Qu’est ce que la bouillie bordelaise et comment l’utiliser ?

Bouillie bordelaise

Bouillie bordelaise

Les jardiniers le savent : malgré tout le soin apporté aux végétaux, chancres bactériens, tavelures, cloque ou moniliose peuvent s’installer et causer des ravages. Ces maladies provoquées par des champignons s’attaquent particulièrement aux arbres fruitiers. Pour les protéger une solution : la bouillie bordelaise.

1. La bouillie bordelaise, redoutable fongicide

La bouillie bordelaise est un mélange de sulfate de cuivre neutralisé à la chaux, conçu pour tuer ou limiter le développement des champignons. Le cuivre, oligo-élément essentiel à toute forme de vie, assure ainsi la défense des végétaux contre les maladies.

2. Quand et comment utilise-t-on la bouillie bordelaise ?

On la pulvérise sur les arbres fruitiers principalement, mais aussi sur les pommes de terre, vignes et tomates. De manière préventive, elle s’applique au printemps, période à laquelle les maladies se développent, ou à l’automne, après la chute des feuilles. L’été, il sera trop tard : les maladies seront déjà bien installées.

L’utilisation de la bouillie bordelaise est autorisée en agriculture bio, ce qui ne veut pas dire que le produit est sans risque. En effet, le sulfate de cuivre étant un produit toxique, quelques précautions sont à prendre :

  • Point trop n’en faut ! A trop forte dose, la bouillie bordelaise risque de brûler feuillage et jeunes pousses. Respectez bien le dosage, à savoir 10 à 20 grammes par litre d’eau maximum
  • Pensez à la planète ! Le sulfate de cuivre est un produit toxique. Utiliser de la bouillie bordelaise en trop grande quantité conduit inévitablement à la pollution des sols.



Reconnaître et combattre les maladies au jardin

Plante abimée

Plante abimée

Jaunissement, dessèchement, pourriture : les maladies au jardin laissent les végétaux en bien piteux état. Il est donc important de savoir les reconnaître pour mieux les combattre.

1. Les maladies physiologiques

Il s’agit de maladies liées aux conditions dans lesquelles évoluent les végétaux : gel, brûlures du soleil, blessures, manque ou trop plein d’eau, sol inadapté… (voir l’article Quelles plantes pour quel type de sol ? pour plus d’infirmations).

Pour combattre les maladies physiologiques, voici 3 techniques :

  • arrosez peu mais souvent ; en cas de sol très sec, arrosez bien en profondeur
  • posez du paillis
  • ne surexposez pas les végétaux qui craignent la lumière directe



2. Les maladies cryptogamiques (champignons)

Les champignons prolifèrent volontiers dans des atmosphères humides, confinées et plutôt chaudes. Pour les éviter , quelques conseils :

  • aérez les végétaux en évitant de les planter les uns sur les autres
  • arrosez le matin afin que l’eau ait le temps de sécher toute la journée
  • choisissez un terreau adapté et de l’engrais savamment dosé
  • placez en quarantaine toute plante infectée

Les 4 maladies les plus courantes

Oedium sur feuilleL’odïum, qui forme une poudre blanche sur les feuilles et les tiges. Pour en savoir plus, consultez notre article : Odïum, la maladie du blanc
Mildiou sur feuille de vigneLe mildiou qui touche particulièrement les légumes et la vigne, forme des taches irrégulières, de couleur variable.
Maladie rouille sur feuilleLa rouille qui forme des pustules d’aspect poudreux, jaunâtres, blanches ou brunes.
Pourriture grise sur feuille de vigneLa pourriture grise, maladie grave attaquant les tissus de la plante via les feuilles ou les tiges.