Comment planter et entretenir les dahlias

dahlia rose sombre gros plan, teintes de jaune

Les Dahlias connaissent un grand succès grâce à leur diversité de couleurs et de formes. Ils plaissent dans les massifs jusque dans vos bouquets à disposer à l’intérieur de votre maison.

En bref, le Dahlia met de la gaieté dans votre vie !

Nous vous proposons aujourd’hui de vous expliquer comment planter les Dahlias, mais aussi comment les entretenir tout au long de l’année.

 

 

 

Comment planter les dahlias ?

2 options s’offrent à vous : la plantation de bulbes ou le semis de Dahlias (à partir de graines). La première solution est la plus simple et ne demande pas beaucoup de temps contrairement au semis.

  • La plantation de bulbes :

    Idéalement, vous devez planter les bulbes de dahlia (aussi appelés tubercules) en avril et mai quand les gelées sont terminées. Nous vous conseillons de les planter à environ 5 à 10 cm de profondeur. Veillez à respecter un espacement de 80 à 100cm entre chaque bulbe. En effet, le Dahlia a besoin d’espace car il grandit beaucoup, il aura aussi besoin de soleil quand il sortira de terre !
    Pour plus d’info, consultez notre article sur la plantation des bulbes !
  • Le semis :

    Pour les semis, il faut vous y prendre dès le mois de mars. Semez en terrine puis repiquez vos plantations en avril et mettez en terre au mois de mai

 

Dahlias - http://www.odon-passion-photo.com/
Dahlias – photo réalisée par http://www.odon-passion-photo.com/



L’entretien des dahlias

  • La taille ?

    Enlevez les fleurs au fur et à mesure qu’elles fanent.
    Quand les tiges sont totalement fanées, coupez-les au plus court.

  • L’arrosage ?

    Le Dahlia est bien résistant mais n’hésitez pas à l’arroser en période de grosses chaleurs/sécheresse.
    Pour éviter tout risque de maladie, veillez à ne pas arroser le feuillage.
    Astuce : pensez à arroser le soir pour éviter l’évaporation de l’eau.
  • En hiver ?

    En hiver, nous vous conseillons de protéger vos pieds de Dahlia avec un paillage. (consulter notre article spécial paillage)
    Si de fortes gelées sont à prévoir, la meilleure solution reste encore de retirez les tubercules de la terre et de les rentrer dans un endroit sec et à l’abri de la lumière jusqu’au printemps.
    Pour rentrer vos dahlias :
      • Attendez que le feuillage soit totalement fané puis coupez à 10 cm du sol.
      • Arrachez les bulbes et faites les sécher
      • Enlever la terre
      • Conservez les au frais, au sec et à l’abri de la lumière
      • Replantez les après tout risque de gel, au printemps

 

 

Découvrez notre sélection de 30 magnifiques variétés de Dahlias sur Hortik.com !

 

 

 

le cardon, légume d’antan de nouveau au gout du jour

Cardon, légume d'antan à cultiver au potager

Originaire des côtes méditerranéennes, le cardon se récoltait alors davantage à l’état sauvage et ce sont les Romains qui ont rendu ce légume plus fin.

Aujourd’hui, il est considéré aux États-Unis comme une plante envahissante et parmi toutes les régions d’Europe, seule Genève a su préserver sa culture. Il fait partie des « légumes oubliés ».
Cardon, légume oublié

Cardon et artichaut (qui est de la même famille) sont des plantes en rosette, pérennantes, sensibles au froid (destruction complète à une température prolongée de -10 °C) et aux températures élevées (arrêt de croissance si les températures nocturnes dépassent 23-25 °C).

Ces caractères naturels, qui n’ont pas évolué sous la domestication, expliquent la limite quasi méditerranéenne des cultures et le cycle naturel : démarrage de végétation des plantes et germination des semences en automne-hiver, croissance des axes (montaison) portant les inflorescences (capitules) au printemps, floraison estivale, dispersion des semences et repos végétatif à la suite.

Il existe de nombreuses variétés de Cardon, les unes avec épines, les autres (que l’on va manger) sans épine, que l’on nomme également inerme.

Le cardon (Cynara cardunculus) est une plante vigoureuse de la familles des astéracées . Bien que ce soit une plante vivace, elle n’est généralement cultivée que comme annuelle ou bisannuelle.

A partir de la mi-août et jusqu’aux premières gelées, il faudra « blanchir » les pieds, soit sur place, soit en les récoltant « en mottes » pour les placer dans un local obscur. Cette opération rendra le légume tendre et en fera disparaître l’amertume.

 

Dès le mois d’août et ce, chaque mois qui vient, arrosez les semis d’engrais liquide ou d’une préparation par plant composée de 10g de nitrates de soude dilués dans 5 litres d’eau.


Quelques explications sur le « blanchiment » des cardons :

deux semaines avant la récolte, établissez le blanchiment. Il vous faut lier délicatement les feuilles entre elles, et les entourez d’un film sombre puis, vous buttez les pieds sur 25 centimètres.

Cette opération permettra de rendre la plante tendre et savoureuse. Surveillez durant cette période un éventuel pourrissement des plants dû au surplus d’humidité du sol.

Comment cuisiner le cardon :

On coupe les côtes du cardon en tronçons pour en ôter les fils ainsi que la pellicule qui recouvre la face creuse, qui s’enlève facilement (idem que pour les branches de céleri ou de rhubarbe ), puis on plonge les morceaux dans de l’eau citronnée pour éviter qu’ils ne noircissent.
La cuisson des cardons s’effectue dans un « blanc-bouillon », c’est à dire dans de l’eau citronnée bouillante à laquelle vous aurez ajouté un peu de farine préalablement délayée.

Laissez ébouillanter pendant 20 à 25 minutes. Cuit de cette manière, le cardon révélera mieux tout la délicatesse de sa saveur.
Les tronçons pourront alors d’être servis nature avec une noisette de beurre ou arrosés avec du jus de viande, ou encore accommodés aux fines herbes de votre choix ou encore avecc une sauce blanche. Ils accompagnent bien les viandes blanches.

Laissés en place, les cardons fleurissent l’année suivante : un joli spectacle qui peut devenir envahissant si l’on n’y prend pas garde!

 la fiche technique du cardon

Famille

astéracées

Couleur des « fleurs »

vert, nécessite un buttage

Période de plantation et semis

au printemps, vers la mi-mai, dès que les gelées ne sont plus à craindre
Période de récolte et floraisonde octobre à novembre
Exposition

plein soleil

Type de sol
sol humifère et profond
type de plantesrustique
Température minimale supportée-10°C
Espace entre les semis80cm, sinon  ils ne pourront pas prospérer.
graines pour 1 g25 graines par gramme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cardon, légume d'antan

 

La roquette : 5 raisons de la planter

roquette salade, au potager

La roquette cultivée est une plante potagère, connue pour sa saveur forte, acre et brûlante mais agréable.

La roquette cultivée  agrémente salades ou crudités ou en accompagne la viande. Elle est cultivée depuis l’Antiquité mais était longtemps interdite dans les potagers de monastères en raison de ses vertus aphrodisiaques.

roquette salade

 

Propriétés de la roquette

La roquette est haute de 20 à 30cm. Sa tige est dressée et rameuse et peut mesurer jusqu’à 80cm. Ses feuilles épaisses et allongées sont diversement découpées en forme de rosette ; elles ressemblent un peu à celles des radis.

Ses fleurs sont hermaphrodites, de couleur blanche ou jaune, veinées de violet et en grappes.

Ses vertus sont qu’elle est antiscorbutique, aphrodisiaque, dépurative, diurétique, stimulante et tonique. Elle contient de la vitamine C et des sels minéraux.



Culture de la roquette

Un environnement idéal pour cultiver la roquette doit avoir ces caractéristiques :

  • Climat : indifférent, très rustique
  • Exposition : ensoleillée et ombrage de l’été
  • Sol : fertile, frais et bien aéré
  • Floraison : avril à septembre
  • Récolte : 2 mois après le semis

La culture suit les étapes suivantes :

  • Semer en place, en pleine terre su mois de mars au septembre.
  • Respectez des espaces de 20 à 30 cm en tous sens
  • Recouvrir légèrement les graines
  • Plomber avec le dos du râteau.

Les bons mariages :

La roquette se cultive entre les rangs d’asperge, de chou-fleur et de chou pommé. Elle leur apporte de l’ombre pendant l’été.

Fertilisation

La roquette demande une fertilisation  normale à la fin de l’automne ou en début de printemps avec un engrais naturel et du compost.

Les fertilisations foliaires ne sont pas nécessaires.

Entretien

La roquette  ne nécessite pas un entretien excessif, veuillez juste à faire des binages, sarclages et arroser pour tenir le sol suffisamment humide.

L’arrosage doit être fréquent en cas de sécheresse pour retarder la montée à graines qui est rapide par manque d’eau, ainsi les feuilles ne seront plus tendres.

Maladies et parasites

La roquette semble être très résistante aux maladies, mais un parasite peut l’envahir :

L’altise

Pour tout savoir sur ce coléoptère qui perfore les feuilles,  lisez cet article..

Les semis sur couche chaude : guide pratique !

Serre châssis GAYA 1,1m²

Dans plusieurs de nos articles on vous parle de semis sur couche chaude. Oui mais la couche chaude… c’est quoi ? Dans cet article on tachera de vous expliquer ce qu’est la couche chaude, ses avantages et surtout comment la faire. Alors pour tout savoir sur le sujet, suivez le guide !

Serre châssis GAYA

 

Les semis sur couche chaude… kesako ?

Faire des semis sur couche chaude st une technique de culture ancestrale qui revient au gout du jour. La couche chaude est une technique qui permet de faire gagner des degrés à votre serre et ainsi permettre de démarrer les semis avant la fin des gelées ! Elle est faite à partir de fumier frais (de cheval de préférence car il dégage beaucoup de chaleur), de terreau et de terre récupérée du jardin et atteint une température d’environ 20° pendant un mois et demis environ.  Au niveau des périodes, vous pouvez utiliser la couche chaude de novembre à mars.

En bref, la couche chaude c’est une superposition de couches qui vont naturellement réchauffer le sol et vous permettre d’avancer les semis par rapport aux saisons !

 



 

Faire sa couche chaude : guide pratique

Les outils nécessaires

Pour réaliser votre couche chaude, vous aurez besoin :

  • D’une bêche
  • D’une fourche
  • D’un broyeur puissant
  • De fumier ou d’un gros tas de déchets de feuilles et tailles de vos arbres (le fumier est tout de même préférable)
  • D’un châssis
  • Terreau

Les étapes de préparation

  • Commencez par définir l’endroit pour vos châssis et couche chaude. Privilégiez un endroit bien exposé au soleil et de préférence contre un mur, cela lui permettra d’être abrité du vent.
  • Posez votre châssis. Vous pouvez soi en acheter un tout fait ou en fabriquer un vous même à l’aide de 4 planches et de vitres pour le fermer.
  • Une fois le châssis monté, creusez un trou d’environ 40 cm de profondeur dans le châssis. Attention ! pensez à bien conserver la terre retirée pour faire le trou, elle sera nécessaire pour la suite.
  • Une fois le trou fait, mettez une couche d’environ 30 cm de fumier ou de compost si vous n’avez pas réussi à vous procurer de fumier. Tassez bien le fumier ou compost et arrosez le.
  • Mélangez la terre retirée pour faire le trou avec du terreau. L’idéal est de mélanger autant de terre retirée que de terreau. Tassez bien le mélange et recouvrez la couche de fumier.
  • Vous pouvez à présent refermer votre châssis. Dans les 3 semaines suivantes, vous devrez vérifier régulièrement la température. Dés que la température atteindra 20° à 25°C, vous pourrez commencer vos semis !

 

Nos conseils

  • Pensez à ne pas apporter trop d’eau à votre couche chaude. L’eau stagnante lui est néfaste car il a tendance à pourrir. L’eau stagnante est également une source de maladies pour vos semis. Si vous en avez l’occasion, préférez l’eau de pluie pour arroser la couche chaude. Grâce à votre récupérateur d’eau, vous pourrez la récolter très facilement. Nous vous conseillons le récupérateur d’eau 2 en 1 en forme d’amphore qui possède un bac à fleur et un robinet pour récolter les eaux de pluie.
  • Quand vous posez votre châssis, pensez à le poser en pente. Cela permettra aux eaux de pluie de s’écouler et votre châssis profitera pleinement des rayons du soleil !

Semaine spéciale légumes oubliés : les choux-fleurs de couleur !

choux fleurs de toutes les couleurs, légumes d'antan

La plupart des gens ne sont pas familiers avec le chou-fleur, c’est un de ces légumes que votre mère a toujours essayé de vous faire manger! Il y a surement des choses que vous ne savez pas à propos de lui. Il peut être utilisé dans une variété de plats délicieux. Soit dit en passant, votre mère avait raison, le chou-fleur est bon pour vous : il est rempli de vitamines et de minéraux nécessaires. Le chou-fleur est un aliment sain et nutritif. 

Histoire du choux-fleur

Le chou-fleur provient de l’Asie Mineure, comme une forme de chou sauvage. Il est devenu populaire en France autour du 16ème siècle. Peu de temps après, il a été cultivé dans le nord de l’Europe. Le légume nourrissant finalement fait son chemin dans d’autres pays et est depuis devenu un aliment de base dans des pays tels que les États-Unis, la France, la Chine et ailleurs.

Caractéristiques du choux fleur

Le chou-fleur est une plante annuelle qui se reproduit grâce à des graines. Il appartient à la famille des crucifères. Il est de la même famille que le brocoli, le chou et le chou frisé. Le chou-fleur est une fleur qui pousse d’une plante : voici comment il a obtenu son nom.

les différents types

Le type le plus familier de chou-fleur est la variété d’un blanc pur.

  • Le violet : le chou-fleur violet a de profonds fleurons pourpres, des feuilles vertes claires vers l’extérieur. Il a un goût similaire au chou-fleur traditionnel. Ce type peut changer entre pourpre et vert quand il est cuit. Choisissez le chou-fleur violet si vous voulez plus de variété et de la couleur dans vos salades. Essayez différentes variétés telles que Violet Queen hybride ou pourpre Sicile.

  • Le jaune : Le chou-fleur jaune affiche un jaune vif, orange, ou une combinaison des deux couleurs. Le goût est semblable au chou-fleur standard. La variété principale de chou-fleur jaune est appelé Cheddar. Cette espèce jaune a beaucoup plus de bêta-carotène que les autres types. Il reste également jaune vif lors de la cuisson.
  • Le vert : le chou-fleur vert est un croisement entre le chou-fleur blanc standard et le brocoli. La couleur verte n’est pas aussi audacieux que les couleurs perçues dans le brocoli, mais il se distingue toujours. La tête et les feuilles ressemblent à d’autres types de chou-fleur. Certains l’appellent le « brocofleur ». Ce type a un goût plus sucré que les autres variétés. Les deux principaux types de brocofleur sont Hybrid Green Goddess et de la Chartreuse Hybrid II.

Nutrition

Le chou-fleur est une bonne source de vitamines et de minéraux. Il est faible en gras, riche en fibres et en protéines. Une bonne source de potassium et de vitamine C, il contient aussi du calcium et du fer. Il est également une excellente source de phosphore et de magnésium. Le chou-fleur est bas sur l’indice glycémique des aliments : il libère lentement le sucre, ce qui en fait un aliment bon pour les diabétiques et les personnes qui tentent de perdre du poids.

 



 

Plantation

Conditions de plantation

Le chou-fleur a besoin d’un pH du sol entre 6,0 et 7,0. Plantez-les lorsque les températures se situent entre 18 et 25°C.

Sol

Travailler dans le sol que vous allez planter avec une bêche ou une fourche jusqu’à une quinzaine de cm de profondeur pour l’assouplir. Le chou-fleur ne se développe pas dans un sol compacté.

Plantation

Placez les graines à environs 10cm sous la surface. Laissez 60cm entre les rangées.

 

Soins

Arrosez assez souvent pour garder le sol humide et empêcher les feuilles de flétrir dans le milieu de la journée. Quand les têtes du chou-fleur commencent à se former, attachez les feuilles ensemble sur la tête avec un ruban ou une ficelle. Ce processus,  appelé «blanchiment», permet au chou-fleur de garder sa couleur blanche jusqu’à la récolte.

Récolte

La récolte du chou-fleur se fait quand les têtes sont toujours compactes et entourées de feuilles. Environs 2 mois après plantation. Coupez la tête de sorte qu’au moins deux feuilles enveloppantes restent attachées.

Idée de recettes avec le choux fleur :

 

 

Pour découvrir d’autres légumes oubliés, poursuivez votre visite sur :

Spécial légumes oubliés : le topinambour

Topinambours, redécouvrez les légumes d'antan

Quelles sont les origines du topinambour ?

Le topinambour appelé également « l’artichaut du Canada » mais aussi « poire de terre » nous vient à la base d’Amérique du Nord.

La culture de cette plante potagère remonte au XVIIème siècle en France. Les topinambours ont pendant longtemps gardé une image très négative : en effet, lors de la Seconde Guerre Mondiale, cette plante potagère revenait trop souvent sur la table.

Aujourd’hui, le topinambour revient petit à petit à la mode grâce à ses valeurs nutritives. Le topinambour est désinfectant et énergétique. De part sa richesse en inuline, il est vivement recommandé aux personnes diabétiques.

Topinambours

Comment cultiver les topinambours ?

 On cultive des topinambours pour les tubercules. Petite chose importante à signaler avant de détailler la culture : le topinambour est une plante envahissante ! Le moindre fragment de rhizome qui reste en terre repousse l’année suivante



 Instructions

  • De début mars à la mi avril, plantez vos tubercules de topinambours
  • Prenez soin de les espacer d’environ 60 cm sur des lignes distantes de 70 cm
  • Pour les planter, enfoncez les tubercules de 8 à 10 cm dans le sol.
  • Nous vous conseillons de semer du trèfle blanc nain entre les rangs : cela évitera d’avoir plein d’herbes sauvages et renforcera vos cultures.
  • Une fois vos tubercules plantés, pensez à effectuer régulièrement à biner et à sarcler. Si jamais vous connaissez une période de sécheresse, pensez à leur apporter du paillis.

 Topinambours 2

Une idée recette ?

  • Une poêlée de topinambours
  • Une purée de topinambours truffée
  • Un risotto de topinambours et de saumon fumé
  • Un velouté de topinambours

 

Pour découvrir d’autres légumes oubliés, poursuivez votre visite sur :

 

Semaine spéciale légumes oubliés : la pomme de terre vitelotte

pomme de terre vitelotte, redécouvrez les produits d'antan

La pomme de terre vitelotte, quelles sont ses origines ?

La pomme de terre violette, aussi appelée « négresse » ou « truffe de Chine » ou « vitelotte » est une pomme de terre originaire de France qui a la peau et la chair violette (dû à une teneur élevée en anthocyanine : des pigments naturels).

Cette variété est encore cultivée par quelques exploitants français, mais elle devient assez rare en raison de ses rendements relativement faibles comparé aux variétés plus récentes. Cette variété est facile à conserver grâce à une peau assez épaisse.

Le premier recensement de cette variété se fait en 1817, elle fait partie des 6 « espèces » connues aux halles de Paris.

Comment cultiver la pomme de terre vitelotte ?

Les pommes de terre violettes ne nécessitent pas vraiment de traitement particulier, leur culture s’apparente à celle des pommes de terre classiques. La pomme de terre violette est une bonne variété pour l’ébullition et la cuisson. L’anthocyanine qu’elle contient est un antioxydant qui peut renforcer le système immunitaire et contribuer à une meilleure santé.

Instructions

1. Préparez la zone de plantation au printemps juste avant le gel final. Cultivez la terre avec une bêche, et ajoutez environ 10 cm de compost vieilli au sol. Mélangez bien la terre et le compost, et ratissez la zone.

2. Coupez les semence de pommes de terre en petits morceaux, avec au moins un œil qui va germer.



3. Assurez-vous de faire des rangées d’environs 15cm de large et espacées d’environs 50 cm

4. Plantez les semences à 20-25cm de distance dans les lignes, et les couvrir avec environ 8 cm de terre et 10 cm de paillis.

5. Arrosez vos pommes de terre immédiatement après plantation.

6. Ajoutez encore 20 cm de terre autour des plants de pomme de terre quand ils atteindrons environ 30 cm de haut.

7. Continuez d’arroser les pommes de terre à mesure qu’elles grandissent, sans jamais laisser le sol se dessécher.

8. Récoltez de nouvelles pommes de terre violettes immédiatement après la floraison – environ huit semaines après plantation. Récoltez de grosses pommes de terre en attendant jusqu’à la fin de la saison de croissance. Creusez les pommes de terre dans le sol doucement avec une truelle de jardin, et de coupez les tiges des plantes avec un sécateur.

Une idée recette ?

  • Une bonne purée de pomme de terre vitelotte
  • Verrine potimarron, vitelotte, camembert
  • Parmentier de vitelottes au colin
  • Chips de pomme de terre vitelotte

 

 

 

Pour découvrir d’autres légumes oubliés, poursuivez votre visite sur :

Mon amie la rose… de noël

jolie fleur hellebore, rose pale

Les Hellebores ou roses de noël sont des plantes vivaces délicates, elles sont dans des tons de blanc, rose, vert et violet. Communément appelé hellébores ou roses de noël, elles éclairent le jardin pendant plusieurs semaines en fin d’hiver et début du printemps.

Le lieu de plantation des hellebores

Les hellébores se plaisent à mi-ombre. Puisque les plantes sont à croissance lente et atteignent seulement 30 à 40cm de haut, l’idéal est de les planter dans des endroits tels que des endroits surélevés le long des allées par exemple.

Le sol

Les roses de noël ont besoin d’humidité, d’un sol bien drainé, riche en humus. Elles ont aussi besoin d’une couche de paillis de 5cm de terreau de feuilles ou de copeaux d’écorce.



L’arrosage

Les Hellebores doivent êtres bien arrosées en permanence. Arroser une à deux fois par semaine pendant la saison sèche.

La fertilisation

Utilisez un engrais tout usage et un engrais riche en potassium.

 

L’élagage

Assurez-vous que les fleurs soient fanées en enlevant les vieilles feuilles. Prévenez les maladies par l’élagage des feuilles mortes ou pourries.

Avertissement

Même si les roses de noël étaient autrefois utilisées à des fins médicinales, toutes les parties de la plante sont toxiques !

Guide pratique pour espacer ses cultures au jardin

Espacer ses cultures, le buttage

Que vous soyez à la culture des fleurs, des légumes ou d’autres plantes, l’espace est une considération importante parce que chaque plante a ses propres besoins en espace afin de se développer et d’avoir un système racinaire qui prospère. Il vous faut donc prendre en considération les exigences croissantes de chaque plante au moment de planifier votre jardin. On vous donne nos 6 conseils pour bien prendre en compte l’espacement des plantes.

Espacer ses cultures

Les 6 étapes pour bien espacer ses plantations

Etape 1

Mesurez votre zone de plantation et identifier les dimensions. Utilisez des brochettes en bois ou abaisse-langue pour marquer les quatre coins de votre zone de plantation. Des mesures précises vous aideront à créer un plan pour votre espace.

Etape 2

Au dos de chaque paquet de graines, il est indiqué l’espace dont chaque plante a besoin pour bien se développer. Certaines plantes ont besoin de plus d’espace que d’autres pour la croissance et l’enracinement. Par exemple, les carottes ont un écart moyen d’environ 8 centimètres, mais l’écart moyen de la laitue est de 30 centimètres.

Etape 3

Dessinez une grille sur une feuille de papier en fonction de votre espace de plantation. Au crayon, estimez où vous allez placer chaque plante en fonction de la quantité d’espace qu’elle nécessite.



Etape 4

Plantez vos brochettes ou abaisse-langue dans la limite de votre zone de plantation à des distances égales, en fonction de la conception de la grille dans vos plans. Attachez une ficelle entre les brochettes parallèles pour créer une grille de coordination dans votre espace de plantation. Cette grille vous permettra de mieux recréer votre plan !

Etape 5

Plantez vos graines ou plantes selon les directives de votre papier. Plantez une rangée à la fois, en vous référant à votre croquis.

Etape 6

Marquez vos zones de plantation en identifiant les plantes qui sont dans cette zone. A présent, vous pouvez retirer les brochettes où abaisse langues et ficelle.

les lentilles sous la loupe du jardinier

cultiver des lentilles

Les lentilles en bref

Les lentilles sont une légumineuse riche en protéines, fibres, acides aminés et d’acide folique. Le processus de production de lentilles est plus complexe que celle de beaucoup d’autres cultures, mais il vaut la peine. Vous avez besoin d’un grand terrain pour cultiver suffisamment de plantes pour obtenir un rendement suffisant. Les rendements varient en fonction des conditions de croissance et de la variété de lentille que vous choisissez. L’un des aspects positifs de la production de lentilles : les ennemis ne sont pas une menace majeure pour la culture. Il existe plusieurs variétés de lentilles : la large blonde, celle de lorraine, la verte du Puy, la petite rouge et la lentille d’hiver. 

Instructions pour faire pousser des lentilles

1. Choisissez un endroit pour vos lentilles. Le sol peut être de n’importe quel type, mais doit être bien drainé. Les sols sableux sont les meilleurs. Travailler le sol pour réduire la prolifération des mauvaises herbes et pour fournir un lit uniforme pour la graine. Ajustez le pH du sol à 7,0. Vous pouvez fertiliser à l’automne ou au printemps avant la plantation.

2. Sélectionnez le type de graine de lentille que vous souhaitez faire pousser. Les variétés de semences de lentilles offrent de nombreuses variantes, y compris la couleur, la taille, le rendement et la teneur en protéines. Choisissez des semences exemptes de maladies ou une graine qui est adaptée pour bien performer dans votre région pour obtenir les meilleurs résultats.

 


3. Plantez-les au début du printemps. La lentille est une plante de saison fraîche qui vient à échéance durant la saison chaude, donc semez à tout moment à partir de fin avril à début mai ou lorsque la température du sol dépasse 4 ou 5°C. Plantez les graines à une bonne dizaine de cm de profondeur en rangs à 15cm de distance.

4. Utilisez un couteau pour couper les plantes au niveau du sol – même si les gousses supérieures peuvent ne pas encore avoir atteint la maturité. Les plantes doivent prendre une couleur jaune doré lorsqu’elles sont prêtes pour la récolte. Laissez sécher les plantes pendant 5 à 10 jours. Les méthodes de battage varient, mais l’une des plus simple est de mettre une bâche propre sur le sol et marcher  sur les plantes, les pieds nus pour séparer le grain de l’épi. En effet, lorsque les bottes sont sèches, il faut les battre pour extraire la graine des gousses et ranger les lentilles dans des sacs

5. Pour la rotation des cultures, la plantation des lentilles ne doit pas revenir plus que tous les quatre ans. Évitez de tourner les lentilles et les cultures comme le soja, le tournesol, la betterave à sucre et les pommes de terre, en raison du risque de maladie. La lentille, n’a qu’un seul ennemi : la bruche. Ce petit coléoptère a une larve qui s’attaque aux graines donc faire extrêmement attention lors du séchage