Stop aux cochenilles, parasites fréquents dans nos jardins !

Les cochenilles, insectes parasites des plantes (phytophages)

La cochenille est l’un de parasite les plus fréquent sur nos plantes d’intérieures mais également dans nos jardins dès la fin du printemps.

 

Les plantes les plus fréquemment touchées sont aussi nombreuses que variées : le ficus, l’hibiscus, les orchidées, les agrumes, les hortensias, le lilas ou encore l‘olivier.

 

La cochenille est un très petit parasite (0 ,6 cm de long en moyenne) de forme ovale et sécrète un amas blanc ou rosé qui lui donne un aspect cotonneux.
La fréquence de ponte de la femelle est rapide, après éclosion, la nymphe se développe avec 3 stades larvaires successifs.

 

Les cochenilles que l’on trouve sur les plantes peuvent donc être : des œufs, des larves ou des femelles adultes.

 

 

 

Les symptômes de la présence des cochenilles

La cochenille laisse un voile blanc qui s’observe sur les tiges et les feuilles de vos plantes, le long des nervures sur la face inférieure.

Pour se développer et pouvoir se reproduire, la cochenille a besoin de chaleur et d’humidité, elles aiment particulièrement les milieux confinés et surtout les températures élevées.

C’est pourquoi on retrouve souvent la cochenille sur nos plantes d’intérieures surtout lorsqu’elles sont vaporisées régulièrement.

Ce parasite se nourrie de la sève des plantes ce qui fini par les affaiblir.


Comment s’en débarrasser ?

  • Enlevez les carapaces avec un chiffon imbibé de bière
  • Vaporiser sur toutes les parties atteintes une solution de savon noir additionnée à 1% d’alcool à brûler
  • En cas de grosse invasion, faites disparaître les branches infectées.

Une fois le traitement effectué, surveillez régulièrement vos plantes pour éviter d’autres invasions du parasite.

 

Découvrez toutes nos astuces et remèdes de grand-mères sur le blog Hortik !

La taupe travaillerait 4h par jour… cool non ?

taupe qui sort de son trou

Ce mammifère, long de 12 à 17 cm, possède un pelage noir, doux et velouté.sa vie est presque totalement souterraine. La taupe préfère les terres meubles et fraîches. Active pratiquement toute l’année, elle commet des dégâts en creusant des galeries souterraines et en formant des taupinières (petits monceaux de terre qu’elle rejette en creusant sa galerie).  Les périodes de grandes activités de la taupe se situent entre 7 et 8heures, entre 10 et 12heures et de 18 à 19heures (heure d’hivers). Par son action elle bouleverse les semis ou les plantations.

La taupe est cependant très utile, car elle participe à l’équilibre naturel en se nourrissant des verres de terre, de vers blancs ou gris, de larve du taupin, de mollusques, de courtilières, et divers insectes : en 24h elle en consomme environ l’équivalent de son propre poids.

taupe

Les soins préventifs

Il existe des appareils émettant des vibrations sonores qui éloignent les taupes et les rongeurs. Hélas ces équipements sont un peu chers.

A défaut, les méthodes suivantes sont possibles :

  • Déposer dans les galeries principales des chiffons imbibés d’essence de térébenthine, reboucher l’endroit accessible, l’odeur fera fuir l’animal ;
  • Placer dans les galeries principales des tiges de coudrier (noisetier) ou de métal d’un diamètre d’environ 10mm ; les laisser dépasser du sol de 40 à 50cm ; à l’extrémité de ces tiges, emmancher à l’envers une bouteille en matière plastique : le bruit produit par le vent éloignera les taupes.
  • Des bouteilles vides, ouvertes, enfoncées dans les planches (entre les rangs), le goulot dépassant de quelques centimètres au-dessus du sol, éloigneront les taupes par le bruit que fera le vent en s’y engouffrant.
  • Les scilles, la fritillaire impériale et l’épurge, cette dernière semée directement en place, repousseraient les taupes et la plupart des rongeurs par l’odeur des racines et des bulbes (résultats moyens).
  • Le carbure de calcium est un excellent répulsif ; en introduire une ou deux pierres dans une des galeries principale ; boucher celle-ci et humidifier si nécessaire ; le gaz dégagé fera fuir les taupes. Ce procédé permet aussi de lutter contre une invasion de rats autour des poulaillers ou clapiers.
  • Le tourteau de ricin peut également être utilisé comme répulsif (20 à 25kg par are)



Comment éliminer les taupes

Lorsque ce mammifère fait beaucoup de dégâts, son élimination devient nécessaire.

Le piège est certainement le moyen le plus sûr, le moins polluant et l’un des moins couteux. Il se pose dans les galeries principales. Au moment de l’achat, n’hésitez pas à demander  un plan et la méthode du piégeage.

Généralement, on utilise des pièges à pince, mais il existe aussi des pièges en tube plastique munis d’un clapet à chaque extrémité. Pour ces derniers, un seul piège suffi par endroit. Facile à poser (au milieu du trou), ils ne sont pas dangereux pour l’utilisateur.

Comment poser les pièges

Essuyer d’abord les tiges. Enfiler des gants car, si la taupe ne voit pas bien, elle a en revanche un odorat très développé et sentira l’odeur humaine.

  • Poser correctement les pièges, bien droit. Reboucher délicatement le trou avec une tuile ou une ardoise, sans faire tomber de terre dans la galerie.
  • Poser deux pièges (à pinces), un de chaque cotée de la galerie, la taupe pouvant arriver d’un côté ou de l’autre.
  • Les pièges a pinces sont dangereux ; attention aux doigts lors de leur pose.
  • Visiter les pièges régulièrement, mais avec précaution.

Dans la famille des nuisibles, je demande les hannetons !

hanneton, comment s'en débarrasser

Ce coléoptère de couleur rougeâtre avec une tête brune, est long d’environ 3cm. Son cycle évolutif se déroule sur 3 années. Sa larve est blanche avec  la tête et les pattes jaunes ; grosse, charnue et recourbée en arc, elle mesure de 2 à 5 cm. On la nomme « ver blanc ». La larve du Hanneton se nourrit des racines de toutes les plantes potagères, mais surtout de celles des betteraves, des laitues et des fraisiers. Les plantes se flétrissent, jaunissent et meurent.

hanneton

Les soins préventifs contre les hannetons

–          Pratiquer de bonnes rotations.

–          Sur les planches envahies, semer des colzas. Les larves disparaitront, en partie car elles n’apprécient guère les racines de ces plantes ; enfouir les engrais verts lorsque ceux-ci sont suffisamment développés, après un séchage de quelques jours.

–          Les feuilles de choux, de chou de Chine, de moutarde de chine, de navet, grossièrement hachées et légèrement incorporées dans le sol, éliminent ou repoussent les larves du hanneton.

Comment éliminer les hannetons

Au labour, détruire les larves, puis incorporer dans le sol des déchets de laine brute ; c’est la plus grande ennemis de la larve du hanneton.

larve hanneton



Les autres moyens pour éliminer les hannetons

                Les pièges

Planter des laitues entre les diverses plantes potagères ; elles serviront de plantes-pièges : lorsqu’une laitue se fane au pied de la plante et l’écraser

                Les ennemis

Les ennemis du hanneton et de sa larve sont :

Les carabes dorés, les chauves-souris, les couleuvres,  les engoulements, les étourneaux, les hérissons, les mulots, les musaraignes, les taupes, de nombreux oiseaux dont les bergeronnettes,  les buses, les hiboux, les mésanges, les moineaux ou encore les pies.

Dans les années 50, il y avait énormément de hannetons, si nombreux que parfois les feuilles des chênes étaient dévorées. Aujourd’hui ils se font plus rares ; ceci est certainement dû à l’emploi de produits chimiques de synthèse supportés par la terre, mais également à la disparition des « taupiers » ( les taupes prolifèrent et consomment énormément de vert blacs).

Dans la famille des nuisibles, je demande les escargots et les limaces !

mollusque, escargot

Les mollusques contiennent plusieurs espèces dont les limaces et les escargots.

Véritables nuisibles du jardin, les limaces et les escargots dévorent les jeunes plantes. Pour tout savoir sur ces nuisibles et surtout comment s’en débarrasser, suivez le guide !

mollusque

Mollusques, c’est quoi donc?

Les espèces

On dénombre 4 espèces principales :

  • Les escargots des jardins ou Helix hortensis de leur nom latin
  • Les limaces rouges ou Arion Rufus de leur nom latin
  • Les loches ou limaces agrestes, agriolimax agrestis de leur nom latin
  • Les limaces cendrées ou limax maximus de leur nom latin

Que font-ils ?

Ces mollusques, escargots et autres limaces, sont de véritables parasites car ils sont très voraces. Ils dévorent les feuilles des jeunes plantes. Ils ne sortent que la nuit et par temps pluvieux.



Comment lutter contre les mollusques ?

Traitement préventif

L’un des meilleurs moyens pour faire fuir les mollusques du jardin est un moyen…écologique ! Autour des cultures que vous souhaitez protéger, faites des remparts assez épais à l’aide de sciure ou cendre de bois.

L’avantage de la sciure ou cendre de bois est le fait que lorsque le mollusque passe dessus, il ne peut plus avancer correctement et finira par mourir.

L’inconvénient de cette méthode est qu’il faut recommencer après chaque pluie.

Il existe également un autre moyen naturel…la bière ! Pour cela prenez une boite de conserve vide et remplissez là à moitié de bière. Enterrez cette conserve à ras de terre dans le potager. Les mollusques très friands de bière seront attirés et viendront se noyer dans la bière ! Retrouvez cette astuce plus détaillée ici !

Les éliminer

Vous pouvez éliminer les mollusques du jardin en pulvérisant du sulfate de cuivre en neige ou cristaux.

Au niveau quantités, mettez 100g de sulfate de cuivre pour 10 litres d’eau. Pensez à bien mélanger le mélange. Nous vous conseillons de pulvériser ce mélange tard le soir quand les mollusques sont de sortie ! Une fois la solution pulvérisée sur les plantes, attendez quelques jours et surtout lavez bien vos plantes avant de les consommer.

Le meilleur moyen de supprimer les escargots sans les tuer est encore de les ramasser pour les manger ! Et si jamais vous n’aimez pas les escargots, pensez à les donner à votre famille ou amis qui les apprécient.

Les ennemis des mollusques

Bien que les mollusques soient de vrais parasites pour vos plantes, ils ont néanmoins un intérêt dans la chaine alimentaire. Les principaux prédateurs des mollusques sont :

  • Les carabes
  • Les crapauds
  • Les hérissons
  • Les oiseaux
  • Les orvets

Combattre les nuisibles au jardin

nuisible doryphore

Découvrez quels sont les insectes et les nuisibles les plus fréquents au jardin et comment s’en débarrasser.

Les altises

nuisible altises chouxLes altises sont des petits coléoptères sauteurs qui mangent les choux,  les radis et les navets. Lorsqu’ils sont nombreux, ils peuvent créer de gros dégâts en stoppant la croissance des plantes et en laissant les feuilles criblées de trous. Pour éviter leur prolifération, on peut répandre du purin d’ortie ou de la cendre au pied des plantes et maintenir la terre humide avec des arrosages fréquents. Le crapaud est un grand consommateur d’altises et il est conseillé de ne pas les chasser lorsqu’ils s’installent à proximité du potager.

Les pucerons

nuisible pucerons

Les pucerons absorbent la sève des plantes et s’attaquent particulièrement aux rosiers, aux betteraves, aux pommes de terre et aux poivrons. Pour lutter contre ces hôtes indésirables, il est primordial de favoriser la présence des coccinelles qui en sont très gourmandes. On pourra aussi planter à proximité du potager de l’ail et des capucines qui ont la réputation d’agir comme répulsif contre les pucerons.



Les doryphores

nuisible doryphore

Les doryphores sont de redoutables petits insectes qui colonisent les plants de pommes de terre et de tomates. Les doryphores possèdent peu de prédateurs naturels et sont difficiles à chasser. La meilleure solution reste la rotation des cultures pour éviter la colonisation.

Les taupes et les mulots

Pour préserver votre potager et éloigner naturellement les taupes, pensez aux plantes « anti-taupes » comme la fritillaire impériale, la grande épurge et le ricin. Ces espèces dégagent des substances qui font fuir les rongeurs.

Les limaces et les escargots

Les limaces et les escargots sont les principaux ravageurs du potager. Pour s’en débarrasser de façon naturelle, on peut disperser de la cendre au pied des végétaux, surtout auprès des légumes verts à feuilles dont ils sont friands. En cas de forte invasion, seul le ramassage manuel est efficace.