces différentes pour la reine des marguerites !

Hortik vous en dit un peu plus sur cette variété de plantes complémentaires ! Elle égaye nos jardins quand l’automne vient à faire tomber les feuilles de nos arbres !

L’aster, la fleur

 

La fleur est composée de ce qu’on appelle le capitule.

Quand vous regarderez un aster vous verrez en son centre des petites têtes en forme de petites boules, eh bien ce sont les fleurs !

La pétale n’est autre que la continuité de la boule, qui permet de protéger la fleur de l’eau.

 

Aster - fleur
source img seattleflowers.com

Entre plantation et floraison

L’automne est la meilleure période pour la plantation. Il vous suffira de faire un petit apport d’engrais au printemps pour donner un coup de fouet et relancer la croissance.

Les fleurs, généralement assez petites sont présentes le long de chaque tige. Sa période de floraison est très longue allant de la fin août au mois de novembre.

 

Les différentes variétés d’aster

Les différentes variétés d’aster offrent une diversité de hauteurs et de parterres (allant du plus compact au plus aéré) :

  • L’aster dumosus (30 à 40cms de hauteur)
  • L’aster Novae Angliae (1m20 de hauteur maximum)
  • L’aster Novi belgii (1m80 de hauteur maximum)

 

Des espèces : en veux-tu ? En voilà !

Les plus répandues :

  • L’aster dumosus : si vous désirez un colorie magnifique préférez la « Royal Rubi ». La Pringley « Blue Butterfly » est une espèce tout aussi jolie de par son cœur doré.
  • L’aster Novae angliae : une merveille de par ses couleurs notamment la Novae Angliae bleu marine !
  • L’aster Novi belgii : il y a de nombreuses espèces en cette variété. La « Fellow Ship », la « Marie-Ballard », la « Frikkarti Monch » ou encore la « Violet Queen » sont toutes des références !

 

J’aime, j’aime pas !

Ce que les asters aiment :

  • Le soleil
  • Un sol drainé et profond
  • La compagnie des graminées

Ce que les asters n’aiment pas :

  • L’ombre et le vent
  • Un sol sec
  • Trop d’humidité ou trop d’eau stagnante

 

Les trucs et astuces d’Hortik !

ASTUCE N°1 : COUPEZ !

Après le passage du gel à l’hiver, les fleurs seront fanées. Dans ce cas et si la plantation est ancienne nous vous conseillons de couper les tiges ! Puis pensez à nettoyer les touffes.

ASTUCE N°2 : PINCEZ !

Eh oui … pincez les fleurs ça se fait ! Pincez les fleurs à partir d’avril et jusqu’en juin pour embellir votre massif.

ASTUCE N°3 : TAILLEZ !

Au printemps, taillez les tiges 2 à 3 fois entre avril et juin.

ASTUCE N°4 : FAVORISEZ L’HUMIDITÉ !

Pour ceux qui dispose d’un sol sableux, utilisez un paillage. Cela favorisera l’humidité.

ASTUCE N°5 : TUTEUREZ !

Pensez à tuteurer les espèces hautes !

 

La technique de la division 

La multiplication par division est un technique à réaliser tous les 4 à 5 ans au printemps.

Pourquoi divise t-on les asters ? On la réalise car elle nous permet de les transplanter ailleurs dans notre jardin ou dans de pots si vous, ou de les donner à de la famille ou à des amis.

Cette technique se fait comme suit :

  • Prenez un transplantoir ou une bêche et creuser sur le côté
  • Dégagez la touffe avec ses racines
  • La motte prise est alors à transplanter ailleurs

Une solution simple qui permet de multiplier vos plantes préférées !

 

La maladie de l’aster : l’Oïdium

La côte d’amour de l’aster a un moment donné diminué en raison de l’Oïdium. Cette maladie a pour conséquences la dépose d’une fine couche blanche sur les pétales des asters. Cette dernière touche le plus souvent on le dit : plus les Novi Belgii que les autres variétés.

Désormais, la variétés des espèces et les petites astuces existent pour éviter la maladie.

Pour éviter cette dernière, déposez au mois d’août prochain du souffre sur les pétales ! C’est une solution bio à renouveler tous les 10 jours durant ce mois d’été !

 

 

Les limaces, la plaie des jardiniers : 12 trucs et astuces pour les repousser

limace, mollusque
limaceLes limaces ne sont pas les amies des jardiniers, bien au contraire.Voici les dégâts causés par les limaces :

  • Des tubercules et fruits rongées et percés de galeries.
  • Des feuilles troués, rongées, mis à part les nervures principales
  • Traces de mucus et d’excréments

Pour information, les dégâts sont plus importants en sols argileux qu’en sol sablonneux.

Les trucs et astuces pour se débarrasser des limaces :

A la force des bras : creusez une tranchée

Laissez la terre à nue et bien binée dans les 40-50 cm autour des plantations. La limace est assez fainéante, elle aime bien avoir la nourriture sans risque et à côté du dortoir

La bière, boisson à base d’eau, de malt et de houblon :

Placez un couvercle (assez creux ou une bouteille en plastique coupée en deux)  à l’envers enfoncé dans la terre pour que le haut du couvercle soit au niveau du sol (comme une piscine). Installez un petit toit (une tuile par exemple) au-dessus de la bière pour éviter les dilutions par la pluie. Versez de la bière; les limaces adorent ça. Elles plongent dans le couvercle et finissent par s’y noyer.



7 éléments anti-limaces sains pour la terre :

Les éléments que vous pouvez déposer autour de vos plantations. Ces éléments formeront des barrières naturelles et les limaces étant  un peu fainéantes, elles n’iront plus auprès de vos plantations.

  1. Les coquilles d’œufs pilées (résistent à la pluie)
  2. La cendre de bois  – attention, c’est valable par temps sec, en période de barbecue ou de feux de bois
  3. La sciure
  4. Les copeaux de bois
  5. Les cheveux
  6. le marc de café préalablement séché, mais par temps secs
  7. les rondelles de pommes de terre – Installez des rondelles de pomme de terre sur le sol et recouvrez d’une planche. Les limaces sont attirées par les patates et ensuite elles restent sous la planche. On n’a plus qu’à les ramasser.

Les prédateurs naturels des limaces

La présence de prédateurs naturels peut aussi se révéler efficace. Formez une alliance avec les hérissons et les reptiles inoffensifs tels que l’orvet et le lézard en leur aménageant des abris de pierraille ou de tas de bois mort. Ils passeront l’hiver au chaud et s’occuperont des limaces dès les premiers rayons de soleil printaniers.

Les plantes qui repoussent les limaces

Le thym, la sauge, l’hysope peuvent former  une ceinture compacte et donc protéger des limaces, des fourmis, pucerons, etc.
L’installation de ces plantes peut se faire au printemps.

A créer soi-même : les purins

Purin d’euphorbe épurge : 800g pour 10 l d’eau de pluie pendant quelques jours, à utiliser pur en périphérie des endroits à protéger. Ça éloigne aussi les taupes et les campagnols.

Rhubarbe : 500 g de feuilles dans 3l d’eau pendant 24h. Pulvériser pur à 3 reprises. Ça éloigne aussi les chenilles et les pucerons.

Rue (petit arbrisseau toxique à feuilles persistantes.) : 800g de feuilles dans 10l d’eau pendant 10 jours. Diluer à 20%. Éloigne aussi campagnols, mulots, chats, mouches.

 

Et vous, vous avez des trucs ou astuces pour repousser les limaces ?

Vous avez un autre truc ou une autre astuce pour repousser les limaces? Faites nous en part !

dernière minute : un paillis d’aiguilles de pin.. mais cela fait 13 trucs et astuces … porte bonheur ou porte malheur ? à vous de voir 🙂
Bon courage !

7 secrets pour créer son jardin hypoallergénique

Jardin Japonais

Le printemps arrive, les allergies aussi. Si vous êtes sensible aux allergies, nous avons pensé à vous et nous livrons nos 7 secrets pour se créer un jardin hypoallergénique ! Qui a dit que jardin et personnes allergiques n’étaient pas compatibles ?

Jardin Japonais
credit photo : Philippe Ibars

Les 7 secrets

  1. Les plantes dites plantes de terre de bruyère comme les rhododendrons, azalées ou camélias mais aussi  les fougères et bambous génèrent peu de pollen. Nous vous conseillons donc de vous diriger vers ce genre de fleurs et arbustes. En favorisant des éléments minéraux comme dans les jardins japonais, vous limitez également ce risque !
  2. Les grands jardins sont susceptibles d’avoir beaucoup de fleurs qui génèrent du pollen. Nous vous conseillons donc de faire un jardin à la française. De plus, en taillant régulièrement vos fleurs et arbustes, vous limitez l’émission de pollen
  3. Avoir un jardin aromatique n’est pas incompatible avec vos allergies ! Cultiver de la sauge, du basilic, du fenouil ou encore de la menthe n’aura aucun effet sur vous.
  4. Certaines fleurs comme les chrysanthèmes, les clématites ou les géraniums sont conseillées car elles contiennent peu d’étamine.
  5. N’oubliez pas que les insectes du jardin sont aussi vos amis ! Certaines plantes sont peu allergisantes car les insectes transportent le pollen qu’elles contiennent. C’est le cas des gueules de loup, des acacias, des genêts
  6. Les plantes flottantes comme le nénuphar ou de berge comme les joncs sont connus pour leur faible teneur en pollen. De plus, le fait d’installer un bassin limite l’émission.
  7. Si vous avez du gazon alors vous n’avez pas le choix. En le tondant 2 fois par semaine, vous limitez les risques. Le moment idéal pour le tondre est le matin au moment de la rosée. Les pollens restent collés à l’herbe humide, il est donc plus de les enlever. (si vous devez faire un choix entre pelouses et mousses ou fougères optez pour ces dernières )



Biner, mode d’emploi !

Binette au jardin

En quoi consiste le binage ?

Lorsqu’on bine son terrain, on cherche à casser la croute du sol. Cela permet d’éliminer les mauvaises herbes présentes sur le terrain. Biner son jardin a plusieurs avantages :

  • En émiettant votre terre, vous permettez à l’eau d’aller plus facilement vers les racines et de mieux pénétrer la terre
  • Votre sol étant plus aéré, cela ne peut que l’améliorer
  • Vous éliminez une partie des mauvaises herbes qui pourrait réduire la croissance de vos cultures

Quand biner son jardin ?

Les deux meilleures saisons pour biner sont le printemps et l’été. L’idéal est de le faire après une bonne pluie ou après que vous ayez bien arrosé votre surface. Lorsque vous pouvez distinguer une croute qui se forme en surface de la terre, cela signifie qu’il est temps de biner. En hiver, nous vous conseillons de le faire lorsqu’il ne gèle pas. Cela vous permettra de détruire des larves de certains parasites qui se mettent sous terre à cause du froid.



Les outils du jardinier pour biner

Binette

L’outil incontestable n’est autre que la binette ou la panne de la serfouette. La lame de votre outil doit être un peu affutée de manière à vous aider à couper efficacement les herbes qui sont le mieux enraciné. Pour votre potager, nous vous conseillons une petite griffe à 3 dents. Cela vous permettra de vous passer plus facilement entre vos différents rangs de légumes ! Quel que soit l’outil choisi, votre binage doit être superficiel : si vous dépassez les 2 cm de profondeur, vous prenez le risque d’endommager les racines de vos cultures !

Comment fabriquer une mangeoire à oiseaux ?

Mangeoire à oiseau

En voilà une activité amusante, pédagogique et utile à pratiquer avec ses enfants ! En plus, il est très facile de réaliser une mangeoire avec les moyens du bord… et un peu d’imagination !

Mangeoire à oiseau

Le matériel nécessaire à la fabrication d’une mangeoire

Il est très facile de trouver le matériel qu’il faut pour fabriquer une mangeoire : c’est de la récup, tout simplement ! Vous devez prévoir :

  • une bouteille en plastique, vide et propre
  • un cutter
  • un morceau de ficelle ou du raphia (en tout cas, quelque chose d’assez résistant)
  • un tournevis
  • un poinçon (ou tout outil capable de percer des petits trous)
  • une longue vis de 15 à 20 cm ou un morceau de bambou de la même longueur

Cette liste de matériel vous permettra de fabriquer une mangeoire basique ; mais pour les plus bricoleurs, vous pouvez très bien vous lancer dans un modèle à réserve. Pour celui-là, vous aurez besoin d’une seconde bouteille.

Pour le modèle de mangeoire de base

  • Commencer par découper un petit rectangle (à peu près 8 cm sur 5) à environ 5 cm de la base de la bouteille. Il servira d’ouverture.
  • Rabattre légèrement le bord inférieur vers l’extérieur : ceci servira de « piste d’atterrissage » pour les oiseaux.
  • Percer 2 trous près du goulot pour y faire passer la ficelle (ou le raphia).

Facultatif : vous pouvez installer un petit perchoir dans la mangeoire. Pour ce faire, percer 2 trous de part et d’autre de la bouteille afin d’y glisser le morceau de bambou.  Remplir la bouteille de petite graines (maximum 1/4 de la bouteille)

Vous pouvez à présent suspendre la mangeoire. Veillez à la tenir hors de portée des chats et dans un endroit bien dégagé et assez éloigné de la maison pour que les oiseaux viennent sans crainte.



Pour le modèle de mangeoire à réserve

  •  Découper la bouteille en plastique à peu près au tiers de sa longueur à partir du goulot
  •  Prendre une 2ème bouteille pour y découper le fond (10 cm en partant du bas)
  •  Comme pour la version de base, découper un petit rectangle qui servira de porte d’entrée, dans la première bouteille
  •  Retourner ensuite le goulot (de la 1ère bouteille) sur la base de la seconde et bien enfoncer. Pour avoir un repère, l’extrémité du goulot de la seconde bouteille doit arriver environ à mi-hauteur de l’ouverture
  •  Remplir de graines par le dessus
  • Poser le fond de la 2ème bouteille qui a été préalablement découpé
  • Percer le haut de la mangeoire de part et d’autre afin d’assembler les 2 parties hautes
  • Glisser la grande vis (ou le morceau de bambou)
  • Nouer enfin la ficelle aux extrémités du clou pour réaliser l’attache

Nourrir les oiseaux représente un bon moyen de les observer, ce qui est très enrichissant pour vous et pour vos enfants. Mais c’est aussi un geste qui favorise la préservation des espèces car en période hivernale, la nourriture est difficile à trouver. En plaçant une mangeoire dans votre jardin, vous inciterez les oiseaux à y revenir. C’est non seulement agréable mais c’est aussi très bon pour vos activités de jardinier : les oiseaux sont en effet de précieux alliés qui vous débarrasseront de nombreux nuisibles (insectes, rongeurs, etc.).

 

Pour découvrir les abris pour les oiseaux et les autres animaux de votre jardin: cliquez-ici

 

Faites pipi dans le pot de vos citronniers pour les fortifier

Et oui, tous les jours des informations fraiches et revigorantes sur le blog d’hortik!

Nous avons demandé à nos proches et nos connaissances les choses les plus farfelues et originales qu’ils ont utilisées pour le jardin.

Voici une information amuse ET qui marche :

Pour fortifier vos citronniers, il faut faire pipi dans leurs pots 2 à 3 fois par mois,il parait que c’est une astuce portuguaise.
Yannic a testé cette astuce et il a un magnifique citronnier!! Non, nous n’aurons pas de photos aujourd’hui du citronnier pour avoir « preuve à l’appui »

sinon, voici quelques infos B.A.BA pour la culture des citronniers en pot, que nous sommes allés chercher sur d’autres sites internet :



Le citronnier est sensible à la température. Il convient, en cette période hivernale de l’année, de le rentrer bien au chaud, et d’attendre les températures plus douces (a priori plus de 10°C) pour le ressortir.

Et vous, vous avez des infos sur les citronniers ?

A bientôt

Lili