Mais qu’est ce que le repiquage ?

comment faire du repiquage

Cette opération consiste à transplanter un jeune plant provenant d’un semis en pépinière ou issu d’un éclaircissement. Dans certains cas, on peut repiquer deux fois le même sujet : les choux notamment s’y prêtent bien. Cette étape supplémentaire favorise le développement des radicelles que l’on appelle aussi « chevelu ».

repiquage

Les outils nécessaires au repiquage

Le repiquage se pratique avec différents outils :

  • A l’aide d’un plantoir conique pour la grande majorité des plantes potagères à racines nues ;
  • Pour d’autre la houe, le transplantoir (petite pelle) ou le plantoir à bulbes sont préférables (la tomate, le fraisier et tous les plan en motte).

Comment repiquer à l’aide d’un plantoir

Il suffit de tendre un cordeau, de tracer à la serfouette une ligne peu profonde, d’enfoncer le plantoir, d’y déposer le plant en prenant soins de ne pas recourber la racine et de laisser les feuilles et le cœur du plant hors du sol.

Une fois en place, enfoncer le plantoir sur le côté pour tasser la terre autour des racines. Renouveler l’opération à chaque plant en respectant entre eux la distance préconisée selon les espèces.

Lorsque la plantation d’un rang est terminée, arroser chaque sujet transplanté à l’aide d’un arrosoir, sans pomme (au goulot) cela facilitera la reprise.

Transplanter à l’aide d’une houe

Pour transplanter à l’aide d’une houe, tracer comme précédemment une ligne peu profonde a l’aide d’un cordeau et de la serfouette.

Enlever le cordeau, enfoncer la houe aux endroits précis en tirant vers sois avec cet outil. Maintenir la houe en place, et dans le creux ainsi formé, déposer le plant en maintenant la racine droite et le collet à l’extérieur ; enlever délicatement l’outil.

Combler le trou jusqu’au collet du plant puis tasser au pied. Arroser chaque plan au goulot.

Comment se servir d’un transplantoir ?

Les préparatifs sont les mêmes que ci-dessus. Ensuite enfoncer le transplantoir, le tirer vers soi afin de former un trou. Y déposer le plant avec sa motte. Combler si nécessaire, ne pas oublier de tasser et d’arroser.

Le plantoir a bulbes

Le plantoir a bulbes, dont l’utilisation est surtout appréciée pour la plantation des jacinthes, tulipes et plantes bulbeuses, se révèle très pratique et rapide pour transplanter les plants issus de godets.

Tracer tous d’abord une ligne au cordeau, puis sortir des pots les jeunes sujets avec leur motte. Les placer aux distances voulues ; d’une main, enfoncer à fond le plantoir, tourner à peine un quart de tour et retirer l’outil rempli de terre, de l’autre main déposer délicatement le plant au fond du trou. Par un léger tapotement, rejeter la terre du plantoir. Pour finir, combler, tasser et arroser.

La préparation des plants avant le repiquage

Certains plants à racines nues exigent un habillage avant d’être repiqués. L’opération consiste à couper l’extrémité des feuilles afin de faciliter la reprise en diminuant l’évaporation. Cette méthode est surtout adaptée aux chicorées, aux laitues… pour d’autres, il faut en plus rafraîchir les racines trop longues et gênantes ainsi que celles qui sont endommagées par l’arrachage.

Ces différentes préparations ne sont pas nécessaires pour les plants élevés en godets.

Retrouver ici d’autres informations sur les outils de jardin

Le matériel indispensable du jardinier

outils du jardin

Voici le matériel de base du bon jardinier, pour que vous démarriez de bon pied votre premier potager.. et aussi pour s’initier à des outils que l’on a déjà vus, mais dont on ne connait pas les noms (heuu je parle pour moi j’avoue)

Nous intègrerons les photos de tous les outils ultérieurement.. bientôt !

Quels sont les outils nécessaires pour le travail du sol

  • La bêche : elle sert à retourner le sol, mais aussi à creuser ou à découper les bordures. Notre coup de coeur ? Une bêche avec un long manche qui permet de faire ses travaux, sans se faire mal au dos !
  • La fourche bêche : adaptée pour les sols caillouteux, durs et compacts dans lesquels elle pénètre grâce à ses larges dents. Retrouvez ce type de fourche sur Hortik : Fourche à becher aero fourche
  • La pelle de jardin : de préférence ronde, elle sert principalement à extraire la terre des trous de plantation, à déplacer de la terre et à niveler. C’est un outil de base : “pas de brouette sans la pelle“ !
  • La serfouette : encore appelée “piochon”, le modèle panne et langue permet à la fois d’aérer le sol, de buter, de sarcler et de creuser des sillons. Obligatoire au potager !
  • Le râteau : il ramasse les débris et les cailloux et aplanit le sol. Après les semis, il égalise et tasse la terre. Un modèle à 16 dents droites effectue un bon travail.




 

Outils pour les semis et les plantations

  • Le cordeau : outil de base de tout jardinier, il permet de délimiter de manière parfaitement rectiligne les planches du potager et de réaliser les semis en ligne.
  • Le tamis : indispensable pour recouvrir les semis de terre fine.
  • Le semoir : très utile pour répartir équitablement les graines.
  • Le plantoir : en bois ou en acier pour le repiquage des plants à racines nues.
  • Le transplantoir : petite pelle incurvée pour la plantation de tous les légumes en motte.
  • Les étiquettes : elles sont la mémoire du potager en duo avec le calendrier du jardinier (non photographiées).

Outils pour l’entretien du jardin

  • L’arrosoir : outil ancestral et indispensable ! Il est idéal pour arroser les pieds des plantes, sans mouiller les feuilles (sans la pomme) ou offrir aux jeunes semis de la fraîcheur sans bousculer leurs racines (avec la pomme).
  • La brouette : essentielle, elle permet de tout transporter et sans effort !
  • La lance magique : elle se fixe à l’extrémité du tuyau et vous permet de distribuer l’eau facilement.
  • Le tuyau et son enrouleur : le choix d’un tuyau de qualité est essentiel pour prendre soin du potager durablement.
  • Les gants : indispensable protection pour vos mains, ils protègent de tout ce qui pique et coupe.
  • Le couteau : un bon jardinier a toujours ce précieux outil dans sa poche !

Les dates de lancement d’un potager

Ca y est, vous avez tous les outils pour vous lancer dans la création de votre potager ? Il n’y a plus qu’à le faire maintenant , mais quand ?

Pour se lancer dans la création d’un potager

  • soit vous êtes pressé, et dans ce cas, vous faites contre vents et marées
  • soit vous attendez le moment propice, quand la terre est moins dure, quand il commence à faire beau dehors : fin de l’hiver début du printemps… et sinon, tout au long de l’année, il y a des moments plus ou moins propices pour démarrer son potager.