Comment bien monter son abri de jardin ?

abri de jardin

Le montage d’un abri de jardin est une opération à la portée de tous. Les abris en métal ou en PVC sont généralement très rapides à installer. En revanche, les abris de jardin en bois nécessitent un peu plus de patience et de rigueur. Dans certains cas, on conseille de faire appel à un professionnel surtout lorsque le terrain est particulièrement difficile ou peu stable.

Les différents types d’abris de jardin

abri de jardin essenceLes abris de jardin en kit que l’on trouve dans le commerce sont généralement fabriqués avec trois sortes de matériaux : le PVC, le métal et le bois. Les grands avantages des abris de jardin en PVC sont la simplicité de montage et le coût du produit. Très faciles d’entretien, les abris de jardin en PVC sont fabriqués de plus en plus souvent avec des formes et des coloris qui s’adaptent bien à l’extérieur. Les abris de jardin en métal se remarquent par leur solidité et leur rapidité de mise en place. Le coût est abordable et on a souvent le choix entre l’acier (plus solide) ou l’aluminium, moins sensible à la rouille.

En revanche, lorsqu’il est question d’esthétique, de confort et de durabilité, rien ne vaut le bois ! Les abris en bois apportent un cachet incomparable à un jardin, certains sont même assez grands pour pouvoir y aménager un atelier.

La préparation du sol et des fondations

preparation des solsBien préparer le sol sur lequel sera posé l’abri de jardin est très important. Le sol doit être stable et parfaitement à niveau. Une dalle de béton n’est pas forcément nécessaire : on peut effectuer une mise à niveau avec du sable et des parpaings, après avoir nivelé à la pioche. L’ajout d’une membrane est efficace pour éviter les remontées d’humidité. Les abris de jardin peuvent aussi être posés directement sur des dalles de terrasse, à condition d’opter pour un bon système de fixation.

Cette préparation du sol et des fondations convient pour tous les sols classiques, même légèrement en pente. En revanche, il est préférable de faire appel à un professionnel ou de bien se renseigner lorsque l’on a affaire à un terrain difficile d’accès ou de nature extrême.


Le montage

Monter son abris de jardinLes abris de jardin sont livrés avec une notice de montage. Celle-ci doit être complète et donner les instructions de façon très précise. Ces dernières doivent être suivies étape par étape, on commence généralement par le cadre de base. Ne vous aventurez pas seul dans le montage de votre abri de jardin : la plupart du temps, la technique de montage requiert au minimum deux personnes. En plus, c’est plus facile, plus rapide et plus convivial à plusieurs.

Les systèmes de fixations

L’abri de jardin doit être solidement fixé au sol, quel que soit le type de matériau qui le compose. Les modèles en bois requièrent des fondations solides pour résister au temps et ne pas être emportés à la moindre tempête : la dalle de béton est sans conteste la structure la plus efficace.
Plusieurs systèmes de fixations plus simples à mettre en œuvre sont proposés par les fabricants, sous la forme de kit d’ancrages. Composés de piquets à visser dans le sol, ces kits proposent une résistance à l’arrachement plutôt bonne comparée au coût d’investissement.

Bois, métal ou PVC : comment choisir son abri de jardin ?

abri de jardin bois

Véritable annexe de la cinquième pièce de la maison, le choix de l’abri de jardin est à méditer. Sur quels critères peut-on privilégier un matériau plutôt qu’un autre ?

Le bois, champion de l’isolation

Chaque essence (sapin, pin, cèdre…) a sa propre personnalité. Libre à vous également d’ajouter une touche d’exotisme dans votre jardin (Red cedar, teck…).

Ses avantages :

  • le bois est élégant
  • le bois est isolant

Ses inconvénients :

  • le bois nécessite un entretien  fréquent
  • le prix est plutôt élevé selon l’essence désirée

Notez que les bois durs ou exotiques sont ultra résistants mais très lourds donc plus difficiles à poser.

Vous connaissez les abris en cèdre blanc ? Très pratique, le cèdre blanc est un bois qui est imputrescible (donc qui demande très peu d’entretien) et qui a une propriété naturelle non négligeable : il dégage une odeur naturelle qui éloigne les insectes mais agréable pour l’homme ! 

Le PVC, en toute simplicité

Le PVC est un matériau léger donc hyper pratique !

Ses avantages :

  • le PVC ne nécessite pas d’entretien
  • les abris de jardin en PVC sont parmi les moins chers du marché

Ses inconvénients :

  • le PVC manque de robustesse (il se déforme avec le temps)
  • le PVC est moyennement esthétique. Il existe toutefois des gammes et des finitions différentes selon les fabricants ; alors, même s’il est restreint, il y a du choix.
Si vous êtes à la recherche d’un abri en PVC qui ne demande aucun entretien,résistant et esthétique, jetez donc un oeil à l’abri de jardin PREMIUM ! Avec son aspect bois, il en séduira plus d’un.



Le métal : acier ou alu, c’est du solide !

Version métal, vous trouverez des abris en acier ou en aluminium.

Ses avantages :

  • le métal est très résistant.
  • en double paroi, il bénéficie d’une bonne isolation thermique (idéal si vous destinez votre abri à d’autres usages que le simple stockage de matériel)
  • vous avez du choix dans les finitions pour accorder son look au reste de la maison.
  • l’alu est très léger
  • et il ne nécessite aucun entretien.

Ses inconvénients

  • le métal entraine une mauvaise isolation si l’on est  en simple paroi
  • l’acier nécessite un minimum d’entretien : gare à la rouille !
  • le prix n’est pas donné

Esthétique, entretien, prix… à vous de trouver chaussure à votre pied !

 

abri de jardin bois

 

 

Pour découvrir les armoires et les coffres de jardin: lisez cet article

Comment choisir une serre pour mon jardin ?

serres de jardin

Ca y est, vous vous êtes décidé : vous investissez dans une serre cette année ! Et vous avez raison : pour vos légumes, vos fleurs et vos petits trésors végétaux particulièrement fragiles, la serre deviendra votre précieuse alliée.

Les différents types de serre

Les grandes serres

Avec leur allure de maisonnette, les grandes serres offrent un grand panel d’activités pour les jardiniers : l’hivernage des plantes gélives, les semis, le stockage de végétaux particulièrement fragiles ; sans oublier un lieu de travail mais aussi de détente !

Les serres-tunnels

Elles sont particulièrement adaptées au maraîchage. Leur structure est légère car elles sont composées d’arcs en acier ou en PVC, recouverts de bâches en plastiques, résistantes aux rayons UV. Les serres-tunnels s’installent, se démontent et se déplacent très facilement. Ainsi, elles ont l’avantage de pouvoir être remisées en un rien de temps.



Les petites serres

Si vous disposez d’un espace extérieur réduit (balcon, terrasse ou même petit jardin), ne vous privez pas d’acquérir une serre ! Il en existe de petits modèles en polycarbonate, verre ou PVC. Vous pourrez y installer vos semis, vos boutures ou y placer vos plantes pour l’hivernage.

Les mini serres

Ce sont de petits récipients qui vous permettront de protéger vos boutures, greffes et semis. Egalement, grâce à leur socle chauffant, vous pourrez y cultiver des plantes exotiques, des aromates ainsi que des fruits et légumes.

Les serres varient donc en taille mais aussi selon la température souhaitée à l’intérieur.

Selon votre région et votre usage, vous pourrez opter pour :
une serre froide. Vous ne pourrez pas y faire hiverner vos plantes, surtout si vous vivez dans une région froide. Cependant, le climat y sera plus clément que dans le jardin (avec une différence de 5 à 10 degrés)
une serre tempérée pour des températures comprises entre 5 et 12°. Idéal pour l’hivernage des plantes, il vous faudra y installer un petit chauffage d’appoint à la saison froide.
une serre tiède. La température atteindra toujours un minimum de 15°. Il vous faudra prévoir un système de chauffage performant, surtout pour l’hiver ! Une serre tiède vous permettra entre autres de cultiver des plantes exotiques.
une serre tropicale. La température y oscille entre 18 et 30°. Vous aurez besoin d’un excellent système de chauffage, quasiment toute l’année. En général, on utilise les serres tropicales pour cultiver des cactus, des plantes carnivores ou encore certaines orchidées.

 

Les conditions optimales pour bien profiter de sa serre


Pour une utilisation optimale de votre serre, vous devez réunir toutes les conditions nécessaires à savoir une bonne isolation, une bonne aération, une protection solaire suffisante et éventuellement, un système de chauffage d’appoint.

L’emplacement

Avant toute chose, faites un état des lieux : quel sera le meilleur emplacement pour votre serre ?
Placez la serre à l’endroit le plus ensoleillé de votre jardin, c’est-à-dire éloigné des zones d’ombres (arbres, murs…).

Orientez-la de sorte que sa façade la plus longue soit plein sud.

La serre doit également rester à l’abri des vents : placez les pignons est-ouest. Calculez également une surface minimum de 6m². En dessous, la circulation à l’intérieur sera difficile. Enfin, prévoyez la possibilité d’un raccordement électrique (pour l’éclairage par exemple).

Astuce : adossée directement à la maison (sur le mur orienté sud de préférence, pour bénéficier de la chaleur et de la protection de la bâtisse) les raccordements à l’eau et à l’électricité seront plus faciles à mettre en place.

L’installation

Une serre a besoin d’une bonne assise :
* si vous être bricoleur, constituez une fondation en béton, qui devra être légèrement inclinée dans la longueur et suffisamment profonde pour atteindre la zone « hors-gel ». Renseignez-vous pour cette dernière car la profondeur varie d’une région à l’autre.
* plus simple, l’installation d’une embase. Elle protègera votre serre de l’eau stagnante. Aussi, ce système facilitera un éventuel déplacement. Les embases sont en aluminium ou en acier galvanisé. Le sol doit être parfaitement nivelé avant toute installation.

L’armature de la serre

Bois, PVC ou métal, à chaque type d’armature ses atouts et ses inconvénients.

  • Le bois : esthétique et durable, il nécessite beaucoup d’entretien
  • Le PVC : léger, il est aussi fragile
  • Le métal : acier ou aluminium thermolaqués, ils sont solides et dureront dans le temps. L’entretien est moindre.

Les parois

En verre, l’effet de serre sera optimal. Mais ce matériau est lourd, fragile et ne procure pas une excellente isolation. Les parois en polycarbonate alvéolaire sont légères, incassables et ont un pouvoir isolant supérieur au verre. Par contre, les parois seront légèrement opaques.



L’aération

C’est un aspect essentiel : pour que la température soit régulée correctement, l’air doit pouvoir circuler sans entrave.

Le chauffage

Si nécessaire, vous pouvez amenez un petit chauffage d’appoint dans votre serre, à pétrole ou électrique. La puissance dépendra bien sûr de la taille de la serre et de ce que vous y cultivez.

L’entretien : à chaque saison son geste

Lorsque l’hiver approche, enlevez les protections afin de faire entrer le maximum de luminosité.Ouvrez les portes pour aérer.
Au printemps, c’est le grand ménage ! Nettoyez et rangez l’intérieur, débarrassez-vous des mauvaises herbes…
L’été, il faut ombrer les vitres pour éviter une trop forte chaleur à l’intérieur de la serre. Le sol devra être arrosé tous les jours pour garder une certaine humidité. Aérez correctement
A l’arrivée de l’automne, nettoyez bien les vitres pour qu’elles laissent passer la lumière. Vérifiez l’isolation pour ne pas avoir de mauvaises surprises l’hiver venu.