Guide pratique pour espacer ses cultures au jardin

Espacer ses cultures, le buttage

Que vous soyez à la culture des fleurs, des légumes ou d’autres plantes, l’espace est une considération importante parce que chaque plante a ses propres besoins en espace afin de se développer et d’avoir un système racinaire qui prospère. Il vous faut donc prendre en considération les exigences croissantes de chaque plante au moment de planifier votre jardin. On vous donne nos 6 conseils pour bien prendre en compte l’espacement des plantes.

Espacer ses cultures

Les 6 étapes pour bien espacer ses plantations

Etape 1

Mesurez votre zone de plantation et identifier les dimensions. Utilisez des brochettes en bois ou abaisse-langue pour marquer les quatre coins de votre zone de plantation. Des mesures précises vous aideront à créer un plan pour votre espace.

Etape 2

Au dos de chaque paquet de graines, il est indiqué l’espace dont chaque plante a besoin pour bien se développer. Certaines plantes ont besoin de plus d’espace que d’autres pour la croissance et l’enracinement. Par exemple, les carottes ont un écart moyen d’environ 8 centimètres, mais l’écart moyen de la laitue est de 30 centimètres.

Etape 3

Dessinez une grille sur une feuille de papier en fonction de votre espace de plantation. Au crayon, estimez où vous allez placer chaque plante en fonction de la quantité d’espace qu’elle nécessite.



Etape 4

Plantez vos brochettes ou abaisse-langue dans la limite de votre zone de plantation à des distances égales, en fonction de la conception de la grille dans vos plans. Attachez une ficelle entre les brochettes parallèles pour créer une grille de coordination dans votre espace de plantation. Cette grille vous permettra de mieux recréer votre plan !

Etape 5

Plantez vos graines ou plantes selon les directives de votre papier. Plantez une rangée à la fois, en vous référant à votre croquis.

Etape 6

Marquez vos zones de plantation en identifiant les plantes qui sont dans cette zone. A présent, vous pouvez retirer les brochettes où abaisse langues et ficelle.

Menthe : Ajoutez une délicieuse touche aromatique à votre jardin

menthe, plante aromatique
Menthe, plante aromatique

La menthe est une plante herbacée condimentaire très aromatique et médicinale. La longueur des tiges ramifiées et dressées, varie de 3 cm à 1m selon les espèces. Les feuilles opposées sont dentées, crénelées, pointues, lancéolées ou arrondies ; elles sont de couleur verte, parfois nuancée ou panachée de jaune ou de blanc. Les fleurs sont regroupées en épis arrondis ou allongés de couleur rose, bleue ou violacée. L’odeur et la saveur de la menthe sont fortes, mais agréables, rappelant parfois le citron, le poivre ou la pomme.

Culture de la menthe

Par division de touffes

  • Au printemps, principalement en avril, arrachez les vielles touffes.
  • Prélevez les éclats du pourtour, et plantez les en lignes espacées de 30 à 40cm en tous sens ou en bordures.

 Par fragment de rhizomes

  • En octobre novembre ou en mars, prélevez sur les vielles touffes des fragments de rhizomes souterrains d’une longueur de 4 à 5 cm.
  • Préparez des poqués espacé de 30 à 40 cm en tous sens.
  • Déposez 3 ou 4 fragments par poquet en les enterrant de 8cm à 10cm de profondeur.

Par bouturage

  • Le bouturage de la menthe s’effectue généralement en août ou septembre, en pépinière ombragée.
    • Coupez l’extrémité des rameaux (de 2 à 20cm selon les espèces).
    • Otez les feuilles sur la partie enterrée.
    • Plantez les tiges sur la moitié de leur hauteur en les espaçant de 8 à 10cm.
    • Tenez le sol frais et mettez les plants en place avec leurs mottes, au printemps suivant.



Par semis

Ce mode de reproduction n’est que rarement adopté. Il sert parfois pour la menthe pouliot et la menthe verte.

  • Les graines se sèment clair, en place, au printemps.
    • recouvrez de peu de terre et gardez le terrain frais pour favoriser la levée.
    • Par la suite ne gardez qu’un sujet tous les 30 à 40cm.
  • Il est possible de semer en pépinière en mars-avril pour repiquer environ 2 mois et demi plus tard.

Fertilisation de la menthe

Fertilisation normale à la fin de l’automne ou au début du printemps avec un engrais naturel et du compost.

Entretien de la menthe

  • Ne négligez les binages et les sarclages.
  • Arrosez si nécessaire.
  • Courant novembre, coupez les tiges à quelques centimètres au-dessus du sol.

Récolter et conserver sa menthe

  • On récolte les feuilles selon les besoins, du printemps à l’automne.
  • Pour la conservation, coupez les tiges avant la floraison, laissez les sécher à l’ombre et rangez les dans des boites ou en sachets, à l’abri de l’humidité.

Maladies et parasites

Voici les 2 maladies principales qui attaqueront vos menthes :

  • L’altise : ce coléoptère perfore les feuilles en période de sècheresse.
  • Le puceron : ce petit insecte suce la sève sous les feuilles qui s’enroule.

 

Vous êtes intéressé par d’autres plantes aromatiques? C’est ici :

Ciboulette : 5 manières de la planter facilement

ciboulette, plante aromatique

ciboulette

La ciboulette est une plante condimentaire herbacée d’une hauteur de 30cm très utilisée en cuisine.

Ses tiges sont minces, nombreuses et peu élevées.

Ses nombreuses feuilles sont cylindriques, creuses et fines; elles forment une touffe.

Les fleurs sont de couleur rose ou violacée, en ombrelles sphériques.

Culture

Pour la culture de la ciboulette,  on procède généralement par division de touffe en mars ou en octobre.

La ciboulette se sème également au printemps,  comme la ciboule, mais se repique à l’automne seulement

Fertilisation

  • Fertilisation normale à la fin de l’automne ou au début du printemps.
  • ne pas apporter du fumier frais, mais du compost bien décomposé et un engrais.
  • les fertilisation foliaires ne sont pas indispensables.

Entretien

  • Les binages et les sarclages sont nécessaires.
  • N’arrosez que très rarement, elle n’aime pas la trop grande humidité

Récolter et conserver

  • La récolte des feuilles de ciboulette se fait tout au long de l’année, et se poursuit jusqu’aux gelées, selon les besoins.
  • Il faut utiliser les tiges de ciboulettes aussitôt que vous les avez coupées
  • La ciboulette perd ses feuilles pendant la saison hivernale.
  • Pour la conserver, arrachez à l’automne quelques touffes avec leur motte et plantez sous châssis.
  • On peut aussi retransplanter les touffes dans une jardinière ou en pot et les garder à l’abri du froid.

Maladies et parasites

  • La ciboulette ne semble pas sensible aux maladies ni aux parasites

 

Vous êtes intéressé par d’autres plantes aromatiques? C’est ici :

5 « trucs » pour semer le basilic

basilic, plante aromatique

basilic

Le basilic est une plante condimentaire herbacée, d’une hauteur de 30 à 40 cm. Ses tiges sont dressées et rameuses. Ses feuilles sont dentelées, pétiolées ; elles sont d’une couleur vert foncé ou violette selon les variétés. Les fleurs sont de couleur blanche ou rosée, réunies en épis. Cette plante mellifère a une odeur pénétrante.

Culture du basilic

  •          Les graines se sèment en mars-avril, sur couche (la température doit dépassée15°C).
  •          Elles doivent être peu enterrées.
  •          Il faut repiquer sur couche lorsque les plants ont de 2 à 4 feuilles, en mai-juin, c’est-à-dire, dès que les gelées ne sont plus à craindre.
  •          Espacer les plants de 25 à 30 cm en tous sens.
  •          Toutes les variétés de basilic se cultivent en pots ou en jardinières, sur une fenêtre ou un balcon.

Fertilisation (engrais)

  •          Fertilisation normale.
  •          Ne pas employer de matière organique non décomposée.
  •          Pas de fertilisation foliaire.



Entretien du basilic

  •          Les binages et les sarclages sont nécessaires. Pour le binage, nous vous conseillons ce type d’outils : Binette Duopro Leborgne
  •          Il faut arroser fréquemment en cas de sècheresse.
  •          Une couverture végétale du sol (6 à 7 cm) sera très bénéfique pour éviter l’évaporation
  •          Pincez les boutons floraux (coupez avec vos ongles) dès leur apparition.
  •          Les jeunes plants disparaissent après la germination.  Afin d’éviter cela, il est préférable de semer clair (espacer les graines) dans un sol bien préparé.
  •          Pensez à contrôler la chaleur du châssis, aérez le si nécessaire.
  •          Procédez à des arrosages réguliers, mais sans excès.

Récolter et conserver

  •          Les feuilles se récoltent selon les besoins (les cueillir au dernier moment).
  •          Pour la conservation : hachez finement les feuilles au couteau (ne pas utiliser le mixeur), puis placez-les au fond d’un petit bocal et couvrez le tous d’huile (d’olive ou de tournesol)
  •          Fermer et maintenir au réfrigérateur.
  •          Ce mode de conservation permet d’avoir du basilic tous au long de l’hiver.
  •          Il existe aussi une autre méthode de conservation qui consiste à faire sécher les feuilles de basilic à l’ombre et d’ensuite les conserver dans des bocaux hermétiques.

Maladies et parasites

Avantage du basilic : cette plante n’est pas sujette aux maladies et ne connait pas non plus de parasites spécifiques, mais faites attention au froid et au gel, le basilic y est sensible !

 

Profitez du basilic pour toutes vos salades cet été!

 

 

D’autres herbes aromatiques vous intéressent ? c’est ici  :

Notre recette en 5 étapes pour planter le persil

le persil, plante aromatique

le persil

Le persil est une plante condimentaire herbacée, mellifère, très répandue, et originaire d’Europe méridionale. Ses tiges dressées, parfois hautes de 1m sont striées et rameuses, et apparaissent au cours de la 2ème année de culture. Ses feuilles triangulaires sont odorantes, pétiolées, très diverses et vert foncé, formant une touffe. Les fleurs de persil sont de couleur blanc-vert, en ombrelles.

Culture du persil

Conseils pour la culture du persil

• Semez de préférence en lune décroissante.
• Semez en place de mars à août, en rayons espacés de 25 à 30 cm.
• Recouvrez les graines avec un peu de terreau ou de terre fine, puis plombez le sol avec le dos du râteau.
Maintenez le sol frais jusqu’à la levée.
Pour une production d’hiver, semez fin juillet-début aout à très bonne exposition ou sous châssis.
• On peut déplanter quelques pieds et les replanter dans des caissettes que l’on placera ensuite sous châssis ou en serre. Le persil sera ainsi facile à utiliser au cours de l’hiver, lorsque le gel ne permet plus la cueillette au jardin.

 



 

Fertilisation (ajout d’engrais)

• Fertilisation normale à la fin de l’automne ou au début du printemps avec un engrais naturel et du compost.
• Le persil n’aime pas la fumure organique non décomposé.
• Effectuer chaque mois 1 ou 2 fertilisations (c’est à dire : ajouter 1 à 2 fois par mois de l’engrais. La nature de l’engrais sera fonction de la terre de votre jardin.

Entretien du persil

• Ne négligez le binage et le sarclage !
• Arrosez si nécessaire, et paillez en cas de sécheresse. (le paillage permet d’arroser moins)
• En hiver, pensez à protéger les plantes du froid pour poursuivre leur cueillette lors des gelées.

Récolter et conserver le persil

• Récoltez les plus grandes feuilles une à une au fur et à mesure des besoins.
• Pour la conservation, faites sécher les feuilles à l’ombre, réduisez-les en fragments grossiers et déposez-les dans des boites hermétiques.
• Avant d’utiliser le persil broyé, faites-le tremper quelques minutes dans l’eau tiède. Conservé de cette façon, il perd malheureusement un peu de son parfum.

Maladie

Malheureusement le persil est parfois attaqué par des maladies et des parasites
L’oïdium
• La rouille
• Les limaces et les mollusques

N’oubliez pas de profiter pleinement de votre persil pour vos salades et autres cuisines. Rien ne remplace la saveur d’un persil « maison » !

Pour continuer votre visite, nous vous proposons d’autres herbes aromatiques :

 

Zoom sur l’olivier, arbre d’exception dans nos coeurs

Les olives de l'olivier

L’olivier est un arbre exceptionnel qui peut être cultivé au jardin ou en pot sur une terrasse ou un balcon. L’olivier est très résistant à la sécheresse et peut supporter des températures jusqu’à moins dix degrés, ce qui fait qu’il peut être planté à peu près partout en France.

La culture de l’olivier

Avec son feuillage gris-vert persistant et son tronc noueux, l’olivier est un magnifique arbre d’ornement qui connait un succès grandissant.

Dans la région méditerranéenne, l’olivier pousse à l’état sauvage sans aucun entretien. Sa croissance est très lente et sa longévité hors du commun : jusqu’à deux mille ans pour certains arbres.

Au nord de la France, l’olivier peut être cultivé en pot et même en pleine terre si les conditions le permettent (humidité relative et bonne exposition). Le pot reste la meilleure solution, car on peut facilement le couvrir ou le mettre à l’abri pour l’hiver. Si l’arbre bénéficie d’une bonne exposition et de soins réguliers, il peut même donner quelques olives.

Dans les régions froides, les variétés rustiques résisteront beaucoup mieux au gel et à l’humidité que les oliviers habituellement cultivés en Espagne.

Arbre olivier



L’entretien de l’olivier

L’olivier nécessite peu d’entretien et des arrosages modérés, même en région sèche. Il apprécie une bonne exposition au sud dans un endroit abrité des vents. Il doit être planté de préférence dans une terre bien drainée et pas trop argileuse.

La meilleure période pour planter ou rempoter un olivier est le printemps : ainsi, l’arbre peut s’adapter à son nouvel environnement avant l’hiver car il sera soumis à rude épreuve s’il se trouve hors de sa région d’origine.

En hiver et jusqu’au mois de mars, on l’arrosera une fois tous les quinze jours, puis une fois par semaine à partir du mois de mars et jusqu’à la fin de l’été.

 

Et non, l’olivier n’est pas que pour les régions du sud, vous pouvez en profiter où que vous soyez en France !

 

 Olivier

Le rosier, une des fleurs préférées des français

la taille des rosiers

Les variétés de rosiers sont tellement nombreuses (il en existe plusieurs milliers) qu’il est parfois difficile de faire un choix. Le rosier peut se cultiver au jardin, sur une terrasse en ville et même en pot.


L’histoire du rosier

Connue depuis l’antiquité, la rose fait son apparition en France au moyen-âge a l’époque des croisades. C’est aujourd’hui la fleur la plus cultivée dans le monde. On dénombre plus de trois mille variétés aux noms évocateurs : la rose Bourbon, baptisée ainsi en référence à l’île de la Réunion d’où elle fut importée, la rose Pierre de Ronsard, la Sombreuil ou encore la Belle de Crecy.


Les types de rosiers

Il existe trois grandes familles de rosiers : les rosiers sauvages dits “botaniques”, les rosiers anciens et les rosiers modernes.

Rosier ancienLes rosiers anciens sont très parfumés et relativement rustiques. De taille moyenne, ils conviennent bien pour la réalisation de massifs et peuvent aussi être cultivés en pot. Ils ne fleurissent qu’une seule fois, au début de l’été.
Rosier moderneLes rosiers modernes remontants possèdent une floraison étalée sur plusieurs mois, parfois jusqu’au début de l’hiver. Avec leurs grandes fleurs très colorées, ces variétés conviennent très bien pour l’habillage des murs ou des tonnelles.




Le rosier au jardin

Les rosiers aiment une terre argileuse, pauvre en calcaire. La plupart du temps, les rosiers s’adaptent assez bien à leur environnement, à condition de bénéficier d’une bonne exposition, sud ou sud-ouest. La période idéale pour planter un rosier se situe en automne, entre le mois d’octobre et le mois de novembre et jusqu’à la fin de l’hiver pour certaines variétés.


L’entretien des rosiers

 Les rosiers font partis des plantes qui réclament le plus d’entretien.  Les rosiers remontants et grimpants devront être taillés tous les ans à la fin de l’hiver. Les rosiers non remontants seront taillés au milieu de l’été.

la taille des rosiers

Les rosiers apprécient beaucoup l’engrais, surtout lorsqu’ils sont cultivés en pot. Un apport au mois de mai et un autre au mois de juillet assureront une belle floraison.

 

le livre « Mon potager mois par mois » de Alan Buckingham

livre sur le potager

Certains livres sur le jardinage et le potager nous aident et nous accompagnent au quotidien.
En voici un bon exemple :

livre sur le potager

La bible du potager mois par mois.

Alan Buckingham (Auteur), Virginie de Bermond-Gettle (Traduction)

Ce livre contient

– Les bases :organisation de l’espace et choix des plantations ;

– Le calendrier : description des travaux mois par mois ;

– Les cultures plante par plante : planifier pour récolter toute l’année ;

– bonus : fiches découvrir, glossaire des maladies, légumes oubliés.

Ce livre est à retrouver en vente un peu partout

sur amazon, c’est ici



Faites pipi dans le pot de vos citronniers pour les fortifier

Et oui, tous les jours des informations fraiches et revigorantes sur le blog d’hortik!

Nous avons demandé à nos proches et nos connaissances les choses les plus farfelues et originales qu’ils ont utilisées pour le jardin.

Voici une information amuse ET qui marche :

Pour fortifier vos citronniers, il faut faire pipi dans leurs pots 2 à 3 fois par mois,il parait que c’est une astuce portuguaise.
Yannic a testé cette astuce et il a un magnifique citronnier!! Non, nous n’aurons pas de photos aujourd’hui du citronnier pour avoir « preuve à l’appui »

sinon, voici quelques infos B.A.BA pour la culture des citronniers en pot, que nous sommes allés chercher sur d’autres sites internet :



Le citronnier est sensible à la température. Il convient, en cette période hivernale de l’année, de le rentrer bien au chaud, et d’attendre les températures plus douces (a priori plus de 10°C) pour le ressortir.

Et vous, vous avez des infos sur les citronniers ?

A bientôt

Lili

les limaces aiment la bière !

faire fuire les limaces avec de la biere

 

Bonjour,

Le conseil du vendredi, et pas n’importe quel vendredi : vendredi 13 !

Si vous avez des limaces dans votre jardin et que vous souhaitez les faire partir, et bien il vous suffira d’un peu de bière pour cela.
Pour faire partir des limaces avec de la bière, il faut faire couler de la bière sur un tracé voulu, vers la sortie du jardin. Les limaces adorent ce liquide.

Laisser une bouteille de bière aux trois quarts pleine au bout du chemin tracé. Les limaces vont venir, rentrer dans la bouteille et s’y noyer.

et voila le conseil si vous souhaitez faire partir les limaces !

Bon vendredi

Jacques