Les framboisiers, délice au jardin

Avez-vous déjà goûté au plaisir que procure un bol rempli de framboises bien juteuses et colorées à souhait ?

Même les petits piquants présents sur les cannes et les feuilles ne suffisent à refréner les ardeurs des plus gourmands !

 

Ce n’est pas le cas ? Pas de panique !

La culture de ces petits fruits voluptueux est simple comme bonjour.

Au potager, en bordure de jardin ou sur votre balcon, ils trouvent leur place partout avec un minimum d’entretien !

On commence par un peu de culture sur le framboisier…

Le framboisier est un arbuste composé d’un tronc et de cannes (tiges).

Il en existe deux types :

  • Les non-remontants qui produisent une récolte au début de l’été.

Les cannes se développeront durant la première année et fructifieront l’année suivante.

  • Les remontants qui donnent une première récolte dès l’automne et une seconde au début de l’été.

Passons maintenant à la pratique sur les framboisiers…

 1. La plantation

Il est préférable de les planter en automne afin de favoriser l’enracinement.

Néanmoins, vous pouvez le faire jusqu’au printemps en veillant simplement à éviter les périodes de gel.


2. Le palissage

Afin d’éviter que votre jardin ne se transforme en un champ de framboises, je vous conseille de faire un palissage. Parmi les innombrables méthodes, voici celle de mon grand-père, testée et approuvée par toute la famille!

Elle consiste à planter les framboisiers en ligne en les espaçant de 60 cm.

Ensuite, tendez des fils de fer à 50 et 80 cm de haut et à 60 cm de part et d’autre du rang de framboisiers.

3. L’entretien

Pour les non-remontants, il suffit de couper, au ras du sol, les cannes ayant fructifié et cela dès la fin de la récolte.

De nouvelles cannes apparaîtront au cours de l’été et fructifieront au printemps suivant.

Pour les remontants, en fin d’hiver, coupez les extrémités des tiges ayant porté des fruits en automne. Vous les reconnaîtrez facilement car elles seront sèches.

Après la deuxième récolte, coupez à ras les cannes ayant fructifié deux fois.

 

Simplissime, non ? Il ne vous restera plus qu’à les déguster nature ou détournées en multiples préparations !

L’arrosage, c’est tout un art !

L’arrosage et les plantes

 

Les plantes sont essentiellement constituées d’eau, leur teneur en eau variant de 80 à 95 % de leur poids total. Elles puisent cette eau et les nutriments qui leur sont nécessaires dans les sols par l’intermédiaire de leurs racines dans lesquelles l’eau pénètre par un mécanisme hydrostatique. L’eau et les nutriments minéraux constituent ce que l’on appelle la sève. Ainsi, fournir suffisamment d’eau à une plante est un des fondements du jardinage !

La plupart des plantes se développent du printemps à l’été. Elles ont besoin d’environ 25mm d’eau chaque semaine, sauf en cas de fortes pluies. Pour toutes les plantes et surtout pour les légumes, un bon arrosage vous donnera de meilleurs résultats : plus de fleurs, un plus beau feuillage, de meilleurs rendements et des goûts plus savoureux ! Des espèces comme le maïs, les pois, les haricots, les tomates et les pommes de terre ont besoin de plus d’eau à partir du moment où les feuilles apparaissent (si vous leur donnez suffisamment d’eau à partir de ce moment, les rendements seront bien meilleurs!). D’autres comme les salades ont besoin d’un sol constamment humide sans quoi elles deviendront dures et amer.



Attention cependant à ne pas noyer les plantes ! En effet, il faut être prudent avec la culture en pot. Il est très facile de faire mourir des plantes en plaçant leurs racines dans le compost humide ou dans le sol, si elles ne sont pas en fortes croissance, elles mourront. Les racines prennent de l’oxygène et dégagent du dioxyde de carbone, si elles sont dans l’eau, elles mourront.

Ce trop plein d’eau se manifeste par un flétrissement des plantes. En général, lorsque nous voyons que nos plantes flétrissent, nous pensons de suite à un manque d’eau et nous en remettons une couche…. C’est un mauvais réflexe ! A ce stade, les racines risquent fortement de pourrir.

Un arrosage différent pour des plantes différentes

 

Les racines enfouies dans le sol ne peuvent pas être arrosées à moins d’avoir un système d’arrosage très perfectionné (et assez onéreux). Habituellement, la plupart des jardins sont équipés d’un tuyau flexible ou rigide.

Attention, veillez à ne pas utiliser d’arrosoir pour le potager. En effet, vous ne pourrez pas appliquer l’eau directement au sol, vous devrez arroser la plante elle-même. Or, il est préférable de ne pas mouiller la plupart des plantes car cela peut causer des problèmes tels que les maladies fongiques. De plus, sur la plante, beaucoup d’eau s’évaporera sans avoir aucun effet sur la plante.

La meilleure solution est de mouiller le sol très occasionnellement plutôt que de simplement éclabousser plus souvent (ceci rendra l’aspect du sol humide sur le dessus tout en restant sec en dessous).

Pour l’arrosage des pots, il faut être prudent car les racines sont totalement dépendantes de notre arrosage, elles ne peuvent pas chercher dans le sol par leur propre moyen. Il faut donc arroser de manière méthodique et régulière. Ici, nous avons le choix : arroser à l’aide d’un arrosoir et d’un pomme (nous rencontrerons les même problèmes qu’au potager) ou arroser par le dessous. En règle générale, les pots ont de trous au dessous afin d’évacuer le trop plein d’eau; ici, nous allons utiliser ces trous de façon inversée.

Notre astuce : poser le pot dans l’eau une demi-heure tout au plus. Ce système permet un bon dosage de l’eau, cependant, il engendre d’autres soucis : il empêche à la surface d’être humide et peu donc compliquer la levée des semis.

Et l’eau dans tout ça ?

Quant à l’eau elle-même, nous vous conseillons d’utiliser l’eau du robinet pour les semis, les jeunes plants et les plantes délicates. Pour les salades et autres cultures consommées crues, pour des raisons évidentes, il faut utiliser de l’eau potable comme celle du robinet. L’eau du robinet est pratique et peut être votre seule source, elle conviendra à de la plupart des plantes. Ce pendant, dans les régions où l’eau du robinet n’est pas bonne, elle ne conviendra pas aux amateurs d’acides tels que les azalées, les bleuets et les bruyères.

La Lavande : parfum et couleurs de vacances

 

Hortik vous apporte une touche de soleil avec cette plante méditerranéenne et son parfum enivrant : La lavande.

On peut compter 28 types de lavandes différentes, la couleur de son épis varie en fonction des espèces : blanc, mauve, rose, ou bleu.

La lavande peut s’utiliser en : massif, bordure, haie basse, talus, bac, fleurs coupées, pots-pourris.

Le saviez-vous ? Le nom Lavandula a été attribué à la plante par un naturaliste suédois, qui s’est inspiré du latin lavare = laver, allusion à l’utilisation très ancienne de cette plante dans les sels de bains, les onguents, les parfums.

 

Plantation et floraison

Période de plantation : mars, avril
Période de floraison : juillet à septembre

Comment les planter ?

Au jardin

Les lavandes aiment les terres légères, bien drainées et moyennement fertile.
Elle se plait également dans des sols arides, caillouteux.

A noter : Seules les variétés Lavandula stoechas et viridis exigent un sol acide.

Plantez vos lavandes en plein soleil et préférez les expositions chaudes.

Vous pouvez améliorer la terre d’origine avec un peu d’amendement organique (deux poignées par trou). Et dans les terres lourdes (argileuses), jetez du sable grossier au fond du trou.

La distance de plantation conseillée est de 5 plantes par m² ou un espacement de 40 à 50 cm.

En pot

De nombreuses variétés naines sont proposées aujourd’hui et donnent d’excellents résultats en jardinière.

Choisissez un contenant de 30 cm, appliquez un terreau de matières fibreuses et un tiers de sable de rivière grossier.

Veillez à ne jamais utiliser de bac à réserve d’eau et sélectionnez un pot ayant un trou d’évacuation des eaux lors d’arrosage en excès.

N’hésitez également pas à choisir une poterie en terre cuite ou florentin, afin de donner à votre balcon un côté provençal.

 

L’entretien

Arrosage

Elles ne supportent pas l’excès d’eau

Taille

Indispensable, afin d’empêcher la lavande de former du bois, taillez-la à temps (mars et août). Donnez-lui une forme de boule.
Si vous souhaitez tailler vos lavande l’été, privilégiez la taille après la floraison (et même durant, au moment de la récolte des fleurs), en août. Ne coupez que les fleurs fanées et le haut des tiges.

ATTENTION : Ne taillez jamais sur du vieux bois, il est très rare que de nouveaux bourgeons y apparaissent !

 

Question fréquente

Puis-je facilement faire des boutures de lavande ?
De préférence en juillet-août, avec des boutures de 5 cm de long, plantez les jeunes pousses dans une mini serre contenant un mélange de sable de rivière et de terreau.
L’enracinement se produit en deux mois environ.
Notre conseil : utilisez des hormones de bouturage est fortement recommandé.

 

 

Le + de la lavande

A la fois gustative, décorative et odorante, les fleurs de lavande peuvent :

  • embaumer votre linge et vos armoires,
  • éloigner les mites,
  • créer un miel délicieux grâce à son essence très parfumée,
  • calmer les brûlures, piqûres d’insectes : c’est un excellent désinfectant
  • faciliter le sommeil ou la digestion, grâce à ses propriétés apaisantes et antiseptiques.

4 astuces pour chouchouter vos Alysses !

Alysse corbeille d'or - comment les cultiver

L’alysse, appelée aussi « corbeille d’or », est une plante annuelle à la floraison abondante et de culture facile. Cette fleur décorative s’étend rapidement sur le sol pour former un vrai tapis jaune vif.

Sa hauteur peut varier entre 15 et 30 cm.

L’alysse s’utilise en tant que : rocaille, bordure, couvre-sol, muret ou plates-bandes.

Le saviez-vous ? La corbeille d’or fait partie des plantes mellifères, c’est-à-dire : une plante dont la floraison attire les abeilles.

 

 

Comment planter l’alysse ?

En pleine terre, nous vous recommandons un sol bien drainé, sableux et plutôt sec.

A noter : Cette plante se contente de très peu de terre et pousse très bien entre les pierres et les dallages.

Les alysses corbeille d’or, sont amatrices de chaleur, elles apprécient les expositions très ensoleillées et profiteront  de la chaleur emmagasinée dans les roches.

 

Les 4 étapes de plantation de l’alysse :

1. Semer d’avril à Juin dans une terre fine à mi-ombre.

2. Replantez, au stade de 3- 4 feuilles, les plantes les plus vigoureuses à 10 cm de distance à mi-ombre afin qu’elles puissent se développer de façon optimale.

3. Placez vos alysses en pots sous un abri, juste avant l’hiver.

4. Au printemps suivant, plantez-les en pleine terre à 30 cm de distance.

 





 

Entretien de l’alysse

Nettoyer

Lorsque les fleurs se fanent, supprimez-les.

Et après la floraison, profitez-en pour tailler légèrement la plante afin de l’harmoniser et de lui redonner une jolie forme arrondie.

Conseil : Pincez les touffes en fin de floraison pour maintenir une végétation compacte.

Arrosage

Une fois les plantules bien installées, les alysses n’auront besoin d’aucun arrosage sauf lors de période d’extrême sécheresse.

Nuisibles

Nous vous conseillons de protéger l’alysse des escargots et limaces les premières semaines de culture.

«le petit plus »: Afin de les déloger, entourez les alysses de sable ou d’un cercle de cendres de bois ou de chaux, assez loin des racines. Les escargots et les limaces ne les traverseront pas, mais le travail sera à refaire après chaque pluie.

 

 

Pour plus d’astuces, venez vite découvrir le livre « Je fais fuir les escargots et les limaces » de Sophie Meys.

Le myosotis : 5 étapes pour optimiser votre plantation

Myosotis, comment cultiver les Myosotis

Le myosotis des alpes, de la famille des Boraginacées, est une plante bisannuelle d’une jolie floraison printanière.

Sa taille adulte est d’environ 25 cm.

Utilisez le myosotis pour égayer vos massifs, rocailles et autres jardinières ! Le myosotis peut également se cultiver en pot ou sur balcon.

 

Comment planter les myosotis ?

Deux situations possibles :

  • si vous souhaitez planter en pleine terre les myosotis :

Il est préférable de planter le myosotis entre Juillet et Septembre pour obtenir une floraison à partir d’avril.

Voici les étapes à suivre pour une bonne plantation de myosotis :

1.  Choisir un emplacement ensoleillé mais pas trop brûlant. En région très chaude préférer la mi-ombre.

2. Supprimer les mauvaises herbes.

3. Bêcher le sol sur une profondeur de 20 cm.

4. Ajouter du sable ou des gravillons en terre riche ou argileuse. Le petit « plus » pour obtenir de meilleurs résultats : faire un apport de compost, riche en matière organique.

5. Distancer entre 2 plants de myosotis : 15 à 30 cm selon les variétés.




Attention : sur un terrain mal drainé, les myosotis ont tendance à mourir pendant l’hiver.

 

  • Si vous souhaitez planter les myosotis en pot :

Tout d’abord, choisissez un pot percé, au sein duquel vous pouvez disposer des petits graviers au fond afin d’assurer un bon drainage. Ensuite ajoutez-y du terreau jusqu’à la moitié du pot.  L’étape suivante consiste à disposer les plantes en les espaçant de 15 cm. Et pour finir tassez et ajoutez, si vous le souhaitez, des apports d’engrais liquides pour plantes à fleurs, dilués dans l’eau d’arrosage.

L’entretien des myosotis

Nettoyer

Nous vous conseillons de supprimer les fleurs fanées au fur et à mesure.

Arrosage

Il faut maintenir le myosotis à peine humide au printemps, quant à l’été, il faut arroser plus régulièrement pendant la période la plus chaude. En pot ou jardinière, prévoir un arrosage plus régulier.

Petite astuce : vous pouvez associer le myosotis avec des pensées, pâquerettes et tulipes !

 

Des idées d’inspiration :  Le jardin en avril

3 incontournables pour bien entretenir votre muflier

fleur de Muflier, comment cultiver les Mufliers

Le Muflier varié, également connu sous le nom de «  gueule de loup », est une plante vivace annuelle à feuillage caduc appartenant à la famille des Scrophulariacées.

Cette fleur est facile à cultiver et peut se planter en rocaille, en massif ou en pot. Elle se décline en de multiples variétés et coloris (du plus vifs au pastels). Sa taille varie entre 20 centimètres pour la variété naine jusque 80/90 centimètres.

muflier, fleurs

Le saviez-vous ? Le muflier dit « gueule de Loup » doit son petit nom à la forme singulière de ses fleurs, en effet, quand on pince les côtés de la fleur, celle-ci s’ouvre comme une gueule.

Comment planter un muflier ?

Le muflier apprécie une exposition ensoleillée et des sols légers, riches et bien drainés. Les graines de muflier peuvent se semer à deux périodes différentes :

  • Sous abri en mars/avril avec un repiquage en godet, en pépinière et la mise en place au mois de mai. La floraison aura alors lieu entre Juillet et Octobre.

 

  • Les graines peuvent aussi être semées directement en place et en pleine terre au printemps. Alors la mise en place et l’installation des plants en pleine terre peuvent être faits entre mai et juillet.



L’entretien des mufliers

Le muflier est une plante qui se ressème d’elle-même et qui n’a donc pas besoin de taille. Attention à ne pas se faire envahir car elle peut se multiplier très rapidement !

Nettoyer

Veillez à retirer les fleurs fanées de façon régulière. Etant sensible à l’appauvrissement annuel du sol, il ne boude pas du compost. Et si les variétés sont hautes, elles peuvent nécessiter un tuteur.

Arrosage

Le muflier résiste très bien au manque d’eau, l’arrosage doit donc se faire modérément. Cependant pour aider à la reprise du muflier, les arrosages devront être réguliers au moment de la plantation.

mufliers, fleurs

Nuisibles

Cette plante peut avoir des pucerons et en fin de saison, les mufliers sont souvent atteints par la rouille, une maladie qui tache de brun leur feuillage. Le seul remède consiste à arracher les pieds atteints par la rouille. Mais en prévention, pulvérisez un fongicide à partir de la fin juin.

Bulbes de printemps : que planter sur son balcon ?

Balcon fleuri

Avec l’arrivée des beaux jours (qui tarde encore), vous souhaitez voir votre environnement s’emplir de couleurs et d’odeurs. Mais hélas vous n’avez pas de jardin, juste un petit balcon. Qu’à cela ne tienne ! Hortik vous dit tout pour fleurir votre balcon cet été !

Quels matériels pour planter des bulbes sur un balcon ?

Le choix est très large en terme de matériel. Seule la taille de votre balcon conditionne le choix de votre matériel : jardinières , bacs ou pots, laissez aller votre inspiration.

jardinières pour balcon

Quelles plantes ?

Il vous sera possible de planter des fleurs, mais aussi des plantes aromatiques et même des légumes !


Les fleurs

Les Glaïeuls et Dahlia permettent une grande diversité de couleurs et de feuillages. Ils vous est possible de les planter dans la même jardinière. Ces plantes se développent plus facilement dans de la terre fraîche, riche en matière organique  et débarrassée des mauvaises herbes. Certains bulbes comme les Bégonias ont un démarrage de floraison plus lent. Il est donc possible de les mettre en pot des le début du mois d’avril.

Bégonias

 

Les plantes aromatiques

Ce sont les plus simples à cultiver, un peu de lumière et un peu d’eau chaque jour, c’est ce qu’il faut. Vous pourrez ainsi cultiver du basilic, de la ciboulette, du cerfeuil  ou de la coriandre dans une seule et même jardinière.

 

Les haricots : Conseils pour la culture et les semis

haricot Piselli freschi

Les haricots sont faciles à cultiver et nécessitent peu d’espace car ils profitent de l’environnement de manière verticale. Si vous avez un espace limité, privilégiez les variétés grimpantes plutôt que les haricots nains !

Des soucis d’espace ?

Les haricots à rames produisent plus de 2kg par ligne de 10 pieds ! Les haricots à rames profitent de l’espace vertical qui leur est mis a disposition. Les haricots à rames produisent sur une période assez longue. Ce type de variété n’a pas besoin de support solide, vous pouvez tout de même leur apporter un morceau de ficelle tendu d’un bout à l’autre du rang (utilisez un poteau de clôture pour soutenir les haricots en martelant un clou dans la partie supérieure, attachez un morceau de ficelle à chaque piquet). Une autre solution serait de mettre un treillis ou un grillage pour que les haricots grandissent.



Des haricots en continu ?

Les haricots peuvent être plantés quand tout danger de gel est passé. Plantez de nouvelles graines toutes les deux semaines jusqu’à la première gelée. Certaines variétés n’ont besoin que de 58 jours pour pouvoir être récoltées ! En plantant régulièrement de nouvelles graines tout au long de la saison, vous aurez une production abondante pendant tout l’été ! Afin de garder une bonne production de chaque pied, veillez à récolter, tous les jours ou tous les 2 jours, vos haricots !

Et les racines dans tout ça ?

Les haricots verts ont un système racinaire peu profond. S’il est endommagé, la récolte va prendre du retard et la production sera lente. En désherbant, prenez soin de ne pas endommager les racines. Si vous n’arrosez pas assez, la terre aura tendance à fissurer et laisser les racines à l’ai libre, faites attention, ces racines aiment les sols humides !

Des éventuelles maladies ?

Les champignons peuvent se propager en cas d’éclaboussures d’eau du sol sur les plantes ou lorsque les plantes sont traitées et endommagés quand elles sont mouillées. Si possible, récoltez les haricots lorsque les feuilles des plantes sont sèches pour éviter de propager la maladie. Veillez à ne pas endommager la pied lors de la cueillette des haricots.

Calendrier des semis des haricots 

 

Comment planter et entretenir les dahlias

dahlia rose sombre gros plan, teintes de jaune

Les Dahlias connaissent un grand succès grâce à leur diversité de couleurs et de formes. Ils plaissent dans les massifs jusque dans vos bouquets à disposer à l’intérieur de votre maison.

En bref, le Dahlia met de la gaieté dans votre vie !

Nous vous proposons aujourd’hui de vous expliquer comment planter les Dahlias, mais aussi comment les entretenir tout au long de l’année.

 

 

 

Comment planter les dahlias ?

2 options s’offrent à vous : la plantation de bulbes ou le semis de Dahlias (à partir de graines). La première solution est la plus simple et ne demande pas beaucoup de temps contrairement au semis.

  • La plantation de bulbes :

    Idéalement, vous devez planter les bulbes de dahlia (aussi appelés tubercules) en avril et mai quand les gelées sont terminées. Nous vous conseillons de les planter à environ 5 à 10 cm de profondeur. Veillez à respecter un espacement de 80 à 100cm entre chaque bulbe. En effet, le Dahlia a besoin d’espace car il grandit beaucoup, il aura aussi besoin de soleil quand il sortira de terre !
    Pour plus d’info, consultez notre article sur la plantation des bulbes !
  • Le semis :

    Pour les semis, il faut vous y prendre dès le mois de mars. Semez en terrine puis repiquez vos plantations en avril et mettez en terre au mois de mai

 

Dahlias - http://www.odon-passion-photo.com/
Dahlias – photo réalisée par http://www.odon-passion-photo.com/



L’entretien des dahlias

  • La taille ?

    Enlevez les fleurs au fur et à mesure qu’elles fanent.
    Quand les tiges sont totalement fanées, coupez-les au plus court.

  • L’arrosage ?

    Le Dahlia est bien résistant mais n’hésitez pas à l’arroser en période de grosses chaleurs/sécheresse.
    Pour éviter tout risque de maladie, veillez à ne pas arroser le feuillage.
    Astuce : pensez à arroser le soir pour éviter l’évaporation de l’eau.
  • En hiver ?

    En hiver, nous vous conseillons de protéger vos pieds de Dahlia avec un paillage. (consulter notre article spécial paillage)
    Si de fortes gelées sont à prévoir, la meilleure solution reste encore de retirez les tubercules de la terre et de les rentrer dans un endroit sec et à l’abri de la lumière jusqu’au printemps.
    Pour rentrer vos dahlias :
      • Attendez que le feuillage soit totalement fané puis coupez à 10 cm du sol.
      • Arrachez les bulbes et faites les sécher
      • Enlever la terre
      • Conservez les au frais, au sec et à l’abri de la lumière
      • Replantez les après tout risque de gel, au printemps

 

 

Découvrez notre sélection de 30 magnifiques variétés de Dahlias sur Hortik.com !

 

 

 

du houx majestueux … au houx parasol …

les différentes etapes pour couper le houx, don sainguin 59

Le houx est un arbuste qui peut se transformer en arbre imposant. Du coup, le jour où il faut le couper, ouïe ouille, ca fait mal  aux mains !!

comment couper le houxCe houx, dans notre jardin, nous l’aimons bien. Mais année après année, il prend de plus en plus de place, et le tailler devient plus difficile et plus long car, il est très haut.Lui redonner sa forme devient un exploit sportif !
le houx, sa coupeAussi, nous envisageons de le « raccourcir ». Les travaux d’approche permettent d’entrevoir la forme future. Avec cependant pas mal d’inquiétudes … Les branches du houx ne poussent pas comme ceux d’un arbre ordinaire, mais plutôt comme ceux du cognassier du japon : de longues branches emmêlées, ramifiées.



Ca y est, il a trouvé sa forme maintenant. Mais ces deux branches qui dépassent dont très laides. Nous n’osons pas utiliser la tronçonneuse, car pour couper ces branches, il faut s’allonger sur l’arbre. Alors, un peu d’huile de coude, et une grosse couverture pour se protéger… Allons y … Ouille, ça pique !
le houx et l'arbusteC’est surprenant ce que cette coupe a apporté de lumière dans la maison proche. Houx, mon houx, tu as rajeuni, tes contours sont encore incertains,Et maintenant , tu peux grandir ….