Les questions à se poser avant d’installer une piscine dans son jardin

Piscine

Quelle piscine choisir et comment l’intégrer harmonieusement dans son jardin ?

Découvrez les principales questions à se poser avant de concrétiser votre projet.


Une piscine : pour qui, pour quoi ?

Piscine

La première étape dans le choix d’une piscine est la définition des besoins.
Avez-vous l’intention de nager tous les jours pendant l’été ou seulement occasionnellement ? Avez-vous des enfants, des petits-enfants ? Souhaitez-vous une piscine dans votre résidence principale ou secondaire ?

L’emplacement

Choisir l’emplacement est une étape essentielle dans l’installation d’une piscine. Celle-ci doit se trouver idéalement au sud, à l’endroit le plus ensoleillé et à l’abri du vent.
Pour définir la meilleure orientation, observez le soleil à différentes heures de la journée aux différentes saisons. On conseille d’éviter d’implanter la piscine trop près d’arbres ou de végétaux qui pourraient perdre leurs feuilles dans le bassin.

Le permis de construire et les autorisations

Avant de commencer les travaux, il faudra impérativement contacter la mairie pour se renseigner sur le plan local d’urbanisme et pour obtenir si besoin un permis de construire. Ce dernier n’est pas toujours obligatoire. Comme toujours la législation n’est pas aisée à comprendre, la mairie pourra vous accompagner dans cette démarche plus aisément.

Pour information, les piscines hors sol, que l’on monte pour la période estivale, ne sont pas soumises à déclaration préalable ou permis de construire.

Hors-sol ou enterrée ?

Le choix d’une piscine ou d’un jacuzzi hors-sol repose sur des questions pratiques, esthétiques et sur des questions de budget.
Une piscine hors-sol coûte moins cher à l’achat qu’une piscine en maçonnerie et son installation est beaucoup plus rapide. Les piscines hors-sol en bois possèdent une bonne isolation et peuvent parfois être enterrées. Lorsque le terrain est en pente ou inadapté, il n’y a pas d’autre choix que d’opter pour une piscine hors-sol.

La sécurité

Les piscines enterrées ont l’obligation d’être équipées d’un système pour éviter la noyade, notamment chez les plus jeunes. Ce dispositif comprend des barrières de sécurité d’une hauteur minimale de 1,10 mètres et d’une alarme qui se déclenche dès qu’un objet lourd tombe dans le bassin. Les piscines hors-sol sont moins soumises à la règlementation mais doivent faire l’objet d’une vigilance importante notamment pour les parents de jeunes enfants.

 

Comment choisir et entretenir un broyeur de végétaux

broyeur à vegetaux, comment choisir

Même d’une surface modeste, un jardin et son entretien génèrent tout au long de l’année des quantités de déchets verts. L’achat d’un broyeur de végétaux apparaît donc utile pour se préparer un compost de qualité ou pour pailler le sol, procédé permettant de limiter la pousse des mauvaises herbes.

Les broyeurs acceptent toutes sortes de déchets verts : feuilles, coupes de haies et branches d’un diamètre compris entre 25 et 45 mm pour les plus puissants. Les végétaux broyés doivent être sains : on éliminera d’emblée tous les légumes malades et les branchages tachés pour éviter qu’ils ne contaminent le compost.

broyeur vegetaux

Il existe deux types principaux d’outils de broyage : ceux à plateaux à lames et ceux à rotor porte couteaux, ces derniers étant plus performants et moins bruyants. On trouve des broyeurs électriques d’une puissance variant entre 2000 watts et 2600 watts. Les broyeurs thermiques possèdent un moteur d’une puissance allant de 3 CV à plus de 12 CV pour les modèles hauts de gamme.

Quels sont les critères de choix d’un broyeur à végétaux ?

Pour faire son choix, éviter les modèles d’entrée de gamme, souvent de trop faible puissance, ils s’engorgent facilement. Un modèle électrique classique avec plateau à lames convient pour des jardins de petites surfaces et des branchages jusqu’à 35 mm de diamètre (prévoir pour ce dernier une puissance minimale de 2200 watts). Ce type de broyeur vous permettra de broyer les branchages de votre jardin ainsi que les petits déchets végétaux comme les feuilles mortes ou les fleurs fanées.

Si votre jardin possède une haie de conifères ou de grands arbres, optez pour un broyeur électrique plus puissant avec lames et rotor porte couteaux (minimum 2500 watts). Il existe des modèles thermiques pour des espaces verts plus importants.  Compter un budget minimum de 250 euros pour un broyeur assez puissant et de bonne qualité de fabrication.

Bien utiliser son broyeur

Éviter de broyer les branchages dont le diamètre atteint la limite autorisée par le fabricant : ces derniers risquent de bloquer l’appareil. Les bois de résineux encrassent les lames et il vous faudra régulièrement nettoyer l’appareil et huiler le mécanisme pour un résultat optimal. Il vaut mieux passer les végétaux un par un afin d’éviter les bourrages.

Conseils de sécurité

Un broyeur, quelque soit son mode de fonctionnement, s’avère plus ou moins bruyant. Il est conseillé de s’équiper d’un casque anti-bruit et d’une paire de gants épais et solides pour accompagner les déchets verts vers l’outil de broyage. Même si les broyeurs sont équipés de protections, le port de lunettes adaptées est indispensable pour se protéger des projections.

Entretenir son broyeur

L’entretien d’un broyeur est relativement simple, il suffit de nettoyer régulièrement les lames ou le rotor et de huiler les parties en mouvement. Lorsque le broyage n’est plus satisfaisant, il est temps d’affûter les lames. Prévoir une place dans la cabane de jardin ou au garage pour le stocker, un broyeur n’apprécierait pas être laissé à l’extérieur toute l’année.

L’usage d’un broyeur de végétaux n’est pas si fréquent, il est judicieux de penser à un achat groupé et s’équiper ainsi d’un matériel plus performant.

Au jardin : je garde de belles mains

Avoir de belles mains en jardinant

Quel plaisir de jardiner ! Les mains dans la terre, on se sent au plus proche de la nature, mais au risque de les abîmer. Comment conserver de belles mains lorsque l’on est accro au jardinage ?

Porter des gants pour protéger ses mains

C’est un peu le b.a-ba à garder en tête : au jardin, il faut protéger ses mains de toute agression extérieure (épines, ronces, froid…) Ayez le réflexe de porter des gants, pour votre sécurité et votre confort.

Comment choisir sa paire de gants ?

A chaque type de travaux sa paire de gants : il n’y a qu’à observer les kilomètres de rayons qui y sont consacrés dans les jardineries et grandes surfaces spécialisées pour s’en rendre compte. Alors, comment s’y retrouver ?
– N’achetez pas dix paires de gants bien entendu mais choisissez-en une seule (voire deux) de qualité ;
– Le cuir (souple) est à privilégier pour sa résistance ;
– Choisissez la bonne taille ; ils doivent être assez longs pour protéger vos poignets.

Vous préférez jardiner les mains nues ?

Dans ce cas, déterminez parmi les activités de jardinage celles qui sont le moins risquées et qui ne nécessitent pas forcément l’usage de gants (par exemple, le rempotage) et faites-vous plaisir !

Une astuce pour garder les ongles propres : frottez-vous les ongles avec un savon mouillé pour former une couche protectrice qui limitera les accumulations de terre et rendra leur nettoyage beaucoup plus facile !