Y’a plus de saison, quoique…

on recycle ses boite de bonbons en rangement

Comme chaque mois vous retrouvez nos conseils et notre petit mémo pour vivre votre jardin au fil des saisons.

Mais cette année, attention aux pièges! L’hiver se fait discret mais le printemps c’est seulement le 20 mars…

Au vue des températures printanières de cette année, le mois de février nous invite à craquer pour de jolies fleurs colorées, printanières mais pas forcément de saison….En effet aux premières gelées, ces belles fleurs colorées ne résisteront pas. Alors soyez patient, la patience reste le meilleur atout du jardinier.

Cette hiver au jardin n’est pas simple:

  • Les sols sont gorgés d’eau
  • Il y a eu trop peu de gelées pour tuer les parasites
  • Certains arbustes sont déjà en bourgeon 
  • Certains bulbes sont fleuris

Bref…y’a plus de saison! Et il n’est pas évident de savoir comment réagir pour son jardin.

Voici nos conseils pour patienter et prendre les bonnes décisions pour votre potager avec cet hiver surprenant.

Dans votre potager:

Ramassez vos choux, poireaux et régalez vous avec la mâche « la salade star de l’hiver ».

N’hésitez pas à mettre en terre échalotes et oignons. Ils sont résistants, vous n’avez pas besoin de les mettre sous serre ou châssis.

Préparer votre terre en l’enrichissant de compost ou de fumier.



Si vous avez une serre ou des carrés potagers abrités sous châssis, alors de nombreux choix s’offrent à vous: Cardons, choux-fleurs, laitues romaines, piments, tomates, poivrons, carottes, radis, betterave…Lancez vos semis, étant à l’abri, ils ne craignent pas le gel et vous promettent une saison printanière pleine de vitamines! Nos idées sont épinglées sur Pinterest. Cette option de semer et/ou planter sous serre peut vous permettre de créer un potager plus tôt dans la saison et ainsi de profiter plus rapidement de bons légumes.

 

des vieilles fenêtres pour créer une serre chassis
crédit photo: http://norrfrid.blogspot.se/

 

Février est le mois idéal pour préparer sa saison! Faites l’inventaire de vos graines puis commander celle qui vous manque, pourquoi ne pas craquer pour de nouvelles variétés et tester de nouveaux légumes au potager?

En tous cas, nous avons trouvé une super idée pour ranger nos graines potagères et vous? Quelle organisation pour vos graines, nous aimerions bien le savoir…n’hésitez pas à nous envoyez vos photos sur notre page Facebook!

on recycle ses boite de bonbons en rangement
idée pour stocker les graines crédit photo: Pinterest

 

 

Allez soyez patients, ne brûlez pas les étapes malgré les températures printanières…Le printemps arrive le 20 mars, les gelées peuvent encore faire du tort à vos plantations.

Mais, nous vous avons trouvé quelques occupations pour préparer votre potager. A bientôt!

 

Au secours ! La mousse envahit mon jardin !

mousse dans le jardin encore

 

scarificateur pour aerer le jardinNous avons investi dans un scarificateur, et, vu la taille du jardin, dans deux bobines de 50 m de rallonges électriques …. en septembre 2012. Cet automne-là était très, très pluvieux, et jamais il n’a été possible de sortir l’engin.Le printemps et l’automne 2013 ont été également bien arrosés … sauf pendant les 20 jours où nous étions en Bretagne. (Très beau temps, merci !). Alors, actuellement, nous voudrions quand même bien utiliser cette machine-miracle, qui est encore intacte et toute propre, mais n’est déjà plus sous garantie …

Mais, pourquoi utiliser un scarificateur ?

La mousse envahit les jardins. C’est surtout très visible en ce moment après des demi-saisons très humides, des hivers peu rigoureux, et des étés peu ensoleillés. Cela a une conséquence sur la pelouse qui s’asphyxie peu à peu. En gros, trois causes provoquent ou accentuent la présence de mousse :

1 – le sol est mal drainé

2 – le sol devient trop acide

3 – trop d’ombre, manque de soleil

mousse dans le jardin

Oubliez tout de suite le sulfate de fer qui date des grands parents pour plusieurs raisons :

  • Le sulfate de fer est un produit chimique qui laisse des traces sur les dalles, les terrasses, que vos chats et vos chiens emmènent sur leurs pattes jusque dans les maisons, et qui peut leur nuire aussi.
  • Le sulfate de fer est un produit chimique qui tue les vers de terre, or les vers de terre sont très utiles aux cultures en aérant le sol.
  • Vous ne pouvez pas mettre sur le compost les mousses ainsi traitées avec le sulfate de fer, ni vous en servir comme paillage comme vous le faites avec une mousse saine.

 

Et n’oubliez pas les mésanges : elles utilisent la mousse pour construire leurs nids. Que feraient-t-elles d’une mousse « empoisonnée ».

Les antimousses du commerce, même celles qui spécifient « sans danger » sur leur boite, sont également à éviter pour les mêmes raisons.

De plus, des études prouvent que la mousse ainsi traitée revient en force l’année suivante.

les vers sont tués par le sulfate de ferles mésanges utilisent la mousse pour leur nid
la mousse non traitée peut se mettre dans le compostLes cendres nourrissent la terre et aident au jardin

C’est là que l’on peut parler du scarificateur !!

1 – Le sol est mal drainé … scarifiez

Dans le temps, pour aérer le sol, les courageux prenaient un quatre dents et piquaient le sol avec l’outil vertical, et encore, et encore ….

Moi, je ne suis pas courageuse, et le jardin me semble grand lorsque j’y travaille. Il y a une dizaine d’années, nous avions investi dans un scarificateur manuel, et « à nous la vilaine mousse ! ». Eh bien, même en se relayant sur un outil léger et maniable, la tâche nous semblait interminable. Et quand je pense qu’il y a 5 fois plus de mousse qu’à cette époque, j’en frémis d’avance.

Alors nous avons décidé d’investir dans un scarificateur

Comment choisir un scarificateur, voici quelques informations :

  • Manuel pour un jardin < 100 m₂
  • Electrique pour un jardin < 500 m₂
  • Thermique pour un jardin > 500 m₂

Quand utiliser son scarificateur ?

  • En automne : septembre, octobre, décembre
  • Au printemps : février, mars, avril

La scarification a pour but d’éliminer la mousse, mais aussi de découper la surface du sol, les racines de l’herbe pour favoriser la repousse.

  • Il est préférable de tondre l’herbe avant d’utiliser le scarificateur pour lui éviter un trop gros effort.
  • Scarifiez un sol ni trop sec (trop dur, il abîme l’outil), ni mouillé.
  • Réglez l’outil pour scarifier sur une profondeur entre 2 et 4 mm.
  • Effectuez des passages croisés.

Après avoir scarifié …



Si nécessaire, semez sur les parties éclaircies.

Lancez du sable pour aérer les sols compacts, ou de la chaux, ou un engrais calcaire, ou du compost tamisé, ou des cendres de bois tamisé. Puis roulez la pelouse.

mousse dans le jardin encore

2 – Le sol est trop acide : chaulez-le ! Le sol est trop pauvre : nourrissez-le !

Votre sol est trop acide, c’est sûr, puisque la mousse s’y développe avec plaisir … Alors, donnez-lui un amendement calcaire, mais attention en toutes petites quantités à la fois pour ne pas déséquilibrer le sol, et jamais en même temps que de la fumure organique. Tout est question d’équilibre.

L’analyse du sol étant très coûteuse, il est préférable d’utiliser la méthode expérimentale : je mets un peu de produit, je prends le temps d’observer les résultats, pour en déduire l’action suivante. C’est un travail sur le long terme. (Imaginez-vous à la préhistoire, les hommes ne sachant pas si une plante est comestible, en lèchent un petit bout, puis attendent de voir les effets sur la muqueuse, puis en mâchent un tout petit bout … Je ne sais pas si je me fais comprendre avec ma métaphore à la noix !)

Les produits du commerce proposent le plus souvent des chaux, ou des associations de 3 produits : calcium, magnésium et potasse.

Mais, vous avez peut-être sous la main un trésor pour votre jardin : une cheminée à feu de bois, où vous brûlez des bûches (attention, pas des bois de récupération, avec peinture, solvants, pas de bois compressés, ni contreplaqué).

Si vous récupérez ces cendres de bois, les filtrez, les conservez pour le printemps, et pour l’automne, vous obtenez une potion magique sans azote, contenant du calcium, de la potasse, de la silice, du magnésium, du phosphore, dont votre pelouse va se régaler. Ces sels minéraux, source de nourriture pour votre pelouse ne polluent pas la nappe phréatique. Cependant, n’étouffez pas votre pelouse sous la cendre : 1 poignée suffit pour 1 m₂.

 

3 – Le sol est trop ombragé et manque de soleil

Vous avez 3 solutions :

  • déménager dans un pays ou une région où il y a plus de soleil… solution très radicale et délicate quand on aime sa région.
  • vous pouvez agir pour diminuer l’ombre et faire revenir le soleil : taillez les branches, aérez arbres et arbustes, ou supprimez en certains.
  • Sinon, résignez-vous : la pelouse ne sera jamais belle à l’ombre. Elle peut être remplacée par des plantes couvre-sol qui ne nécessitent que très peu d’entretien et diminuent la corvée de désherbage. La pervenche, le muguet ou la fougère n’ont pas besoin de soleil direct. Ce sera plus agréable à regarder que la mousse.

 

Mais vous pouvez aussi …

Pour lutter contre la mousse, surtout en mai-juin, lorsque l’herbe pousse vite, coupez la très souvent et laissez la au sol (à condition que cette herbe ne dépasse pas 4 ou 5 cm). Plus l’herbe au sol est courte, plus vite elle sera éliminée par les vers de terre qui viendront la chercher en surface tout en aérant naturellement le sol.

Par contre, évitez les coupes courtes lors de la tonte, sinon la pelouse devient fragile et sensible à la sécheresse. Les racines se développent d’autant plus en profondeur que l’herbe pousse hors sol.

Donc : coupe fréquente, mais pas trop courte pour ne pas épuiser la pelouse.

mousse dans le jardin encore

Et voilà, il est temps de se mettre au travail, dès qu’il ne pleut plus… La mousse va disparaitre, et on pourra admirer … le trèfle qui se plaît beaucoup dans notre jardin !

 

Alors, à bientôt.

Brigitte

Conseils pour le compostage

En 2014, le compostage est toujours d’actualité. C’est pourquoi nous allons vous donner des conseils pour vous lancer (ou pour continuer sur la bonne voie !)

Le processus de décomposition des déchets organiques implique la présence d’oxygène. L’oxygène est apporté par différentes variétés de la faune allant des bactéries et de champignons à un large éventail d’invertébrés (acariens, cloportes, vers de terre, etc.). le résultat est bien sur le compost : une substance composée de matière organique dans les différentes étapes de la décomposition et de la faune qui a été impliquée dans le processus. Son utilisation dans le jardinage et l’horticulture est très intéressante et diversifiée.

Que peut-on composter ?

En principe , tous les restes organiques sont biodégradables, mais l’expérience nous dit qu’il y a certains types de déchets ménagers qui doivent être évités, car leur décomposition est complexe. Parce qu’ils sont recyclables, ils nuisent à la qualité du compost obtenu.

Le tableau suivant indique les bons et mauvais éléments à composter :

Déchets organiques : comment les composter ? 

Le compostage peut être réalisé de différentes façons : par simple empilage des déchets organiques, avec un composteur en bois ou un composteur en polypropyène (plastique).

                    

 

 

 

Toutes les options sont tout aussi efficaces, la différence est plutôt esthétique.

 



 

Processus de compostage

  • Déchets mixtes : toujours veiller à ce qu’il y ait un bon mélange des déchets, plus le type de déchets est différent, meilleur sera le compost. Il faut aussi penser à avoir des déchets organiques humides (récolte, fruits, légumes) avec des déchets secs (noix, feuilles, résidus de jardin ou papier déchiqueté / carton). Cette structure favorise la ventilation des déchets et contribue à une bonne relation carbone – azote (essentiel pour les bactéries et les champignons pour une prolifération plus rapide).
  • Essayez d’aérer la masse de déchets au moins une fois par semaine. Vous pouvez utiliser une dent à pelle, une barre ou même un bâton. Le plus efficace reste le brass’compost. L’aération permet de mettre les déchets en contact avec l’oxygène. Ceci permettra une meilleure décomposition et une absence d’odeur.
  • Contrôle de l’humidité : Pour que le compostage ait lieu, les déchets doivent être humides. Toutefois, s’il y a trop d’eau, l’air ne peut pas entrer en contact avec les restes en décomposition ce qui entrainera pourriture et odeurs. Par conséquent, l’humidité doit être intermédiaire. La meilleure façon de vérifier est le « test de poing ». Quand l’humidité est optimale, vous devez pouvoir former une petite boule compacte qui ne s’effrite pas. Si la boule s’effrite, arrosez ! Si lorsque vous serrez la boule, de l’eau suinte, mettez du « buvard » (papier, carton, sciure de bois, paille…) et remuez bien.
  • Utilisation de déclencheurs / accélérateurs : Certaines substances peuvent servir à faciliter l’initiation et / ou accélérer le processus de compostage. Dans les jardineries se vendent des produits à cet effet, mais il y a beaucoup de déchets qui peuvent remplir la même fonction sans dépenser d’argent ! Les fumiers (vache, cheval, mouton, chèvre, volaille…) sont d’excellents activateurs car ils contiennent de la faune microbiens impliqués dans le processus de compostage et sont riches en azote. Vous pouvez également préparer des préparations de plantes comme le purin d’ortie ou l’achillée millefeuille (1 kg de plante pour une macération dans l’obscurité pendant 10-15 jours dans 10 litres d’eau).

 

Quand le compost est-il prêt?

Selon la méthode de compostages utilisée, les déchets utilisés, le temps et l’utilisation du compost, le processus de compostage peut varier de 6 semaines à un peu plus de 6 mois ou plus un an dans certains cas (feuilles de compostage à froid par exemple).

Si nous voulons utiliser comme base pour le compost de semences ou de terreau (ne pas utiliser plus de 30-40 % de compost dans ce cas), nous devrons attendre jusqu’à ce qu’il soit complètement mûr. Un compost est mûr quand il a une texture fine, une odeur fraîche, et une couleur foncée, en bref, semblable à l’aspect « terres forestières » (humus). Il est conseillé de tamiser le compost pour séparer les déchets décomposés ceux qui sont encore en décomposition.

Si le compost est utilisé pour modifier le sol (amélioration des conditions du sol physiques, telles que la rétention d’eau ou de drainage), comme engrais (dosage environ 3-5 kg/m2) ou rembourrage, le compost peut être utilisé même s’il n’est pas totalement mûr.

Zoom sur les grille herbes (ou incinérateurs)

Un jardin, ça occasionne beaucoup de déchets comme des branches, de l’herbe, des feuilles etc qu’il faut éliminer ! Plusieurs option s’offrent à vous : les recycler en les compostant, les emmener à la déchetterie ou encore les brûler dans un incinérateur aussi appelé grille-herbes.

Mais comment fonctionne un grille-herbes ?

Un grille-herbes est tout simplement un récipient plus ou moins grand surmonté d’un couvercle. La cuve est percée de part et d’autre afin de pouvoir attiser le feu ou de faire sécher de petites branches par exemple. Le but d’un grille-herbe est bien entendu de faire un feu de façon contrôlée mais surtout en toute légalité ! En effet, selon les communes, les feux à l’air libre sont interdits. Nous vous conseillons de vérifier auprès de votre mairie les autorisation concernant les feux. Le couvercle est très important puisqu’il permettra de protéger les cendres de la pluie en attendant leur refroidissement et leur évacuation.

Attention : il faudra éviter de porter le grille-herbe au rouge sous peine de déformation de l’outil !

 



 

Comment installer son grille-herbes ?

Beaucoup de modèles de grilles-herbes existent, certains sont en acier galvanisé et d’autres en inox (sachant que la résistance du matériaux est proportionnelle au prix).

Pour l’emplacement, veillez à choisir un endroit situé à bonne distance des habitations et prenez en compte l’orientation du vent pour éviter d’être gêné avec les fumées. Pensez aussi aux risques d’incendie (proximité de végétaux, de bois…). Pour plus de sécurité, nous vous conseillons de choisir un modèle avec des pieds pour isoler le récipient du sol et limiter les risques d’incendie. Si votre modèle ne possède pas de pieds, vous pouvez simplement le disposer sur des cales (en pierre ou autre matériaux non inflammable).

 

Comment l’utiliser ?

 

Ce qu’il faut faire

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Choisir un emplacement propre et plat, s’assurer de la stabilité de l’appareil.
  • Se placer sur un espace bien dégagé.
  • Choisir un jour de temps clair.
  • Alterner les couches de produits à combustion lente et les couches à combustion plus rapide. 
  • Mettre en place le couvercle afin de ralentir la combustion.
  • Tenir à l’écart les enfants et les animaux domestiques, jusqu’à refroidissement complet
  • Après usage, mettre le grille-herbes à l’abri, vous en profiterez plus longtemps
  • Placer l’appareil sur la pelouse et/ou sur un terrain en pente. 
  • Se placer sous les arbres, ou trop près d’une haie (pensez à vos voisins). 
  • Se servir de votre grille-herbes les jours de grand vent. 
  • Utiliser des liquides inflammables (essence, pétrole, alcool à bruler…). 
  • Manipuler le grille-herbes, ou le couvercle sans gants adaptés, s’il est encore chaud.
  • Laisser le grille-herbes sans surveillance.
  • Laisser le grille-herbes exposé en permanence aux intempéries.
  • EVITER ABSOLUMENT DE PORTER LE GRILLE-HERBES AU ROUGE.

Comment choisir son bac à sel ?

 

Découvrez notre tableau comparatif afin de choisir au mieux le bac à sel qui vous correspond !

NomBac à sel anti-vandalisme (cadenas non compris)Bac à sel compactCoffre à sel mobile sur roulettesBac à sable et sel avec pelle intégrée
VolumétrieDe 100 à 2200 LitresDe 110 à 400 Litres75 LitresDe 50 à 100 litres
Résistance au vadalismeOuiOuiNonNon
MobilitéPassage de fourchesPassage de fourchesSur roulettesNon
CadenassableOuiOuiNonEn option
Fourni avec pelleNonNonNonOui
Fermeture automatique, sécurité enfantOuiNonNonNon
Prixà partir de 279€ HTà partir de 293€ HT311€ HTà partir de 169€ HT

 

 

Témoignage :

« J’ai fait acheter un bac à sel pour mon entreprise. Hortik m’a conseillé un produit sûr, solide et garanti 10 ans, qui correspond parfaitement à mon entreprise ».
 
Jean-Michel Allaert, Directeur Général de ITB France (02100 Saint-Quentin)

Pour plus d’informations sur la sécurité au travail et l’accessibilité de votre ERP, trouvez encore plus d’informations sur le site handinorme.com

Les renoncules : « petites grenouilles » à grandes bouches ?

renoncules jaunes et rouges

Le nom « Renoncule » vient d’un dérivé du nom latin « rana » qui signifie « petite grenouille » et donc ranunculus, mot latin pour renoncule, est ainsi assimilé aux « petites grenouilles »…

Grandes bouches, parce que de nombreuses variétés de renoncules ont des propriétés toxiques 🙂

 

Que signifie la renoncule quand on l’offre en bouquet ?

Dans le langage des fleurs, la renoncule signifie « tu es divine »,« Tu es radieuse et charmante », « Tu es éblouissante », « Vous êtes brillante et attrayante »,  « tu es pleine de charme », et cela peut aller aller jusqu’à « Ton corps est magnifique ».

En fonction de la couleur, la renoncule peut aussi être le symbole de reproches.

voici les différentes couleurs et leur signification :

Renoncule blanche : Tu as séduit mon coeur

Renoncule jaune : Ta beauté me charme.

Renoncule rose : Mon amour est empreint de timidité (ou réserve). (le bouquet devra alors être modéré)

Renoncule rouge : Tu méconnais mon amour.

renoncules jaunes et rouges

 

 Un peu d’histoire et d’information générale sur la renoncule

Les renoncules sont un genre de plantes herbacées, annuelles ou vivaces, de la famille des Renonculacées comportant près de 1 500 espèces. Aux latitudes tropicales, ce sont plutôt des plantes d’altitude.

 

La renoncule fut découverte au XIIIe siècle en Terre Sainte par les premiers Croisés de Saint-Louis (Louis IX). A cette époque  la fleur passa presque inaperçue en Europe, contrairement au royaume de  l’empire Ottoman où elle connaissait un franc succès.

Il faut attendre le XVIIe siècle, où la seconde introduction de la renoncule en Europe, grâce au sultan Mohammed IV, fut couronnée de succès.



 Petits conseils à propos de la renoncule :

Lorsque les renoncules sont en fleurs, n’hésitez pas à vous faire des bouquets de renoncules : plus vous la coupez, plus la renoncule produit de fleurs, alors profitez-en!

Une fois la floraison terminée, laissez le feuillage des renoncules, ne le coupez pas. Les feuilles recueilleront la lumière du soleil et apporteront les nutriments nécessaires à la floraison de l’an prochain.
Les renoncules préfèrent être au sec pendant la période de dormance.
Vers la fin de l’été, les feuilles de renoncules jaunissent et dépérissent lorsque la plante entre en dormance. Vous pouvez alors retirer le feuillage. Vos renoncules se reposeront pendant quelques mois avant de commencer un nouveau cycle de pousse.

 

Pour plus d’informations sur comment planter et entretenir la renoncule, je vous ferai un petit article dédié à celle très jolie fleur issue d’un beau petit (et parfois gros) bulbe dans les prochains jours.

 

Bon jardinage à vous !

Michel

Le mildiou de la tomate et de la pomme de terre : comment le traiter

Mildiou sur feuille de tomate

Le mildiou est un ennemi redoutable pour la tomate et pour la pomme de terre. Les dégâts peuvent être considérables si ce champignon se propage et peuvent vous priver de toute récolte en un rien de temps.

mildiou

Qu’est ce que le mildiou ?

Le midiou est due au même champignon appelé Phytophthora infestans.

Sa prolifération est favorisée par un temps pluvieux, très humide (>90%), une température comprise entre 12 et 25°C et cela pendant une période suffisamment longue (par exemple 11h à 15°C). La durée d’incubation dépend de la température (de l’ordre de 7 jours à 13°C, de 4,5 jours à 19°C).

Les spores du champignon sont entraînées par la pluie dans le sol et contaminent les tubercules de la pomme de terre ou alors de la tomate ce qui entraîne leur pourrissement.  

Les premiers signes sont des taches brunes et irrégulières sur les bords et les extrémités des feuilles. Puis tout le feuillage est atteint tandis que les tiges noircissent. En période estivale, un cycle complet de mildiou (depuis la contamination d’une feuille ou d’une tige jusqu’à la possibilité pour le champignon de produire des spores) dure de 4 ½ jours à 7 jours, suivant les conditions de température.

Le mildiou peut facilement détruire une récolte entière.

midiou



Conseil pratique pour traiter le mildiou

Pour le traitement on utilise des fongicides. En ce qui me concerne l’usage de la bouillie bordelaise s’avère efficace mais il convient d’effectuer une application préventive avant l’apparition de la maladie et de renouveler le traitement dès le moindre signe de la maladie.

Tous à vos citrouilles pour Halloween !

citrouille halloween

Le mois d’octobre étant le mois des citrouilles et autres cucurbitacées c’est donc l’occasion de vous parler de la fête d’Halloween et de se poser une question :

Pourquoi la citrouille est-elle un symbole pour cette fête ?

Pourquoi fêter Halloween le 31 Octobre ?

citrouille halloween

Halloween est une fête celtique d’origine irlandaise qui il y a environ 3000 ans avait pour but de célébrer la fin de l’année Celte qui se terminait le 31 Octobre et non le 31 Décembre comme aujourd’hui.

 Que symbolise la citrouille ?

Citrouille Halloween

La légende raconte que Jack o’Lantern ne pouvant entrer au paradis, car il était avare et ivrogne et ne pouvant pas non plus aller en enfer, car il s’était moqué du diable, était contraint de errer dans le noir entre le Paradis et l’Enfer en s’éclairant d’une lanterne.

On a symbolisé cette légende en creusant des citrouilles en tête de Jack et en mettant une bougie à l’intérieur pour en faire une lanterne.



La saison des courges

Courges

Les courges poussent pendant l’été et sont récoltées à la fin de l’été et au début de l’automne. Leur peau épaisse leur permet de se conserver bien plus longtemps que leur cousine la courgette. On trouve des courges jusqu’au printemps mais le meilleur moment pour en acheter est en automne (octobre et novembre).

Dans mon potager en automne, je fais (encore) des semis

plantez des oignons en septembre

Les températures chutent tout doucement, l’automne arrive et les cultures potagères ont besoin de beaucoup d’attention à cette période.

Alors, nous vous donnons quelques conseils pour réussir vos semis et votre potager.

En automne encore un peu de récolte.

Si la saison s’achève pour les tomates et autres fruits et légumes d’été…Il est temps de préparer la saison suivante, en semant dès à présent pour les mois qui viennent et l’année prochaine!

Vos radis produisent depuis déjà quelques mois, sachez que vous pouvez encore les mettre en terre.  Des variétés d’hiver existent comme ‘Rose d’hiver de Chine’, ‘Violet de Gournay’… La croissance sera plus lente qu’en saison.

Vous pouvez poursuivre vos semis de carottes hâtives, comme ‘De Hollande’, ‘Demi-longue de Carenta’…

L’Oignon blanc de Rebouillon passera l’hiver au potager et vous régalera dès le début du printemps.

Les navets sont aussi de la partie en cette saison. Semez les, en ligne. Les variétés suivantes sont les plus adaptées: ‘Blanc dur d’hiver’, ‘De Nancy’ ou ‘Jaune boule d’or‘.

N’oubliez pas la laitue d’hiver, la mâche et  la roquette si vous êtes amateur de cette salade goûteuse. Pensez également aux fèves, poireaux, cerfeuil et épinards…

 

plantez des oignons en septembre

navet à planter en septembre

 

Pour que les semis effectués en automne fonctionnent quelques règles simples sont à retenir:

La germination en automne est plus délicate, n’hésitez pas à faire tremper vos graines 24 heures avant d’effectuer vos semis.

L’arrosage des semis en automne doit être moindre, le jardinier débutant a tendance à vouloir trop arrosé, malheureusement les graines pourrissent…alors ayez le bon dosage et soyez patients!

N’omettez pas d’éclaircir pour leur laisser de la place à tous vos semis, il suffit pour cela de supprimer la plus faible des plantules lorsque 2 sont en contact.

Pour protéger vos semis, vous pouvez utiliser un voile de croissance ou des mini serres parfaites sous nos latitudes en automne/hiver.

Une fois vos semis effectués, rangez bien vos graines. A l’abri de la lumière et de l’humidité, l’idéal est de les laisser dans leur sachet fermé de façon hermétique, (les pinces à linge sont très pratiques).

Régalez vous, avec vos derniers légumes d’été…

Et n’oubliez de ramassez les feuilles et mettez les au compost.

Feuilles mortes

Bon jardinage à tous!

La mise en jauge de plants, comment faire ?

mise en jauge

Dans des conditions hivernales ou extrêmes, il s’avère parfois impossible de planter un arbre, arbuste, plante verte ou légume immédiatement.

Pour reporter la mise en terre de quelques jours voire de quelques semaines, vous pouvez mettre en jauge vos plants.

L’objectif est de plonger vos plants dans un état de repos afin de stopper leur développement et de leur épargner tout stress inutile. C’est cette méthode qu’emploient les pépiniéristes pour vous présenter de jeunes plants tout au long de l’année.

 

mise en jauge
comment réussir sa mise en jauge

 

Quels plants sont concernés ?

Vous pouvez mettre en jauge n’importe quel plant à condition que celui-ci ne présente aucun signe de floraison et ne possède que très peu de feuille.

Vous pouvez également mettre en jauge des légumes ou des plantes vertes mais sur une période de quelques jours uniquement.

Où placer votre jauge ?

L’emplacement de votre jauge doit être soigneusement choisi et doit répondre aux critères suivants :

–          A l’ombre tout la journée

–          Près d’un mur ou d’une haie

L’objectif est de réduire l’écart de température entre le jour et la nuit et  d’éviter au maximum la présence de vent.


Les étapes pour une mise en jauge réussie.

La mise en jauge n’est pas plus compliquée qu’une mise en terre traditionnelle, il faut seulement veiller à respecter quelques étapes spécifiques :

  1.  Creusez une tranchée à la taille de la motte de votre plant.
  2.  Installez votre plant à dans cette tranchée.
  3.  Couvrez la motte avec de la terre légère ou du sable jusqu’au tronc.
  4.  Arrosez légèrement si la terre est sèche.

Si vous mettez en jauge en période de gel, nous vous conseillons vivement de recouvrir intégralement vos plants de paille afin de les protéger.

En cas de fortes pluies, vérifiez régulièrement votre jauge afin de détecter et de traiter au plus vite l’apparition de moisissures.

Si votre jauge n’est pas complètement à l’abri du vent, vous pouvez également placer vos plants à l’horizontale.

 

Lorsque les conditions seront plus clémentes, vous pourrez alors mettre en terre définitivement votre plant !