Comment choisir et entretenir un broyeur de végétaux

broyeur à vegetaux, comment choisir

Même d’une surface modeste, un jardin et son entretien génèrent tout au long de l’année des quantités de déchets verts. L’achat d’un broyeur de végétaux apparaît donc utile pour se préparer un compost de qualité ou pour pailler le sol, procédé permettant de limiter la pousse des mauvaises herbes.

Les broyeurs acceptent toutes sortes de déchets verts : feuilles, coupes de haies et branches d’un diamètre compris entre 25 et 45 mm pour les plus puissants. Les végétaux broyés doivent être sains : on éliminera d’emblée tous les légumes malades et les branchages tachés pour éviter qu’ils ne contaminent le compost.

broyeur vegetaux

Il existe deux types principaux d’outils de broyage : ceux à plateaux à lames et ceux à rotor porte couteaux, ces derniers étant plus performants et moins bruyants. On trouve des broyeurs électriques d’une puissance variant entre 2000 watts et 2600 watts. Les broyeurs thermiques possèdent un moteur d’une puissance allant de 3 CV à plus de 12 CV pour les modèles hauts de gamme.

Quels sont les critères de choix d’un broyeur à végétaux ?

Pour faire son choix, éviter les modèles d’entrée de gamme, souvent de trop faible puissance, ils s’engorgent facilement. Un modèle électrique classique avec plateau à lames convient pour des jardins de petites surfaces et des branchages jusqu’à 35 mm de diamètre (prévoir pour ce dernier une puissance minimale de 2200 watts). Ce type de broyeur vous permettra de broyer les branchages de votre jardin ainsi que les petits déchets végétaux comme les feuilles mortes ou les fleurs fanées.

Si votre jardin possède une haie de conifères ou de grands arbres, optez pour un broyeur électrique plus puissant avec lames et rotor porte couteaux (minimum 2500 watts). Il existe des modèles thermiques pour des espaces verts plus importants.  Compter un budget minimum de 250 euros pour un broyeur assez puissant et de bonne qualité de fabrication.

Bien utiliser son broyeur

Éviter de broyer les branchages dont le diamètre atteint la limite autorisée par le fabricant : ces derniers risquent de bloquer l’appareil. Les bois de résineux encrassent les lames et il vous faudra régulièrement nettoyer l’appareil et huiler le mécanisme pour un résultat optimal. Il vaut mieux passer les végétaux un par un afin d’éviter les bourrages.

Conseils de sécurité

Un broyeur, quelque soit son mode de fonctionnement, s’avère plus ou moins bruyant. Il est conseillé de s’équiper d’un casque anti-bruit et d’une paire de gants épais et solides pour accompagner les déchets verts vers l’outil de broyage. Même si les broyeurs sont équipés de protections, le port de lunettes adaptées est indispensable pour se protéger des projections.

Entretenir son broyeur

L’entretien d’un broyeur est relativement simple, il suffit de nettoyer régulièrement les lames ou le rotor et de huiler les parties en mouvement. Lorsque le broyage n’est plus satisfaisant, il est temps d’affûter les lames. Prévoir une place dans la cabane de jardin ou au garage pour le stocker, un broyeur n’apprécierait pas être laissé à l’extérieur toute l’année.

L’usage d’un broyeur de végétaux n’est pas si fréquent, il est judicieux de penser à un achat groupé et s’équiper ainsi d’un matériel plus performant.

Comment tailler sa haie, en 3 points ?

taille haie

Quelle est la meilleure période pour tailler la haie de son jardin ? Quelle est la technique la plus adaptée ?

Découvrez nos conseils pour avoir une haie robuste et bien taillée tout au long de l’année.

Point 1 : Tailler sa haie régulièrement

Pour obtenir une belle haie fournie et régulière, il est nécessaire de la tailler plusieurs fois par an :

  • deux fois entre le printemps et l’été et
  • une fois à l’automne.

Les feuillus supportent très bien une taille régulière, tout comme les végétaux à feuillage persistant comme le troène, le laurier ou les fusains.


Point 2 : Les outils nécessaires pour tailler sa haie

L’équipement nécessaire varie selon la surface à tailler et les arbustes qui composent la haie. Certains végétaux demandent beaucoup d’entretien et une taille très régulière. Dans tous les cas, nous vous conseillons d’investir dans un matériel de qualité pour ne pas que la tâche devienne trop fastidieuse.

Pour les petites surfaces, munissez-vous simplement d’une bonne paire de gants et d’une cisaille ou d’un taille-haie électrique.

Pour les travaux de précision, la cisaille manuelle sera plus appropriée.

Pour tailler les haies en hauteur ou pour des travaux importants, privilégiez le taille-haie thermique, plus puissant que le taille-haie électrique mais relativement sûr et maniable.

taille haie

Point 3 : La technique pour tailler une haie

La base de la haie doit toujours être légèrement plus large que le haut pour éviter les “trous”.
Avec une cisaille ou un taille-haie, on commencera par les côtés, du bas vers le haut.
Le taille-haie doit être utilisé en faisant des gestes remontants du bas vers le haut et en tenant l’appareil près de soi pour éviter de tendre les bras et se fatiguer.

 

et voila, c’est à vous maintenant de tailler votre haie… et si vous avez d’autres conseils pour tous, n’hésitez pas !

 

Maintenant que vous êtes expert en taillage, découvrez les variétés de haies en cliquant ici.

Zoom sur l’olivier, arbre d’exception dans nos coeurs

Les olives de l'olivier

L’olivier est un arbre exceptionnel qui peut être cultivé au jardin ou en pot sur une terrasse ou un balcon. L’olivier est très résistant à la sécheresse et peut supporter des températures jusqu’à moins dix degrés, ce qui fait qu’il peut être planté à peu près partout en France.

La culture de l’olivier

Avec son feuillage gris-vert persistant et son tronc noueux, l’olivier est un magnifique arbre d’ornement qui connait un succès grandissant.

Dans la région méditerranéenne, l’olivier pousse à l’état sauvage sans aucun entretien. Sa croissance est très lente et sa longévité hors du commun : jusqu’à deux mille ans pour certains arbres.

Au nord de la France, l’olivier peut être cultivé en pot et même en pleine terre si les conditions le permettent (humidité relative et bonne exposition). Le pot reste la meilleure solution, car on peut facilement le couvrir ou le mettre à l’abri pour l’hiver. Si l’arbre bénéficie d’une bonne exposition et de soins réguliers, il peut même donner quelques olives.

Dans les régions froides, les variétés rustiques résisteront beaucoup mieux au gel et à l’humidité que les oliviers habituellement cultivés en Espagne.

Arbre olivier



L’entretien de l’olivier

L’olivier nécessite peu d’entretien et des arrosages modérés, même en région sèche. Il apprécie une bonne exposition au sud dans un endroit abrité des vents. Il doit être planté de préférence dans une terre bien drainée et pas trop argileuse.

La meilleure période pour planter ou rempoter un olivier est le printemps : ainsi, l’arbre peut s’adapter à son nouvel environnement avant l’hiver car il sera soumis à rude épreuve s’il se trouve hors de sa région d’origine.

En hiver et jusqu’au mois de mars, on l’arrosera une fois tous les quinze jours, puis une fois par semaine à partir du mois de mars et jusqu’à la fin de l’été.

 

Et non, l’olivier n’est pas que pour les régions du sud, vous pouvez en profiter où que vous soyez en France !

 

 Olivier