Nouvelle réglementation sur la cueillette au Parc du Mercantour depuis le 27 juin 2014

Reflets de nuages dans le lac de Graveirette, (2239 m), le mont Archas, (2526 m), un peu caché par les nuages, puis la cime de la vallette des Adus, (2449 m), dans le vallon de Mollières. Mélézin clairsemé sur les bords du lac.

Le Parc National du Mercantour, qui se situe dans l’extrême sud-est de la France, protège ses espèces et préserve sa biodiversité, tout en permettant à la population de continuer les pratiques ancestrales grâce à cette nouvelle réglementation sur la cueillette.

Les Nouvelles règles de cueillette dans le parc du Mercantour

Cette réglementation en cœur de Parc du Mercantour autorise, selon des critères précis, la cueillette de trois variétés de génépi, de la camomille du Piémont, de certaines baies (myrtilles, fraises des bois, mûres, framboises) et des champignons. La cueillette de toutes les autres espèces reste strictement interdite.

Le parc du Mercantour a mis en place cette nouveauté dans un cadre réglementaire afin d’inciter les randonneurs et habitants qui font la cueillette de le faire dans un souci de protection durable de l’environnement, tout en gardant cette pratique ancestrale de la vie des alpes.

 

Reflets de nuages dans le lac de Graveirette, (2239 m), le mont Archas, (2526 m), un peu caché par les nuages, puis la cime de la vallette des Adus, (2449 m), dans le vallon de Mollières. Mélézin clairsemé sur les bords du lac.
Photo : GUIGO Franck – copyright Parc national du Mercantour

 


Pourquoi une réglementation pour ces cueillettes ?

Afin de limiter la pression anthropique, la résolution n°12-2014 de la nouvelle règlementation « exclut toute cueillette près d’une route carrossable ou dans les zones de protection pour le tétras spécifiquement signalées sur le terrain. Cette nouvelle réglementation tient compte des arrêtés préfectoraux existants (la cueillette des plantes est en effet déjà encadrée dans les deux départements) et s’ajoute au droit de propriété : si un cueilleur se trouve sur un terrain géré par l’ONF ou un terrain privé, il devra adresser aux propriétaires une demande d’autorisation préalable à toute cueillette. »

(source site du mercantour )

Les différentes espèces autorisées à la cueillette le sont :

– En fonction de périodes autorisées strictes

– De lieux autorisés spécifiques

– D’une quantité par personne (et parfois par an)

– D’un mode opératoire spécifique de la cueillette

  • Exemple : les bais (myrtilles, fraises des bois, mûres, et framboises) ne peuvent être cueillies qu’à la main, sains peigne ni outil pouvant endommager la plante.

« Il y a une manière de cueillir respectueuse des plantes. Les anciens l’ont toujours dit. Cueillir un brin sur trois, proprement, respecter le cycle de pollinisation, … » explique Sabine Pianetti, membre des Simples, syndicat qui a défini une charte de cueillette sur les cinq massifs français. Source : magazine du Parc National du Mercantour.

Pour en savoir plus sur les possibilités de cueillette, retrouvez le tableau synthétique (et respectez-le ! la nature vous remerciera )

Tableau des modes possibles de cueillette pour trois variétés de génépi, de la camomille du Piémont, de certaines baies (myrtilles, fraises des bois, mûres, framboises) et des champignons.

 

Le pré de fauche de Pra Long à Estenc, en été, (commune d'Entraunes).
Photo : MARTIN DHERMONT Laurent – Copyright : Parc national du Mercantour

Le parc national du Mercantour, plus d’informations

Il a été classé comme « Parc National » le 18 aout 1978, dans un soucis de protection des espaces naturels remarquables.

Un Parc National est essentiel pour le maintien de la biodiversité : les écosystèmes, les espèces et les variations génétiques qui constituent la diversité de la vie. Il sauvegarde les variétés d’espèces sauvages et cultivées et leur procure l’espace dont elles ont besoin pour vivre. D’autre part, il préserve toute l’histoire d’un territoire constituant notre patrimoine culturel.

localisation du Parc National du Mercantour

Le Parc du Mercantour, en quelques chiffres :

– Il fait 150 km de long

– Il comporte 6 vallées dans les Alpes du Sud : Verdon, Var-Cians, Ubaye, Tinée, Vésubie et Roya-Bévéra

– Il est présent dans 2 départements : les Alpes Maritimes et les Alpes de Haute-Provence

– Le cœur du parc est de 68 500 ha

– Il traverse 28 communes, dont 22 dans les Alpes Maritimes

– 70 agents permanents travaillent dans ce parc, dont près de 40 gardes moniteurs présents sur le terrain

– Il y a été recensé 197 espèces de vertébrés, tels que les bouquetins, l’aigle royal, le loup, le Gypaèete barby, le petit duc d’afrique du nord, la chouette de Tengmalm, …

– dont 53 qui sont des espèces menacées

Sentier ou piste dans le bas de Fontanalbe en été. Au fond, le Mont Bégo.
Photo : CEVASCO Jean-Marie – Copyright : Parc national du Mercantour

Un très beau parc, des paysages à couper le souffle, des promenades à n’en plus finir… et de jolis souvenirs en perspective, pour tous ceux qui iront le découvrir bientôt !

 

C’est quoi au fait cette mousse qui nous envahit ?

mousse dans le jardin encore

C’est intéressant de voir partout la mousse envahir pelouse, vieux arbres, ponts de bois, pierres… Cela m’a donné envie d’en savoir plus.

Cela commence mal ! « La mousse est une plante bryophyte, qui s’ancre au support par les rhizoïdes ». Zut, il faut un dictionnaire !

BRYOPHYTE = vient du grec bruon (mousse) et de phyte, En botanique, c’est le nom d’un groupe intermédiaire entre les plantes supérieures et les plantes inférieures, comprenant les mousses et les hépatiques (elles-mêmes classe intermédiaire entre les lichens et les mousses)

RHIZOÏDE = filament par lesquels certaines algues se fixent et qui font office de racine chez les mousses.

mousse dans le jardin encore

Bon, reprenons au début :

Il existe 5 catégories de végétaux :

  • Les algues (ni tiges, ni racines)
  • Les mousses (ont des tiges, mais pas de racines)
  • Les fougères (ont des tiges, des racines, pas de pollen, mais des spores)
  • Les gymnospermes (plantes à ovule nu porté par une feuille fertile – ex : conifères)
  • Les angiospermes (plantes dont les ovules sont enclos, et les graines enfermées dans des fruits)

 

Récapitulons : la mousse est un végétal sans racine, sans fleur, qui tapisse le sol d’un tapis moelleux. En fonction des sources, il y aurait entre 13000 et 20000 espèces différentes.

 

Où trouve-t-on la mousse ?

… Partout ! dans les marais, la forêt, sur la pelouse, les troncs d’arbres, les pierres, les ponts, les chemins arides, au bord de l’eau … Une seule constante, la mousse pousse à l’ombre, ou dans un endroit peu ensoleillé, mais surtout, humide.

 

Comment se développe-t-elle ?

Dans mes recherches (sur internet), j’ai lu la description de deux formes de multiplication :

  • Asexuée, par division d’une seule cellule à l’extrémité de l’organe reproducteur, c’est une fragmentation mécanique ;
  • Sexuée, deux organes (mâle femelle) produisent un œuf ou plutôt une spore qui vit en parasite sur la plante.

Est-ce que cela dépend des espèces ? Mystère pour moi !

La spore, ou le résidu de la fragmentation mécanique germe, elle fait des filaments. Ce ne sont pas des racines parce que la racine fait partie d’un système vasculaire qui conduit la sève. Les filaments n’existent que pour attacher la plante au support, puis se complexifient peu à peu, au gré des divisions cellulaires, construisent la tige, puis ce qui ressemble à des feuilles, mais n’en sont pas. Elles non plus ne sont pas vascularisées. Elles sont composées d’une seule couche de cellules qui absorbe l’eau par capillarité, et renferme la chlorophylle.

 

Comment se nourrit la mousse ?

La mousse se nourrit essentiellement d’eau qu’elle trouve dans la pluie, et dans l’humidité de l’air, et de nourriture apportée par les invertébrés. Elle a besoin d’un support pour pousser, mais pas pour se nourrir.

Ce n’est pas une plante parasite. Elle est capable de survivre en état de déshydratation, et reprend vie dès l’arrivée de l’humidité.

La mousse est très sensible au cuivre qui la tue à faible dose. C’est pourquoi, on utilisait fréquemment contre elle le sulfate de cuivre, en négligeant le fait que la mousse n’était pas seule à subir une agression.

mousse dans le jardin encore

A qui est utile la mousse ?

  • C’est la nourriture de certains papillons de nuit, elle sert de garde-manger pour les oiseaux, elle participe à la construction de nids… comme ceux des mésanges, et au confort des tanières.
  • Elle est un très bon indicateur de pollution, et a un rôle important dans l’assainissement de l’eau, car elle accumule les polluants, et libère l’eau propre.
  • Elle a un rôle important lors des besoins de résilience écologique, comme par exemple après un incendie, ou dans les conditions difficiles, comme la toundra.
  • Sous certaines conditions, les détritus de mousses devindraient de l’humus puis se transformeraient en tourbe.



Autrefois, la mousse était utilisée, surtout en Norvège et en suède pour calfeutrer les fentes des parois des chaumières. On en faisait des balais, des brosses, on en remplissait les matelas, et elle était utilisée pour emballer la porcelaine.

 

Aujourd’hui, la mousse est « re-découverte » pour d’autres aspects :

Par leurs ramifications qui unissent les voisins d’une espèce, les mousses peuvent servir à

  • Fixer les dunes
  • Assainir les marais, voire les assécher (sphaignes)

 

On continue à remplir des oreillers de mousse, mais aussi, on utilise leur tapis végétal en horticulture ornementale pour faire des tapis de mousse végétale (pas besoin de tondre, de plus, plus de place pour les mauvaise herbes !), faire des toitures végétales (isolantes), des murs végétaux (esthétiques), restaurer des berges abîmées (utilitaire). Un créatif fabrique même des logos d’entreprise à l’aide de la mousse !

mousse pour tableaux design
source http://www.inakis.fr/

Le monde actuel porte un autre regard sur la mousse, incitant non plus à une lutte totale avec des arguments chimiques, mais une lutte « mesurée » (terme emprunté à Rustica). L’extermination de la mousse n’est plus à l’ordre du jour, il est possible de lui laisser une petite place qui attirera insectes et oiseaux et contribuera à créer un coin de paradis dans votre jardin.

C »etait Brigitte reporter pour Hortik !

A bientôt pour de nouvelles recherches ..et n »hésitez pas si vous avez des informations complémentaires

Au secours ! La mousse envahit mon jardin !

mousse dans le jardin encore

 

scarificateur pour aerer le jardinNous avons investi dans un scarificateur, et, vu la taille du jardin, dans deux bobines de 50 m de rallonges électriques …. en septembre 2012. Cet automne-là était très, très pluvieux, et jamais il n’a été possible de sortir l’engin.Le printemps et l’automne 2013 ont été également bien arrosés … sauf pendant les 20 jours où nous étions en Bretagne. (Très beau temps, merci !). Alors, actuellement, nous voudrions quand même bien utiliser cette machine-miracle, qui est encore intacte et toute propre, mais n’est déjà plus sous garantie …

Mais, pourquoi utiliser un scarificateur ?

La mousse envahit les jardins. C’est surtout très visible en ce moment après des demi-saisons très humides, des hivers peu rigoureux, et des étés peu ensoleillés. Cela a une conséquence sur la pelouse qui s’asphyxie peu à peu. En gros, trois causes provoquent ou accentuent la présence de mousse :

1 – le sol est mal drainé

2 – le sol devient trop acide

3 – trop d’ombre, manque de soleil

mousse dans le jardin

Oubliez tout de suite le sulfate de fer qui date des grands parents pour plusieurs raisons :

  • Le sulfate de fer est un produit chimique qui laisse des traces sur les dalles, les terrasses, que vos chats et vos chiens emmènent sur leurs pattes jusque dans les maisons, et qui peut leur nuire aussi.
  • Le sulfate de fer est un produit chimique qui tue les vers de terre, or les vers de terre sont très utiles aux cultures en aérant le sol.
  • Vous ne pouvez pas mettre sur le compost les mousses ainsi traitées avec le sulfate de fer, ni vous en servir comme paillage comme vous le faites avec une mousse saine.

 

Et n’oubliez pas les mésanges : elles utilisent la mousse pour construire leurs nids. Que feraient-t-elles d’une mousse « empoisonnée ».

Les antimousses du commerce, même celles qui spécifient « sans danger » sur leur boite, sont également à éviter pour les mêmes raisons.

De plus, des études prouvent que la mousse ainsi traitée revient en force l’année suivante.

les vers sont tués par le sulfate de ferles mésanges utilisent la mousse pour leur nid
la mousse non traitée peut se mettre dans le compostLes cendres nourrissent la terre et aident au jardin

C’est là que l’on peut parler du scarificateur !!

1 – Le sol est mal drainé … scarifiez

Dans le temps, pour aérer le sol, les courageux prenaient un quatre dents et piquaient le sol avec l’outil vertical, et encore, et encore ….

Moi, je ne suis pas courageuse, et le jardin me semble grand lorsque j’y travaille. Il y a une dizaine d’années, nous avions investi dans un scarificateur manuel, et « à nous la vilaine mousse ! ». Eh bien, même en se relayant sur un outil léger et maniable, la tâche nous semblait interminable. Et quand je pense qu’il y a 5 fois plus de mousse qu’à cette époque, j’en frémis d’avance.

Alors nous avons décidé d’investir dans un scarificateur

Comment choisir un scarificateur, voici quelques informations :

  • Manuel pour un jardin < 100 m₂
  • Electrique pour un jardin < 500 m₂
  • Thermique pour un jardin > 500 m₂

Quand utiliser son scarificateur ?

  • En automne : septembre, octobre, décembre
  • Au printemps : février, mars, avril

La scarification a pour but d’éliminer la mousse, mais aussi de découper la surface du sol, les racines de l’herbe pour favoriser la repousse.

  • Il est préférable de tondre l’herbe avant d’utiliser le scarificateur pour lui éviter un trop gros effort.
  • Scarifiez un sol ni trop sec (trop dur, il abîme l’outil), ni mouillé.
  • Réglez l’outil pour scarifier sur une profondeur entre 2 et 4 mm.
  • Effectuez des passages croisés.

Après avoir scarifié …



Si nécessaire, semez sur les parties éclaircies.

Lancez du sable pour aérer les sols compacts, ou de la chaux, ou un engrais calcaire, ou du compost tamisé, ou des cendres de bois tamisé. Puis roulez la pelouse.

mousse dans le jardin encore

2 – Le sol est trop acide : chaulez-le ! Le sol est trop pauvre : nourrissez-le !

Votre sol est trop acide, c’est sûr, puisque la mousse s’y développe avec plaisir … Alors, donnez-lui un amendement calcaire, mais attention en toutes petites quantités à la fois pour ne pas déséquilibrer le sol, et jamais en même temps que de la fumure organique. Tout est question d’équilibre.

L’analyse du sol étant très coûteuse, il est préférable d’utiliser la méthode expérimentale : je mets un peu de produit, je prends le temps d’observer les résultats, pour en déduire l’action suivante. C’est un travail sur le long terme. (Imaginez-vous à la préhistoire, les hommes ne sachant pas si une plante est comestible, en lèchent un petit bout, puis attendent de voir les effets sur la muqueuse, puis en mâchent un tout petit bout … Je ne sais pas si je me fais comprendre avec ma métaphore à la noix !)

Les produits du commerce proposent le plus souvent des chaux, ou des associations de 3 produits : calcium, magnésium et potasse.

Mais, vous avez peut-être sous la main un trésor pour votre jardin : une cheminée à feu de bois, où vous brûlez des bûches (attention, pas des bois de récupération, avec peinture, solvants, pas de bois compressés, ni contreplaqué).

Si vous récupérez ces cendres de bois, les filtrez, les conservez pour le printemps, et pour l’automne, vous obtenez une potion magique sans azote, contenant du calcium, de la potasse, de la silice, du magnésium, du phosphore, dont votre pelouse va se régaler. Ces sels minéraux, source de nourriture pour votre pelouse ne polluent pas la nappe phréatique. Cependant, n’étouffez pas votre pelouse sous la cendre : 1 poignée suffit pour 1 m₂.

 

3 – Le sol est trop ombragé et manque de soleil

Vous avez 3 solutions :

  • déménager dans un pays ou une région où il y a plus de soleil… solution très radicale et délicate quand on aime sa région.
  • vous pouvez agir pour diminuer l’ombre et faire revenir le soleil : taillez les branches, aérez arbres et arbustes, ou supprimez en certains.
  • Sinon, résignez-vous : la pelouse ne sera jamais belle à l’ombre. Elle peut être remplacée par des plantes couvre-sol qui ne nécessitent que très peu d’entretien et diminuent la corvée de désherbage. La pervenche, le muguet ou la fougère n’ont pas besoin de soleil direct. Ce sera plus agréable à regarder que la mousse.

 

Mais vous pouvez aussi …

Pour lutter contre la mousse, surtout en mai-juin, lorsque l’herbe pousse vite, coupez la très souvent et laissez la au sol (à condition que cette herbe ne dépasse pas 4 ou 5 cm). Plus l’herbe au sol est courte, plus vite elle sera éliminée par les vers de terre qui viendront la chercher en surface tout en aérant naturellement le sol.

Par contre, évitez les coupes courtes lors de la tonte, sinon la pelouse devient fragile et sensible à la sécheresse. Les racines se développent d’autant plus en profondeur que l’herbe pousse hors sol.

Donc : coupe fréquente, mais pas trop courte pour ne pas épuiser la pelouse.

mousse dans le jardin encore

Et voilà, il est temps de se mettre au travail, dès qu’il ne pleut plus… La mousse va disparaitre, et on pourra admirer … le trèfle qui se plaît beaucoup dans notre jardin !

 

Alors, à bientôt.

Brigitte

Comment planter et entretenir ses pivoines

pivoine rose sombre

Comment et quand planter les pivoines, comment les entretenir… voila l’objet de cet article.

Quoi de plus beau qu’une pivoine qui s’ouvre progressivement devant vos yeux au printemps !
Ses fleurs qui mettent des jours et des jours à s’ouvrir, nous incitant à revenir chaque jour voir l’évolution de ces petites boules qui donneront quelques semaines plus tard de magnifiques fleurs : elles savent nous tenir leur public en haleine ces pivoines !

pivoine rose sombre

 

Les pivoines aiment la potasse

Les pivoines ont besoin de potasse pour bien fleurir : « pas de potasse, pas de pivoine » dixit la fleuriste.

Pensez à rajouter de la potasse à vos pivoine 2 fois par an.

La potasse favorise le développement des organes de réserve tels que les tubercules, les racines, et les fruits, ainsi que la coloration des fruits et des fleurs, tout en rendant les végétaux plus résistants aux maladies.

Comment « ajouter » de la potasse ?

voici des éléments qui peuvent apporter de la potasse à votre terre :

  •  les cendres de bois, riche en potasse et en chaux, (à utiliser à petite dose)
  • les algues, notamment les algues brunes, riches en potasse et en oligoéléments.
  • la consoude, riche en potasse et en phosphore
  • le compost, composé de déchets de récoltes
  • un paillage peut être riche en potasse
  • le guano, excréments et cadavres d’oiseaux marins, riche en azote mais aussi en potasse
  • de la roche broyée
  • et des produits venant directement de votre jardinerie, mais un peu moins « naturel »

 

Les 2 types de pivoines

Les pivoines, de la famille des Paeoniacées, sont de 2 types :

– les pivoines herbacées, de 50 cm à 1 m de hauteur. Les 2 pivoines herbacées les plus connues sont la pivoine de Chine (Paeonia lactiflora), et la pivoine des jardins (Paeonia officinalis), d’aspect plus sauvage.
– les pivoines arbustives (Paeonia suffruticosa) qui sont de grandes plantes ligneuses pouvant atteindre 2 m de hauteur

pivoine rose sombre ouverte

Quand planter les pivoines ?

Même si les Pivoines sont rustiques, et pourraient être plantées tout au long de l’hiver, il est recommandé de les planter en automne après les avoir laissé croître dans des pots pendant le printemps et l’été, ceci afin de leur donner le temps de développer leurs racines

pivoine rose, interieur jaune



Comment et où planter les pivoines :

Les pivoines doivent être une bonne partie de leur temps au soleil pour nous donner ces superbes couleurs, mais n’aime pas « cuire » l’été. Nous vous recommanderons alors, pour les régions plus au nord, de les mettre en plein sud, et pour les régions plus au Sud, de faire en sorte qu’elles aient de la lumière toute la matinée.

Pour que la pivoine pousse convenablement, plantez-là sur une surface plane, au milieu de graviers, de tourbe blonde ou de sable de rivière. Votre sol doit être profond et drainé pour éviter qu’un creux ne se forme autour de la plante et laisse l’eau stagner. Si votre terre est dure, ameublissez-la en la travaillant à la bêche.

Les pivoines se plantent à racines nues :
– pratiquez un trou peu profond, 5 à 10 cm, dans lequel vous mélangerez terreau, engrais et terre de jardin.
– placez les racines charnues à plat, et recouvrez d’environ 5 cm du mélange terreux.
– espacez les pieds d’environ 60 cm

Bouquet de pivoines

La surface prise par les pivoines :
– Pour les pivoines arbustives, prévoyez une surface de 1,20 m2 à 1,50 m2.
– Pour les pivoines herbacées, révoyez une surface de 0,80 m2

Avec quelles fleurs se marient bien les pivoines ?
Prenez des pieds de nepeta et de geraniums vivaces, cela vous fera un très joli parterre de fleurs, et vous aurez des fleurs de la floraison des pivoines jusqu’à la fin de l’été
Les pivoines s’entendent aussi bien avec les rosiers grimpants. Elles vont habiller la base du rosier. Les Pivoines fleuriront au printemps, et le rosier prendra sa relève l’été.
Vous pouvez également essayer le coréopsis à coté de vos pivoines, cela amène de superbes couleurs.
… pas de réponse unique donc, que des propositions selon vos souhaits, mais n’oubliez pas que les pivoines aiment se sentir à l’aise !

Attention : Les pivoines sont assez fragiles et demandent à être maniées avec précaution si vous devez les déplacer.

pivoines jaunes et pivoines fermées

Comment entretenir les pivoines ?

La taille des pivoines, qu’elles soient arbustive ou herbacée n’est pas indispensable mais on dit qu’elle contribue avantageusement à la floraison !

Retirez les fleurs fanées au fur et à mesure, cela stimulera l’apparition de nouvelles fleurs.

Pour bien s’épanouir, les pivoines ont besoin de beaucoup d’eau pendant les périodes de forte chaleur.
Au printemps, chaque plant de pivoine doit être tapissé d’une couche d’humus ou de compost pour favoriser sa floraison.
Toujours au printemps, les premiers bourgeons doivent être coupés dès leur apparition afin de permettre à la pivoine de produire de meilleures fleurs dans l’avenir.
En hiver, un paillis fait avec des branches de pin ou des feuilles mortes compactées est nécessiare : Les racines des pivoines craignent le gel et risquent de se casser sous l’effet du froid.

jolie pivoine rose sombre pas totalement ouverte

A savoir : quand vous cueillez des fleurs, laissez le feuillage

Lorsque vous cueillez les pivoines, laissez le feuillage en place.

Comme les glaïeuls et autres bulbeuses, les pivoines ont besoin de leurs feuilles en fin de saison pour reconstituer leurs réserves.

Pivoinez bien !

5 règles pour cultiver des iris jaunes, bleus et mauves

iris à la fleur mauve

Les iris du jardin, c’est tout un programme !

Les meilleurs mois pour planter l’iris sont ceux de juin-juillet à octobre; ils permettent aux iris de s’établir avant l’hiver et d’assurer la floraison du printemps suivant.

iris à la fleur mauve

L’iris a toujours été une fleur privilégiée, une déesse grecque messagère des Dieux porte son nom.

L’iris est une plante assez rustique qui supporte bien l’hiver, le froid participe même au bon développement de la plante. Elle peut prendre place dans presque tous les types de jardins. Les fleurs de l’iris se caractérisent par 3 pétales aux couleurs des plus variées, la plupart de temps violettes, elles peuvent aussi être bleues, jaunes, rouges ou encore blanches.

Les iris doivent être associés à des vivaces aimant le soleil. Évitez la trop grande proximité de voisins couvre-sol. Essayez les iris dans vos rocailles ou dans des espaces ouverts associés aux rosiers anciens.

Les 5 règles d’or pour avoir de belles fleurs d’iris

iris bleu ou mauve

1. Avoir du soleil pour fleurir toute l’année

Les iris doivent impérativement être plantés dans un endroit ensoleillé au moins les 3/4 de la journée, toute la journée serait le top, mais qui a du soleil toute la journée !
Soleil = de très belles fleurs

de très jolis iris bleus

2. Eviter un excès d’humidité

En présence d’une terre lourde comme des terres très argileuses ou glaiseuses, il faut absolument les planter en butte afin que l’eau s’écoule le plus possible.

Dans la plupart des cas, même si votre terre n’est pas idéale, les iris s’en contenteront et ne dépériront pas.

iris mauve

3. Laisser un sol propre autour

Comme pour toute fleur ou plante, il faut éviter l’envahissement de mauvaises herbes autour des rhizomes.
La présence excessive de mauvaises herbes nuit au développement de l’iris et à sa fleuraison en :



· Gênant l’arrivée de la lumière
· Pompant les éléments contenus dans la terre dont se nourrissent les iris

bouquet d'iris bleus

4. Couper les fleurs fanées

Pendant la floraison, la seule opération à faire est de couper au fur et à mesure les fleurs fanées afin de permettre aux fleurs suivantes de bien s’épanouir et aussi d’alléger également la hampe.
Laissez le feuillage jusqu’à son jaunissement, l’iris a besoin de voir ses feuilles jaunir afin de constituer les réserves dont il a besoin pour la prochaine floraison

des iris jaune pales

5. Eviter les courants d’airs

L’idéal est de les abriter du vent lors de la floraison (prévoir si possible un endroit pas ou peu venté, des coupe-vents.

En effet, l’iris ne craint absolument pas les vents même violent excepté pendant la floraison car la hampe est fragilisée par le poids des fleurs.

très jolis iris

Toutes les photos ont été prises à Don, petite commune du Nord de la France

Juin au jardin : les fraises, les cerises, les salades, … et l’été !

lavande, plante aromatique

 

En juin, c’est le début des récoltes : fraises, cerises et autres fruits ! C’est aussi et enfin l’été !

Si vous ne parvenez pas à lire ce message, vous pouvez le visualiser en suivant ce lien
.à la une cette semaineles parasols hortik

Un des avantages d’avoir un jardin, c’est bien sur de le voir vivre et de pouvoir observer la nature. Les papillons, oiseaux et autres abeilles sont des pollinisateursbienvenus. Ils viennent grignoter et se loger, et en retour,

ils nous donnent un jardin plein de sons, de couelurs et de vie nouvelle !

Hortik vous donne les infos sur les plantes qui attirent le plus la faune.
événement3 astuces pour arroser vos plantes pendant vos vacancesapplicatinconseils de grand mère

 

pergolavoiles d'ombragejeu concourscochenillesmyosotis

&quot;Je fais fuir les escargots et les limaces&quot; livre de Sofie Meys – mars 2013

livre "je fais fuir limaces escargots" de Sofie Meys

Nous avons croisé un petit livre (110 pages tout de meme) que les nuisibles et surtout les mollusques (limaces et escargots notamment) pourraient fort bien ne pas apprécier du tout : « Je fais fuir les escargots et les limaces » livre de Sofie Meys – parution mars 2013

Verdict de notre lecture : un livre bien écrit, agréable à lire, et très intéressant : on y trouve des trucs et astuces pour se débarrasser des limaces et escargots, mais aussi pour les comprendre et mieux apprécier ce qui fera que l’on en aura moins dans son jardin.

livre de Sofie Meys

Ce livre s’appelle « Je fais fuir les escargots et les limaces »

l’auteure : Sofie Meys, qui est rédactrice en chef ‘un magazine de jardinage

les éditions : La Place

le nombre de pages : 112 pages

la date de parution : 1er mars 2013

le prix de vente conseillé : 8,95€TTC , en vente ici par exemple


La 4e de couverture :

Votre jardin est envahi par les limaces ? Il faut dire qu’elles y vivent comme des coqs en pâte : la table est mise et les prédateurs sont loin.

Avant de leur déclarer la guerre, réfléchissez par deux fois : vous aurez plus de chances de vous débarrasser de vos hôtes voraces à  l’aide de méthodes durales et en rétablissant l’équilibre biologique de votre  jardin qu’en tentant à tout prix de leur tordre le cou.

Mieux vaut faire la paix avec les mollusques :

– en créant des habitats pour leurs prédateurs naturels;

– en choisissant des plantes qui leur résistent et qui les font fuir;

– en traitant correctement le sol;

– en installant des protections antilimaces.

Vous serez surpris de ce que vous allez apprendre sur ces petites bêtes gourmandes mais inoffensives, leur mode de vie et leur utilité au jardin !

et en attendant de lire ce livre, voici nos conseils pour éradiquer ces limaces et escargots

nos petits conseils à nous :

article : 12 trucs et astuces pour repousser les limaces

article : dans la famille des nuisibles, je demande escargots et limaces

bonnes lectures

Mes tentatives de boutures de fuchsias…

fuchsia magellanica

Bon, j’aurais dû vous l’écrire en Août cet article, car les boutures de mes fuchsias ont démarré en août !

fuchsias fleurs

Vous savez, je suis la fan des fuchsia (hé, oui, devant les moqueries de ma fille, j’ai appris à écrire ce mot « fuchsia » – voir l’article– … ce « s » n’est pas vraiment à la bonne place selon moi, mais bon c’est la langue française !).

Eh bien, pour la première fois cet été , j’ai préparé des boutures de fuchsias pour les offrir à une amie…

Il paraît que c’est très facile, mais j’étais plutôt inquiète.

Enfin, en ce moment, je ne vois plus que des bâtons avec des feuilles desséchées. Et je me pose plein de questions …

– Dois-je les laisser dehors ou les mettre dans la véranda. Ou, dans la cave peut-être.

– Est-ce que je les arrose assez ? Est-ce que je ne les arrose pas trop ?

Pour l’instant, si je tire sur les tiges (non pas que je veuille leur faire du mal, c’est juste un test), elles ont l’air de s’accrocher à la terre. Mais, j’attends un signe de leur part ; peut-être un tout petit bout de feuille verte à la base pour me rassurer.

Je suis inquiète !

Ah, mon amie est prête à faire le maternage elle-même, et de tout faire pour les garder coûte que coûte en vie. Je vous donnerai des nouvelles …

Et puis, si cela ne marche pas, je recommencerai au mois d’août 2013 !

Mais si vous avez des informations ou un vécu sur des boutures de fuchsias, je suis preneuse, cela me permettrait d’être moins inquiète !

Merci !

Brigitte

la fan des fuchsias qui sait maintenant écrire le mot fuchsia

fuchsia magellanica

fuchsias rouges

Le match : Orties contre Asters

aster, bouquet de jolies fleurs blanches

 

aster fleur Il y a 10 ans, lorsque nous avons emménagé, tout au bout du jardin, il y avait une zone d’irréductibles .. mais non, pas de gaulois (et pourtant c’est de saison), mais d’orties.

Courageusement, nous avons désherbé, re-désherbé, à la main( pas super super les orties à la main), puis, avec une aide chimique, un désherbant total (c’est pas bien, on sait on sait!) …

– > Résultat = orties : 1 / nous : 0

Alors, comme j’avais pu admirer une zone couverte de pervenches , du plus joli effet sur 6 m2, dans un jardin privé, je me suis dit qu’elles semblaient assez couvrantes pour empêcher les orties de repousser. La zone était peut-être un peu trop ensoleillée pour des pervenches … Elles poussaient bien, mais …



– > Résultat = orties : 2 / nous : 0

Dans un autre coin du jardin, nous avions fait pousser des asters, et tous les ans, il fallait les empêcher de prendre trop de place. Alors, nous nous sommes dit : « et si …. (et si les asters pouvaient prendre la place des orties) » . Nous avons donc repiqué les mottes enlevées là où il y en avait trop, et les avons plantées à l’endroit de la zone concernée par les orties. Maintenant, quelques années plus tard, les asters ont pris toute la place …

-> Résultat = les orties : KO

Mais … et oui, il y a toujours un mais… maintenant … nous devons régulièrement repousser un nouvel envahisseur … l’achillée millefeuille, dont quelques éléments se glissent dans la touffe d’asters

Y aura-t-il un nouveau match achillée millefeuille contre aster ?

Admirez donc mes jolies asters, ne sont-elles pas jolies ?

aster jolie fleur

Vive le jardin : rien n’est défini totalement, il y a toujours des choses à faire et à voir…

A retenir : si vous ne souhaitez plus d’orties, que vous voulez vous débarrasser des orties, les asters sont vos amies et un bon moyen de supprimer ces orties… qui a d’autres inconvénients, certes, mais bon 🙂

du houx majestueux … au houx parasol …

les différentes etapes pour couper le houx, don sainguin 59

Le houx est un arbuste qui peut se transformer en arbre imposant. Du coup, le jour où il faut le couper, ouïe ouille, ca fait mal  aux mains !!

comment couper le houxCe houx, dans notre jardin, nous l’aimons bien. Mais année après année, il prend de plus en plus de place, et le tailler devient plus difficile et plus long car, il est très haut.Lui redonner sa forme devient un exploit sportif !
le houx, sa coupeAussi, nous envisageons de le « raccourcir ». Les travaux d’approche permettent d’entrevoir la forme future. Avec cependant pas mal d’inquiétudes … Les branches du houx ne poussent pas comme ceux d’un arbre ordinaire, mais plutôt comme ceux du cognassier du japon : de longues branches emmêlées, ramifiées.



Ca y est, il a trouvé sa forme maintenant. Mais ces deux branches qui dépassent dont très laides. Nous n’osons pas utiliser la tronçonneuse, car pour couper ces branches, il faut s’allonger sur l’arbre. Alors, un peu d’huile de coude, et une grosse couverture pour se protéger… Allons y … Ouille, ça pique !
le houx et l'arbusteC’est surprenant ce que cette coupe a apporté de lumière dans la maison proche. Houx, mon houx, tu as rajeuni, tes contours sont encore incertains,Et maintenant , tu peux grandir ….