6 conseils pour avoir une belle pelouse

Le gazon est composé de graminées que l’on cultive en très grande quantité sur une large surface. Pour des résultats satisfaisants, la pelouse doit être entretenue régulièrement et le sol doit être riche pour permettre une bonne croissance. Découvrez nos conseils pour avoir un beau gazon verdoyant, dense et résistant.

Gazon

Choisir des semences à gazon

Toutes les pelouses ne sont pas égales face à la sécheresse et au piétinement. Il existe dans le commerce différents types de mélanges plus ou moins rustiques ou à croissance plus ou moins lente. Veillez à bien choisir des variétés de graminées adaptées à l’usage que vous faites de votre jardin, à votre sol et au climat de votre région. Au printemps, vous pouvez donner un coup de pouce à votre pelouse pour la rendre plus dense en dispersant sur le sol un peu de semence à gazon.

Arroser

L’arrosage du gazon est indispensable dès la fin du printemps pour éviter qu’il ne jaunisse. Il vaut mieux arroser moins souvent mais de façon plus importante. Le temps d’arrosage dépend de la surface de votre pelouse : n’hésitez pas à être généreux. Pour ne pas gaspiller inutilement l’eau, on arrosera plutôt le soir ou très tôt le matin.

Tondre

Plus le gazon est coupé à ras, plus il est fragile. En effet, ses racines sont plus courtes et il résiste moins bien à la chaleur de l’été. Les tontes à moins de 5 cm de hauteur favorisent l’apparition de mousses et de mauvaises herbes. Il est préférable de tondre régulièrement à une hauteur de 5 à 7 cm plutôt que de tondre très court une fois de temps en temps. L’herbe tondue peut-être utilisée pour le compost ou laissée sur place en cas de grosses chaleurs.

Fertiliser et apporter de l’engrais

Pour avoir un gazon bien vert, le compost reste le meilleur fertilisant naturel. Un peu d’apport est bénéfique mais il faut aussi savoir en user avec modération. Si l’engrais fait pousser le gazon plus rapidement, elle oblige aussi à le tondre plus souvent !



Scarifier et désherber

La scarification du gazon consiste à enlever les mousses et les mauvaises herbes qui ont tendance à former des zones feutrées au sol. Un scarificateur manuel conviendra pour les petites surfaces (moins de 100 mètres carré). Au delà, il est préférable de s’équiper d’un scarificateur électrique ou thermique. Les déchets devront être soigneusement ramassés pour éviter une nouvelle propagation des mauvaises herbes.

Rénover sa pelouse

La rénovation de pelouse permet d’obtenir de bons résultats en cas de gros dégâts (sécheresse, envahissement par les mauvaises herbes). Après avoir bien désherbé la surface, on tond à une hauteur normale puis on scarifie soigneusement les mousses avant de semer du gazon pour regarnir les zones abimées.

Les dégâts dus aux trous de taupes se réparent un peu de la même manière : après avoir tassé le sol à l’endroit abimé, on sème à nouveau du gazon et on arrose généreusement pour favoriser la reprise de la pelouse.

5 méthodes pour désherber son jardin naturellement

mauvaises herbes orties

Désherber n’est pas l’activité la plus « fun » du jardinage, loin s’en faut ! Et comme la tâche est difficile, il est vrai qu’il est tentant d’avoir recours à des produits chimiques, qui ne demandent pas trop d’efforts. Mais ces herbicides sont nocifs pour la santé et pour l’environnement. Ne cédons pas à la tentation : un peu d’huile de coude suffira pour adopter des méthodes naturelles, bonnes pour soi et pour la planète !

1. Le désherbage mécanique

Il s’agit là de la méthode « à l’ancienne », qui consiste à arracher ou à couper les intrus.
Commencez par  couper les mauvaises herbes  à l’aide d’un sécateur, d’une faucille ou d’une faux.
Ensuite, sarclez : le sarclage consiste à arracher toute la plante, y compris ses racines, lorsqu’elle est bien installée. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une houe, un transplantoir ou une gouge.
La houe a pour avantage son long manche, qui sera moins fatigant pour le dos. Le transplantoir oblige  à se baisser mais permet un travail précis. Quant à la gouge, initialement conçue pour récolter les asperges, elle s’avérera très pratique pour arracher les pissenlits ou toute herbe indésirable dotée de longues racines. Mieux vaut s’adonner au sarclage par temps sec, les mauvaises herbes risquant de s’enraciner à nouveau avec l’humidité

mauvaises herbes orties

 

Les précautions à prendre
– Veillez à travailler sur un sol ressuyé  car l’humidité aide les racines des mauvaises herbes à reprendre.

– Préférez désherber avant la montée en graine ou le matin, pour que la plante s’assèche sous le soleil de midi et ainsi limiter les risques de prolifération.

– Sachez qu’il existe un calendrier  des mauvaises herbes. Ainsi, pour les rumex comme l’oseille ou la patience, il est préférable d’attendre le printemps ou le début de l’été. Au printemps également, vous pouvez vous occuper des chardons des champs et du liseron dont les racines sont faibles. Plus coriace, le chiendent est plus facile à éliminer à l’été, lorsqu’il fait chaud et sec. Enfin, les ronces se coupent en général à la fin du mois de juin.

2. Le binage pour enlever les jeunes pousses

Le binage sert à la base à bien aérer le sol. Il est efficace pour se débarrasser au passage des plantes à faible enracinement et des jeunes pousses.
 


3. Le désherbage thermique

Il consiste à se débarrasser des mauvaises herbes grâce à la chaleur : on crée un choc thermique afin de faire éclater les cellules des plantes mais sans les brûler.  Les parties aériennes se dessèchent peu à peu jusqu’à ce que la mauvaise herbe meure.
Le désherbage thermique peut se réaliser par flamme, par infrarouge  ou par projection de vapeur.

4. Le buttage

Le buttage est une autre technique naturelle qui consiste à ramener de la terre au pied des plants de légumes. La terre forme ainsi une butte qui protègera les légumes en étouffant les mauvaises herbes toute proches des pieds. Vous pouvez utiliser cette méthode pour les asperges, les haricots, les poireaux, les pommes de terre…

5. L’occultation

Cette méthode est idéale lorsque vous souhaitez désherber un lieu laissé à l’abandon. Recouvrez le terrain d’une bâche (ou à défaut de cartons à condition qu’ils ne laissent pas du tout passer la lumière) et attendez quelques mois. Vous constaterez que les plantes sauvages disparaîtront petit à petit.

 

Le jardin de Lou
Le jardin de Lou

Voilà donc 5 méthodes naturelles, vraiment respectueuses de l’environnement pour vous débarrasser des mauvaises herbes qui vous gâchent la vie ! Mais n’oubliez pas : mieux vaut prévenir que guérir. Pratiquez par exemple le paillage pour éviter la prolifération de mauvaises herbes. D’origine végétale (écorces de pin, lin, chanvre…) ou minérale (ardoise, billes d’argile, pouzzolane…), le paillis crée une couche opaque entre la terre et l’air et limite ainsi la pousse des indésirables. Utilisez cette technique pour les massifs d’arbustes, pour le potager, pour vos jardinières…
L’avantage est qu’il est esthétique : un bon moyen d’allier l’utile à l’agréable !

 

 

Vous pouvez aussi fabriquer vous-même vos insecticides bio! si ça vous intéresse, c’est par ici !