Une petite fraise ? Zoom sur la culture du Fraisier, vivace et rustique…

jolie fraise


fraisier fraiseLe fraisier est une plante vivace de la famille des Rosacées comme le rosier. Le fraisier est une plante rustique(qui résiste au froid) jusqu’à -20°C.De son nom botanique Fragaria, la première espèce de fraisier s’appelle le fraisier des bois. Il compte plusieurs espèces comme le fraisier de Chili, le fraisier de Virginie, le fraisier capron, le fraisier ananas ou encore le fraisier étoilé.

Tous ces fraisiers sont regroupés en quatre sous-familles:

  • fraisiers non remontants à gros fruits
  • fraisiers remontants à gros fruits
  • fraisiers non remontants à petits fruits
  • fraisiers à petits fruits ou fraisiers quatre saisons.

 

Propriétés du fraisier

Le fraisier est une plante herbacée rustique haute de 20 à 30 cm.

– Ses tiges sont dressées
– ses feuilles, 3 folioles, sont pétiolées, plissées, dentées et parfois velues.
– ses fleurs sont hermaphrodites, dioïques ou polygames selon les espèces. Les fleurs du fraisier sont de couleurs blanches.

jolie fraise Le fraisier est cultivé pour ses fruits charnus, sucrés, parfumés mais aussi exotiques. Ses fruits, les fraises, sont de forme arrondie ou conique. Leur couleur va du rouge foncé au rouge clair. Certaines variétés donnent des fruits roses, jaunes ou blancs. Leur saveur diffère largement d’une espèce à une autre. La fraise est apéritive, diurétique, laxative, rafraîchissante et dépurative. Elle contient aussi des vitamines A, B, C, E et K ainsi que du brome, du calcium, du fer, du iode, du magnésium et bien d’autres. Les fraises contiennent du sucres mais les diabétique peuvent en consommer.



comment cultiver ses fraisier

L’environnement parfait pour la culture du fraisier et des fraises est le suivant:

  • climat : tempéré
  • exposition : ensoleillée
  • sol : fertile, profond, meuble, humifére , frais et peu calcaire
la période de plantation est juillet ou décembre
La période de floraison est de avril à juin pour les variétés non remontantes et avril aux gelées pour les quatre saisons.
La récolte, elle, se fait 7 à 12 mois après le semis.

La multiplication par semis est utilisée pour des variétés quatres saisons. Pour les variétés à gros fruits, cette méthode s’emploie unique pour produire de nouvelles variétés, car les plants issus de semis ne sont pas fidèles au pied père.

Comment se fait la culture par semis?

Les graines se sèment en juillet ou en décembre.
Une dizaine de jour à l’avance, il faut:

  • préparer les caissettes, jardinières ou terrines destinées à recevoir les graines
  • les remplir de mélange de terreau à 2/3 et de terre fertile et légère à 1/3
  • arroser les semis avant de les mettre, en les faisant tremper 48 dans un peu d’eau, égoutter et enrober de lithothamnium
  • les semer et les recouvrir juste un de terreau
  • placer les récipients dans un châssis et recouvrir avec un paillasson jusqu’à la levée.
  • bassiner pour garder la fraîcheur et éclaircir si besoin
  • laisser hiverner les plants sans les repiquer et fermer le châssis pour les protéger du froid.

Comment se fait la mise en place sous terre ?

Vers la mi-mars:

  • prévoyez un espacement régulier de 40 cm en tous sens.
  • praliner les racines avec une bouillie de lithothamne pour faciliter la reprise.
  • repiquez au plantoir si les plants de fraisiers sont robustes, tout en prenant soin de ne pas recourber les racines
  • tassez chaque pied et arrosez.

Comment se fait la culture par division de touffes ?

Cette méthode de multiplication végétale est surtout utilisée pour les variétés qui ne demandent pas de stolons.

Voilà les étapes:

  • en septembre, repérez les plus belles et vigoureuses touffes.
  • enlevez régulièrement les feuilles et les hampes florales sèches.
  • rechaussez légèrement chaque touffe pour favoriser la venue des radicelles.
  • arrosez en cas de sécheresse

De la fin du mois septembre jusqu’à la fin du mois d’octobre, arrachez ces touffes et pratiquez la division:

  • ne conservez que les sujets ayant des racines nouvelles (radicelles) ou munis d’un bourgeon
  • éliminez les plantes âgées
  • coupez les racines anciennes
  • pralinez les radicelles et mettez-les en place à l’aide d’une houe
  • tassez bien chaque pied et arrosez les au goulot.

Comment se fait la culture par multiplication de filets (stolons)?

  • choisissez des pieds sains et productifs.
  • supprimez les fleurs des plantes sélectionnées.
  • conservez 1 plant sur 3 par coulant
  • plantez dès que les radicelles apparaissent

La plantation se fait d’août à octobre en espaçant de 40 cm toujours.

Les bons mariages :

Le fraisier s’entend bien avec la bourrache officinale, l’épinard, le haricot nain, la laitue et le thym… mais le choux est néfaste pour lui.

 

Fertilisation

Tous les ans à la fin de l’automne ou de l’hiver, il vous faut :

  • apporter du compost en l’enterrant superficiellement.
  • apporter de l’engrais azoté lors des binages pour 1 à 3 kg par are.
  • faire des fertilisations foliaires à base de lithothamne quand la végétation est abondante et 3 à 4 fois fois toutes les 3 semaines.

Entretien

Il faut faire des binages et sarclages et arroser si nécessaire.

Le paillage est conseillé avant la floraison. En effet il conserve la fraîcheur du sol et rend les fruits plus propres. Préférez le paillage à base de compost.

Si vous utilisez du paillage avec autre chose que du compost, retirez fin octobre ou début octobre la paille qui n’est pas décomposée.

 

Maladies et parasites du fraisier

1. Le blanc des racines

Les symptômes sont que des filaments blanchâtres apparaissent sur les racines.
Pour soigner : arrachez et brûlez les pieds attaqués et attendez 3 à 5 ans avant de replanter à cet endroit.

2. la chlorose

Les symptômes sont que les feuilles jaunissent , se recoquillent, brunissent et se dessèchent. La cause est l’excès d’humidité et de calcaire ou une terre trop compacte.

Pour y remédier, aérez le sol. En fin de saison, coupez les feuilles au ras de sol et couvrez la planche de 4 cm d’aiguille de pin.

3. la maladie des taches

Les symptômes sont que de nombreuses taches circulaires, rougeâtres ou brunâtres apparaissent sur les feuilles, qui finissent par se dessécher.

Pour prévenir, pulvérisez de la bouillie bordelaise au printemps avant la formation des fruits et une autre après la récolte. Coupez et brûlez les feuilles atteintes.

4. L’oïdium des fraisiers

Les symptômes sont que les feuilles se couvrent d’une poussière blanche, elles se déforment et sèchent. Les fleurs et les fruits ne viennent pas maturité.

Cette maladie n’apparaît que pendant les étés chauds et humides. Pour prévenir, faites des fertilisations foliaires à base de lithothamne quand la végétation est abondante et 3 à 4 fois toutes les 3 semaines.

Pour y remédier, sélectionnez et brûlez les pieds atteints puis saupoudrez sur la végétation humide (à la rosée) une solution moitié lithothamne et moitié fleur de soufre.

5. La pourriture grise

Les symptômes sont que les fruits pourrissent et sont recouverts de moisissures grises. Pour prévenir, effectuer des fertilisations foliaires. Aussi au début et à la fin de la saison, pulvérisez une décoction de prêle.

Cueillez et brûlez les sujets atteints.

6. La grise

C’est un petit acarien jaune, ayant deux taches rouges su les cotés. Il suce le dessous des feuilles et dépose des secrétions sur la surface supérieure. La feuille prend une couleur grise rapidement.

Pour soigner, pulvérisez un insecticide végétal et procédez à des saupoudrages à base de roténone.

 

 

Le jardin en juin : ce qu’il faut faire ce mois ci !

Potager au printemps

Le mois de juin révèle sa douceur et sa chaleur et on sent que l’été est proche et arrive. Chose très importante à ne pas oublier quand les beaux jours arrivent : n’arrosez pas vos cultures en journée au soleil ! C’est d’une part un gaspillage d’eau et d’autre part cela a des effets négatifs sur le tissu végétal en plein soleil.

Potager au printemps

Les légumes et le potager

  • éliminez les mauvaises herbes
  •  Arrosez vos semis le soir, sauf s’il a plu dans l’après-midi.
  •  Versez l’eau au pied des plantes. Il est plus prudent d’éviter le feuillage afin de prévenir votre plant de la  pourriture et des maladies
  •  Penser à renouveler votre purin de consoude. Arrosez tous les 15 jours au pied de tomates et potirons. Cet apport riche en potasse favorisera la croissance et vous lutterez contre les pucerons et mouches blanches.
  • Évitez de récolter les dernières asperges et laissez-les se développer.
  • Afin d’éviter le mildiou sur vos plants de pommes de terre, nous vous conseillons de les traiter à la bouillie bordelaise (plus d’infos sur la bouillie bordelaise : cliquez-ici).
  • Saupoudrez du charbon de bois contre la fonte des semis

Les légumes à récolter

En juin vous pourrez encore récolter des légumes d’hiver comme :

  • Salades
  • Laitues
  • Radis d’été
  • Navets d’été
  • Pommes de terre nouvelles
  • Carottes (variétés précoces)
  • Ciboule
  • Des tiges très jeunes et fraiches d’angélique

Les légumes à semer et planter

En juin vous pourrez planter et semer :

  • Scaroles et autres chicorées frisées
  • Laitues
  • Carottes
  • Haricots verts
  • Radis d’été
  • Brocolis et choux d’hiver (de Bruxelles, Milan de Pantoise)
  • Pois
  • Betteraves
  • Citrouilles
  • Potirons
  • Courges
  • Courgettes
  • Ciboule

Du côté des herbes aromatiques, vous pourrez semez du basilic et les bisannuelles…

Le verger

  • Taillez vos arbres fruitiers, grimpantes fruitières et petits fruits : pour vos vignes, taillez légèrement pour limiter les feuilles en excès
  • Ne laissez pas trop de fruits sur vos arbres, les branches risqueraient de se casser
  • Traitez vos plantes atteintes du mildiou grâce à la bouillie bordelaise et au souffre contre l’oïdium
  • Protégez votre récolte en installant des pièges contre les parasites et en ensachant vos fruits.

Les autres points

Balcon : soutenez les floraisons avec un engrais liquide ; pincez les plants de tomates.

 

mais ca veut dire quoi « pincer des plants de tomates » ou « pincer les gourmands ?

Les gourmands, aussi appelés drageons, sont des petits bourgeons secondaires qui se forment  entre la tige de la branche de feuille et le tronc principal de la tomate.  Il est important des pincer les gourmands (c’est à dire de les supprimer en pinçant cette tige).
et pourquoi pincer les plants de tomates ? cela permet de supprimer des tiges un peu trop gourmandes, qui risqueraient de garder un peu trop de seves pour elles… Pincer les tomates permet donc d’avoir des tomates encore plus grosses et plus belles.

 

La bignone ou jasmin de Virginie, une belle plante grimpante

fleurs de Bignone roses

Bignone, allons voir si la rose

Qui ce matin avait éclose

Sa robe de pourpre au soleil,

A point perdu cette vesprée,

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vôtre pareil.

(extrait Pierre Ronsard)

Oups ce n’était pas Bignone mais Mignonne !!

La bignone  nous vient de la Chine et du Japon. Cette plante grimpante appartient à la famille des Bignoniacées.  Superbe fleur qui apportera une touche exotique à votre jardin, elle se cultive très bien en pot également. Cette plante supporte très bien les climats méditerranéen et océanique.
Les fleurs de la bignone sont reconnaissables car ce sont de grandes trompettes qui vont de l’orange vif au rouge écarlate.
La bignone est parfois appelée « jasmin de virginie » et est une plante grimpante de toute beauté.

Bignone

Comment semer la bignone ?

Sol et exposition

Au niveau de l’exposition, réservez un endroit ensoleillé à votre bignone pour qu’elle puisse bien croître. L’idéal est de la planter le long d’un mur exposé sud et de la mettre à l’abri des vents froids. L’idéal pour le sol est qu’il soit normal et riche en humus. Il faut une terre bien drainée mais qui garde un peu de fraicheur en été. Cela permettra à votre plante de survivre l’été en cas de températures élevés !

Période

L’avantage de la bignone est qu’elle peut se planter toute l’année sauf pendant les périodes de gel. Elle fleurit dès le mois d’aout et la floraison se termine généralement en septembre.

Plantation

Au moment de planter votre bignone, nous vous conseillons de faire un mélange entre la terre de votre jardin et du terreau. Cela permettra à votre bignone d’avoir un sol plus riche en humus, ce qui ne peut que la faire croitre dans de bonnes conditions. La croissance de la bignone est assez rapide et elle a tendance à s’étendre. Pensez à bien répartir vos plants.

En ce qui concerne le bouturage, vous pouvez le faire l’été et cela vous permettra de multiplier votre plante ! Il faut néanmoins savoir qu’une bignone provenant d’une bouture est plus longue à fleurir.



Comment entretenir la bignone ?

Tailler

La taille n’est pas nécessaire à la bignone. Elle vous permettra seulement de réduire votre plante si elle devient envahissante ou de lui donner une certaine forme si elle pousse de manière désorganisée.

En fin d’hiver vers février-mars, supprimez les branches mortes. Pensez également à dégager le centre de votre plante, cela laissera mieux pénétrer l’air et le soleil et vu que cette plante est grande amatrice du soleil, elle ne pourra que mieux fleurir !

Arrosage

Pensez à l’arroser régulièrement en été. Il faut tout de même éviter de l’arroser trop copieusement, cela pourrait lui nuire !

Maladie

Au niveau des nuisibles, prenez garde aux pucerons et araignées rouges car leurs attaques peuvent être redoutables ! Pour vous débarrassez de ces nuisibles, nous conseillons une solution bio: la coccinelle. La coccinelle est un véritable prédateur pour ces deux insectes, alors n’hésitez pas à les attirer dans votre jardin. Si vous n’avez pas de coccinelles dans votre jardin, il est possible d’en acheter.

Au niveau maladie, cette plante peut être sujette à l’oïdium. Si votre plante est attaquée par cette maladie, une fois de plus, nous avons une astuce bio pour vous : diluez du lait écrémé dans de l’eau au 1/10ème et vaporisez sur votre plante.

 

Petit album photos de Bignones et des feuilles de bignones

Photographies B. Morard :

Les zinnias s’invitent dans votre jardin

fleur de Zinnia avec papillon

Le zinnia nous vient du Mexique et du sud-ouest des États-Unis. Elle appartient à la famille des astéracées. Il existe près de 20 espèces de zinnia. Les fleurs de zinnia ressemblent à des fleurs de marguerites est peuvent être jaunes, blanches, orangées, rouges, pourpres ou encore lilas ! Alors pour mettre des couleurs dans votre jardin, n’hésitez pas à planter des zinnias ! Il faut savoir que le zinnia a une particularité : plus vous coupez les fleurs, plus la floraison est stimulée.

Zinnia

Comment semer ses zinnias ?

Sol et emplacement

Les zinnias affectionnent tout particulièrement le soleil. Veillez donc à les placer dans un endroit ensoleillé. Pour que assurer la bonne croissance de vos plantes, nous vous conseillons de choisir un sol fertile et surtout bien drainé.

Période

Vous pouvez commencer à planter vos zinnias dès mars/avril sous abris. En plaçant votre pot au chaud, vous allez favoriser le démarrage de la floraison. Dès le mois de mai, plantez vos zinnias en pleine terre. Pensez à bien espacer vos cultures car elles ont tendance à prendre de la place. Vous pouvez les planter jusqu’à la fin juin.

 

Comment entretenir ses zinnias ?

Arrosage

La chose très importante à savoir est qu’un zinnia nécessite d’être arrosé régulièrement. Le zinnia étant sujet à certaines maladies comme l’oïdium, nous vous conseillons de l’arroser le matin et d’éviter soigneusement de mouiller le feuillage.

Entretien et coupe

Le zinnia ne demande pas beaucoup d’entretien. Pensez juste à enlever les fleurs fanées, cela permettra aux nouvelles fleurs de sortir.

Nuisibles et maladies

Comme nous l’avons souligné, le zinnia est sujet à l’oïdium. Elle a aussi tendance à attirer les papillons et les limaces. Les papillons ne feront rien à vos plantes, par contre les limaces dévoreront les feuilles !

Découvrez les Zinnias sur Hortik.com en cliquant ici !

 

Oïdium, la maladie du « blanc »

Oïdium

L’oïdium commence ses méfaits souvent en mai. Les feuilles et fleurs se recouvrent d’une poudre blanche, l’oïdium. Vous pouvez trouver cette poudre blanche sur  tous les légumes, surtout les cucurbitacées, et également sur les plantes ornementales.

Les oïdiums sont des champignons superficiels formant sur la surface des feuilles un duvet blanchâtre.

Cette maladie est causée par des champignons.  Ces champignons sont responsables de redoutables épiphyties qui parasitent de manière plus ou moins spécifique, diverses espèces de plantes cultivées, aussi bien au jardin d’ornement qu’au verger ou au potager…
quels sont les symptômes ?

Au début, on voit apparaître un feutrage blanc d’aspect farineux sur les feuilles, les tiges et parfois les fleurs. Souvent, l’oïdium provoque également des déformations des feuilles.

Oïdium

 

Quels sont les facteurs qui favorisent l’oïdium ?

En général, l’ombre et la sécheresse sont des circonstances favorables au développement de ces maladies. Celle-ci se développe très souvent en fin de saison lors de l’affaiblissement des plantes qui perdent leur vitalité.

 


Sur quelles cultures trouve t-on l’oïdium ?

La maladie du « blanc » appartient à une grande famille, dont les différents membres s’attaquent

  • au rosier, au pied d’alouette, au bégonia
  • au melon, à la courgette, à la tomate
  •  à la vigne, au pommier, au groseiller à maquereau

Donc l’oïdium s’attaque à tous les types de cultures que vous pouvez retrouver dans vos plantes d’intérieur, dans votre jardin, votre potager et votre verger.

Les concombres et les courgettes en sont systématiquement victimes à la fin de l’été.

Par contre, chaque espèce a sa propre forme d’oïdium : c’est à dire que celle qui touche la vigne ne touchera pas le rosier.

 

Comment prévenir de cette maladie du « blanc » ?

Nous vous recommandons plusieurs actions afin de prévenir de cette maladie du « blanc » :

  • Supprimez immédiatement les parties touchées. Brûlez les feuilles et les parties infestées de la plante.
  • Lorsqu’il fait chaud, veiller à ne pas arroser le feuillage, mais attention à l’humidité qui est la grande amie de cette maladie
  • Nettoyer régulièrement autour des plantations,
  • Aérez bien les plantations afin d’éviter que l’humidité ne stagne. L’oïdium se propage lorsque les plantes sont trop serrées entre elles

Comment traiter cette maladie ?

En effectuant les gestes de préventions cités ci dessus, et ensuite, nous vous proposons 2 solutions :

  • pulvériser du lait sur les plantes, arbustes, … atteints :
    • Mélangez 1/2 litre de lait à 4,5 litres d’eau (total 5L) et pulvérisez toutes les semaines jusqu’à disparition totale !
  • traiter au soufre :
    • Généralement appliqué en pulvérisation, le soufre s’achète sous forme de « poudre à mouiller » que l’on dilue donc dans l’eau. attention : comme tout traitement pulvérisé sur les feuilles, il ne faut pas traiter par forte chaleur.
    • Si vous n’avez effectué aucun traitement et que la maladie se déclare, traitez dès l’apparition des premiers symptômes; mais vous êtes prévenus : au-delà de 10 à 15% de surface atteinte, cela s’avèrera inefficace…