Guide pratique pour espacer ses cultures au jardin

Espacer ses cultures, le buttage

Que vous soyez à la culture des fleurs, des légumes ou d’autres plantes, l’espace est une considération importante parce que chaque plante a ses propres besoins en espace afin de se développer et d’avoir un système racinaire qui prospère. Il vous faut donc prendre en considération les exigences croissantes de chaque plante au moment de planifier votre jardin. On vous donne nos 6 conseils pour bien prendre en compte l’espacement des plantes.

Espacer ses cultures

Les 6 étapes pour bien espacer ses plantations

Etape 1

Mesurez votre zone de plantation et identifier les dimensions. Utilisez des brochettes en bois ou abaisse-langue pour marquer les quatre coins de votre zone de plantation. Des mesures précises vous aideront à créer un plan pour votre espace.

Etape 2

Au dos de chaque paquet de graines, il est indiqué l’espace dont chaque plante a besoin pour bien se développer. Certaines plantes ont besoin de plus d’espace que d’autres pour la croissance et l’enracinement. Par exemple, les carottes ont un écart moyen d’environ 8 centimètres, mais l’écart moyen de la laitue est de 30 centimètres.

Etape 3

Dessinez une grille sur une feuille de papier en fonction de votre espace de plantation. Au crayon, estimez où vous allez placer chaque plante en fonction de la quantité d’espace qu’elle nécessite.



Etape 4

Plantez vos brochettes ou abaisse-langue dans la limite de votre zone de plantation à des distances égales, en fonction de la conception de la grille dans vos plans. Attachez une ficelle entre les brochettes parallèles pour créer une grille de coordination dans votre espace de plantation. Cette grille vous permettra de mieux recréer votre plan !

Etape 5

Plantez vos graines ou plantes selon les directives de votre papier. Plantez une rangée à la fois, en vous référant à votre croquis.

Etape 6

Marquez vos zones de plantation en identifiant les plantes qui sont dans cette zone. A présent, vous pouvez retirer les brochettes où abaisse langues et ficelle.

Optez pour la rotation des cultures pour améliorer votre sol

rotation des cultures dans le potager

L’assolement ou la rotation des cultures est crucial pour la qualité du sol de votre jardin.

La rotation des cultures consiste à faire se succéder, selon un ordre précis, différentes cultures sur un même terrain.

La rotation des cultures vous permettra d’éviter un appauvrissement du sol et stopper la propagation de certaines maladies.

 

rotation des cultures dans le potager
© David Espin – Fotolia.com

Répéter après moi : « Fruits -Feuille –Graines – Racines »

En théorie ce n’est pas compliqué…
Tout d’abord,  vous répartissez votre jardin en  parcelles. Le plus simple est de faire autant de parcelles que d’années de rotation. Ensuite vous faites « tourner » sur chacune des parcelles, les plantes en variant les familles :

 

1ère année :  légumes « fruit »

La 1ère année  sera consacrée aux légumes « fruit » qui ont la particularité d’ameublir le sol tout en le « nettoyant » (tomates, les poivrons, les aubergines, courges et citrouilles)

Les légumes « Fruit » sont des cultures très gourmandes qui auront besoin d’un sol riche.

 


2ème année : légumes « feuille »

La 2ème année, on accueillera les légumes « feuille » très gourmands en azote et puisant l’essentiel de leurs besoins en surface (salades, choux, brocoli).

 

3ème année : plantes « graines »

La 3ème année, on cultive les plantes dites graines qui ont la propriété d’enrichir le sol en azote (pois, haricots, lentille).. Ils ont tendance à fixer l’azote dans le sol et donc à restructurer ce dernier après le passage des légumes feuilles.

 

4ème année : plantes « Racines »

La 4ème année, sera consacrée aux plantes « racine » et à bulbe (poireaux, oignons, carottes, radis, navets, rutabagas ,  betteraves) qui se nourrissent de l’azote de profondeur et n’aiment pas les fumures fraîches.

 

A noter : n’intégrez pas les plantes vivaces  à la rotation

Il ne faut pas chercher pas à intégrer les plantes vivaces (artichauts, asperges…) à la rotation.

Réservez-leur un endroit isolé de votre potager.

 

 

Une rotation de culture, pour de vrai : notre exemple

Voici un exemple concret de plan de potager avec une rotation de 4 zones de culture :

 

Parcelle 1Enrichir la zone avec du compost et plantez des pommes de terre et des tomates.Lorsque la culture est terminée, vous pouvez semer des oignons ou des poireauxpour une récolte hivernale.
Parcelle  2Planter des panais, des carottes, du persil.Combler les trous avec de la laitue et finissez avec un engrais vertpour enrichir le sol pendant l’hiver (comme le trèfle ou la moutarde par exemple)
Parcelle  3Cultiver le chou, le chou frisé, les feuilles de roquette (Brassica) au cours de l’été et continuer avec des variétés d’hiver de choux et choux de Bruxelles.
Parcelle  4C’est la parcelle de repos… donc au bout de 2ans, vous pouvez utiliser cette parcelle pour la récolte des oignons ou des poireaux  pendant l’hiver.Ensuite semer les pois et les haricots (légumineuses). Lorsque la récolte est terminée, votre culture de  choux peut se déplacer de la parcelle 3 à la parcelle  4

 

La rotation des cultures, c’est du sérieux !

Maintenant après la théorie,  la pratique… héhé…les cycles de récoltes rendront la planification d’un jardin potager… un joyeux casse-tete.

Il vous faudra de la méthode ! La rotation des cultures ne s’improvise pas.  Le plus simple est d’établir à l’avance un plan pluriannuel de votre jardin, afin de ne pas vous y perdre sachant qu’une rotation classique – et simple à réaliser – se conçoit sur quatre ans.

les légumes du potager

Bonnes rotations !!