« Tout au fond du jardin » ou comment choisir son abri de jardin (2/2) par Brigitte

Abri de jardin Calgari de Jardipolys

COMMENT CHOISIR UN ABRI DE JARDIN ?

Suite au chamboulement du fond du jardin (voir l’article « tout au fond du jardin 1/2 http://blog.hortik.com/2012/09/07/tout-au-fond-du-jardin-abri-clapier-poulailler/ ) , nous pensons mettre un abri de jardin au fond de notre jardin.
Du coup, je me suis fait une « petite liste » pour choisir au mieux mon abri que je partage ici avec vous.

Voici les 10 points sur lesquels nous sommes en train de réfléchir… cela fait beaucoup 10 points, cela va nous prendre un peu de temps avant d’être sûrs de notre choix !

Abri de jardin Calgari de Jardipolys
Abri de jardin Calgari de Jardipolys – photo Burger

 

 

Je vais choisir mon abri de jardin en fonction de :

#1: ce que je veux faire de cet abri de jardin :

il est très différent d’avoir un abri pour « y mettre de vieux trucs qui ne servent jamais » ou pour servir de salon de jardin lors des repas barbecue, lorsqu’on invite des amis en extérieur. Si je veux y mettre ma tondeuse, il faut un local sec et aéré, et dois penser à protéger le sol de bois. Si je veux y bricoler, il faut un abri qui protège du froid, et y mettre l’électricité, pour pouvoir y travailler l’hiver…

#2 de mon budget :

hé oui, les écarts de prix sont importants, mais justifiés par la qualité.

Par exemple, l’épaisseur des murs des abris de jardin en bois varie entre 12 et 44cm, ce qui aura des conséquences sur la robustesse dans le temps, de la résistance ou non à la déformation.

#3 de la durée de garantie

la durée de garantie peut aller de 1 à 10 ans (mais cela se paie). Elle est fonction de la qualité du matériau (bois, résine, métal) choisi



#4 de mes envies :

je rêve d’une maison en bois, avec son odeur, de matériaux nobles, d’une couleur particulière … ou juste un espace où ranger mes bricoles, dans ce cas, un abri métallique peut être un bon choix. Si l’espace est conçu comme espace à vivre en été, il existe des abris vastes de très bonne qualité et très esthétiques.

 

abri de jardin en résine Keter chalet et jardin
abri de jardin en résine Keter chalet et jardin – image chalet et jardin

#5 de mes convictions écologiques :

Il existe un label garantissant que le bois provient d’une forêt gérée durablement et de façon responsable, la certification FSC.

#6 du temps que je suis prêt à lui consacrer.

Si mon temps est limité, choisir plutôt un bois traité contre les insectes et les champignons que l’on peut lasurer une année sur deux. Les abris métalliques semblent moins contraignants, mais, il faut surveiller les bosses pour éviter la corrosion, ainsi que les bas des murs.

#7 de ma famille :

je ne vais pas choisir un abri métallique si l’abri sert de but de football, il sera vite cabossé !

#8 de la surface où poser cet abri, et de la nature du sol.

Attention, j’imagine que l’abri est lourd, s’il est posé contre une clôture, il y aura nécessairement un passage entre le mur de l’abri et la clôture puisqu’on doit le construire à sa place définitive, et … il faut bien passer pour le construire, ce mur ! Il faut également un terrain plat.

#9 du climat de la région :

Dans le nord, on cherche une protection contre la pluie et l’humidité, la mise hors gel également. Les entrées et fenêtres ne sont pas dirigées vers le nord ou l’ouest.
Dans le sud, on cherche à protéger du soleil et de la chaleur et on évite l’orientation face au sud.

#10 de la réglementation et des lois :

Au-dessous de 2m2, c’est la liberté, il n’y a aucune démarche à faire.

Entre 2 et 20 m2, une simple déclaration de travaux doit être faite en mairie
Au-dessus de 20m2, il est nécessaire de faire la demande d’un permis de construire. S’informer auprès de la mairie du COS (coefficient d’occupation des sols) : tout n’est pas autorisé si le jardin est petit par rapport à la surface de la maison.

 

abri de jardin 38mm universo bois
abri de jardin 38mm universo bois – image universo bois

voila une longue liste… j’espère qu’elle vous sera tout aussi utile qu’à nous… n’hésitez pas si vous avez des points supplémentaires à communiquer.

 

Brigitte

Créer chez soi son jardin de plantes médicinales

Plantes médicinales, herbes aromatiques

Avoir son propre jardin de plantes médicinales n’est pas une tendance nouvelle.
En effet, au Moyen Age et à la Renaissance, on pouvait retrouver un jardin de plantes médicinales dans chaque abbaye, couvents ou monastères. Les moines cultivaient ces plantes pour fabriquer des remèdes mais aussi pour la cuisine.

Nous vous conseillons de planter vos plantes sur un lopin de terre ensoleillé ou la mi- ombre. Et si jamais vous n’avez pas de jardin, cela ne fait rien ! Les différentes espèces que vous nous présenterons ici peuvent être cultivées en pot.

Plantes médicinales

Que faut-il planter ?

Tout dépend dans un premier temps des propriétés thérapeutiques que vous recherchez. Voici quelques exemples de plantes ainsi que leurs vertus.

  • La camomille romaine : grâce à ses effets antispasmodiques, cette plante est conseillée dans les cas de digestion difficiles, nausées, règles douloureuses et de migraine.
  • La lavande est reconnue pour être utile contre l’anxiété, les insomnies et la nervosité.
  • La menthe verte est connue pour favoriser la digestion et calmer les nausées et ballonnements.
  • La sauge consommée en infusion est connue pour aider à soigner les rhumes. Les feuilles de cette plante qu’elles soient fraîches ou séchées sont connues pour être efficaces contre les odeurs de transpiration.
  • La verveine est connue comme la menthe pour favoriser la digestion.

Que faut-il récolter ?

  • Pour la menthe, la sauge et la verveine, il vous faut récolter les feuilles.
  • Pour la camomille et lavande, seules les fleurs se récoltent



Menthe

Quand récolter ?

D’une façon générale, on ne récolte les parties utiles de la plante que quand celles-ci sont fraîches. On dit qu’elles sont fraîches lorsque les fleurs sont à peine ouvertes ou encore bien vertes. Une fois votre récolte faite, veillez à bien faire sécher les feuilles et fleurs que vous aurez ramassé dans un endroit sec et bien aéré.

bouquet de thym

 

Comment les préparer ?

De manière générale, toutes les plantes citées ici se consomment en infusion. Pour votre infusion, nous vous conseillons d’utiliser de l’eau frémissante (et non bouillante !), cela permettra à vos plantes de préserver toutes leurs vertus !

7 secrets pour créer son jardin hypoallergénique

Jardin Japonais

Le printemps arrive, les allergies aussi. Si vous êtes sensible aux allergies, nous avons pensé à vous et nous livrons nos 7 secrets pour se créer un jardin hypoallergénique ! Qui a dit que jardin et personnes allergiques n’étaient pas compatibles ?

Jardin Japonais
credit photo : Philippe Ibars

Les 7 secrets

  1. Les plantes dites plantes de terre de bruyère comme les rhododendrons, azalées ou camélias mais aussi  les fougères et bambous génèrent peu de pollen. Nous vous conseillons donc de vous diriger vers ce genre de fleurs et arbustes. En favorisant des éléments minéraux comme dans les jardins japonais, vous limitez également ce risque !
  2. Les grands jardins sont susceptibles d’avoir beaucoup de fleurs qui génèrent du pollen. Nous vous conseillons donc de faire un jardin à la française. De plus, en taillant régulièrement vos fleurs et arbustes, vous limitez l’émission de pollen
  3. Avoir un jardin aromatique n’est pas incompatible avec vos allergies ! Cultiver de la sauge, du basilic, du fenouil ou encore de la menthe n’aura aucun effet sur vous.
  4. Certaines fleurs comme les chrysanthèmes, les clématites ou les géraniums sont conseillées car elles contiennent peu d’étamine.
  5. N’oubliez pas que les insectes du jardin sont aussi vos amis ! Certaines plantes sont peu allergisantes car les insectes transportent le pollen qu’elles contiennent. C’est le cas des gueules de loup, des acacias, des genêts
  6. Les plantes flottantes comme le nénuphar ou de berge comme les joncs sont connus pour leur faible teneur en pollen. De plus, le fait d’installer un bassin limite l’émission.
  7. Si vous avez du gazon alors vous n’avez pas le choix. En le tondant 2 fois par semaine, vous limitez les risques. Le moment idéal pour le tondre est le matin au moment de la rosée. Les pollens restent collés à l’herbe humide, il est donc plus de les enlever. (si vous devez faire un choix entre pelouses et mousses ou fougères optez pour ces dernières )