4 conseils pour jardiner sans polluer

arrosoir jaune, jardiner sans polluer

Conseil numéro 1 : économiser l’eau

récupérateur d'eau de pluieL’eau est devenu un problème mondial et l’économiser est très important. Aujourd’hui, de nombreux systèmes sont commercialisés: citerne enterrée, citerne  sous pression, citerne à filtre, citerne auto-nettoyante.
L’arrosage au jardin ne doit pas se faire qu’à l’eau pure. Un seau d’eau qui a tourné pendant l’été peut servir à arroser des végétaux robustes par exemple.

Conseil numéro 2 : faire son propre compost

bac à compost

Un an suffit pour créer vous-même votre propre compost. Rien de plus simple : créez-vous un bac dans lequel vous entreposerez vos déchets végétaux (herbes, branches d’arbres) ainsi que vos déchets verts (épluchures, coquille d’œuf).

Pour que ces déchets se transforment plus rapidement en « or noir du jardin » découpez vos déchets avant de les placer dans le bac.
Autre astuce : n’hésitez pas à remuer le tout de temps en temps pour l’aérer. Vous pouvez également l’arroser.



Conseil numéro 3 : faire son propre paillis

faire son propre paillisLe paillis remplacera les pesticides et autres produits chimiques. Il est constitué de matières organiques destinées à être étalées à-même le sol.
2 méthodes simples pour remplacer le paillis que vous achetez d’habitude en magasin:- La première consiste simplement à étaler d’une fine couche les restes de vos tontes.
– La seconde consiste à découper de petits morceaux de carton ondulé : ces derniers permettront de garder le sol humide et de retarder la pousse de mauvaises herbes.

Conseil numéro 4 : utiliser des engrais organiques

utilisez des engrais organiques

Que sont les engrais organiques ?

Le fumier déshydraté ou encore les purins d’Ortie, de Consoude, de Prêle, d’Absinthe, ou encore de Tanaisie ont de nombreuses vertus pour votre jardin et seront avant tout un fertilisant de premier choix.

 

Pourquoi et comment récupérer l’eau de pluie ?

Ce sont des milliards de mètres cubes d’eau de pluie qui tombent  chaque année sur  le territoire français. Cette ressource disponible peut et devrait être récupérée pour son usage personnel, car c’est non seulement un moyen de réaliser des économies substantielles, mais c’est aussi un geste citoyen fort. Voici 3 excellentes raisons de récupérer l’eau de pluie.

récupérateur d'eau de pluie

1. Récupérer l’eau de pluie pour diminuer son impact sur l’environnement

L’eau est une ressource précieuse qu’il faut impérativement apprendre à protéger et gérer durablement. Sur notre belle planète, 1 personne sur 2 n’a pas ou a difficilement accès à l’eau. Si nous continuons à ce rythme, d’ici 15 ans à peine, 5 milliards d’êtres humains n’y auront pas accès du tout. Récupérer l’eau de pluie relève de l’effort collectif qui vise à économiser « l’or bleu ».
D’autre raisons écologiques incitent à récupérer l’eau de pluie :

  • elle limite les risques d’inondation en cas de fortes pluies ;
  • elle limite la pollution des nappes phréatiques et des cours d’eau car elle évite de rejeter les eaux de ruissellement de la parcelle directement dans le réseau urbain ; 
  • elle évite le gaspillage d’énergie nécessaire à la production d’eau potable en limitant l’utilisation des réseaux et des stations de traitement de l’eau qui sont très énergivores.

2. Récupérer l’eau de pluie pour ne pas gaspiller l’eau potable

L’eau qui est récupérée dans des citernes ou dans des cuves (enterrées ou non) peut être destinée à divers usage. Reportez-vous au site du Gouvernement pour connaître le cadre législatif entourant la récupération de l’eau :  www.sante.gouv.fr

Certaines activités à la maison nécessitent de l’eau mais pas forcément potable ! C’est le cas des W-C : 30% de la consommation part dans la chasse d’eau de vos toilettes ! A part pour alimenter les sanitaires, l’eau de pluie récupérée sert à faire fonctionner lave-linge et lave-vaisselle, remplir piscines et bassins, arroser le jardin… L’eau de pluie est ainsi idéale pour laver sa voiture : comme elle ne contient ni minéraux, ni calcaire, elle ne laissera aucune trace sur la carrosserie. Idem pour le jardin : votre potager peut tout à fait être arrosé à l’eau de pluie, comme c’est d’ailleurs souvent et naturellement le cas !

3. Récupérer l’eau de pluie pour faire des économies

Saviez-vous que nous utilisions en moyenne 150 à 200 litres d’eau par jour et par habitant ? C’est dire si la facture d’eau est une partie considérable du budget familial. On estime qu’il est de l’ordre de 500 à 700 euros par an pour un foyer de 4 personnes. Limiter sa consommation d’eau potable (voir raison n°2) permet donc de réaliser des économies loin d’être négligeables. En effet, utiliser l’eau de pluie permettrait de diviser la note par deux !
De plus, l’installation d’un système de récupération d’eau donne droit à un crédit d’impôt : en 2012, il s’élève à 15%.

Calcul des économies grâce à un récupérateur d’eau
Pour connaître le potentiel de récupération d’eau de pluie, vous devez connaître la pluviométrie de votre région (cf. site de Météo France) et la surface de votre toit

  • Multipliez la surface du toit (en m²) par la hauteur moyenne des précipitations. 

Ainsi à Lille, sachant qu’il tombe en moyenne 686 mm d’eau par an, avec un toit de 100 m² vous économiserez : 100 x 686 = 68 600 litres. A 3,29 euros le m3 d’eau, on atteint une économie de 225 euros par an pour un foyer lillois.

Les précautions à prendre :

  • Avant de choisir votre collecteur d’eau, calculez bien vos besoins en eau et tenez compte de la pluviométrie de votre région pour opter pour la bonne taille de récupérateur.
  • Vérifiez bien la qualité de votre toiture : si elle contient de l’amiante ou du plomb, il y a des risques.
  • Entretenez bien votre récupérateur d’eau (vérifier qu’il n’est pas obstrué, réaliser au moins 3 vidanges par an, nettoyer et remplacer les filtres…)
  • Garder le couvercle du récupérateur fermé. La loi impose par ailleurs d’indiquer sur les robinets et sur le collecteur la mention « eau non potable ».

 Il n’y a que de bonnes raisons à récupérer l’eau de pluie !