Avoir du muguet chez soi !

fleurs de muguet

Le muguet est une plante vivace à fleurs. On la reconnaît par sa beauté et sa très bonne odeur !

Vous en recevez au mois de mai, me direz-vous.

Hortik vous en parle bien assez tôt car c’est toujours un plaisir d’en avoir à la maison.

 

3 manières d’obtenir du muguet à la maison

Méthode 1 : la méthode éphémère

Recevoir ou acheter un brin de muguet le 1er mai et le replanter par la suite (sans succès assuré) !

Méthode 2 : la méthode longue

Planter des semis de muguet (vous obtiendrez de jolis brins d’ici 7 à 8 ans … .

Méthode 3 : la méthode plus ou moins courte

Avoir du muguet à la maison dés le mois de mai prochain.

 

 

La méthode préférée d’Hortik : les bulbes de muguet

Nous chez Hortik c’est la solution n° 3 que l’on préfère ! Elle nous semble très astucieuse. Dans un premier temps, cela fera son effet dans votre espace vert et dans un deuxième temps, vous aurez le plaisir de l’offrir à vos proches !



 

Quelques conseils  pour planter vos bulbes de muguet !

On achète donc les bulbes (griffes)  de muguet mi-février et on les plante début mars.

Un petit indice : dés que l’hiver se fait doux ou encore dés que les gelées s’en vont, il est temps de vous armer de vos petits outils de jardinage pour planter vos bulbes !

Dans le sachet de bulbes, vous trouvez des rhizomes (ou griffes) !

Creusez un trou dans la terre de 10 cms de profondeur. Plantez-les de 8 ou 10 cm les uns des autres, la pointe dirigée vers le haut.

Ce qu’il aime par-dessus tout le muguet c’est  de l’ombre, de la fraîcheur, et juste un peu d’humidité !

Pour fortifier et assurer la pousse du muguet, n’hésitez pas à user de compost ou d’engrais, le muguet ne sera que plus beau !

 

Les avantages d’avoir du muguet chez soi

Le muguet est une fleur qui se prolifère fortement, donc espacez bien vos plantations pour que les bulbes et ou fleurs n’éttouffent pas ! En effet, le rhizome du muguet est ramifié et rampant. S’il se sent bien, il va très vite se propager !

Une fois le 1er mai passé ainsi que le premier été de nos jolies fleurs, il est inutile de prendre extrêmement soin de vos plants : ils sont autonomes c’est magique !

 

Il est temps alors de prévoir vos plantations de bulbes. Voilà ce qu’il vous faut absolument : bulbes (griffes) de muguet, des gants, d’un plantoir à bulbe et d’un bon arrosoir et c’est parti !

Bon jardinage !

N’hésitez pas à partager votre expérience, nous en serons très heureux.

 

A lire aussi notre article : pourquoi offre t-on du muguet au 1er mai ?

 

Zoom sur : la bruyère !

Bruyère en pot, violet

La bruyère appartient à la famille des éricacées. La bruyère a le grand avantage d’être une plante très résistante ! Cette plante à floraison longue et ininterrompue résiste à l’hiver et à la neige. Elle se plait dans toutes les régions.

Outre sa grande capacité de résistance, elle est également une plante décorative. En pot, en jardinière ou en pleine terre, la bruyère sera un parfait élément décoratif dans votre jardin grâce à ses fleurs blanches, roses ou rouges.

Bruyère

Culture de la bruyère

Type de sol

Au niveau du type de sol, nous vous recommandons un sol normal voire sableux, riche en humus. Elle se plante également très bien dans la terre de bruyère.  La terre doit être légère et bien drainée. Les espèces les plus courantes au  jardin ( comme la bruyère Erica) supportent également les sols calcaires.



Exposition

La bruyère supporte tous les endroits du jardin. L’idéal serait de lui réserver un espace à la mi- ombre ou ombre.

Plantation

Au niveau de la période de plantation, vous pouvez planter la bruyère toute l’année en dehors des périodes de gel.

Au niveau de la plantation, nous vous recommandons de planter les jeunes plants directement en pleine terre ou en pot. Pensez surtout à bien les arroser durant la première année. Pour aider votre plante à bien se développer, nous conseillons dans un premier temps de faire tremper quelques minutes avant la plantation, les racines de la plante. Ensuite, creusez un trou dans votre jardin et mélangez un peu de terre de bruyère à la terre de votre jardin. Vous donnez ainsi toutes les chances à votre bruyère de bien se développer !

Si vous souhaitez multiplier votre plante, nous conseillons de la diviser en touffe à l’automne. La diviser en touffe a également un autre avantage : cela permettra de rajeunir vos plantes âgées !

Vous pourrez faire des boutures de vos bruyères en été. Pour cela, prélevez l’extrémité des jeunes pousses.  La période de floraison des bruyères va de l’hiver au printemps.

Bruyère en pot

Entretenir et tailler sa bruyère : un jeu d’enfant !

Entretien

La bruyère a la grande particularité de demander très peu d’entretien. Il vous suffira juste de lui apporter un peu d’engrais au printemps afin de lui assurer les meilleures conditions possibles pour la floraison ! Au niveau de l’engrais, nous vous suggérons de lui apporter un engrais pour rhododendrons ou hortensias.

Taille

Une fois la floraison passée, nous vous conseillons de la taille. Pensez à égaliser la touffe et à supprimer les fleurs qui seraient éventuellement fanées.  Pour que la croissance de votre plante ne soit pas désordonnée, nous vous conseillons de rabattre les jeunes pousses à la moitié de leur longueur environ.

Pour les vieilles touffes, nous conseillons de les diviser pour leur donner une seconde jeunesse !

Information pratique

Vous trouvez que votre bruyère est longue à prendre ? C’est normal !  La croissance de la bruyère est assez longue, elle ne gagne qu’environ 10 cm par an.

Comment planter un arbre en 4 points ?

planter un arbre

La plantation d’un arbre est une opération facile mais rigoureuse : elle doit être réalisée avec soin pour une bonne adaptation du végétal à son nouvel environnement. Un arbre en pot peut-être acheté et replanté à tout moment de l’année mais la période idéale reste l’automne lorsque la terre est encore chaude et bien humide.

1- Choisir un emplacement

L’espèce de l’arbre choisi détermine souvent l’emplacement qui devra lui être dédié : il faut penser à la taille une fois adulte, à l’ensoleillement, à l’ombre projetée ainsi qu’au voisinage. Les arbres fruitiers doivent être placés à proximité d’une espèce pollinisatrice, faute de quoi ils ne pourraient donner de fruits. Un arbre ne doit pas être placé contre la façade d’une maison pour ne pas gêner le développement des racines et pour éviter les dégâts en cas de tempête ou de vent.

2- Quelle est la meilleure période pour planter ?

Les arbres en pot peuvent être plantés à tout moment de l’année. Cependant, la période idéale se situe au milieu de l’automne, surtout en ce qui concerne les arbres fruitiers. Les conifères apprécieront plutôt le mois de septembre lorsque la terre est encore chaude ou le mois d’avril, dès que tout risque de gel a été écarté.

3- La préparation du sol

Quelques jours ou quelques semaines avant la plantation, le sol doit être préparé pour pouvoir accueillir l’arbre. Il ne faut pas lésiner sur la taille du trou : il doit faire au moins deux fois la taille de la motte et doit être encore plus large et plus profond si la terre est argileuse ou mal drainée. Le sol doit être débarrassé des cailloux pour éviter de gêner le développement de l’arbre. On peut également préparer un mélange pour enrichir la terre autour de l’arbre si le sol parait très pauvre. En s’y prenant plusieurs semaines à l’avance, on peut verser du compost dans le trou afin d’enrichir le sol de façon naturelle.

4- La préparation de l’arbre et la mise en place

On peut planter l’arbre tel quel après avoir soigneusement humidifié la motte ou bien préparer un pralin qui est une boue composée de terre argileuse et de terreau. Dans ce dernier cas, la motte devra être trempée dans le mélange de façon à ce que les racines en soient bien imprégnées. On peut également réaliser un habillage des racines qui renforce l’arbre et favorise une bonne reprise dans le sol. Cette opération consiste à tailler l’extrémité des racines les plus grosses et à les placer directement dans le pralin avant la mise en terre.

L’arbre doit ensuite être placé dans le trou délicatement et le plus droit possible avant d’être recouvert de terre enrichie. Selon l’emplacement choisi et la taille de l’arbuste, un tuteur peut s’avérer nécessaire. Celui-ci sera posé avant la mise en place de l’arbre de façon à être enfoncé assez profondément dans le sol. Il faudra veiller à ce que le piquet ne soit pas trop près du tronc pour éviter les frottements.


 

 

Comment bien planter ses arbres et arbustes en 3 leçons

Arbre bien touffu

Planter un arbre ou un arbuste n’est jamais chose simple. Vous vous posez surement des questions sur l’emplacement à choisir, comment planter son arbre ou encore l’entretien une fois celui-ci en terre. Grâce à nos trois leçons vous allez devenir un expert !

Arbre

Leçon 1 : Choisir l’emplacement

La première étape et sans doute la plus importante dans votre réussite est de bien choisir le type d’arbustes ou d’arbres que vous allez planter. Tous les arbres ont généralement une période de plantation et en fonction de cette dernière, le conditionnement des végétaux seront différent.

Pour les arbustes que vous achetez en conteneur, vous pouvez les planter toute l’année (sauf bien entendu en cas de gelées ou sécheresse). A l’inverse, pour tout ce qui est racines ou mottes, il vous faudra attendre l’automne ou le printemps.

Lorsque vous choisissez votre arbre ou arbuste, il faut également prendre en compte la variable emplacement. Un arbre atteint généralement une certaine hauteur ou peut s’étaler. Il faut donc veiller à son bon développement et choisir son emplacement en fonction de cela.

Leçon 2 : planter

En suivant la liste des étapes suivantes, vous ne pouvez que réussir votre plantation !

  • Dans un premier temps, préparez le sol. Vous pourrez éventuellement être amené à le défricher si cela est nécessaire.
  • Creusez une fosse ou une tranche dans votre terre. Une fois votre fosse finie, mettez-y un peu d’engrais ou terre végétale. Cela favorisera l’enracinement de votre arbre ou arbuste.
  • Positionnez votre arbre ou arbuste dans la fosse. Veillez à ce que votre collet dépasse légèrement de la terre. Le collet est le point de jonction entre l’arbre et ses racines. Avant de recouvrir la fosse de terre, positionnez un tuteur. Cela permettra à votre arbre de bien grandir. Une fois que vous avez bien tassé la terre, creusez une cuvette d’arrosage.
  • Paillez la zone de plantation avec un paillage de type mulch(1) . Cela permettra vous permettra d’arroser moins souvent et d’empêcher les mauvaises herbes de pousser.



Leçon 3 : Entretenir

Si vous venez de planter votre arbre, nous conseillons de l’arroser régulièrement et de façon intensive. Pensez à arroser plus si vous avez planté votre arbre ou arbuste au printemps ou en été. Si vous voyez qu’une croute se forme au-dessus de la terre, n’hésitez pas à biner votre cuvette d’arrosage. Cela permettra de décompacter la surface de la terre et l’eau pourra pénétrer plus facilement pour aller directement jusqu’aux racines. Vérifiez régulièrement le haubanage (2) pour éviter tout risque de bourrelet.

(1) : Mulch : Le mulch est un matériau utilisé pour recouvrir le sol afin de le garder meuble. Il permet de limiter l’évaporation et l’érosion de votre sol.

(2) Haubanage : Le haubanage consiste à installer un hauban. Un hauban est là pour guider votre arbre lorsque un tuteur ne peut pas être utilisé. C’est le cas par exemple pour les arbres très touffus.

Les 8 étapes à suivre pour bien planter ses bruyères

Bruyère alpine

La bruyère, de son nom latin, Erica appartient à la famille des éricacées. C’est une plante vivace qui s’adapte parfaitement aux sols acides et bien drainés. Une bruyère peut atteindre 15 à 150 cm de hauteur. Les bruyères sont cultivées chez le pépiniériste. Il faut donc, lorsqu’elles arrivent chez vous, suivre quelques étapes nécessaires afin que votre bruyère s’adapte à son nouvel environnement.

Bruyère alpine

Les 8 étapes à suivre pour bien planter ses bruyères

  1. Pour que votre bruyère soit à l’aise, creusez un trou dont le diamètre sera environ 5 fois supérieur à celui de la motte que vous allez mettre.
  2. Pour assurer le développement de votre bruyère, il est nécessaire d’émietter la terre que vous avez retirez du trou et de vérifier qu’il n’y a plus de cailloux ou morceaux de bois dedans.
  3. Immerger votre motte dans un seau d’eau. Cela permettra à la terre et aux racines de la bruyère d’être réhydratées !
  4. Vos racines peuvent être croisées. Pour  les détacher les unes des autres, nous vous conseillons de griffer doucement les racines. Veillez à ne pas les griffer trop fort, cela les abimerait.
  5. Avant de mettre votre plante en terre, mettez au fond du trou de l’engrais spécial pour les plantes de terre de bruyère.
  6. Disposez votre bruyère dans le trou.
  7. Remplissez votre trou à l’aide de terre de bruyère et tassez le sol doucement.
  8. Enfin pour finir, veillez à arroser abondamment.



Jardiniers débutants : comment planter ?

Jardinier avec brouette

Cette année, vous avez décidé de vous mettre au jardinage : en voilà une excellente idée ! Les activités au jardin détendent, sont un moyen ludique de faire de l’exercice et de se connecter avec la nature ; et c’est sans compter les instants de grand plaisir que vous procurera votre jardin dès l’arrivée des beaux jours lorsque vous en profiterez confortablement installé. Connaissez-vous les règles de base pour bien planter ? Voici quelques conseils pour vous guider dans vos premiers pas…

Jardinier avec brouette

Etape n°1 : lisez bien l’étiquette !

Même si c’est évident pour certains, lire l’étiquette d’une plante que l’on vient d’acheter est vraiment la première chose à faire. C’est un peu comme la notice d’un nouvel appareil Hi-Tech. Sur l’étiquette, vous trouverez des éléments d’information importants comme l’ensoleillement nécessaire, la hauteur et l’étalement de la plante qui vous indiqueront l’emplacement à prévoir. Avec ces données en tête, vous pourrez alors déterminer l’emplacement et la composition de votre plate-bande.

Etape n°2 : mettez la plante en terre

Une fois l’emplacement décidé, vous pouvez creuser le trou qui accueillera votre plante. Munissez-vous d’une pelle ronde pour creuser un trou un peu plus grand et profond que le contenant de votre plante. Il doit être suffisamment large pour que les racines soient à l’aise.

Labourez le sous-sol puis ajoutez de la terre et pourquoi pas un peu de compost (surtout pas d’engrais !). Il doit y avoir suffisamment de terre au fond pour que la plante arrive au niveau du sol. Si vous mettez en terre un arbuste ou une plante relativement grande, pensez au tuteur !

Une fois ces vérifications réalisées, vous pouvez sortir la plante du pot : pour cela, presser le pot tout autour afin que la motte se ramollisse. Le retrait sera plus facile. Ne forcez pas : si la plante ne vient pas toute seule, c’est que les racines ont pris trop de place. Dans ce cas, découper délicatement le pot, mais ne tirez pas sur la plante, vous risqueriez de l’abîmer.
Une fois la plante en terre, il vous faut la ré-enchausser c’est-à-dire replacer de la terre à son pied. Poussez la terre sans la compresser afin de combler tout l’espace.

Trouvez le juste milieu : placez suffisamment de terre pour que la plante puisse tenir en place. Cependant, le sol doit rester relativement mou pour que les racines puissent se développer sans entrave.

Etape n°3 : la touche finale pour bien planter

Une fois la plante en place, vous pouvez l’arroser généreusement afin de détremper le sol. Ce dernier doit rester suffisamment humide pour que les racines puissent prendre. Au bout de quelques jours, les racines seront tout à fait installées. Il vous suffira alors d’arroser la plante normalement, en vous conformant à l’étiquette ou aux conseils de jardiniers plus expérimentés !

Eh oui, c’est aussi cela le jardinage : l’occasion d’échanger des trucs et astuces avec d’autres passionnés.

 

 

Le calendrier lunaire, qu’est ce et comment l’appliquer ?

Tous les jardiniers confirmés utilisent ou ont utilisé au moins une fois le calendrier lunaire pour planter légumes, plantes et fruits, pour traiter les plantes contre les maladies, et également pour faire les récoltes.

Qu’est ce que le calendrier Lunaire ?

On se sert de la lune et du fait qu’elle soit montante / descendante et croissante / décroissante pour planter des semis, pour greffer, pour traiter des plantes contre les maladies, etc…

Tout comme la Lune a une influence sur la marée, et sur la pousse de nos cheveux, on pense que la Lune a une influence sur les cultures et le jardinage en général. Beaucoup de jardiniers ont été agréablement surpris par l’utilisation de ce calendrier lunaire !

Le calendrier Lunaire vous guide donc  pour semer, planter, récolter jour après jour en harmonie avec la position et les mouvements influents de l’astre sélénique.

lune et calendrier lunaire

Comment appliquer le calendrier lunaire ?

• La Lune ascendante ou montante [position de la Lune dans le ciel ] est propice au greffage, au semis, aux traitements contre les parasites; au binage et aux récoltes de légumes cultivés pour leurs feuilles. La sève des plantes monte vers les branches. Ces jours là sont donc profitables à tout ce qui se passe au-dessus du sol : greffes, semis, pousse des branches…
• En Lune descendante [position de la Lune dans le ciel ] préférez les travaux de repiquage et de plantation. Cette phase est favorable à l’entretien et la récolte des légumes racines, la taille les arbres, le travail du sol et la fertilisation. La sève regagne les racines. La période est donc propice à ce qui se passe sous terre (plantation, repiquage, enracinement des boutures…) mais également aux tailles, qui sont mieux supportées.

• En Lune croissante, (de la nouvelle Lune à la pleine Lune), pensez à récolter les fruits et les légumes de saison. Ils se conservent mieux. Protégez vos plantes contre les parasites.La lune croissante est favorable aux cueillettes et aux récoltes : fleurs et fruits se conserveront davantage. On constate également une résistance accrue aux maladies.
•En Lune décroissante (de la pleine lune à la nouvelle lune), les parfums et les couleurs se révèlent davantage.La lune décroissante convient aux opérations de fertilisation. Les plantes sont de moindre vitalité, mais goût, odeurs et saveurs sont supérieurs.



Astuce : Pour vous y retrouver entre croissant et décroissant, l’astuce est simple. Imaginez un trait vertical qui rejoindrait les 2 cornes du croissant:

  • si mentalement vous dessinez un « d », il s’agit du dernier quartier (donc lune décroissante)
  • si a contrario vous imaginez un « p », il s’agit du premier quartier. (donc lune croissante)

Attention : Ne confondez pas  lune montante et lune descendante  avec  lune croissante et décroissante. En effet,  les termes « croissant » et « décroissant » sont en rapport avec la forme que  nous apercevons de la lune, (nouvelle lune, premier quartier,  pleine lune et dernier quartier.)
Pour ce qui est de la lune montante et de la lune descendante  il s’agit en faite de sa position dans le ciel, et non de sa forme.
Ainsi une lune peut-être montante en même temps qu’elle peut être croissante.

Nœuds lunaires : pas de travail au jardin !

Environ 4 jours par mois, les jours de nœuds lunaires il est conseillé au jardinier de ne rien faire au jardin. Ces jours là ne sont pas favorables à la croissance et à la vitalité des plantes, aussi toute intervention serait vouée à l’échec…Il s’agit des jours où la terre et la lune sont les plus proches (périgée), les plus éloignées (apogée), et ceux où l’orbite elliptique que décrit la terre autour du soleil coupe celle de la lune

Les 12 constellations et les 4 éléments :

A chacun de ses passages devant l’une des constellations du zodiaque, la Lune subit leur influence qui se répercute sur les plantes.

  • L’élément EAU avec les constellations du Cancer, du Scorpion et des Poissons influent sur les feuilles et les tiges.
  • L’élément AIR avec les constellations des Gémeaux, de la Balance et du Verseau influent sur les fleurs.
  • L’élément TERRE avec les constellations du Taureau, de la Vierge et du Capricorne influent sur les racines;
  • L’élément FEU avec les constellations du Bélier, du Lion et du Sagittaire influent sur les fruits

Maintenant c’est à vous ! retrouvez le calendrier lunaire pour ce mois-ci et appliquez le à votre jardin…. et donnez nous vos retours !