C’est quoi au fait cette mousse qui nous envahit ?

mousse dans le jardin encore

C’est intéressant de voir partout la mousse envahir pelouse, vieux arbres, ponts de bois, pierres… Cela m’a donné envie d’en savoir plus.

Cela commence mal ! « La mousse est une plante bryophyte, qui s’ancre au support par les rhizoïdes ». Zut, il faut un dictionnaire !

BRYOPHYTE = vient du grec bruon (mousse) et de phyte, En botanique, c’est le nom d’un groupe intermédiaire entre les plantes supérieures et les plantes inférieures, comprenant les mousses et les hépatiques (elles-mêmes classe intermédiaire entre les lichens et les mousses)

RHIZOÏDE = filament par lesquels certaines algues se fixent et qui font office de racine chez les mousses.

mousse dans le jardin encore

Bon, reprenons au début :

Il existe 5 catégories de végétaux :

  • Les algues (ni tiges, ni racines)
  • Les mousses (ont des tiges, mais pas de racines)
  • Les fougères (ont des tiges, des racines, pas de pollen, mais des spores)
  • Les gymnospermes (plantes à ovule nu porté par une feuille fertile – ex : conifères)
  • Les angiospermes (plantes dont les ovules sont enclos, et les graines enfermées dans des fruits)

 

Récapitulons : la mousse est un végétal sans racine, sans fleur, qui tapisse le sol d’un tapis moelleux. En fonction des sources, il y aurait entre 13000 et 20000 espèces différentes.

 

Où trouve-t-on la mousse ?

… Partout ! dans les marais, la forêt, sur la pelouse, les troncs d’arbres, les pierres, les ponts, les chemins arides, au bord de l’eau … Une seule constante, la mousse pousse à l’ombre, ou dans un endroit peu ensoleillé, mais surtout, humide.

 

Comment se développe-t-elle ?

Dans mes recherches (sur internet), j’ai lu la description de deux formes de multiplication :

  • Asexuée, par division d’une seule cellule à l’extrémité de l’organe reproducteur, c’est une fragmentation mécanique ;
  • Sexuée, deux organes (mâle femelle) produisent un œuf ou plutôt une spore qui vit en parasite sur la plante.

Est-ce que cela dépend des espèces ? Mystère pour moi !

La spore, ou le résidu de la fragmentation mécanique germe, elle fait des filaments. Ce ne sont pas des racines parce que la racine fait partie d’un système vasculaire qui conduit la sève. Les filaments n’existent que pour attacher la plante au support, puis se complexifient peu à peu, au gré des divisions cellulaires, construisent la tige, puis ce qui ressemble à des feuilles, mais n’en sont pas. Elles non plus ne sont pas vascularisées. Elles sont composées d’une seule couche de cellules qui absorbe l’eau par capillarité, et renferme la chlorophylle.

 

Comment se nourrit la mousse ?

La mousse se nourrit essentiellement d’eau qu’elle trouve dans la pluie, et dans l’humidité de l’air, et de nourriture apportée par les invertébrés. Elle a besoin d’un support pour pousser, mais pas pour se nourrir.

Ce n’est pas une plante parasite. Elle est capable de survivre en état de déshydratation, et reprend vie dès l’arrivée de l’humidité.

La mousse est très sensible au cuivre qui la tue à faible dose. C’est pourquoi, on utilisait fréquemment contre elle le sulfate de cuivre, en négligeant le fait que la mousse n’était pas seule à subir une agression.

mousse dans le jardin encore

A qui est utile la mousse ?

  • C’est la nourriture de certains papillons de nuit, elle sert de garde-manger pour les oiseaux, elle participe à la construction de nids… comme ceux des mésanges, et au confort des tanières.
  • Elle est un très bon indicateur de pollution, et a un rôle important dans l’assainissement de l’eau, car elle accumule les polluants, et libère l’eau propre.
  • Elle a un rôle important lors des besoins de résilience écologique, comme par exemple après un incendie, ou dans les conditions difficiles, comme la toundra.
  • Sous certaines conditions, les détritus de mousses devindraient de l’humus puis se transformeraient en tourbe.



Autrefois, la mousse était utilisée, surtout en Norvège et en suède pour calfeutrer les fentes des parois des chaumières. On en faisait des balais, des brosses, on en remplissait les matelas, et elle était utilisée pour emballer la porcelaine.

 

Aujourd’hui, la mousse est « re-découverte » pour d’autres aspects :

Par leurs ramifications qui unissent les voisins d’une espèce, les mousses peuvent servir à

  • Fixer les dunes
  • Assainir les marais, voire les assécher (sphaignes)

 

On continue à remplir des oreillers de mousse, mais aussi, on utilise leur tapis végétal en horticulture ornementale pour faire des tapis de mousse végétale (pas besoin de tondre, de plus, plus de place pour les mauvaise herbes !), faire des toitures végétales (isolantes), des murs végétaux (esthétiques), restaurer des berges abîmées (utilitaire). Un créatif fabrique même des logos d’entreprise à l’aide de la mousse !

mousse pour tableaux design
source http://www.inakis.fr/

Le monde actuel porte un autre regard sur la mousse, incitant non plus à une lutte totale avec des arguments chimiques, mais une lutte « mesurée » (terme emprunté à Rustica). L’extermination de la mousse n’est plus à l’ordre du jour, il est possible de lui laisser une petite place qui attirera insectes et oiseaux et contribuera à créer un coin de paradis dans votre jardin.

C »etait Brigitte reporter pour Hortik !

A bientôt pour de nouvelles recherches ..et n »hésitez pas si vous avez des informations complémentaires

Au secours ! La mousse envahit mon jardin !

mousse dans le jardin encore

 

scarificateur pour aerer le jardinNous avons investi dans un scarificateur, et, vu la taille du jardin, dans deux bobines de 50 m de rallonges électriques …. en septembre 2012. Cet automne-là était très, très pluvieux, et jamais il n’a été possible de sortir l’engin.Le printemps et l’automne 2013 ont été également bien arrosés … sauf pendant les 20 jours où nous étions en Bretagne. (Très beau temps, merci !). Alors, actuellement, nous voudrions quand même bien utiliser cette machine-miracle, qui est encore intacte et toute propre, mais n’est déjà plus sous garantie …

Mais, pourquoi utiliser un scarificateur ?

La mousse envahit les jardins. C’est surtout très visible en ce moment après des demi-saisons très humides, des hivers peu rigoureux, et des étés peu ensoleillés. Cela a une conséquence sur la pelouse qui s’asphyxie peu à peu. En gros, trois causes provoquent ou accentuent la présence de mousse :

1 – le sol est mal drainé

2 – le sol devient trop acide

3 – trop d’ombre, manque de soleil

mousse dans le jardin

Oubliez tout de suite le sulfate de fer qui date des grands parents pour plusieurs raisons :

  • Le sulfate de fer est un produit chimique qui laisse des traces sur les dalles, les terrasses, que vos chats et vos chiens emmènent sur leurs pattes jusque dans les maisons, et qui peut leur nuire aussi.
  • Le sulfate de fer est un produit chimique qui tue les vers de terre, or les vers de terre sont très utiles aux cultures en aérant le sol.
  • Vous ne pouvez pas mettre sur le compost les mousses ainsi traitées avec le sulfate de fer, ni vous en servir comme paillage comme vous le faites avec une mousse saine.

 

Et n’oubliez pas les mésanges : elles utilisent la mousse pour construire leurs nids. Que feraient-t-elles d’une mousse « empoisonnée ».

Les antimousses du commerce, même celles qui spécifient « sans danger » sur leur boite, sont également à éviter pour les mêmes raisons.

De plus, des études prouvent que la mousse ainsi traitée revient en force l’année suivante.

les vers sont tués par le sulfate de ferles mésanges utilisent la mousse pour leur nid
la mousse non traitée peut se mettre dans le compostLes cendres nourrissent la terre et aident au jardin

C’est là que l’on peut parler du scarificateur !!

1 – Le sol est mal drainé … scarifiez

Dans le temps, pour aérer le sol, les courageux prenaient un quatre dents et piquaient le sol avec l’outil vertical, et encore, et encore ….

Moi, je ne suis pas courageuse, et le jardin me semble grand lorsque j’y travaille. Il y a une dizaine d’années, nous avions investi dans un scarificateur manuel, et « à nous la vilaine mousse ! ». Eh bien, même en se relayant sur un outil léger et maniable, la tâche nous semblait interminable. Et quand je pense qu’il y a 5 fois plus de mousse qu’à cette époque, j’en frémis d’avance.

Alors nous avons décidé d’investir dans un scarificateur

Comment choisir un scarificateur, voici quelques informations :

  • Manuel pour un jardin < 100 m₂
  • Electrique pour un jardin < 500 m₂
  • Thermique pour un jardin > 500 m₂

Quand utiliser son scarificateur ?

  • En automne : septembre, octobre, décembre
  • Au printemps : février, mars, avril

La scarification a pour but d’éliminer la mousse, mais aussi de découper la surface du sol, les racines de l’herbe pour favoriser la repousse.

  • Il est préférable de tondre l’herbe avant d’utiliser le scarificateur pour lui éviter un trop gros effort.
  • Scarifiez un sol ni trop sec (trop dur, il abîme l’outil), ni mouillé.
  • Réglez l’outil pour scarifier sur une profondeur entre 2 et 4 mm.
  • Effectuez des passages croisés.

Après avoir scarifié …



Si nécessaire, semez sur les parties éclaircies.

Lancez du sable pour aérer les sols compacts, ou de la chaux, ou un engrais calcaire, ou du compost tamisé, ou des cendres de bois tamisé. Puis roulez la pelouse.

mousse dans le jardin encore

2 – Le sol est trop acide : chaulez-le ! Le sol est trop pauvre : nourrissez-le !

Votre sol est trop acide, c’est sûr, puisque la mousse s’y développe avec plaisir … Alors, donnez-lui un amendement calcaire, mais attention en toutes petites quantités à la fois pour ne pas déséquilibrer le sol, et jamais en même temps que de la fumure organique. Tout est question d’équilibre.

L’analyse du sol étant très coûteuse, il est préférable d’utiliser la méthode expérimentale : je mets un peu de produit, je prends le temps d’observer les résultats, pour en déduire l’action suivante. C’est un travail sur le long terme. (Imaginez-vous à la préhistoire, les hommes ne sachant pas si une plante est comestible, en lèchent un petit bout, puis attendent de voir les effets sur la muqueuse, puis en mâchent un tout petit bout … Je ne sais pas si je me fais comprendre avec ma métaphore à la noix !)

Les produits du commerce proposent le plus souvent des chaux, ou des associations de 3 produits : calcium, magnésium et potasse.

Mais, vous avez peut-être sous la main un trésor pour votre jardin : une cheminée à feu de bois, où vous brûlez des bûches (attention, pas des bois de récupération, avec peinture, solvants, pas de bois compressés, ni contreplaqué).

Si vous récupérez ces cendres de bois, les filtrez, les conservez pour le printemps, et pour l’automne, vous obtenez une potion magique sans azote, contenant du calcium, de la potasse, de la silice, du magnésium, du phosphore, dont votre pelouse va se régaler. Ces sels minéraux, source de nourriture pour votre pelouse ne polluent pas la nappe phréatique. Cependant, n’étouffez pas votre pelouse sous la cendre : 1 poignée suffit pour 1 m₂.

 

3 – Le sol est trop ombragé et manque de soleil

Vous avez 3 solutions :

  • déménager dans un pays ou une région où il y a plus de soleil… solution très radicale et délicate quand on aime sa région.
  • vous pouvez agir pour diminuer l’ombre et faire revenir le soleil : taillez les branches, aérez arbres et arbustes, ou supprimez en certains.
  • Sinon, résignez-vous : la pelouse ne sera jamais belle à l’ombre. Elle peut être remplacée par des plantes couvre-sol qui ne nécessitent que très peu d’entretien et diminuent la corvée de désherbage. La pervenche, le muguet ou la fougère n’ont pas besoin de soleil direct. Ce sera plus agréable à regarder que la mousse.

 

Mais vous pouvez aussi …

Pour lutter contre la mousse, surtout en mai-juin, lorsque l’herbe pousse vite, coupez la très souvent et laissez la au sol (à condition que cette herbe ne dépasse pas 4 ou 5 cm). Plus l’herbe au sol est courte, plus vite elle sera éliminée par les vers de terre qui viendront la chercher en surface tout en aérant naturellement le sol.

Par contre, évitez les coupes courtes lors de la tonte, sinon la pelouse devient fragile et sensible à la sécheresse. Les racines se développent d’autant plus en profondeur que l’herbe pousse hors sol.

Donc : coupe fréquente, mais pas trop courte pour ne pas épuiser la pelouse.

mousse dans le jardin encore

Et voilà, il est temps de se mettre au travail, dès qu’il ne pleut plus… La mousse va disparaitre, et on pourra admirer … le trèfle qui se plaît beaucoup dans notre jardin !

 

Alors, à bientôt.

Brigitte